Retour sur la journée 29 de RPL 2017 2018 – Championnat de Russie de football

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 9 mai 2018

Le Lokomotiv est enfin champion, grâce à Eder et c’est tout ce qu’on doit retenir de la vingt-neuvième journée de RPL alors que la bagarre pour éviter la relégation ou les barrages va faire rage lors de la dernière journée

Les affiches du week-end

CSKA Moscou vs. Arsenal Tula : 6-0

Festival de buts du coté de Moscou, le CSKA a fait exploser la défense de Tula avec six buts dont cinq en première période. Un véritable match à sens unique : 70% de possession de balle, dix tirs dont neuf cadrés et six buts inscrits. Un vrai festival offensif de la part des Moscovites qui s’illustrent dès la 2e minute grâce à Fedor Chalov, finalement auteur d’un triplé. Il est imité par Ahmed Musa à la 10e minute, le Super Eagle auteur lui d’un doublé alors que Golovin est lui aussi buteur a la 40e minute.

Une victoire avec la manière qui permet au CSKA de s’installer sur le podium, à la troisième place, à un point d’un Spartak Moscou deuxième, reléguant Krasnodar et le Zenit à deux et cinq points derrière. A une journée de la fin du championnat, c’est peut-être un résultat décisif que viennent de réaliser les hommes de Viktor Goncharenko, qui devraient selon toute vraisemblance se qualifier pour la Ligue des Champions avec la réception de l’Anzhi le week-end prochain.

Lokomotiv Moscou vs. Zenit Saint-Pétersbourg : 1-0

Le Lokomotiv filait un mauvais coton. Deux matchs nuls. 0-0. Personne n’aime offrir à son public anxieux deux matchs nuls contre Grozny et Oufa en pleine course au titre. Les gens se mettent à cogiter. Ce n’est pas bon. Puis une défaite cinglante contre Krasnodar, 2-0. Ceux-là font un bon match quand ça n’arrange pas les autres, c’est leur lubie à eux qu’ils cultivent dans le sud de la Russie, là où un soleil rieur donne cette appétissante teinte dorée au topinambour. Les agronomes sauront reconnaître la supercherie.

Toujours est-il qu’à l’heure fatidique où l’équipe corporative de Gazprom s’est présentée à Tcherkizovo pour défier le leader du championnat aspirant champion, le moral était sérieusement entamé. Yuri Syomin, lui, au contraire, avait l’air serein de celui qui va affronter le Zenit en roue libre de Roberto Mancini. Au moment de célébrer le titre, j’espère que les dirigeants du Loko ont eu un petit mot de remerciement pour les petits gars de la Néva, qui leur ont quand même filé six points cette saison. Rembobinons. Le match débute dans un stade plein à craquer, si ce n’est quelques sièges vides qui n’ont pas trouvé preneurs au marché noir. Très vite, les adversaires du jour se mettent d’accord pour endormir le match. Le stagiaire de la télé russe panique dans son car-régie, pensant avoir lancé par erreur le dernier match de gala des équipes de la chaîne parlementaire et de Public Sénat. Driussi semble bien seul pour animer les offensives du Zenit. Il est vrai que ses dirigeants lui ont collé Zabalotny dans les pattes en guise de deuxième pointe. On a vu des joueurs partir en vrille pour moins que ça. Heureusement que le central slovène Miha Mevlja est là pour tenir la baraque.

Côté Lokomotiv, on ne se découvre pas, car on risque de gagner le championnat à tout moment. Les Cheminots ont beaucoup de mal à se créer des occasions, malgré la grosse activité des jumeaux Miranchuk et de Farfán. Denisov, devant la défense, est impérial à la récupération et à la première passe, à l’image du reste de la saison. Ignatyev, très actif sur son côté droit, prouve une fois de plus qu’il était le meilleur milieu offensif replacé latéral de Kaliningrad à Vladivostok. Syomin, pour le match décisif dans la course au titre, sort une nouvelle fois un un lapin de son bonnet en laine rouge. A la 79e minute, Anton Miranchuk laisse sa place à Éder, qui a le passif que l’on sait pour ce qui est d’inscrire des buts qui comptent. Cela ne loupe pas. Ignatyev, bien décalé par  Farfán sur le flanc droit, adresse un centre au cordeau à l’attaquant portugais, qui propulse le ballon au fond des filets. 1-0. Fin de 14 ans de disette en championnat pour le Loko. Le stade exulte, Syomin chancèle sur le bord du terrain, les larmes aux yeux, Denisov sourit… Denisov. Sourit.

Quoi de plus beau qu’une victoire à domicile contre le Zenit pour décrocher un titre de champion ? Personne en début de saison n’attendait le Loko si haut, et c’est tout le mérite de Syomin d’avoir réussi à sublimer un collectif si longtemps habitué aux seconds rôles. Chapeau le bonnet rouge !

Les autres matchs

  • Krasnodar a souffert. Que ce fut difficile pour les coéquipiers de Smolov de s’imposer sur la pelouse du SKA Khabarovsk ! Victoire 1-0 et un pénalty arrêté à la dernière minute par Krytsiuk.
  • Le Dinamo sauvé. Précieux succès pour le club moscovite sur la pelouse de Tosno qui avait déjà la tête à sa finale de coupe, 2-1 pour les Bleus !
  • Rostov en danger ! Avec cette défaite 2-0 contre le Spartak Moscou, l’ancien européen est à deux doigts de la zone de barrage, il faudra gérer le dernier match !
  • Amkar remporte le derby ! Le derby de l’est est remporté par l’Amkar Perm qui dispose facilement d’un triste Ural Ekaterinbourg sur le score de 2-0.
  • Pas de vainqueur à Kazan. Score nul et vierge pour la dernière de la saison à la Kazan Arena entre le Rubin et Ufa.
  • L’Anzhi en FNL ? Nouvelle défaite pour le club de Makhachkala qui aura une grosse pression sur ses épaules au cours de la dernière journée, si Tosno obtient un meilleur résultat l’Anzhi sera relégué!

Le classement

L’événement marquant de la semaine

Clap de fin pour Karadeniz

Un grand monsieur du Rubin Kazan tire sa révérence en cette fin de saison 2017/2018. Après dix ans de loyaux services, le milieu offensif turc prend sa retraite après avoir tout connu avec le club tatar. Du double titre de champion, aux dernières années difficiles, en passant par le mythique succès au Camp Nou contre Barcelone, Karadeniz s’en va avec plus de 300 matchs sous les couleurs du club de Kazan.

Le portrait de club de la semaine

Saturn Ramenskoye

Située à une trentaine de kilomètres à l’Est de Moscou, la ville de Ramenskoye a su durant son histoire exister dans le paysage footballistique du pays. Cette ville de 116 000 habitants en 2018 a vu son club fondé en 1946 sous le nom de « Sniper » avant de changer trois fois de noms jusqu’en 1960 où il prend le nom de « Saturn ». Hormis une Coupe d’URSS rassemblant les clubs amateurs en 1976, la période soviétique se passe dans le relatif anonymat des divisions inférieures.

L’histoire du Saturn Ramenskoye commence réellement dans les dernières années de l’URSS, lorsqu’en 1988 il intègre la Troisième division soviétique. Durant la transition, le Saturn redescend pourtant au niveau amateur en 1993 avant de faire une remontée fulgurante, atteignant la Première Ligue de PFL (deuxième division russe) en 1996, puis l’élite en 1998. Le club de la région moscovite se maintiendra en Première Ligue jusqu’en 2011, réalisant leur meilleur résultat en 2007 en finissant cinquième sous l’égide de Gadzhi Gadzhiyev. Le Saturn connait l’année suivante son seul parcours européen, en Coupe Intertoto plus exactement, fessant au premier tour les Luxembourgeois du FC Etzella Ettelbruck 7-0 lors du match aller à domicile avant d’être éliminé au tour suivant par le VfB Stuttgart malgré une victoire à domicile 1-0 lors du match aller.

Mais comme souvent, les problèmes financiers mettent fin aux bonnes choses. En 2011, le Saturn Ramenskoye est relégué avec le Nizhny Novgorod et KAMAZ Naberezhnye Chelny en troisième division russe, laissant la place à un club montant du football russe, le FK Krasnodar. Le Saturn s’éclipse même de la scène footballistique entre 2012 et 2014, avant de revenir en PFL. La remontée en FNL est sûrement l’objectif principal du club qui a failli se concrétiser la saison passée en finissant à trois points de l’Avangard Koursk dans la division Centre. Occasion manquée mais qui, on l’espère pour eux, se représentera.

Qu’est-il devenu ?

Felipe Caicedo

Pour rendre hommage au titre du Lokomotiv Moscou, nous avons choisi cette semaine de prendre un ancien de la maison moscovite, Felipe Caicedo. Il débute au FC Bâle en 2006 avant de faire des passages en Espagne (Malaga, Levante), Angleterre (Manchester City) et Portugal (Sporting). Attaquant puissant et rapide, l’Equatorien atterrit en 2011 au Lokomotiv Moscou contre une indemnité de 7,5 millions d’euros où il y reste deux saisons pleines. Inscrivant 15 buts en plus de soixante matches joués, il se montre irrégulier. Il marque son premier but face au Kuban Krasnodar alors qu’il passe à peine quarante minutes sur le terrain pour son premier match. Il est depuis passé par le club d’al-Jazira puis de l’Espanyol Barcelone, avant de signer à la Lazio Rome l’été dernier. Il joue peu (21 matches) et n’a inscrit que trois petits buts cette saison.

Le XI

Le but du week-end

Parmi les six buts inscrits par le CSKA, et présents dans ce résumé, c’est le quatrième, celui d’Aleksandr Golovin qui a marqué les esprits avec un rush spectaculaire impeccablement terminé par le jeune espoir du CSKA.

L’actu FNL

A une journée du terme de la saison, les choses se sont enfin décantées en FNL. Orenburg et le Krylia Sovetov ont validé leur ticket pour leur montée directe en RPL ! Orenburg s’est défait de l’Avangard Kursk 2-0 et le Krylia Sovetov est venu à bout de Kuban 1-0 dans son stade flambant neuf. Celui qui en fait les frais, c’est Enisey Krasnoïarsk. Les hommes de Dmitri Alenichev ont craqué dans la dernière ligne droite et ce nul 2-2 contre le Shinnik Yaroslav en est l’illustration. Il faudra donc passer par l’épreuve des barrages, en espérant pour Enisey, qui attend sa première montée dans l’élite de son histoire, que l’expérience se termine mieux que la saison dernière…

Le FK Tambov est lui très heureux d’accrocher la 4eplace synonyme de barrages. En s’imposant 1-0 contre le Sibir et combiné à la défaite du Baltika sur le terrain du Dinamo SPB, le club fondé en 2013 peut espérer une montée dans l’élite. Pour le Baltika, la RPL s’envole. La FNL profitera encore au moins une année du tout nouveau stade de Kaliningrad…

En haut, ça s’est décanté. En bas par contre, tout se jouera lors de la dernière journée. Neuf équipes sont à quatre points d’écart. Impossible à l’heure actuelle de dire qui sera dans la charrette. Tom a réalisé une belle affaire dans la course au maintien en s’imposant 1-0 contre le Rotor Volgograd. Tyumen s’est replacé dans la course en s’imposant 2-1 contre le Spartak-2. Un but d’Ivan Chudin dans la dernière minute du temps additionnel permet aux siens d’entretenir l’espoir et d’enfoncer moralement le Spartak-2 qui continue sa dynamique négative. L’Olimpiets a lui aussi fait la bonne affaire du week-end en remportant une victoire décisive contre Luch Energiya 1-0. Au regard des matchs de la dernière journée, les équipes qui qui n’ont plus rien à jouer seront les arbitres décisifs de la descente ! Les Baltika-Tyumen, Kuban-Tom, Spartak 2-Sibir, Luch Energiya- Krylia Sovetov, Zenit 2-Shinnik ou encore Rotor-Khimki seront les matchs de la peur qu’il faudra suivre !

La rédaction Russie de Footballski

Retour sur la journée 29 de RPL 2017 2018 – Championnat de Russie de football
5 (100%) 6 votes

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Retour sur la journée 30 d’UPL 2017/2018 – Championnat d’Ukraine de football

Peut-être un tournant dans la course au titre ? Profitant du faux pas du Dynamo Kiev, le Shakhtar Donetsk n'est plus très...

Fermer