Retour sur la journée 25 de RPL 2017 2018 – Championnat de Russie de football

Antoine Jarrige
Antoine Jarrige - Publié le 11 avril 2018

Le Lokomotiv qui trace sa route, le Zénit aux abois et une lutte féroce pour le maintien. Retour sur une nouvelle journée de football russe.

L’affiche du week-end

Zénit Saint-Pétersbourg – Krasnodar: 1-2

Enfin ! Après avoir joué plus des trois quarts (voire plus des cinq sixièmes) des matchs et avoir dû attendre le tardif limogeage d’Igor Shalimov, le FK Krasnodar a enfin remporté une victoire dont il pourra se souvenir, vide énorme qu’il manquait à cette saison jusqu’à ce samedi 7 avril ! Le nouvel entraîneur, Murad Musayev, faisait face à une montagne pour son premier match comme coach d’intérim des vert et noir qui se déplaçaient pour la première fois de l’histoire dans la nouvelle enceinte du Krestovski (la précédente rencontre avait été délocalisée dans l’ancien Petrovski). Pour deux équipes dans le doute, la victoire était une obligatoire pour rester (un peu) en course pour la Ligue des champions. Car la situation actuelle du Zenit Saint-Pétersbourg de Roberto Mancini, qui partait certes favori du match, n’avait rien d’enviable.

Avec ses 47 306 spectateurs, le Krestovski accueille plus du double de ce que l’ancien Petrovski aurait pu avoir pour cette rencontre. Pour son premier match, Musayev aligne une composition proche des précédentes. Ramirez remplace Kalinin comme arrière-gauche et Pereyra fait son retour au milieu de terrain où Kaboré est relégué sur le banc au profit de Gazinski et Shatov, lequel est autorisé à jouer contre son ancien club. Les deux équipes commencent à jouer activement dès le coup d’envoi. Krasnodar et le Zenit tentent des frappes cadrées à la fin de la septième minute, deux frappes arrêtées par Lunyov et Sinitsyn face à Smolov et Driussi. Après le quart d’heure de jeu, le Zenit Saint-Pétersbourg commence à accélérer et à mettre en difficulté le FK Krasnodar. Zabolotny passe tout près d’obtenir le face-à-face avec Sinitsyn, mais Shatov parvient à empêcher cette situation d’un tacle assez risqué, mais bien exécuté. Le Zenit se procure une énorme occasion sur une sortie manquée de Sinitsyn qui a permis à Zabolotny de trouver la barre transversale en duel aérien. Peu après, c’est Yerokhin qui tente sa chance, mais son tir n’a pas posé de problème.

Krasnodar ne reste pas en spectateur pour autant. Même si l’équipe montre des faiblesses défensives, le secteur offensif reste plutôt actif et s’offre le premier but de la partie. Sur un long ballon de Pereyra, un duel aérien entre Claesson et Ivanovic voit le ballon revenir vers Oleg Shatov qui envoie le ballon dans les filets d’un tir croisé (0-1, 22′). Shatov inscrit son premier but dans l’Arena du Zenit… contre le Zenit ! C’est d’ailleurs son premier but avec les Byki. Le but ne change toutefois rien à la défense moyenne du FKK et onze minutes plus tard, le Zenit égalise par l’intermédiaire d’Aleksandr Yerokhin à la réception d’une passe de Driussi (1-1, 33′). La dernière occasion de la première mi-temps vient d’une erreur énormissime et évitable sur une passe simple de Lunyov à Paredes. N’ayant pas vu Pereyra venir, ce dernier se fait déposséder dans son propre camp. Pereyra joue le une-deux avec Smolov avant d’envoyer son ballon au-dessus des cages.

Au retour des vestiaires, Krasnodar semble plus en maîtrise qu’en première mi-temps. Les Byki commettent moins d’erreurs après la pause dans le jeu de passe et défendent de façon mieux assurée. Le jeu se rééquilibre. Driussi passe néanmoins près de donner l’avantage au Zenit pour la première fois de la partie, mais son tir courbé manque de quelques millimètres les cages de Sinitsyn. Deux tirs de quelques minutes d’intervalle pour Krasnodar suivent. L’un de Petrov, mais le ballon termine bien au-dessus du cadre. L’autre de Smolov en bonne position après un centre parfait de Petrov, mais le tir a encore une fois manqué le cadre.

Au milieu de la seconde période, les Byki et les Zenitiki se procurent trois belles occasions. À la 70e minute, le corner de Shatov manque de très très peu d’être récupéré par Claesson devant le but vide, mais le Suédois tente de lever vainement le pied au lieu de marquer de la tête. Un autre corner, cette fois pour les Zenitiki, aurait terminé en but sans un arrêt-réflexe d’un Sinitsyn sur la trajectoire de la tête d’Ivanovic. Entre les deux corners, une frappe croisée de Wanderson rate les cages de peu.

Chancelant de la jambe, Shatov doit quitter le terrain avant la fin du match. Sa sortie s’accompagne d’un standing ovation de la part des supporters de Saint-Pétersbourg ce qui témoigne de sa popularité dans la ville, même en tant qu’adversaire. Le FK Krasnodar ne peut se satisfaire d’un match nul qui ne l’arrange pas au-delà du résultat brut (chercher le nul au Krestovski n’est pas donné à tout le monde). Les Byki lancent l’offensive dans les dernières minutes et sont spectaculairement récompensés de leurs efforts. Une combinaison splendide entre Wanderson, Smolov et Claesson suivi d’une superbe accélération de Granqvist. C’est là que Smolov sert Viktor Claesson d’un geste technique de grande classe avant que l’attaquant suédois n’expédie le ballon au fond des filets d’une frappe croisée (1-2, 88′).

Délivrance pour Krasnodar ! Alors qu’ils développent l’habitude ces dernières années, ce n’est que la première fois cette saison que les Byki font tomber un ténor, dès le premier match après le départ de Shalimov. On peut parler d’une première réussie pour le jeune et inexpérimenté Murad Musayev sur le banc de Krasnodar (première fois qu’il entraîne une équipe A). Le FKK (44 points) devance maintenant le Zenit (42 points) au classement avec cependant un match joué en plus. Il faudra confirmer, d’autant plus que trois rencontres difficiles contre l’Arsenal Tula (sixième), le CSKA Moscou (troisième) et le Lokomotiv Moscou (leader) se profilent, trois équipes contre lesquelles le FKK s’était incliné à l’aller. Miraculeusement, la C1 semble de nouveau atteignable, surtout après la défaite à domicile du CSKA face au Dinamo.

Pour le Zenit, c’est un peu l’inverse. Cette défaite est le faux-pas de trop pour l’entraîneur Mancini qui semble avoir perdu le contrôle de son équipe qui s’était si bien lancée au début de la saison. La nouvelle a été officialisée après la défaite : tout comme son prédécesseur roumain l’an dernier, Mancini quittera le Zenit Saint-Pétersbourg après une unique saison passée sur le banc et est pressenti pour reconstruire une équipe d’Italie non qualifiée pour le Mondial russe. Pourtant, tout n’est pas encore perdu pour les Pétersbourgeois. Avec la défaite du CSKA, le Zenit n’est qu’à deux longueurs de la Ligue des champions et a un match de retard à rattraper sur son adversaire du week-end. Mais pour survivre à la concurrence rude, encore faut-il rectifier les nombreux problèmes dont souffrent l’équipe afin de ne plus commettre le moindre faux-pas ce qui n’est pas dit…

Les autres matchs

  • L’Amkar sur sa lancée. Après sa belle victoire sur la pelouse du Lokomotiv Moscou, le club de Perm enchaîne avec un second succès 2-0 à Khabarovsk contre un SKA quasiment relégué.
  • Quel match à Kazan! Un but au bout de vingt secondes de jeu, un festival offensif, de la pluie et de belles glissades. Le match entre le Rubin Kazan et l’Akhmat fut magnifique avec une victoire 3-2 des locaux.
  • Gros succès de Tula. L’Arsenal réalise un beau coup dans la course pour la sixième place avec une victoire 2-1 contre son concurrent direct, Ufa.
  • Ural décevant. Une semaine après l’inauguration de son stade, les joueurs de Tarkhanov n’ont pu faire mieux qu’un 2-2 sur la pelouse de Tosno au Petrovsky.
  • Le Loko se réveille. Une semaine après sa défaite surprise, le leader se relance timidement contre Rostov. Victoire finale 1-0.
  • Le Spartak se balade. En déplacement à Makhachkala, le Spartak n’a pas fait dans la dentelle et s’impose 4-1 sur la pelouse de l’Anzhi en grande difficulté.
  • Le CSKA surprit. Quelques jours après sa défaite à Londres, le CSKA plonge avec une défaite 2-1 à domicile contre le Dinamo Moscou. Il faudra essayer de réagir jeudi contre Arsenal …

Le classement

L’événement marquant de la semaine

 Craquage au CSKA

Le CSKA affrontait le Dinamo Moscou ce lundi pour le compte du dernier match du week-end. Et les choses se sont mal passées pour les militaires qui ont encaissé leur première défaite de l’année 2018 en RPL 2-1 contre le Dinamo. Mais plus que la contre-performance, les médias se sont focalisés sur deux faits qui ont eu lieu durant le match.

Le premier est la sortie tendue de Musa à la 58e et qui ignore de saluer son entraîneur Viktor Goncharenko alors que celui-ci lui tend la main! On voit alors Ahmed Musa s’asseoir et Goncharenko lui dire tout ce qu’il pense de lui. Les mots n’ont pas dû être tendres, mais le comportement de Musa est lui aussi incompréhensible, lui qui est revenu au CSKA en janvier en prêt de Leicester City pour aider le club moscovite à conserver une place en Ligue des Champions et qui, malgré son temps de jeu conséquent, n’arrive pas à enchaîner les buts. L’entraîneur a rétorqué en conférence de presse que cela relevait des « affaires familiales internes. » Le conflit entre les deux hommes fait en tout cas couler pas mal d’encre dans la presse…

Le deuxième fait concerne l’excès de colère de Pontus Wernbloom envers l’arbitre. Le joueur, malgré un jaune, a continué à vociférer sur l’arbitre qui resta bien calme face à un comportement plus que limite. Habitué à ces excès envers le corps arbitral, Wernbloom montre encore son côté obscur et met totalement de côté le minimum de respect qu’un joueur doit avoir vis-à-vis des arbitres…

 Le joueur de la semaine

Alexander Sobolev

Le Krylia a tranquillement disposé du Spartak-2 5-1 ce week-end. Un homme c’est mis en avant, il s’agit d’Alexander Sobolev. Fraîchement arrivé fin janvier en provenance du Tom Tomsk, le jeune buteur de 21 ans a déjà gagné sa place de titulaire dans une équipe qui se bat pour la montée. Auteur de six buts avec Tomsk au cycle aller, il a claqué un magnifique triplé et a grandement participé au succès des siens. Un renfort de taille pour le club de Samara qui souhaite retrouver l’élite la saison prochaine.

Le portrait de club de la semaine

Uralan Elista

La Kalmykie est une petite république du sud de la Russie dont la capitale, Elista, compte à peine 100 000 habitants. C’est bien peu à l’échelle de la Russie. Toutefois, cela n’a pas empêché le club local, l’Uralan Elista, de passer cinq saisons dans l’élite du football russe entre 1998 et 2003. Pour l’anecdote, « Uralan » en kalmyk signifie « en avant ». Toute ressemblance avec un club armoricain bien connu est le pur fruit du hasard.

Pendant leur âge d’or footballistique, les Kalmyks sont parvenus à accrocher la 7e place du championnat en 1998, et se sont hissés en demi-finale de la Coupe de Russie en 2000. Malheureusement, le club ne survivait que par la grâce du soutien de l’administration régionale. Celle-ci ayant fini par retirer ses billes, l’Uralan a très vite fait faillite. Une reformation a bien été tentée en 2005, mais l’affaire a vite tourné à la catastrophe.

Fait intéressant : c’est Leonid Sloutski, alors jeune entraîneur inexpérimenté, qui était à la tête de l’Ouralan Elista lors de sa dernière saison en 2004.

Les ours écrasés

Les idées de Gazzaev pour le football russe

L’ancien entraîneur du CSKA vainqueur de la coupe UEFA a présenté un rapport à la Douma où il détaille les mesures selon lui nécessaires pour sauver le football russe. Dans un premier temps, il préconise la création d’une Ligue professionnelle russe, qui serait responsable de la Première Ligue (18 clubs) et de la Première Division (36 clubs répartis en 3 zones). Les droits télés des deux championnats seraient vendus ensemble.

Gazzaev préconise en outre de faire financer les clubs professionnels uniquement par le privé, et de réorienter une partie du budget de la Fédération vers le football régional. Le gros du rapport concerne toutefois la formation, avec une série de propositions contraignantes pour les clubs. Par exemple, l’obligation de titulariser un russe de moins de 20 ans à chaque match, ou encore de réserver aux équipes de jeunes une partie de l’argent gagné en championnat.

Des propositions qui resteront sans doute lettre morte, mais qui ont le mérite d’envisager le développement du football russe au-delà de la Coupe du Monde.

Qu’est-il devenu?

Ezequiel Garay

Vous l’avez peut-être découvert pendant la Coupe du monde 2014 au Brésil durant laquelle il avait brillé avec la sélection argentine, Ezequiel Garay jouait alors au Benfica Lisbonne au Portugal. Avec le Brésilien Lisao en défense centrale, la paire formait un des duos les plus prometteurs du continent. L’Argentin passe ensuite par le Zenit Saint-Pétersbourg. En deux saisons, il joue 50 matches et marquera 3 buts. Le Zenit remporte aussi son cinquième titre de champion de Russie.

En 2016, Garay est transféré à Valence pour une somme de 20 millions d’euros et joue 27 matches pour sa première saison. Cette saison, Garay se blesse en février, victime d’une déchirure à la jambe cuisse. Un coup dur avant la Coupe du monde. Le défenseur perd sa place dans l’équipe titulaire de l’Argentine. Son club de Valence est actuellement troisième et se bat pour le podium en Liga. Dimanche, Valence s’est imposé 1 but à 0 contre l’Espanyol Barcelone, et Garay était titulaire. Une bonne chose pour lui à deux mois de la Coupe du monde.

Le but du week-end

Grosse frappe de Promes qui s’amuse avec la défense de l’Anzhi. Véritable festival offensif pour le néerlandais qui terminera la rencontre avec trois buts au compteur.

Le XI type

L’actu FNL

Krylia Sovetov-Spartak 2, 5-1

Carton plein pour le Krylia Sovetov qui garde le rythme effréné des deux autres leaders de la FNL. Les hommes d’Andreï Tikhonov avaient joué trois jours auparavant contre le Spartak en quart de finale de la Coupe de Russie. Les choses s’étaient mal passées pour le Krylia qui n’a pas fait un pli face au talent offensif des rouge et blanc 3-1. Trois jours plus tard, ils faisaient à nouveau face au Spartak, mais cette fois en Championnat face au Spartak 2. La formation entraînée par Gunko est en grande difficulté avec aucune victoire lors des huit derniers matchs. Il était difficile de penser que les rouge et blanc se reprennent face à l’un des prétendants à la montée.

Ce sont d’ailleurs les leaders de cette équipe de Samara qui ont fait le job avec un but de Samodin dès la 21e minute de jeu sur corner. La première période voyait pourtant une équipe du Spartak entreprenante, mais pas suffisamment inspirée devant. Rudenko finira par remettre les deux équipes à égalité avec l’aide d’une erreur du gardien à la 70e. Deux minutes plus tard, Sobolev, buteur contre le Spartak mercredi, remettait Samara sur de bons rails. Le Spartak 2 explosait complètement et prenait encore trois buts de Sobolev et Zotov en profitant de la passivité défensive et d’un Maksimenko loin d’être irréprochable… 5-1, la coupe est bien pleine et voit de nouveau le Spartak dans le dur… Gunko a tenté de faire croire que le score était injuste lors de la conférence d’après match, mais force est de constater que le Spartak 2 flirte dangereusement avec la zone rouge et qu’aucune solution ne semble être trouvée.

La FNL en bref…

Le trio de tête continue son duel à distance. Yenisey s’est imposé grâce à un penalty de Kichin contre Luch Energiya. Bon résultat à Vladivostok pour les hommes d’Alenichev. Orenbourg s’est défait de Khimki 1-0 sur une réalisation de Mamtov.

Hormis ce trio infernal, la FNL a connu pas mal de 0-0 durant cette journée. On peut noter celui du Volgar qui manqua un penalty et termina le match en supériorité numérique. Kuban a battu 1-0 une équipe du Zenit 2 à la dérive tandis que le Baltika s’est imposé contre Olimpiyets 2-1 et renforce cette précieuse quatrième place. Yaroslav continue sur sa lancée avec une troisième victoire en six matchs contre Tyumen 2-0.

L’équipe Footballski

Retour sur la journée 25 de RPL 2017 2018 – Championnat de Russie de football
5 (100%) 3 votes

A propos de l'auteur

Antoine Jarrige

Antoine Jarrige

Antoine, 21 ans. Etudiant en kiné en Alsace, grand amateur du football russe . Amoureux d'Ural, le grand club de Sibérie occidentale, mon coeur ne bat que pour Smolov et Lungu.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Le football dans les RSS : #53 l’Ouzbékistan – Le Dinamo Samarkand, symbole d’une ville passée dans l’ombre

À moins d’un an de la Coupe du Monde, nous avons décidé de nous replonger dans l’histoire du football soviétique des...

Fermer