Retour sur la journée 20 de RPL 2016-2017 – Championnat de Russie de football

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 22 mars 2017

L’écart se resserre très légèrement au sommet de la RPL à l’approche de la trêve internationale et le suspense reste complet pour les places européennes. Comme tous les mercredis, Footballski vous raconte le week-end de football en Russie.

L’affiche : Lokomotiv Moscou – Spartak Moscou : 1-1

LOKOMOTIV XI : Guilherme © / Kverkvelia – Corluka (46’ Pejcinovic) – Mikhalyk / Ignatiev – I. Denisov – V. Denisov – Fernandes (76’ Margasov) – Tarasov (63’ Barinov) / Miranchuk – Ari

SPARTAK XI : Rebrov © / Eschenko – Tasci – Kutepov – D. Kombarov / Fernando – Zobnin / Samedov – Ananidze (70’ Popov) – Promes / Ze Luis

Pour la deuxième fois en une semaine, le stade Cherkizovo accueillait un « gros » du championnat, et non des moindres : le Spartak Moscou, en tête du classement avec  44 points. Pour tenter de freiner la Viande dans sa course au titre, Yuri Syomin reconduisait son 3-5-2 « à la Juventus », hommage que Carrera aura sans doute apprécié. Le onze de départ subissait peu de changements par rapport au match contre Krasnodar. Mikhalik était préféré à Pejčinović en défense centrale, tandis que Tarasov effectuait son grand retour le jour de son 30e anniversaire après de longs mois de blessure. A noter également la titularisation d’Ari, qui avait été empêché de jouer contre les Byki par une clause de son contrat de prêt. Pas beaucoup de changements également côté Spartak, hormis le retour du fils prodigue Jano Ananidze. Glushakov blessé, l’entraîneur italien faisait confiance à Zobnin pour débuter la rencontre et compléter le duo de milieux récupérateurs avec Fernando.

Quelques secondes après le coup d’envoi, le Spartak se procurait déjà une occasion : lancé dans la surface, Promes écrasait trop sa frappe pour pouvoir inquiéter Guilherme. En comparaison, malgré un bel entrain au pressing, le Lokomotiv se montrait peu dangereux en début de première période. Le Spartak, lui, aurait pu encore ouvrir le score à deux reprises. La première fois sur un coup franc joué en deux temps : le missile de Fernando était mal capté par Guilherme et le ballon manquait d’être détourné dans les buts. La deuxième alerte arrivait à la 31e minute sur un superbe slalom d’Ananidze dans la défense des Cheminots. Samedov, idéalement servi en retrait par le Géorgien, ratait l’immanquable. Le cœur de Sammy est à jamais rouge et vert, en voici la preuve ! A force d’inefficacité, le Spartak était puni juste avant la pause : Ignatyev débordait sur le côté droit et ajustait un centre tendu en direction d’Ari, qui envoyait le ballon au fond des filets d’un coup de tête rageur (1-0). La pugnacité du Loko était récompensée.

Menés à la pause, les Rouge et Blanc montraient comme souvent un visage offensif au retour des vestiaires. Le Lokomotiv connaissait un premier accroc avec la sortie dès la 46e de Ćorluka. Et ce que cherchait les hommes de Carrera arriva dès la 51e. Sur une passe de Samedov, Ze Luis contrôlait la balle et lançait de la tête dans la profondeur Promes à la limite du hors jeu. Celui-ci trompait Guilherme d’une belle volée. Le Spartak continuait par la suite à pousser tandis que le Lokomotiv laissait passer l’orage. L’entrée de Barinov et la sortie d’Ananidze accentuait la pression du Lokomotiv et la bataille du milieu tournait à l’avantage des Cheminots. Sur une perte de balle, Alexey Miranchuk s’infiltrait dans la défense et Kutepov était à deux doigts de tromper Rebrov en contrant le ballon (75e) ! Le Lokomotiv semblait cependant accuser le coup physiquement et le Spartak en profitait pour finir la partie et se procurer des occasions pour arracher la victoire. Elle aurait pu être fatale si Promes avait pu pousser dans les filets un ballon repoussé par Guilherme sur une frappe de Samedov dans les arrêts de jeu. Mais Pejčinović empêchait la défaite en dégageant le ballon en corner…

On en restera là sur ce score de 1-1, en toute somme logique au regard du match. Côté cheminot, cela fait deux matchs que le Lokomotiv mène mais se fait reprendre. Krasnodar avait même fini par gagner… Les Rouge et Vert peuvent se consoler en saluant la performance d’Ari, auteur de son septième but en sept matchs contre son ex-club. Les ex-spartakistes font toujours aussi mal à leur ancien club… Au classement, les places européennes s’éloignent toujours un peu plus pour le Loko. Quant au Spartak, c’est la défense qui inquiète. La charnière composée de Tasci et Kutepov n’a pas donné de signes rassurants et les arrière latéraux, notamment Eschenko, ne sont pas au niveau. Carrera a la trêve internationale pour trouver une solution en défense et pourquoi pas lancer les joueurs acquis durant le mercato d’hiver (Dzhikya, Tigiev). Les deux poursuivants ayant gagné leur match, le Spartak a désormais six points d’avance au classement RPL.

Le match du week-end : FK Tom Tomsk – Amkar Perm : 1-0

TOMSK XI: Solosin / Popov – Miterev – Osipov – Sasin / Balyajkin – Ciuperca – Pugin – Golyshev © – Kuznetsov (84′ Bolshunov) / Sobolev (75′ Makurin)

AMKAR XI: Khomich / Conde – Ogude – Zanev © / Idowu – Komolov – Gol – Kostyukov (57′ Zajtsev) – Gigolaev (75′ Jovicic) / Gasilin (62′ Salugin) – Bodul

Fort de son succès 1-0 à domicile contre le Zenit Saint Pétersbourg, l’Amkar Perm comptait bien enchaîner sur un bon résultat pour croire en l’Europe. Pour celà la tâche semblait assez facile sur le papier; un déplacement sur la pelouse du Tom Tomsk. Le club sibérien est en effet à la dérive depuis la reprise, lourdement endetté, celui ci a vu la quasi majorité de ses joueurs partir et c’est donc une équipe B composé de joueurs venant majoritairement de Youth League qui aura la lourde tâche de maintenir le Tom Tomsk.

C’est donc forcément sûr d’eux que les joueurs de Perm débarquent sur la pelouse du Trud Stadion. Avec une stratégie plus que défensive du côté des locaux et une autre ultra offensive chez les visiteurs, on s’attend forcément à voir des buts. Dans un match très physique, c’est contre toute attente les locaux qui vont se créer une première occasion; sur une longue balle en cloche, Pugin se présente seul face à Khomich mais malheureusement pour le Tom Tomsk, le milieu de terrain ne peut remporter son duel à bout portant. Sur une pelouse plus que limite, l’exploit va venir à la 24ème minute. Sur un coup franc à l’entrée de la surface de réparation, Kuznetsov adresse une merveille de balle brossée et ouvre le score! Coup de tonnerre sur la tête de l’Amkar! Comment imaginer que l’équipe qui a déjà encaissé 10 buts lors des deux derniers matchs de championnat pouvait se réveiller aujourd’hui … La petite foule du Trud est debout et va pousser son équipe. Avec son public, le Tom Tomsk va bénéficier en plus d’un petit coup de pouce du destin; sur un corner pour l’Amkar, Gasilin égalise mais son but est annulé pour hors-jeu! Petrakov peut souffler sur son banc, l’Amkar n’y arrive pas. Peu inspiré en attaque, le tombeur du Zenit rentre aux vestiaires à la pause avec un but de retard.

Sentant l’exploit possible, le Tom Tomsk va encore augmenter les coups de physique d’un cran en seconde période. Et ça marche! Les joueurs de l’Amkar commence à perdre leurs nerfs et malgré une belle frappe de Zanev sorti par Solosin, les joueurs de Perm ne parviendront jamais à refaire le retard. Victoire 1-0 au final pour le Tom Tomsk, un vrai exploit quand on commence un match avec une cote de 18 contre 1 pour une victoire.

Les autres matchs

  • L’Anzhi souffle. Sur une série de trois défaites d’affilées, l’Anzhi s’est offert un bon bol d’air dans la course au maintien. En recevant Orenbourg qui est barragiste, le club du Dagestan a assuré l’essentiel en l’emportant 1-0 grâce à un but de Prudnikov. Les jaunes prennent sept points d’avance sur les barragistes.
  • Première pour Iljin. Le jeune buteur de l’Ural inscrit son premier but avec sa nouvelle équipe. Transféré du Sibir l’hiver dernier, le Russe permet au club d’Ekaterinbourg de remporter un précieux succès contre le Rubin Kazan. Le Rubin reste dans le ventre mou tandis qu’Ural prend quatre points d’avance sur Orenbourg.
  • Rostov n’y arrive toujours pas. Sur la pelouse du barragiste, le Krylia, Rostov n’a pas réussi à se relancer dans ce championnat. Un triste 0-0 qui n’arrange personne, les jaunes et bleus restent à trois points de l’Europe tandis que le Krylia se donne une bouffée d’oxygène.
  • Le CSKA dans la douleur. En déplacement sur la pelouse du Terek Grozny, le CSKA a eu du mal à concrétiser ses occasions mais s’est finalement imposé 1-0 grâce à Ionov. Ce succès permet aux Moscovites de revenir à six points du Spartak. Le Terek quant à lui est neuvième.
  • Ufa toujours présent. Quelques jours après son élimination en Europa League contre le Celta Vigo, Krasnodar n’a pas réussi à se relancer à domicile contre Ufa. Toujours surprenant et toujours en lice pour l’Europe, Ufa accroche un 0-0 qui lui permet de revenir à un point de son adversaire du soir.
  • Le Zenit n’a pas dit son dernier mot. Défait de manière inattendue le week-end dernier sur la pelouse de l’Amkar Perm, le club de Saint Pétersbourg n’abdique pas dans la course au titre avec un succès précieux 2-0 contre l’Arsenal Tula. Buts de Criscito et de Danny qui permettent au Zenit d’être troisième. L’Arsenal Tula quant à lui est relégable. A noter le premier match de Lunev dans les cages des bleus et blancs.

Le classement

Le Spartak voit son avance diminuer alors qu’en bas une hiérarchie se dessine.

Les ours écrasés

Les ultras du Spartak répondent à la BBC.

Les ultras russes sont en colère, la faute à un reportage à charge de la BBC sur le monde de supportérisme en Russie. Le film, sobrement intitulé « Russia’s Hooligan Army », brasse tous les clichés du genre pour faire trembler dans les chaumières britanniques à un an et demi de la Coupe du monde.

Les fans du Spartak ont décidé de répondre à l’outrage par deux tifos lors du derby moscovite contre le Lokomotiv. Sur le premier, on voit un fan du Spartak se tenant devant sa représentation télévisée, avec en sous titre « BBC : Blah Blah Channel ». Sur le second, les ultras ont convoqué différentes célébrités dévouées au Spartak (et Sergueï Lavrov !), accompagnées de la légende : « Les supporters d’un grand pays ». Le tout coiffé d’un « #Welcometorussia2018 ». Une manière de rappeler que l’on trouve de tout parmi les amateurs de football, en Russie comme ailleurs.

 

L’œil de Moscou

La Remontada bashkire

Il n’y pas de secret”, disait Sergei Semak en répondant à la question sur ses méthodes d’entrainer l’équipe du FC Ufa, cinquième du championnat actuel. Le plaisir d’y trouver le clé de la réussite nous fait croire que Semak est un magicien qui a une grande carrière d’entraîneur devant lui ce qui n’est pas loin de la réalité. Mais est-ce vraiment lui, cette fameuse clé ? L’opinion de notre rédaction comme souvent est partagée, car il y a beaucoup d’ingrédients qui fait le carton bashkire. Pour résumé, nous soulignons qu’il n’y pas qu’en lui qu’il faut trouver toutes les raisons. Tout part de la direction qui continue à faire des bons choix sportifs et ne cesse de développer son projet prometteur, même s’il est trop tôt pour s’enflammer.

Changer d’entraineur pendant le mercato d’hiver n’a jamais été facile, mais ils en sont très bien débrouillé. Renforcer l’effectif non plus, surtout quand on parle d’Aleksandr Belenov. Lui, c’est Stéphane Ruffier russe qui est aussi très doué, mais n’a pas la reconnaissance au niveau national. Étant le grand spécialiste en penalty (il en a arrêté quatre sur cinq cette saison) Belenov aide énormément à sa nouvelle équipe à grappiller des points par ci par là et garantit la sécurité de ces cages. Valeur sûre qui le reste même dans une équipe à l’effectif très modeste. On vous a déjà prévenu qu’il est encore trop tôt pour s’enflammer, car le FC Ufa n’est qu’au début de son histoire et surtout loin d’être l’un des meilleurs en Premier League russe. Il n’y a pas longtemps les bashkires n’ont quand même pas été loin de la zone de la relégation. Sa place actuelle surprend, ce qui prouve la force des soldats de Semak. Mais cela envoie le signal que le club d’Oufa est en train de grandir et va montrer ses ambitions très prochainement.

L’ancien du week-end

Anatoliy Tymoshchuk a mis fin à sa carrière de joueur à l’issue de son contrat avec le Kairat Almaty, fin 2016. L’ancien joueur du Zenit Saint-Pétersbourg est revenu durant la semaine dans le club qu’il a fréquenté de 2007 à 2009 puis de 2013 à 2015 non pas en tant que joueur mais en tant qu’entraîneur adjoint. Tymoshchuk, 38 ans, retrouvera dans l’ancienne capitale impériale Mircea Lucescu qu’il a eu comme entraîneur au Shakhtar Donetsk de 2004 à fin 2006.

Le but du week-end

Pour son retour, Danny a scellé la victoire 2-0 des siens contre Arsenal qui redevient relégable. La finition du Portugais est parfaite et montre qu’il n’a rien perdu de son sang froid après de très longues semaines d’absence. (0:45 de la vidéo).

https://www.youtube.com/watch?v=waaJvVJgPRA

La FNL

Le Dinamo est très loin d’être menacé mais n’enchaîne plus les bonnes performances avec un nouveau match nul, cette fois à Moscou contre la réserve du Spartak qui recule au sixième rang. Les buteurs sont Sapeta et Melkadze (lien ODR). Tosno en profite pour se rapprocher avec sa courte victoire 1-0 sur un Yenisey qui n’en finit plus de s’effondrer, le Serbe Rade Dugalic a inscrit le seul but de la rencontre. Derrière les barragistes sont déjà à onze points, avec en tête, le SKA Khabarovsk battu 1-0 sur la pelouse du Shinnik qui se rapproche à un seul petit point de son adversaire du week-end. Au même niveau que le Shinnik Yaroslavl, on retrouve le Fakel Voronezh, vainqueur 2-0 d’un Sibir Novosibirsk juste une tête au dessus de la zone de relégation.

Le Spartak Nalchik est également en équilibre précaire au dessus de la zone de flottaison, et le nul obtenu à Saint-Pétersbourg sur le terrain du Zenit-2 n’est pas forcément un bon résultat car le Zenit-2 ne gagne plus depuis un bon moment déjà et se trouve en treizième position. C’est Ilya Zuev qui a permis aux siens d’égaliser tandis que Sharif Mukhammad avait ouvert le score pour les Caucasiens. Caucasiens qui vont disputer aujourd’hui leur match en retard à Tyumen. Si on s’enfonce plus bas, on suit le même chemin que le Volgar Astrakhan, premier relégable et battu 2-0 par un Neftekhimik requinqué qui abandonne sa dernière place au Baltika Kaliningrad. Pourtant le Baltika est également plutôt en forme, signe que les deux équipes quasi-condamnées tentent un improbable come-back pour se sauver. C’est déjà le cinquième match d’affilée sans défaites pour le Baltika, mais le 0-0 contre le Luch Vladivostok dans le match des équipes séparées de 10 000 km a été sans saveur et les hommes d’Igor Cherevchenko n’ont pu profiter de la fatigue de leurs adversaires.

Egalement relégables et en difficulté, le Mordovia, toujours aussi décevant, a perdu l’affrontement des anciens pensionnaires de RPL, 2-0 contre un Kuban qui réintègre la première partie de classement (neuvième). Les buteurs sont Obukhov et Malyarov. Le Sokol de son côté n’a pas joué et son match contre Khimki a été reporté. Enfin dans le ventre-mou Tyumen et Tambov ont fait match nul 0 à 0.

 L’équipe-type de la rédaction

La rédaction Russie de Footballski sous la direction d’Adrien Laëthier.


Photo à la une : © Alexander Vilf / Sputnik via AFP Photos

Retour sur la journée 20 de RPL 2016-2017 – Championnat de Russie de football
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l’Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l’Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J’essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d’ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,…) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
#97 Les images de la semaine

République tchèque : Derby de Silésie C'était le match du week-end en République tchèque et il avait lieu en seconde...

Fermer