Retour sur la journée 9 de RPL 2016-2017 – Championnat de Russie de football

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 5 octobre 2016

Nous revenons comme tous les mercredis sur ce qu’il se passe en RPL et en dessous pour les amateurs du football pratiqué en Russie. Le Zenit revient, le Spartak gémit, le CSKA tombe alors que le Lokomotiv est toujours englué. Voilà ce que vous pourrez lire, et bien d’autres choses. En bonus, voici les deuxièmes trophées Footballski Russkie de la saison, en fin d’article.

L’affiche :  Zenit Saint-Pétersbourg – Spartak Moscou : 4-2

ZENIT XI : Lodygin / Smolnikov  – Neto – Criscito – Zhirkov (Lombaerts 88e) / Javi Garcia © (Mauricio 83e) – Witsel – Giuliano / Mak (Yusupov 76e) – Dzyuba – Kokorin

SPARTAK XI : Rebrov / Mauricio – Kutepov – Bocchetti – Eschenko / Glushakov © – Fernando / Zobnin – Popov (Ananidze 70e) – Promes / Zé Luis

Pour ce choc au sommet de cette neuvième journée en RPL avec en jeu la place de leader, le Zenit se montrait avec son équipe type du moment, avec Mak à la place de Shatov sur l’aile gauche. Au milieu, Lusecu reconduisait Javi Garcia, Witsel et Giuliano en pointe offensive. Côté Spartak, Carrera faisait conscience aux hommes en forme depuis le début de saison. Eschenko commençait à gauche. Les ultras du Zenit, pour prouver que Saint-Pétersbourg était bel et bien la capitale culturelle de Russie, rendait hommage par un très joli tifo au compositeur Dimitri Shostakovich pour son 110e anniversaire.

Glushakov était l’auteur de la première frappe après quelques secondes de jeu. Les intentions du Spartak étaient claires : jouer pour gagner et mettre le Zenit à 6 points. Le Spartak débutait d’ailleurs très bien son match, bien mieux que les hôtes. La défense des hommes de Lucescu se montrait fébrile sur les premiers corners. Le Zenit répondait en contre avec Kokorin, mais celui-ci ne donnait rien. Les Moscovites se montraient plus entreprenants avec plus de 65% de possession dans le premier quart d’heure ! Mais alors qu’on sentait le Spartak prendre le dessus, le Zenit ouvrait le score sur penalty suite à une main d’Eschenko ! Giuliano transformait pour donner l’avantage à son équipe (1-0). Le Spartak réagissait bien et ne se laissait pas abattre. Les Moscovites égalisaient par Bocchetti, ce qui représentait mieux cette première demi-heure dominée par les visiteurs (1-1). Dzyuba redonnait l’avantage au Zenit à la suite d’une très belle action collective emmenée par Robert Mak sur le côté gauche. Encore une fois, Eschenko était un peu juste et se faisait devancer par l’attaquant russe qui se jetait bien (2-1). Mais sur le corner qui suivait l’engagement, Zé Luis s’élevait plus haut que tout le monde pour égaliser (2-2). Lodygin était battu. Quatre buts en une mi-temps, ce choc promettait des rebondissements, on était servi !

Au début de la deuxième mi-temps, l’avantage est au Zenit qui récupère assez haut le ballon et bloque bien les transmissions. Cependant, le jeu est très haché par de nombreuses fautes. Le Spartak quadrille bien le ballon en bloquant bien les côtés. Dans le jeu, Popov tout au long de sa présence en deuxième mi-temps n’a rien apporté offensivement et Ze Luis comme souvent tarde à lâcher sa balle dans les derniers mètres (58e). Et c’est là que le Zenit se décide à prendre l’avantage. A la 60e, sur une passe en profondeur de Giuliano, Witsel, partant pourtant de loin, prend l’avantage sur Glushakov et ajuste Rebrov qui décidément montre ses limites dans les matchs décisifs. Toute la différence est là ! Un Spartak accrocheur mais qui peut lâcher défensivement à tout moment et un Zenit un peu fébrile défensivement mais très efficace offensivement. Commence alors une suite d’incompréhensions vis à vis des décisions arbitrales. Je n’ai pas pour habitude de discuter les décisions de l’arbitre mais celles d’Ivanov vont faire l’objet de vives critiques après le match. Je me permets d’en citer quelques unes qui ont fait débat par la suite :

  • 65e Ze Luis semble accroché dans la surface mais l’arbitre ne bronche pas.
  • 69e Glushakov tombe dans la surface suite à un plongeon de Lodygin dans ses pieds mais l’arbitre ne bronche pas.
  • 84e Criscito, déjà averti, découpe Promes qui partait en contre attaque mais l’arbitre ne bronche pas.

Cette dernière est selon moi celle qui peut faire débat car elle est parait évidente. Le reste n’est que l’appréciation de l’arbitre. Le quatrième but interviendra d’ailleurs à la 85e sur une obstruction de Eschenko sur Kokorin. Penalty transformé par Giuliano. Mais est-ce la faute de l’arbitre si le Spartak ne s’est créé que quelques rares occasions en deuxième période ? Est-ce la faute de l’arbitre, leur fébrilité défensive ? Rebrov, Popov, Eschenko, Glushakov et Fernando n’ont pas été à la hauteur et on peut s’attendre peut-être à quelques changements au retour de la trêve internationale. 4-2, score sévère pour les hommes de Carrera qui auront été sérieux dans le jeu mais qui ont clairement manqué de répondant en deuxième période. Le scénario n’est pas sans rappeler le match de la saison dernière qui s’est fini sur un score de 5-2. Là encore, le Spartak avait fait jeu égal durant la 1ère mi temps. Le Zenit a quant à lui déçu dans le jeu proposé et on attendait un jeu beaucoup plus intéressant, surtout après avoir vu leur prestation face à l’AZ Alkmaar en UEL jeudi dernier (5-0). Qui qu’il en soit, le Zenit remporte ce match au sommet et rejoint en tête le Spartak à égalité de points. Tout reste à faire dans cette RPL qui s’annonce passionnante, d’autant plus que le Spartak recevra après la trêve internationale Rostov tandis que le Zenit ira défier Ural.

Le match du week-end : FK Rostov – CSKA Moscou : 2-0

Face à une équipe du CSKA aux abonnés absents, Rostov à exploité toutes les failles défensives du champion en titre afin de s’imposer en ayant le luxe de ne jamais avoir été véritablement mis en difficulté par l’équipe moscovite. C’était un match attendu opposant les deux clubs qualifiés pour la phase de poule de la Ligue des Champions, le champion en titre le CSKA se déplace sur la pelouse de son dauphin. Les deux équipes en difficulté sur la scène continentale devaient cependant assurer le spectacle mais il n’en sera rien. La première mi-temps, assez soporifique, accouche d’un score assez révélateur de 0-0, les deux équipes se craignent et le nul ne semble déranger ni l’une, ni l’autre formation.

On se retrouve donc avec un match assez pauvre en occasions de buts et qui fait la part belle aux contre-attaques, c’est d’ailleurs dans cet exercice que les joueurs de Rostov vont donner une leçon a leurs adversaires en inscrivant les deux buts de la rencontre, d’abord à l’heure de jeu après une superbe remontée de balle au milieu de terrain assez impressionnante, le milieu défensif moldave Alexandru Gațcan se retrouve en bonne position à l’entrée de la surface et d’une frappe liftée se charge d’ouvrir le score contre toute attente, mais à la grande joie du public qui désespérait de voir le match s’emballer. On pensait que l’ouverture du score sonnerait la révolte côté CSKA Moscou, mais finalement, les joueurs de Leonid Slutsky ont conservé ce rythme de fausse gestion de match assez soporifique et n’ont pas su se créer d’occasions face au bloc défensif à cinq très bas de Rostov. Ils vont d’ailleurs se faire punir une nouvelle fois dans les arrêts de jeu du match sur une action assez similaire à l’ouverture du score, mais à la finition plus subtile quand Christian Noboa va piquer son ballon au dessus d’un Akinfeev très loin de sa grande forme, qui a même glissé sur le ballon en ratant un dégagement.

Score final 2-0, deux contres bien menés de Rostov ont suffi à mettre à mal un CSKA Moscou qui semblait bien endormi, incapable de réagir tout au long du match, en témoigne le nombres d’occasions des Moscovites, beaucoup trop rares pour espérer prétendre à mieux. On notera cependant la tentative de Bibras Natcho sur coup franc, détourné de justesse par Dzhanaev. Au final, un match à la qualité médiocre marqué par le manque de révolte des joueurs du CSKA qui semblaient totalement absents. En tout cas suffisamment pour permettre à Rostov de s’imposer et d’occuper la quatrième place tout en revenant sur le CSKA, désormais troisième.

Les autres matchs

  • Le FK Krasnodar bat le Rubin Kazan après un match très plaisant. On en est étonné qu’il n’ait vu qu’un seul but être inscrit au cours de la rencontre. Les Byki revenaient d’une semaine européenne et avaient perdu la star Fyodor Smolov en début de match lors de la large victoire obtenue contre Nice, le meilleur buteur (de la saison dernière comme de l’actuelle saison) rejoignant la liste des blessés (Mamaev, Wanderson, Pereyra, Akhmedov) en même temps qu’Izmaïlov faisait son retour sur le banc. Cela n’a pas empêché le FKK de développer son jeu et de marquer d’un joli but par l’intermédiaire d’Ari. Ajoutons à cela la grosse performance de Podberyozkin, revenu de blessure contre Nice (il avait été le joueur le plus en difficulté ce jour-là), particulièrement en deuxième mi-temps. Les absences de Rochina et de Jonathas se sont faites ressentir dans les rang d’un Rubin Kazan loin d’avoir été mauvais mais qui reste scotché à la dixième place. Le FKK reste aussi à sa sixième place mais n’est plus qu’à quatre points de la première place
  • Statu quo dans le duel « oriental ». Le match le plus à l’est de la RPL s’est soldé par un match nul 1-1 entre le Tom Tomsk et Ural. Dominateur dans la majeure partie du match, les locaux ont ouvert le score par l’intermédiaire de Pugin tandis que les joueurs d’Ekaterinbourg égalisaient dans le temps additionnel de la première mi-temps grâce à une tête de Fontanello sur un corner de Chanturia. Les deux équipes restent juste au dessus de la zone de play-down.
  • Samara se relance. La crise qu’a vécue le Krylia en début de saison semble être terminée. Après un nul la semaine passée contre l’Amkar, Samara a remporté sa première victoire de la saison contre l’Anzhi. Mollo et Tkachev ont tout les deux marqué en première période tandis que Berisha a réduit le score en fin de match. Samara quitte sa place de lanterne rouge mais reste relégable.
  • Le Loko au fond du trou. La réception de l’Arsenal Tula était l’occasion pour le club moscovite de se relancer mais les cheminots n’ont pu faire mieux qu’un 1-1 contre le promu. Pire encore, le Lokomotiv a égalisé en toute fin de match grâce à Samedov sur pénalty! Brown avait ouvert le score en première période, les deux équipes sont pour l’instant barragistes. Et si le Loko était en train de faire un remake du Dinamo la saison dernière?
  • Le Terek dans la douleur. Après plusieurs contre-performances, le club de Grozny est reparti de l’avant avec une victoire 2-1 contre Orenbourg. Devant 13 000 personnes, le Terek a inscrit deux buts par l’intermédiaire de Balaj et Lebedenko, mais ce fut difficile dans le jeu! Georgiev a donné un énième frisson aux Tchétchènes avec un pénalty en fin de match, mais insuffisant pour Orenbourg.
  • L’Amkar n’avance plus. Deuxième coup d’arrêt pour le club de Perm qui avait réalisé un début de saison parfait. Sur la pelouse d’Ufa, ce sont les locaux qui vont ouvrir le score grâce à l’inévitable Fatai; mais Stotsky contre son camp permettra à l’Amkar de récupérer le point du nul.

Le classement

Le Zenit a rattrapé le Spartak suite à sa victoire alors que Rostov n’abdique pas.

L’œil de Moscou

La furie médiatique du Spartak

Quand on est moins brillant, on commence à chercher un coupable quelque part ailleurs. C’est bien le cas du Spartak Moscou qui développe son jeu d’une manière moins fluide qu’avant. On plaisante (ou pas?) que les fruits du travail de Dmitri Alenichev sont épuisés et que Massimo Carrera va désormais connaître une période plus difficile. Est-ce que Carrera n’a rien apporté à son équipe ? On ne peut rien dire là-dessus, par contre on ne peut pas nier que le Spartak a eu des occasions pendant tout le match mais le Zenit a été beaucoup plus réaliste. C’est grâce à Giuliano que la complémentarité dans les lignes offensives a enfin été retrouvée après le départ de Hulk. Mais les Moscovites sont persuadés qu’ils ont perdu à cause des erreurs d’arbitrages.  De grands mots sur Sergei Ivanov, qui a arbitré cette rencontre, ont jailli de la bouche des joueurs du Spartak.

Quincy Promes a même dit avec beaucoup de sarcasme que c’était le meilleur arbitre de toute la Premier League russe. Du jamais vu quoi. Sauf que selon le chef de la commission de discipline et d’arbitrage Valentin Ivanov (il n’est qu’un homonyme de l’arbitre principal de ce match), il n’y a qu’une seul erreur qui a pu causer la réaction du Spartak qui continue d’ailleurs de se plaindre à droite à gauche. Juste avant le penalty qui amène le quatrième but de Giuliano, il y avait une faute de Criscito sur Promes, mais le message de son assistant (qui était juste à côté) envoyé par l’oreillette a fait douter Sergei Ivanov. Alors pas de penalty, mais la contre-attaque a été lancée et voilà cette fois, un penalty de l’autre côté du terrain. On peut tout perdre en une simple minute, mais les Moscovites n’ont pas été capables de réaliser cela. Il vaut mieux se plaindre et soupçonner le patron du Zenit de corrompre les arbitres, alors que le constat est beaucoup plus simple: l’équipe de Saint-Pétérsbourg a gagné grâce à son réalisme. Rien de plus.

La polémique du week-end

Vandalisme Ultra

Avant la rencontre opposant le Zenit Saint-Petersbourg au Spartak Moscou, des supporters du club moscovite se sont amusés à « réarranger » à leurs façons deux graffitis célèbres du Zenit à Saint-Petersbourg. Les images parlent plus que de longs textes :

zenspa1 zenspa2

Les ours écrasés

Lа Russie vice-championne du monde de Futsal

Si la Sbornaïa connaît peu de succès au football à 11, il en est tout autrement au futsal, où la Russie jouait la finale de la Coupe du monde samedi à Cali, en Colombie. Une finale totalement inédite, puisque la Russie affrontait l’Argentine, arrivée pour la première fois à ce stade de la compétition elle aussi. Malheureusement, après des débuts fracassants, la Russie s’est vite éteinte et l’Argentine a pris le contrôle du match grâce à sa défense en béton armé et son gardien Sarmiento, qui a sorti quelques arrêts exceptionnels. Les Russes ont bien essayé de revenir au score, mais les Argentins l’ont finalement emporté 5 buts à 4.

À voir, le résumé vidéo de la rencontre :

L’ancien du week-end

Il a souvent figuré dans cette rubrique la saison dernière. Ses coups francs illuminaient régulièrement les matchs d’un Chelsea bien terne. Ce week-end, Willian s’est distingué en marquant son premier but de la saison sur le terrain de Hull City d’une superbe frappe enroulée depuis le côté gauche. Il s’agit de la marque de fabrique du joueur qui nous a régulièrement gratifié de ce genre de buts à l’époque où il évoluait au Shakhtar Donetsk, davantage que lors de son éphémère passage à l’Anzhi Makhachkala. Chelsea, auteur d’un début de saison mitigé, l’a emporté (2-0) sur les bords de la mer du Nord.

Le but du week-end

Cette semaine, on a été gâté avec quelques jolies frappes (Ari ou Tkachyov notamment) mais la rédaction a préféré le modèle de contre-attaque de Rostov, emmené par Kalachyov et Poloz pour une finition non-moins parfaite du capitaine moldave, Aleksandru Gatcan. Le CSKA est battu dans le sud de la Russie.

La FNL ce week-end

Au risque de se répéter de semaine en semaine, le Dinamo continue et accroît son avance (six points avec un match en moins) après sa victoire 1-0 sur la pelouse du Mordovia, désormais avant-dernier, et ce malgré l’expulsion rapide de Luke Wilkshire. Tosno est toujours deuxième mais est tombé sur son terrain face au Luch-Energiya. 2-1, Vadim Minich ayant ouvert le score dès la première minute. Curieuse destinée que celle du club de Vladivostok, toujours pas sûr de continuer à cause de problèmes financiers et bon dernier avant de prendre dix points lors des quatre derniers matchs. Barragiste, le Fakel est toujours troisième, après son 0-0 contre le FK Tyumen. Le Fakel Voronezh est suivi de la réserve du Spartak qui marque le pas comme l’équipe fanion, quatrième nul consécutif et troisième 0-0, cette fois contre le Neftekhimik, dix-huitième de FNL. Les Tatars n’ont plus gagné depuis le 17 août.

L’autre barragiste est aujourd’hui le SKA Khabarovsk, énorme surprise pour un club aux portes de la relégation récemment et aux abois financièrement. Lescano s’est réveillé et a marqué le but de la victoire 2-1 contre un Volgar Astrakhan en chute libre et seulement neuvième après trois défaites. Suit le Shinnik, autre surprise, qui marque un peu le pas et a réalisé le nul sur la pelouse d’un Sokol Saratov qui tente de se réveiller pour sortir de la zone rouge. Score : 2-2. Septième seulement désormais, la réserve du Zenit qui ne gagne plus du tout depuis fin août et est tombé a Khimki malgré un but de Pavel Dolgov, 2-1. Les Banlieusards sortent, eux, enfin de la zone rouge, quinzièmes.

En bas de tableau, le Baltika est toujours dernier (derrière le Sokol, le Neftekhimik et le Mordovia) et ce malgré un nul contre un Sibir toujours aussi décevant, 1-1 avec notamment un but du Moldave Eugeniu Cebotaru côté visiteur. Le Sibir Novosibirsk qui rejoint son adversaire du week-end dans la zone rouge, il est seizième et va devoir se réveiller. Le Kuban Krasnodar qui s’est séparé hier de son entraîneur Dan Petrescu en est lui sorti après une victoire 2-1 acquise face à un Yenisey Krasnoyarsk pourtant en forme. A noter le but d’Oleksiy Gay, ancienne gloire du Shakhtar pour les locaux et un but du Letton Vladimirs Kamess pour les Sibériens. Enfin, dans le match du ventre mou des promus, rien à signaler entre Tambov et le Spartak Nalchik : 0-0. Rendez-vous dès samedi pour la prochaine journée !

fnl9

 

 L’équipe-type de la rédaction

 Une équipe fortement internationale avec une colonne vertébrale venue de Rostov.

Une équipe fortement internationale avec une colonne vertébrale venue de Rostov.

Trophées Footballski du mois de septembre 2016

Le Russe du mois

vignette-dzyuba

Fidèle à son style de jeu, Dzyuba reste un élément majeur de l’attaque du Zenit sous Lucescu. Pas forcément très beau à voir, tout ce qu’il entreprend se transforme souvent en occasion ou en but. Décisif face à Alkmaar, au Spartak ou encore face à l’Anzhi, le Zenit ne peut plus aujourd’hui se passer de lui. Sa relation avec Giuliano fait des étincelles et de nombreuses défenses souffrent face au colosse russe. Toujours très bon ambianceur dans le groupe, Dzyuba est maintenant le légitime attaquant de pointe du Zenit. A lui de continuer sur sa lancée pour mener le club du nord de la Russie vers d’encore plus beaux succès.

Le Légionnaire du mois

Vignette Giuliano

Si le Zenit est aujourd’hui revenu à hauteur du Spartak, c’est en grande partie grâce à sa recrue estivale brésilienne. Placé en n°10 pour animer les phases offensives du Zenit, le Brésilien joue juste et bien. Rapide, solide dans les duels et doué techniquement pour finir les actions, il en est déjà à neuf buts après dix matchs. Dans le choc face au leader moscovite, il a marqué et délivré une passe décisive. Arrivé pour tenter de remplacer Hulk parti en Chine, on en viendrait même presque à penser que le Zenit n’a pas perdu au change, Giuliano étant sans doute plus altruiste que son compatriote.

L’Espoir du mois

vignette-kouassi

Cet Ivoirien de 18 ans a rejoint l’académie du FK Krasnodar (après un bref passage en Arménie) en 2014 et a connu sa première titularisation en équipe première à la toute dernière journée de la saison dernière contre l’Amkar Perm, match au cours duquel il avait été plus qu’encourageant pour un jeune. En août et septembre 2016, Kouassi Éboué a bénéficié d’une vague de blessures en série au club (Podberyozkin, Izmaïlov, Laborde, Mamaev, Wanderson, Pereyra et donc Smolov depuis jeudi) et plus que bénéficié puisque cela lui a permis d’obtenir sa place de titulaire. Très encourageant en août sur ses quelques sorties (quasiment toutes européennes), Éboué a confirmé en septembre, répondant pleinement au défi physique et proposant des passes intelligentes. Déjà lancé par Kononov et devenu titulaire sous Shalimov, il est l’un des joueurs qui permet à Krasnodar de surmonter une situation exceptionnellement difficile. Le tableau n’est pas parfait, à cause d’approximations régulières, mais, pour un homme de son âge peu expérimenté, il s’impose comme l’un des jeunes à suivre de près du championnat. C’est donc logiquement qu’il inscrit pour la première fois son nom au palmarès de nos trophées.

La rédaction Russie de Footballski sous la direction d’Adrien Laëthier.


Photo à la une : © Flickr / Piotr Drabik

Retour sur la journée 9 de RPL 2016-2017 – Championnat de Russie de football
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Visite guidée dans le musée du Spartak Moscou – À la gloire du passé

Qu’est-ce qu’un club de football ? C’est évidemment une équipe composée de joueurs et d'un staff qui l'entoure, ce sont également...

Fermer