Retour sur la journée 6 de RPL 2016-2017 – Championnat de Russie de football

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 14 septembre 2016

Nous revenons comme tous les mercredis sur ce qu’il se passe en RPL et en dessous pour les amateurs du football pratiqué en Russie. Cette semaine, un derby alléchant de Moscou était à l’affiche tandis que les favoris du championnat se devaient d’assurer. Résumés et plus encore pour vous avec nos rubriques hebdomadaires auxquelles vous êtes désormais habitués.

L’affiche :  Spartak Moscou – Lokomotiv Moscou : 1-0

SPARTAK XI : Rebrov /Mauricio (Tasci 70e) – Bocchetti – Kutepov – Kombarov / Zobnin (Kutin 90e) Glushakov (©) – Romulo – Promes  / Popov (Melgarejo 66e) / Ze Luis

LOKOMOTIV XI : Guilherme / Shishkin – Corluka (©) – Pejcinovic – V. Denisov / I. Denisov – Kolomeytsev / Samedov – Mykhalyk (46e) – Miranchuk – Maicon (Kasaev 80e) – Henty (Portnyagin 57e)

Ce week end l’affiche RPL était évidemment ce derby moscovite entre le Spartak et le Lokomotiv. Les deux clubs moscovites ont connu un début de saison extra-sportif tendu avec changement d’entraineur pour les deux et changement de direction pour le Lokomotiv. Par contre en RPL, les tendances étaient diamétralement opposées. Le Spartak vogue sur l’effet Carrera, le nouvel entraîneur en place avec 4 victoires en 5 matchs. Quant au Lokomotiv, l’arrivée de Semin leur a permis de retrouver le goût de la victoire face à Krasnodar avant la trêve après quatre matchs nuls de suite.

Le Spartak, leader de la RPL, se présentait en 4-2-3-1. Romulo était aligné à la place de Fernando, suspendu et joueur-clé du bon début de saison des rouge et blanc, et Mauricio arrivé cet été en provenance de la Lazio, faisait ses débuts sur le côté droit de la défense à la place de Eschenko. Promes sorti sur blessure lors de son match avec la sélection batave était tout de même aligné. Côté Lokomotiv, l’équipe type était alignée avec Ezequiel Henty en pointe.

Devant un stade bien garni avec 43710 spectateurs dont plus de 4000 supporters du Lokomotiv, les hommes de Massimo Carrera se montrèrent les plus dangereux durant cette première période. Promes extrêmement remuant sur son côté montra dès la 7e minute son habilité sur les coups de pied arrêtés en adressant un caviar sur la tête de Zobnin qui trouva un Guilherme sur son passage. Avertissement sans frais pour les hommes de Semin, bien laxistes sur le marquage, ne s’approchant des cages de Rebrov que sur des exploits individuels (17e). Les rouge et blancs continuaient à utiliser la méthode qui fonctionne depuis l’arrivée de Carrera : Pressing collectif haut, relance rapide permettant les contre attaques, utilisation des flèches Promes et Ze Luis, rapides balle au pied et une défense bien en place. A la 24e sur une belle passe extérieur du pied de Popov, Promes élimina Peichinovitch et adressa un centre à Popov qui claqua une tête imparable ! Préféré à Melgarejo notamment, Ivelin Popov en est à son deuxième but de la saison. 1-0 score mérité au regard d’une mi-temps bien gérée par le Spartak. On sent une équipe motivée, bien organisée, des combinaisons intéressantes, y compris sur coup de pied arrêté. Le score ne bougera pas et les deux équipes se quittèrent à la pause sur cet avantage pour le Spartak.

© Epsilon/Getty Images

© Epsilon/Getty Images

Au retour des vestiaires, le Loko se montrait toujours aussi apathique. Ceux qui pensaient que les pannes d’inspiration des joueurs étaient dues à l’inexpérience de Cherevchenko en sont pour leur frais. Les cheminots sous Syomin ont pour l’instant tout autant de difficulté à placer le jeu que sous ses multiples prédécesseurs. Il certes encore trop tôt pour juger. Vers la fin du match, les rouge et vert se décidaient enfin à se jeter en attaque, laissant quelques espaces à l’adversaire. Les cheminots manquaient d’égaliser sur un cafouillage dans la surface, mais Rebrov, bien placé, détournait la volée de Ćorluka. Zé Luís, lui, aurait pu doublé la mise pour le Spartak, mais sa tête a échouée sur la transversale.

Décidément, les rouge et blanc ont eu la main heureuse en choisissant Carrera pour assurer l’intérim d’Alenitchev. Il est vrai que Berdyev les a bien aidés à s’engager sur la voie de la raison en restant à Rostov. Le Spartak de ce début d’automne est à l’image de l’ancien capitaine de l’Atalanta à la fin des années 90 : opiniâtre, joueur et déjà mûr tactiquement. Le Lokomotiv, lui, alterne les signaux positifs et négatifs, sans que l’on sache vraiment si la nouvelle mouture du club a plus d’avenir que la précédente.

Le match du week-end : Arsenal Tula – Zenit Saint-Pétersbourg : 0-5

Le Zenit se déplaçait sur le terrain du promu Arsenal Tula avec comme ambition de continuer sur sa bonne série du mois d’août. Avant un premier match d’Europa Ligue jeudi soir en Terre Sainte face au Maccabi Tel Aviv, les hommes de Lucescu se devaient de prendre les trois points pour ne pas perdre de terrain sur le Spartak et le CSKA, les deux équipes en grande forme en RPL en ce début de saison.

Le Zenit se présentait en 4-2-3-1 avec un quatuor offensif Giuliano – Shatov – Kokorin – Dzyuba qui avait fière allure. De l’autre côté, l’Arsenal commençait en 3-5-2 avec Sheshukov – Berhamov – Ryzhov à la baguette au milieu de terrain. Giuliano s’essayait le premier de loin, mais Fitsov était vigilent (2e). De même que Witsel quelques instants plus tard (10e). Les consignes de Lusescu étaient claires : faire tourner la balle avec le maximum de vitesse pour déstabiliser cette équipe de Tula, et prendre sa chance dès que l’occasion se présenterait. C’est d’ailleurs de cette façon que le Zenit ouvrait la marque après un gros quart d’heure : la frappe de Kokorin des 25m filait au ras du poteau de Fitsov, battu sur ce coup-là (18e). L’Arsenal était inoffensif et le Zenit faisait le break grâce à Dzyuba qui concluait une belle action collective bien menée par Giuliano (38e). Le Brésilien trouvait l’attaquant russe au point de penalty, qui finissait d’un tir à ras de terre du droit pour tromper le portier de Tula. A la mi-temps, le Zenit contrôlait donc tranquillement son match face à une équipe de l’Arsenal Tula bien trop tranchante offensivement.

En seconde période, le Zenit appliquait les mêmes consignes. Shatov sortait, sans doute en prévision du match de jeudi soir. Rappelons que l’Europa Ligue est un objectif annoncé par le club, et Lucescu fera tout pour aller le plus loin possible dans cette compétition. Avec l’équipe actuelle, le club de la capitale du Nord de la Russie possède de solides chances. Zhirkov aurait pu s’offrir l’un des buts de l’année d’un splendide piqué au-dessus de Fitsov, malgré un angle très fermé, mais Denisov sauvait sur sa ligne en catastrophe (52e). La recrue Robert Mak y allait de son but d’une très belle frappe du droit petit filet opposé (66e). La victoire ne pouvait plus échapper aux coéquipiers de Javi Garcia, qui régalait au milieu de terrain avec Witsel. Dzyuba offrait un très beau ballon à Giuliano qui ne se faisait pas prier pour conclure face à un Fitsov dépassé (84e). Le festival offensif était conclu par le vétéran Kerzhakov sur penalty (89e).

Le Zenit continue donc sur sa très belle lancée et reste invaincu en RPL. Avec cette large victoire, les hommes de Lucescu profitent de la contre-performance du Terek pour monter sur le podium (3e). L’Arsenal est actuellement 11e. Le week-end prochain, le Zenit recevra le Rubin Kazan en grande difficulté en ce début de saison, tandis que l’Arsenal se rendra en Sibérie y défier un autre promu, le Tom Tomsk en ayant pour objectif de se reprendre car les critiques ont été acerbes après ce match. Evgeniy Lovchev a d’ailleurs déclaré qu’une bonne partie de ces joueurs n’avaient non-seulement pas leur place à Tula mais n’avaient simplement par leur place dans le football.

Les autres matchs

  • Le Krylia toujours bon dernier. Le club de la ville de Samara a beaucoup de mal en ce début de saison et cette nouvelle défaite contre Rostov en est la preuve. Pourtant intéressant offensivement, le Krylia a craqué face au physique des locaux. Bukharov ouvre le score à la demi heure de jeu tandis que Prepelita marque le second but de la tête sur corner. Le CSC d’Erokhin ne changera finalement rien à la donne, Rostov reste en embuscade du groupe de tête tandis que le Krylia reste lanterne rouge.
  • L’Amkar continu! Et si la surprise de la saison c’était l’Amkar Perm? Malgré sa défaite face au Zenit la semaine dernière, les joueurs de la ville de Perm ont remporté un précieux succès face au Tom Tomsk. Dans un match fermé, comme souvent entre les deux équipes, c’est un magnifique but de Salugin qui a permit aux locaux de l’emporter. Une victoire qui voit l’Amkar remonter à la quatrième place, le Tom Tomsk quand à lui est quatorzième.
  • Toujours pas de succès pour Orenbourg! Quatrième match nul consécutif pour le FK Orenbourg! La réception de l’Anzhi était pourtant l’occasion rêvée pour un premier succès mais les locaux n’ont jamais réussi à faire la différence dans un match bien tristounet qui se termine sur un score nul et vierge. L’Anzhi reste dans le ventre mou tandis qu’Orenbourg est relégable.
  • Enfin un succès pour le Rubin ! Cela faisait plusieurs rencontres que le Rubin décevait malgré son statut d’outsider dans ce championnat mais la première victoire est enfin arrivée ! Archi-dominateur face à des joueurs d’Ekaterinbourg inexistants, le Rubin s’est tranquillement imposé 3-1 grâce à des buts de Novikov (CSC), Tkachuk et Lestienne. À noter le but de Pavlyuchenko en fin de match pour Ural qui ne servira finalement à rien.
  • Le CSKA enchaîne. Les problèmes offensifs du club de l’armée tendent également à se régler avec cette belle victoire 3-0 face à un Terek Grozny qui faisait pourtant un bon début de saison. Lacina Traoré a marqué son premier doublé de la saison, permettant au CSKA de se mettre à l’abri avant la mi-temps avant que le Suédois Strandberg ne close la marque. Les attaquants se sont mis en confiance, une confiance perdue par les Tchétchènes qui ont perdu Semyonov suite à un carton rouge.
    © Epsilon/Getty Images

    © Epsilon/Getty Images

  • Le FK Krasnodar trébuche encore, cette fois à Ufa. Pourtant, dans une rencontre qui se jouait sans Granqvist (blessé pendant la trêve internationale avec la Suède) mais où la nouvelle recrue Naldo était titularisée pour la première fois, la première mi-temps avait été à sens unique avec un Smolov omniprésent et des Podberyozkin, Laborde (de retour de blessure) et Gazinski dangereux. Le gardien remplaçant Lunev devait s’employer plusieurs fois pour empêcher l’échéance. Les Byki faiblissaient en deuxième mi-temps. C’est pourquoi Kononov procédait à deux changements pour redynamiser son équipe en faisant entrer Pereyra et surtout Mamaev, revenu de blessure plus tôt que prévu. Ce-dernier s’illustrait immédiatement et procurait des occasions à son équipe tandis que l’autre se chargeait des coups de pieds arrêtés. Mais les Byki ne concrétisaient pas et Ufa repartait de l’avant après la tempête pour mettre sérieusement en danger un Krasnodar amorphe en fin de rencontre. Coup de sifflet final sur ce nul vierge qui ne fait pas du tout les affaires du FKK à l’approche d’une déplacement européen loin d’être évident à Salzbourg. Pour Krasnodar, cette contre-performance signait, à la surprise générale, le glas de l’entraîneur Oleg Kononov, démissionnaire après trois ans de bons et loyaux services. Sous sa tutelle, les Byki seront parvenus à de nombreux succès : beau-jeu, finale de la Coupe de Russie, qualification historique pour la Ligue Europa, barrage remporté contre la Real Sociedad, victoire contre Everton à Goodison Park, podium du championnat, victoires séduisantes contre le Spartak Moscou, le CSKA Moscou et le Zenit Saint-Pétersbourg, derbys renversants remportés face au Kuban Krasnodar, adaptation aux règles de limitation des étrangers, explosion inattendue de Smolov au rang de meilleur buteur de la saison (le match contre l’Ural Ekaterinbourg étant le plus marquant), victoire contre le prestigieux Borussia Dortmund, qualification en tête de groupe pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa, etc. Les supporters des Byki ne l’oublieront pas de sitôt.

Le classement

Le Spartak continue sa course en tête alors que le CSKA et le Zenit sont désormais à l’affût.

L’œil de Moscou

Inauguration du nouveau stade du CSKA

La Coupe du Monde 2018 se prépare en Russie et la qualité des stades augmente avec la préparation pour ce tournoi. Et même si le tout nouveau stade du CSKA Moscou ne va pas devenir un grand amphithéâtre du foot mondial en deux ans, c’est déjà très bien qu’un des clubs les plus titrés en Russie ait finalement sa nouvelle maison. On n’en a pas beaucoup parlé, mais la construction de ce stade est devenu aussi mythique que celle du Zenit Saint-Pétérsbourg. Les années passaient, mais les travaux n’avançaient que petit a petit. Il y a eu des problèmes à la construction, puis les habitants du quartier d’à coté s’étaient manifestés contre la mise en place du nouveau stade, mais tout est bien qui finit bien.

Le stade est prêt et c’est le week-end passé qu’il a reçu son tout premier match contre le Terek Grozny. Une grosse victoire 3:0 et une énorme fête. Polina Gagarina, une chanteuse très connue en Russie, a même interprété la chanson « Kukushka » du  groupe de rock russe Kino (groupe légandaire). À ne surtout pas rater.

C’était la fête! Même si les gens des quartiers voisins ont porté plainte contre les supporters qui dérangeaient leur vie calme, la fête a été reussie :

Le stade va devenir un des enceintes phares de la capitale russe et même au niveau national. Très bientôt le CSKA Moscou va y affronter ses adversaires en Ligue des Champions Pour la première fois depuis longtemps ils pourront dire qu’ils sont finalement chez eux. Pas au stade Dinamo ! Pas a Khimki ! Pas au stade Lokomotiv ! Mais bien dans leur propre stade! Félicitations à tous ceux qui supportent le CSKA Moscou et qui ont attendu tellement d’années !

La polémique du week-end

M’Vila de retour ? 

C’était l’une des sagas de l’été, le transfert du milieu de terrain français vers Sunderland en était aux dernières phases de finalisation, mais un revirement de situation a fait avorter les négociations et le transfert à échoué. Aujourd’hui il semblerait que Yann M’vila s’entraîne désormais avec l’équipe première du Rubin Kazan. Une équipe du Rubin qui a bien changé depuis l’arrivée du Français en Russie et il semblerait que le nouveau projet du club et la perspective de jouer au milieu de terrain aux cotés d’Alex Song aient convaincu M’Vila de rester au Rubin et même d’envisager d’y prolonger son contrat. Si le Rubin Kazan doit encore se charger de quelques tâches administratives pour enregistrer le joueur dans l’effectif, tout laisse a penser que Yann M’vila devrait toujours être un joueur du Rubin Kazan cette saison, devenant même un des cadres de la nouvelle équipe de Javi Gracia.

© Epsilon/Getty Images

© Epsilon/Getty Images

Les ours écrasés

La valse des entraîneurs commence

Le championnat russe donne parfois l’impression de marcher sur la tête, en particulier dans la façon qu’ont les gros clubs de gérer le départ de leur entraîneur. Au lendemain de la sixième journée, quatre clubs qui visent l’Europe ont déjà changé de tacticien : Krasnodar, Rostov, le Lokomotiv et le Spartak. Si encore tout se déroulait sans accroc ! Évidemment, non, puisqu’en août et en septembre, tous les candidats sérieux sont déjà pris. On assiste à un ballet compliqué de prétendants, avec Berdyev qui quitte Rostov, est proposé au Spartak et au Lokomotiv, puis est réembauché par Rostov faute d’avoir pu se mettre d’accord avec les Moscovites. Le Spartak conserve donc son intérimaire Carrera, et le Lokomotiv donne une quatrième chance à Yuri Syomin, qui bat ainsi le record de retours qui était détenu en ex-URSS par Lobanovsky avec le Dynamo Kiev. Même, Krasnodar, d’habitude si raisonnable, a accepté la démission d’Oleg Kononov.

Le tout en sachant que les deux seuls clubs à avoir remporté le championnat ces six dernières saison, le Zenit et le CSKA, sont ceux qui changent le moins d’entraîneur. Certains dirigeants n’ont pas encore fait le rapprochement. Les clubs qui luttent pour le maintien ne sont pas non plus épargnés par la valse des techniciens, mais ils ont plutôt tendance à s’activer au cœur de l’hiver. On devrait donc avoir le droit à une deuxième partie de chaises musicales en décembre-janvier, même si le Kuban et le iynamo ne sont plus là pour animer les débats.

L’ancien du week-end

Contrairement à son ancien club le Zenit Saint-Pétersbourg, Hulk a joué en Ligue des Champions cette semaine. Malheureusement, l’aventure s’est arrêtée brutalement pour lui et son club le Shanghai SIPG en quarts de finale avec une lourde défaite (0-5) à Jeonju (Corée du Sud), sur le terrain du Jeonbuk Hyundai Motors. Le club chinois a vécu une deuxième mi-temps cauchemardesque au cours de laquelle il a encaissé les cinq buts tout en prenant un carton rouge. Cette humiliation, associée au match nul de l’aller (0-0) est synonyme d’élimination pour Hulk et ses coéquipiers.

Le but du week-end

Aleksandr Salugin le dit lui-même, en général il refuse de tirer s’il se trouve à plus de dix mètres du but adverse. Mais ce week-end, il a trouvé comment débloquer un match défensif entre Amkar et Tom. Il offre aux siens une précieuse victoire 1-0 qui place le club permiaque en quatrième position et inscrit un but de 40 mètres qui ne sera pas loin d’être le plus beau de la partie « automne » de notre RPL 2016-2017.

La FNL ce week-end

Le Dinamo s’est de nouveau imposé pour continuer sa course en tête mais cette fois cela a été plus difficile face à la belle surprise de ce début de saison : le SKA Khabarovsk qui a mené 2-1 avant de s’incliner 3-2 avec un doublé de Kiril Panchenko. Tosno, lui aussi, commence à asseoir sa place dans les hauteurs avec un bon nul sur la pelouse du voisin, Zenit-2, obtenu grâce à Evgeniy Markov. Le Fakel est troisième avec sa victoire à Nizhnekamsk sur la pelouse d’un Neftekhimik en perdition. Victoire 2-1 et doublé de Ruslan Bolov qui ouvre son compteur cette saison.

Derrière, on retrouve la réserve du Spartak qui comme celle du Zenit marque un peu le pas. Ce week-end ils ont tout de même obtenu un bon nul contre leur poursuivant direct, le Volgar Astrakhan, 1-1. En septième position, le Shinnik se rapproche et peut croire à une montée miraculeuse vu la situation financière du club, après sa victoire 1-0 contre le Mordovia Saransk, toujours relégable. L’équipe de Yaroslavl est suivie par deux autres miracles, le SKA Khabarovsk donc mais aussi le Yenisey Krasnoyarsk, sauvé de la relégation par les forfaits l’an passé. Chicherin, Maloyan et Aliev ont permis aux Sibériens de ne pas faire de détails contre les banlieusards de Khimki, relégables, et qui recevront la semaine prochaine, leur leader de voisin, le Dinamo.

Tout en bas, et dernier, le Luch Vladivostok a enfin renoué avec la victoire en s’imposant dans le Caucase chez le promu Nalchik qui semblait aller mieux, grâce à son Ukrainien Ilya Mikhalev (1-0). Les joueurs de la Primorie, sont tout juste devancés par le Sokol Saratov auteur du nul 0-0 sur la pelouse d’un Kuban Krasnodar toujours aussi moyen, ainsi que par le Baltika Kaliningrad, battu 2-1 à la maison par un Tambov qui se relance enfin. Pour le Baltika, le miracle pourrait ne pas avoir lieu deux années consécutives. Enfin direction la Sibérie pour le dernier match de ce week-end, Tyumen a disposé de Novosibirsk (alors même que le match se jouait à Novosibirsk car le stade de Tyumen est toujours en travaux) sur le score de 3-1. Danil Klenkin y est allé de son doublé mais la situation est extrêmement inquiétante pour un Sibir, toujours plus proche de la zone rouge…

 L’équipe-type de la rédaction

Les leaders trustent l’équipe-type alors que le Rubin y fait enfin son apparition. A noter Lunyov dans les buts pour la première fois.

La rédaction Russie de Footballski sous la direction d’Adrien Laëthier.


Photo à la une : © Epsilon/Getty Images

Retour sur la journée 6 de RPL 2016-2017 – Championnat de Russie de football
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
#3 FootballskiTrip Géorgie: On a discuté avec Giorgi Kipiani, directeur sportif du Lokomotiv Tbilissi

Cet été, pendant une dizaine de jours, nous avons eu le plaisir de nous rendre en Géorgie afin d’y réaliser...

Fermer