Retour sur la journée 27 de RPL 2015-2016 – Championnat de Russie de football

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 11 mai 2016

Comme tous les mercredis, la Russian Premier League est présente sur notre site à travers cette chronique. Et aujourd’hui nous revenons sur la vingt-septième journée avec trois leaders qui se détachent à trois journées de la fin. Un compte-rendu qui va vous permettre de suivre la 28eme journée qui commence aujourd’hui même.

Les yeux de la rédac’ :

Certains de nos contributeurs sont, en plus d’être suiveurs du football russe en général, des fans de certains clubs historiques et ils vous font (re)vivre les matchs de leur club chaque week-end.

CSKA Moscou 1 vs. 0 Terek Grozny – Wernbloom (18′) par SovietXav.

A l’approche de la dernière journée qui devrait déterminer le futur champion de Russie, chaque point est précieux dans la course au titre et ça, le CSKA l’a bien compris et maîtrise l’exercice du sprint final depuis plusieurs années. Une victoire 1-0 sans forcément briller, mais suffisante pour récupérer les trois points, un match de gestion classique dont Leonid Slutsky nous a habitués lors des saisons précédentes. Cette fois-ci, c’est le milieu de terrain suédois Pontus Wernbloom qui s’illustre en inscrivant le seul but du match d’un coup de tête bien placé sur un coup franc d’Alan Dzagoev (1-0), lui aussi en forme optimale lors de ses dernières prestations.

© Epsilon/Getty Images

© Epsilon/Getty Images

Le score aurait pu être plus lourd pour le Terek sans les parades impressionnantes de Gorodov face à Berezutsky ou encore face a la tentative acrobatique de Musa en première période, les joueurs de Grozny se sont retrouvés constamment en difficulté sur les phases de coup de pied arrêté montrant d’importantes lacunes dans le jeu aérien, défensif ou offensif. Au classement, le CSKA fait la bonne opération en conservant la première place avec deux points d’avance sur Rostov, le Terek Grozny est septième.

Spartak Moscou 3 vs. 0 Dinamo Moscou –   Promes (44′,86′), Zé Luis (55′) par Robin Bjalon.

En ce week-end de fête et de célébration de la Seconde Guerre mondiale, le Spartak recevait le Dinamo. Bien que sixième et à cinq points du Lokomotiv, cinquième, le Spartak souhaitait prendre les trois points à domicile face à un Dinamo bien pale cette année et qui végète dans le ventre mou de la RPL. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce derby moscovite fut très plaisant à regarder, surtout pour les supporters du Spartak. Promes, bien lancé en profondeur, crucifiait Shunin d’une belle frappe du droit au premier poteau juste avant la pause, ce qui récompensait les efforts de l’équipe receveuse (1-0).

© Epsilon/Getty Images

© Epsilon/Getty Images

En seconde période, le Spartak poussait et marquait deux autres buts par l’intermédiaire de Zé Luis d’une frappe sèche sous la barre (2-0), puis une nouvelle fois grâce à Promes à la suite d’un délicieux travail de son compère cap-verdier sur la gauche (3-0). Le Dinamo se montrait bien trop impuissant et imprécis pour espérer revenir à la marque et finissait en roue libre. Grâce à cette victoire, le Spartak revient ainsi à deux petits points du Lokomotiv, qui se déplacera pour l’avant-dernière journée à Saint-Pétersbourg pour y affronter le Zenit, mais Krasnodar et la quatrième place semblent désormais inatteignables. Le Dinamo voit les barrages se rapprocher avec cette saison très décevante pour le club moscovite.

FK Rostov 2 vs. 1 Lokomotiv Moscou – Azmoun (8′), Noboa (45′) | Skuletic (52′) par Adrien Morvan.

Après sa défaite dans le derby de Moscou contre le Spartak, le Lokomotiv se déplaçait à Rostov pour tenter de se refaire. Pas vraiment la destination idéale cette saison : les jaunes, toujours en course pour le titre, sont redoutables à domicile, avec une défense à toute épreuve. Une gageure pour l’attaque des cheminots, qui a beaucoup de mal depuis le transfert de Niasse à l’intersaison. Škuletić, bien que bon de la tête, n’a pas l’abattage du Sénégalais au pressing et à la récupération. Peu avant le début de la rencontre, les supporters du Loko ont repris deux gorgées d’acétone en apprenant que Ćorluka était convoité par le Bayern et que Logashov serait titulaire à droite de la défense à la place de Pejčinović, suspendu. Côté Rostov, on retrouve la traditionnelle défense à cinq, même si l’un des centraux n’a pas hésité à se placer en relanceur à de nombreuses reprises au cours du match. Le milieu est animé par un trident Mogilevets, Gaţcan et Noboa, avec Poloz qui redescend pour former une ligne de 4 en phase défensive. Amoun, au contraire, le deuxième attaquant, reste fixé en pointe pour se trouver immanquablement à la conclusion des contres éclairs qui sont la marque de fabrique de l’équipe du sud de la Russie.

Le premier but encaissé par le Loko est un cas d’école de ce qui arrive quand on se laisse prendre de vitesse par la mécanique implacable de Berdyev. Il suffit que Kudryashov monte pour faire le surnombre et c’est toute la défense rouge et verte qui vole en éclat. Une fois décalé, le latéral n’a plus qu’à centrer à ras de terre sur Amoun, qui trompe facilement  Guilherme (1-0). Le tout après 8 minutes de jeu… Le Lokomotiv ne parvient pas à réagir, et ses offensives maladroites se brisent sur le mur jaune. Juste avant la pause, la malchance s’en mêle : Noboa tente une frappe à l’angle de la surface, qui est déviée de la tête par Tarasov dans ses propres buts (2-0)… Au retour des vestiaires, le Lokomotiv semble enfin se réveiller, comme souvent cette saison. S’il est maintenu l’année prochaine, Cherevchenko devra réfléchir au retard à l’allumage qui perturbe son équipe presque à chaque match. Sur un corner de Samedov, Škuletić réduit le score de la tête (2-1), mais le mal est fait : ce Rostov-là est bien trop malin pour se laisser rejoindre. Entre Gaţcan qui aborde les matchs l’écume aux lèvres et Bastos qui s’accroche à son attaquant comme l’huître à son rocher, les jaunes ne sont pas du genre à faiblir dans les derniers mètres. En résumé, un match conforme à ce que les deux équipes ont produit cette saison. Rostov mérite de se battre jusqu’à la dernière journée pour le titre, tandis que le Lokomotiv se contentera de la cinquième place et de la Ligue Europa si le Spartak et le Terek laissent faire.

Rubin Kazan 1 vs. 1 FK Krasnodar – Kanunnikov (29′) | Smolov (55′) par Philippe Ray.

Après cinq victoires convaincantes consécutives, le FK Krasnodar, toujours en course pour le sacre comme pour la qualification à la Ligue des champions, se déplaçait sur la pelouse d’un Rubin Kazan qui avait déjà dit adieu à l’Europe mais qui demeurait une équipe redoutable capable du pire comme du meilleur. Le passif récent entre ces deux équipes était néanmoins largement en faveur de Krasnodar qui restait sur cinq victoires consécutives contre cet adversaire. Ce match devait être le match de la confirmation pour le FKK après cinq démonstrations durant le mois d’avril. Il n’y a pas eu de surprise notable dans les onze de départ du Rubin comme de Krasnodar. Au regard du profil des deux équipes et du superbe match aller auquel on avait assisté, on pouvait s’attendre à un match spectaculaire et on a été servi ! Le résumé de ce match sera forcément très incomplet au vu du nombre étonnant d’actions que le match a livré et on a beaucoup de regrets à devoir le condenser en deux paragraphes.

Le match commence à l’avantage du Rubin malgré une occasion précoce des Byki. Ce n’est qu’après avoir laissé passer l’orage que les visiteurs vont réagir. Les défenses sont d’entrée énormément mises à contribution par deux secteurs offensifs très inspirés et créatifs. Les équipes sont cependant maladroites dans le dernier geste et manquent le cadre sur la quasi-totalité de leurs occasions. Seul Ryzhikov a du s’employer à une énorme parade pour sauver les Tatars de l’ouverture du score et en dehors de ça, la finition ne s’est pas montrée au rendez-vous, particulièrement pour Krasnodar dont les tirs de Kaleshin, Granqvist et Mamaev se devaient de finir en buts tout comme la frappe immanquable de Devic aux six-mètres qui fuit le cadre pour le Rubin. Et tant d’occasions pour une ouverture du score de type totalement inattendu puisque Kritsyuk, pourtant très convaincant depuis son arrivée à Krasnodar, relâche malencontreusement le ballon après une mésentente avec Petrov devant Kanunnikov qui ouvre le score pour le Rubin. Un véritable coup de massue pour les Byki alors que ceux-ci se montraient pourtant inventifs. Le Rubin se met alors en position de contre et subit face à un FKK qui va donner beaucoup de forces pour égaliser mais qui va manquer de réalisme en tirant juste à côté ou en butant sur un Ryzhikov assez étincelant. L’arbitre renvoie les joueurs aux vestiaires sur cet avantage tatar bien que la prestation délivrée par Krasnodar soit de bonne qualité à la seule exception peut-être de Smolov, en dessous de son niveau des dernières semaines.

© Epsilon/Getty Images

© Epsilon/Getty Images

La seconde moitié part sur les mêmes bases que la fin de la première avec ce coup-ci, un Smolov beaucoup plus actif et réveillé. Krasnodar va pousser et voir ses efforts récompensés par l’égalisation de Smolov bien servi par Kaleshin. Ce but du FKK est logique mais n’aurait pas dû être validé. En effet, l’actuel meilleur buteur du championnat était en position flagrante et incontestable de hors-jeu. Ce même Smolov va se procurer d’énormes occasions de but, particulièrement en face-à-face dans des situations de jeu que l’on a vu plusieurs fois lors de ces dernières semaines, mais Ryzhikov se montrera impérial de bout en bout (plusieurs fois face à Smolov) et préservera le score du nul au bout d’un match très riche en actions. Les Byki regretteront d’avoir mis à côté une quantité incalculable de tirs et de situations où le but aurait du être inscrit (les tirs de Mamaev à deux reprises, Petrov et Akhmedov sont les loupés les plus regrettables). Kritsyuk, malgré plusieurs offensives du Rubin, ne sera que très peu mis à contribution dans cette seconde mi-temps, les Tatars éprouvant des difficultés dans le dernier geste. Ce match nul est une très mauvaise opération pour le FK Krasnodar qui se voit relégué à la quatrième place avec six points de retard sur le CSKA Moscou, leader, quatre sur le FK Rostov, dauphin, et deux sur le Zenit, troisième. Les Byki n’ont pas encore dit adieu au titre avec la perspective d’un match contre le CSKA Moscou mais ce faux-pas est revenu refroidir les supporters. Il suffirait d’une victoire du CSKA Moscou mercredi et, à cause de la règle de départage au nombre de victoires, Krasnodar n’aurait plus aucun espoir de terminer champion. Le Rubin perd également une place. On est en droit de ce demander comment cette équipe a pu se retrouver à la dixième place de RPL, tant elle a montré de belles qualités au cours de cette rencontre. En milieu de semaine, le FKK va accueillir le Krylia Sovietov qu’il avait atomisé au match aller pour continuer de croire à mieux que la Ligue Europa alors que le Rubin va recevoir l’Anji dans l’objectif de grappiller des points d’honneur.

Anzhi Makhachkala 0 vs. 1 Zenit Saint-Pétersbourg – Dzyuba (25′) par Karim Hameg.

Sur le terrain de la lanterne rouge, le Zenit Saint-Pétersbourg n’avait pas d’autre choix que de s’imposer. Le FK Rostov, face au Lokomotiv (2-1) et le CSKA, face au Terek Grozny (1-0) s’étaient en effet imposés. À Kaspyisk, où se trouve le stade de l’Anzhi Makhachkala, le Zenit ne met pas beaucoup de temps avant de se rassurer. D’une transversale, Smolnikov parvient à trouver Shatov qui remise sur Hulk. Le Brésilien sert alors Dzyuba, légèrement excentré sur la gauche, qui bat Yurchenko en finesse (25′). L’international russe inscrit son quatrozième but de la saison, égalant son coéquipier brésilien, passeur décisif pour la vingtième fois cette année (égalant au passage le record établi par Dmitri Loskov). Ce sera à peu près tout pour cette rencontre où les occasions de buts ont été bien moins nombreuses que les cartons. L’Anzhi termine d’ailleurs la rencontre en infériorité numérique après l’expulsion de Bernard Berisha (89′). La rencontre s’achève donc sur une victoire du Zenit (1-0). Le club de Saint-Pétersbourg reste à quatre points du leader CSKA et à deux du FK Rostov, deuxième. Il s’empare tout de même de la troisième place en profitant du match nul concédé par le FK Krasnodar à Kazan (1-1). L’Anzhi Makhachkala est quant à lui plus que jamais lanterne rouge et se dirige vers une descente en FNL : il compte cinq points de retard sur les barrages à trois journées de la fin.

Le reste de la RPL :

  • Ufa reste barragiste. En déplacement à Samara, Ufa avait l’occasion de sortir de la zone de play-down en cas de résultat positif sur la pelouse du Krylia. Dès la septième minute de jeu, Yakovlev profite d’une énorme erreur défensive pour ouvrir le score pour le Krylia. Un but qui sera le seul d’une rencontre assez pauvre en occasions de buts. Avec seulement un tir cadré, Ufa ne pouvait pas espérer mieux de ce match mais reste néanmoins à un point du Dinamo Moscou. De son côté le Krylia remonte sur Ural, huitième du classement.
  • Le Kuban s’enfonce. Dans le match de la mort entre le Kuban et le Mordovia ce sont les joueurs de Saransk qui ont pu s’offrir un bon bol d’air au classement. Les locaux sont cueillis à froid dès la deuxième minute, Lutsenko, encore lui, est à la réception d’un centre de Vlasov et ouvre le score d’une belle tête croisée. Le Kuban réagira dans la foulée car cinq minutes plus tard, Baldé est à la réception d’une longue balle flottante, l’avant centre de Krasnodar touche la balle du bout du pied et égalise. Dominateur mais incapable de concrétiser ses occasions, le Kuban va se faire punir en toute fin de rencontre; Perendija est à la réception du corner de Bobyor et permet au Mordovia de repartir avec les trois points. Le Kuban s’enfonce à quatre points de la zone de barrages, le Mordovia de son côté revient à un point du Dinamo Moscou.
  • Pas de vainqueur dans le derby. Le derby le plus oriental de la RPL entre Ural et Amkar donne souvent des matchs tendus. Malheureusement ce ne fut pas le cas cette fois-ci. Dans son antre, l’Amkar va ouvrir rapidement le score par Gol qui remporte son face à face avec Zabolotny. Peu avant la pause c’est Spartak Gogniev qui va remettre les deux équipes à égalité grâce à un joli but acrobatique après un petit cafouillage dans la défense. Pas grand chose à signaler dans cette rencontre, le coach d’Ural profite du fait que son équipe soit sauvée pour lancer des jeunes (Merkulov, Scherbakov) et l’Amkar s’éloigne progressivement de la zone rouge avec quatre points d’avance sur Ufa et Saransk.

La polémique du week-end : C’est la crise au Dinamo

Conséquence des mauvais résultats et a trois journées de la fin du championnat, Andrey Kobelev a été licencié de son poste d’entraîneur du Dinamo Moscou, remplacé par le jeune Sergey Chikishev. Il y a véritablement urgence pour le Dinamo en difficulté en championnat (douzième – 25 points) qui se rapproche dangereusement de la zone de play-down et donc de la FNL. La direction tente donc le coup de l’électrochoc en débarquant un entraîneur fidèle qui avait été rappelé pour mener un projet avec des jeunes Russes pour le remplacer Chikishev. Le problème pour lui sera que le Dinamo doit encore affronter Rostov et le Zenit lors des trois dernières journées.

L’ancien de la semaine : Yevhen Seleznyov

Cela aurait pu être également la polémique mais l’aventure russe de Yevhen Seleznyov aura tourné court. Arrivé au Kuban Krasnodar cet hiver, l’international ukrainien a vu son contrat être rompu ce mardi pour être arrivé ivre à l’entraînement de son club (selon certaines sources). Cette fin parachève le « chef d’oeuvre » qu’ont constitué les quelques mois passés en Russie par Seleznyov, tout en polémiques. Son arrivée au Kuban en provenance d’un Dnipro Dnipropetrovsk aux abois financièrement a tout d’abord surpris tant le joueur pouvait viser plus haut qu’une équipe jouant le maintien en RPL. Surtout, aller en Russie au vu du contexte politique actuel était considéré comme un véritable acte de trahison en Ukraine, un acte sanctionné par une non-sélection pour les amicaux de mars.

Par la suite, Yevhen Seleznyov fera à nouveau polémique en déclarant avoir repoussé l’offre de Sunderland lors du mercato hivernal car l’Angleterre « n’était pas son pays ». Une expression lourde de sous-entendus. Après trois mois peu convaincants au Kuban (trois buts en neuf matchs, dont deux sur penalty), Seleznyov se retrouve donc sans club à un mois de l’Euro et sans pouvoir s’engager ailleurs, ayant déjà évolué pour deux équipes différentes durant la saison (à moins de retourner au Dnipro). Le natif de Makiivka, près de Donetsk, aura tout perdu en l’espace de quelques mois, lui qui était considéré comme un héros en Ukraine pour avoir participé à la qualification du Dnipro Dnipropetrovsk pour la finale de l’Europa League l’année dernière ainsi que pour ses buts décisifs dans la campagne qualificative de l’Ukraine pour l’Euro 2016.

Le but du week-end :

Quincy Promes continue de faire rêver les spectateurs de l’Otkrytie, mais cette fois c’est sur une passe remarquable de Zé Luis que le Néerlandais parachève le travail et enfonce le Dinamo au plus proche de la descente. 3-0. Si vous avez le sens de l’humour, vous pourrez également apprécier le placement et l’effort de la défense du Dinamo…

L’équipe-type du week-end :

L’attaque du Spartak (une fois n’est pas coutume) truste nos trophées avec une bonne coloration berdyevienne derrière.

Le classement :

Rostov est toujours devant et se détache en compagnie du CSKA alors que ça se resserre en bas. Suspense à tous les étages.

Le point FNL :

Il ne reste plus que deux journées à jouer en FNL et nous allons faire le point sur le classement, ensemble. Tout en haut, le Gazovik qui continue à faire des nuls 1-1 (Volga et Sibir) a assuré sa montée et devrait pouvoir assurer le titre malgré le retour d’Arsenal, irrésistible et également promu suite à sa victoire 2-1 hier sur le terrain du Spartak-2 grâce notamment à Brown Forbes. Derrière, Tomsk qui a enfoncé le Baltika (on y reviendra) 3-0 est assuré de la troisième place et jouera donc le quatorzième de RPL en barrages, avec on l’espère une meilleure ici que l’an passé afin que la Sibérie retrouve l’élite.

Ensuite, il semblerait que personne ne veuille de la quatrième place, le Spartak-2, qui ne peut pas monter, est resté quatrième malgré deux défaites contre Tula donc mais aussi contre le Zénit-2 alors que dans le même temps le Volgar Astrakhan tombait face à Khabarovsk puis 2-1 à Saratov (encaissant un but de l’inévitable Degtyarev). Du coup, c’est le Fakel Voronezh battu en toute fin de match par la réserve du Zénit (1-0) après s’être imposé logiquement 2-0 à Irkutsk, qui ne perd pas espoir.

En bas, la bagarre fait rage au-delà des trois équipes déjà reléguées : le Torpedo, pourtant vainqueur 2-1, deux fois cette semaine contre Tyumen puis le Baïkal ; le Baïkal Irkutsk battu deux fois et le KAMAZ surprenant vainqueur 3-0 de Tosno hier soir avec notamment un but de Kilin, l’ancien de Chelyabinsk.

En effet si ce soir les relégables s’appellent SKA-Energiya Khabarovsk (battu sur sa pelouse 2-0 par le Yenisey) et Shinnik Yaroslavl (tenu en échec 1-1 à Nizhny-Novgorod, en égalisant dans les arrêts de jeu par Eduard Bulia), quatre autres équipes sont encore concernées par la relégation. A commencer par le Yenisey, que l’on croyait condamné avant ce sursaut d’orgueil sur le terrain de Khabarovsk. Ils sont a égalité de points avec le Shinnik, tout comme le Baltika Kaliningrad, qui n’a jamais été aussi mal classé cette saison et qui commence à inquiéter ses fans avec quatre défaites consécutives, les deux dernières sèches : 3-1 à Tosno et 3-0 à domicile contre le Tom Tomsk.

Le Luch-Energiya Vladivostok, pourtant très mal financèrement, s’est donné un grand bol d’air en dominant Tyumen 1-0, quatre jours après avoir disposé du Yenisey. Ils ne sont qu’un point au dessus de la ligne de flottaison, mais c’est déjà inespéré pour eux et l’espoir du maintien est là, avec notamment un match contre le SKA a venir. Enfin le Zenit-2 semble lui quasiment sauvé, sauf catastrophe, suite à son succès contre le Fakel Voronezh : trois points d’avance et un match à venir contre le Baïkal devrait pouvoir garantir aux coéquipiers de Zyrianov, une nouvelle saison en FNL.

Mathématiquement, le Volga ainsi que Tosno et le Sokol ne sont pas sauvés mais il faudrait un grand concours de circonstances pour les voir sportivement disparaître. Le Sibir Novosibirsk ainsi que Tyumen sont les deux seules équipes à etre définitivement en vacances avant les deux dernières journées. La suite du suspense dès dimanche.

La rédaction Russie de Footballski sous la direction d’Adrien Laëthier.


Photo à la une : © Flickr / Piotr Drabik

Retour sur la journée 27 de RPL 2015-2016 – Championnat de Russie de football
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
On a discuté avec Beso Chikhradze, président et fondateur du FC Gagra

Gagra est une ville de taille moyenne située sur la côte ouest de la Géorgie, au bord de la Mer...

Fermer