Retour sur la journée 24 de RPL 2016-2017 – Championnat de Russie de football

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 26 avril 2017

La vingt-quatrième journée s’achève avec la défaite surprise du leader, une grande première dans le nouveau stade de Saint-Pétersbourg ainsi que beaucoup d’autres événements et polémiques à tous les niveaux du football russe et c’est ce que nous vous contons sur Footballski, comme chaque mercredi.

L’affiche : FK Rostov – Spartak Moscou : 3-0

XI SPARTAK : Rebrov – Zobnin, Tasci, Kutepov (57e  Melgarejo), Dzhikia, Kombarov – Glushakov © (75e Expulsé), Fernando (68e Eschenko) – Popov (46e Samedov), Ananidze – Promes
XI ROSTOV : Medvedev – Kalachev (29e Terentyev), Mevlija, Navas, Simic, Bayramyan – Erokhin, Gatcan ©, Noboa – Bukharov (61e Azmoun), Poloz (79e Mogilivets)

Le leader de la RPL faisait face à un déplacement difficile à Rostov. L’équipe de Massimo Carrera, qui fêtait le même jour ses 53 ans, se présentait sur les bords du Don avec sept points d’avance, à la suite de la victoire du CSKA contre Ufa (2-0). 14 points en six matchs depuis la trêve hivernale, le Spartak n’a été freiné que deux fois en réalisant deux matchs nuls (contre le Lokomotiv et Krasnodar).  De son côté, Rostov réalisait une série impressionnante de cinq matchs sur le score de 0-0, soit au total une seule victoire sur les six derniers matchs ! L’analyse statistique reste insuffisante cependant. Rostov a suffisamment montré cette saison lors des compétitions européennes sa capacité à bousculer des équipes faisant le jeu.

Un autre match se jouait aussi de loin, celui entre Kurban Berdyev, mentor de l’équipe de Rostov et qui était pressenti au début de la saison pour coacher… le Spartak ! Mais les dirigeants Rouge et Blanc ont préféré faire confiance à Massimo Carrera, nouvellement arrivé au club. Un choix judicieux du point de vue des résultats et du caractère déterminé de l’effectif, approuvant totalement le coach italien. Les deux hommes ont d’ailleurs des similitudes dans leur style de jeu, notamment un pressing constant demandant un effort physique important.

Toujours privé de Ze Luis et d’Adriano blessés, le Spartak aligne la même composition que face au Zenit, mis à part la ligne défensive composée de Dzhikia-Tasci-Kutepov-Kombarov. Côté Rostov, l’opération du nez de Bukharov ne l’empêche pas d’être sur la feuille de match. Le Spartak démarre le match de belle manière, contrôlant les débats, jouant rapidement soit directement sur Promes, soit par les côtés en renversant le jeu. Mais au final, les Rouge et Blanc n’inquiètent pas Medvedov. Rostov se réveille et sur une récupération de balle, les Bleu et Jaune contre-attaquent. Kalachev adresse un centre tendu à Bukharov qui ajuste tranquillement Rebrov. Une ouverture du score à l’image du style de jeu de Rostov ! Efficace !

Le Spartak est assommé, incapable de réagir, ne trouvant aucune solution pour mettre le danger. Bayramyan effectue un superbe match, annihilant toutes les opportunités du Spartak sur le côté droit. L’entrée de Samedov en deuxième période n’y changera d’ailleurs rien. Gatcan se permet d’accroître le score juste avant la mi-temps sur corner. La charnière centrale Tasci/Kutepov montre des lacunes défensives flagrantes sur les deux buts. La deuxième mi-temps n’est ensuite qu’une suite d’évènements négatifs pour le Spartak. Tout d’abord le troisième but de Rostov à la 49e par Bukharov. Encore une fois, le jeune défenseur russe Kutepov, pourtant attendu comme le futur défenseur central de la Sbornaya, doit faire face aux reproches. Par la suite, Fernando doit quitter le terrain sur blessure et pour finir, le Spartak finissait la partie à 10 après l’expulsion de Glushakov. 3-0, l’addition est salée pour le leader de la RPL qui devra se battre jusqu’au bout pour accrocher enfin un titre de champion. Rostov se relance dans la course à la quatrième place en stoppant cette folle série de 0-0 et reste à cinq points de Krasnodar.

Le match du week-end : Lokomotiv Moscou – Amkar Perm : 3-3

La lutte pour les places européennes se poursuit, et quoi de mieux qu’un choc entre deux prétendants pour y voir plus clair. À la veille de la rencontre, le Lokomotiv, cinquième, devance l’Amkar, huitième, d’une seule unité. Malgré un bilan comptable semblable, les deux équipes sont sur des dynamiques très différentes. Le Loko de Syomin est métamorphosé depuis le retour du championnat, avec une seule défaite contre Krasnodar pour huit matchs joués (coupe comprise). L’Amkar de Gadzhiev, au contraire, marque le pas arprès une première partie de saison brillante : ils n’ont pris que six points sur 18 possibles depuis début mars. Pour tenter de briser le mur défensif de l’Amkar, Syomine a choisi de passer en 4-4-2, avec Miranchuk en soutien d’Ari en attaque. Au milieu, Manuel Fernandes est décalé sur le flanc gauche et le jeune Barinov reçoit sa deuxième titularisation de suite, un bon signal envoyé à la réserve. La défense est plus classique : c’est un quatuor bien rodé Denisov-Ćorluka-Kvirkvelia-Yanbaev qui débute la rencontre. Face à eux, l’attaquant autrichien Darko Bodul est bien seul en pointe des Rouge et Noir. Derrière, Gadzhiev a entassé les sacs de sable, avec une double ligne de 4 milieux et 5 défenseurs. En l’absence de l’international nigérian Ogude, l’Amkar peut compter sur son capitaine courage Janusz Gol pour tenir la baraque.

Sitôt la mise en place tactique annoncée, les téléspectateurs avertis sont allés mettre la bouilloire sur le feu, histoire de se faire chauffer une petite verveine, sans oublier les sablés et le journal de la veille pour meubler les temps morts. Les plus attentifs n’auront pas oublié d’éteindre leur clope, car on ne compte plus les supporters assoupis immolés par un mégot tombé dans les creux du fauteuil. Heureusement, les deux équipes s’étaient semble-t-il mises d’accord pour faire le coup de feu à l’heure de la sieste. Dans les vingt premières minutes, les débats sont assez équilibrés, avec des offensives timides de part et d’autre. La première véritable alerte est fatale au Lokomotiv : Gigolaev, bien lancé sur son flanc gauche, adresse un centre chirurgical à Bodun, qui se débrouille pour envoyer la balle au fond des filets alors qu’il est entouré de quatre cheminots (0-1). Ce but semble réveiller les Rouge et Vert, mais leurs timides tentatives se heurtent au mur solide de l’Amkar. Il faut attendre la fin de la première période pour que Miranchuk égalise en reprenant un belle remise de la tête signée Ari (1-1). Décidément, l’entente entre ces deux-là devient intéressante.

Au retour des vestiaires, on retrouve un Loko conquérant qui ne tarde pas à reprendre l’avantage. C’est encore une remise de la tête, venue de Ćorluka cette fois, qui permet à Tarasov de détourner le centre de Manuel Fernandes dans les buts adverses (2-1). Deux minutes plus tard, Khomich, le portier de l’Amkar, fauche Miranchuk dans la surface, ce qui oblige l’arbitre à désigner le point de pénalty. Manuel Fernandes fait le break sans trembler (3-1). La joie est de courte durée à Tcherkizovo. L’arbitre se laisse abuser par une grossière simulation de Gigolaev dans les 16 mètres et octroie un pénalty aux Rouge et Noir. Bodul ne se fait pas prier pour réduire le score (3-2). Gadzhiev profite de ce retournement de situation pour faire entrer Prokofyev à la place de Balanovich. Syomin, lui, doit remplacer Ćorluka, blessé au tendon d’Achille. Une catastrophe pour les cheminots, qui perdent leur meilleur joueur pour six mois. Histoire de faire boire le calice jusqu’à la lie aux supporters du Loko, Prokofyev profite d’un cafouillage dans la surface pour égaliser (3-3).

Tandis que le Lokomotiv invente le concept de match nul à la Pyrrhus en perdant son capitaine en fin de match, l’Amkar peut s’estimer heureux de remporter un point dans ce match fou. L’objectif de fin de saison pour Syomin et ses hommes est plus que jamais la finale de coupe du 2 mai contre l’Oural, le vainqueur bénéficiant d’une qualification directe en Ligue Europa. Perm, lui, s’enfonce dans le ventre mou, et attendra au moins une semaine de plus pour renouer avec le succès.

Les autres matchs

  • Le CSKA se relance ! Après avoir concédé un match nul tristounet à domicile contre Rostov, les Moscovites se sont relancés avec une victoire 2-0 sur la pelouse d’Ufa. Vitinho et Chalov sont les buteurs pour le CSKA.
  • Farce à Saint Pétersbourg. Pour l’inauguration de son nouveau stade, le Zenit aura eu beaucoup de mal à se défaire de l’Ural Ekaterinbourg. Bien aidé par l’arbitre qui adressa trois cartons rouges à son adversaire, le Zenit s’impose 2-0 avec des buts poussifs d’Ivanovic et de Mollo.
  • L’Anzhi peut souffler. En chute libre depuis quelques matchs, l’Anzhi voit dangereusement la zone rouge se rapprocher. Face au Terek, le club du Daguestan a su faire belle figure et l’emporte 1-0 grâce à un but de Brown.
  • Dur dur pour Tomsk. Après sa nouvelle défaite 2-1 à domicile contre Orenbourg, le Tom Tomsk pointe désormais à quatorze points du premier non barragiste. Autant dire que cela va être compliqué… Pugin a marqué pour Tom tandis qu’Ade et Georgiev donnent la victoire à Orenbourg.
  • Kazan n’y est toujours pas. Cette fin de saison est extrêmement difficile pour le Rubin Kazan qui enchaîne un septième match sans succès. Match nul 0-0 sur la pelouse de Samara qui récupère un point important pour le maintien.
  • Le FK Krasnodar s’impose sans briller contre l’Arsenal Tula, signant sa deuxième victoire de suite pour conserver de l’avance pour les places européennes. Les Byki n’ont pourtant pas montré leur meilleur football ce week-end et se sont régulièrement faits peur sur des contres des visiteurs (dont une barre transversale et deux gros arrêts de Sinitsyn), en grand danger de relégation. C’est un joli but signé Kaboré (le premier chez les Byki) qui a permis de débloquer la situation avant que Smolov ne vienne sceller le résultat sur, enfin, une action collective digne du FKK. L’Arsenal repart avec des regrets mais pourra espérer engranger des points en montrant plus d’application. Krasnodar devra redoubler d’efforts pour finir sa saison sereinement.

Le classement

Le Spartak a été repris de volée à Rostov mais conserve une confortable avance sur ses concurrents.

Les Ours écrasés

Sensation sibérienne en ligue supérieure féminine

C’est reparti en Ligue supérieure, l’élite du football féminin en Russie. Comme les compétitions masculines amateurs, le championnat féminin est resté au système printemps-automne. Cette année, deux nouveaux clubs font leur apparition : les habituées de Première division Dontchanka Azov et les Sibériennes du Ienisseï Krasnoïarsk.

La montée de Krasnoïarsk est une excellente nouvelle pour le football féminin en Sibérie, qui était jusqu’alors cantonné à un entre-soi peu propice au développement de clubs forts. Même si les déplacements risquent de peser lourd sur les finances du club, le Ienisseï à toutes les cartes en main pour se faire sa place dans l’élite.

Quoi de mieux qu’un coup d’éclat pour le prouver ? À l’occasion de la première journée, les filles de Krasnoïarsk affrontaient Rossiyanka, le club de la région de Moscou tenant du titre, véritable pépinières d’internationales. Eh bien les championnes ont cédé face aux locales, qui l’ont emporté 2-0, buts de Zhukova et Bykova. À la surprise générale, le Ienisseï prend donc la tête de la Ligue supérieure dès le début de la saison.

La polémique du week-end

Enfin l’inauguration du stade du Zenit.

C’était l’arlésienne du championnat de Russie qui aura durée 10 ans, la construction du nouveau stade du Zenit St Pétersbourg. Enfin achevé, le Zenit a disputé samedi son premier match dans son nouvel édifice flambant neuf. Chef d’oeuvre d’architecture et de modernité, le Zenit dispose enfin d’un stade à la mesure de sa réputation et de son projet.

© Globo Esporte

© tricolortvmag

© fontanka.ru

 

Stade Krestovski -60 500 places – Début de construction 2007 – Fin de la construction 2017.

Le but du week-end

Le Brésilien Vitinho a marqué son retour en RPL avec ce but venant ponctuer une jolie action. But ô combien important dans la course à l’Europe pour le CSKA car il permet aux Armeitsy d’ouvrir le score à la 65e contre le FK Ufa de Sergey Semak.

La FNL

Le Dinamo, déjà promu, continue de se régaler avec sa victoire 2-1 contre le Mordovia qui est lui toujours relégable. De son côté, Tosno n’a pu faire mieux que 1-1 sur le terrain de Vladivostok mais pourrait obtenir son ticket dès la 34e journée de FNL. La bataille fait toujours autant rage pour les places de barragistes, derrière le Spartak-2 qui est désormais troisième, sans avoir le droit de monter. Les Miaso se sont imposé 1-0 sur la pelouse du Neftekhimik Nizhnekamsk, dernier, mais pas encore condamné. Ainsi, le SKA Khabarovsk a abandonné sa troisième place après son nul sans relief contre le Volgar Astrakhan, quatorzième, qui se contente de ce 0-0. La place de premier barragiste est maintenant occupée par le Yenisey Krasnoyarsk qui est de retour avec une nouvelle victoire probante, 2-0 contre un Kuban Krasnodar plutôt en forme dernièrement.

Le Fakel, de son côté, enchaîne les désillusions mais n’a pas perdu tout espoir malgré sa défaite 3-1 sur la pelouse de Tyumen. Nouveau triplé pour Mamtov et les Sibériens ne sont plus qu’à quatre points des barrages. Le Shinnik Yaroslavl, dans une période délicate, s’est relancé en battant de manière minimale, 1-0, le Sokol Saratov, toujours relégable. Egalement dans la course, Tambov s’est relancé en dominant le Spartak Nalchik dans le Caucase sur le score de 1-0. Tambov est à égalité de points avec le Kuban et Khimki facile vainqueur de la réserve du Zenit 3-1 sur la pelouse de Saint-Pétersbourg.

Parmi les relégables nous avons évoqué toutes les équipes sauf deux, et le Baltika a laissé passer sa chance avec un nouveau nul 1-1 contre le Sibir Novosibirsk. Le Baltika s’éloigne du maintien alors que les Sibériens ne perdent pas encore espoir.

  L’équipe-type de la rédaction

La rédaction Russie de Footballski sous la direction d’Adrien Laëthier.


Photo à la une : © Grigoriy Sisoev / Sputnik via AFP Photos

Retour sur la journée 24 de RPL 2016-2017 – Championnat de Russie de football
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
#102 Les images de la semaine

Autriche: derby de Vienne Ce week-end avait lieu le grand derby de Vienne entre le Rapid et l'Austria. Si sur...

Fermer