Retour sur la journée 24 de RPL 2015-2016 – Championnat de Russie de football

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 20 avril 2016

Comme tous les mercredis, la Russian Premier League est présente sur notre site à travers cette chronique. Cette semaine nous avons le droit à un nouveau changement de leader dans un championnat toujours aussi indécis alors que la situation se décante en FNL !

Les yeux de la rédac’ :

Certains de nos contributeurs sont, en plus d’être suiveurs du football russe en général, des fans de certains clubs historiques et ils vous font (re)vivre les matchs de leur club chaque week-end.

Lokomotiv Moscou 1 vs. 1 CSKA Moscou – Corluka (22′) | Olanare (84′) par SovietXav et Adrien Morvan.

Derby Moscovite de cette vingt-quatrième journée, le Lokomotiv recevait le CSKA pour un sprint final qui s’annonce assez intéressant. Le CSKA reste sur une victoire assez impressionnante 7-1 sur la pelouse du Mordovia alors que le Lokomotiv a été ralenti par un nul sur la pelouse de Samara, l’objectif pour les deux équipes : la victoire.

Le début de la rencontre est assez ouvert, avec des offensives de part et d’autre. C’est néanmoins le Lokomotiv qui se procure la première occasion dangereuse : Miranchuk, servi au point de penalty par Samedov, croque une occasion toute faite. Dix minutes plus tard, c’est encore Miranchuk qui se retrouve à la passe après avoir fait tourner en bourrique Ignashevich, mais Henty laisse inexplicablement filer son centre à ras-de-terre devant le but. La troisième occasion est la bonne : sur un corner millimétré de Samedov, Ćorluka place une reprise tout en force qui ne laisse aucune chance à Akinfeïev (1-0).  Fidèles à eux-mêmes, les Cheminots se replient en défense dès l’ouverture du score acquise. Le CSKA ne se fait pas prier et se lance à l’assaut des cages de Guilherme. Sans réussite avant la pause : le gardien brésilien a visiblement fait marabouter ses bois avant le début de la rencontre. C’est d’abord la tentative de Nababkin qui s’écrase sur le poteau, puis c’est Dzagoev qui touche le montant d’une frappe lointaine. Wernbloom n’est pas plus chanceux : alors qu’il était idéalement placé à la réception du corner d’Eryomenko, sa reprise de volée passe au-dessus.

© Epsilon/Getty Images

© Epsilon/Getty Images

La deuxième période est à l’avantage du CSKA qui comme à son habitude maîtrise la possession du ballon (65%) et domine au nombre d’occasions, les armeytsii prennent d’assaut le but de Guilherme mais la finition n’est pas au rendez-vous, après les tentatives sur les poteaux en première période cette fois-ci les attaquants du CSKA se heurtent à Guilherme.  84ème minute,  Ahmed Musa déborde coté droit et adresse un centre d’abord repoussé par la défense du Lokomotiv, Eremenko récupère le ballon a l’entrée de la surface et frappe, Guilherme, le portier du Lokomotiv, est sur la trajectoire et détourne le ballon mais sa défense n’a pas été assez attentive, le ballon retombe dans les pieds d’Aaron Olanare qui se retrouve devant le but et inscrit le but de l’égalisation (1-1).

Le CSKA arrache le nul et va tenter d’aller chercher la victoire, mais la fatigue dans les jambes du coté des Armeytsii et la défense du Lokomotiv bien en place après l’égalisation vont empêcher les deux équipes d’aller chercher une victoire précieuse dans le sprint final. Le Lokomotiv peut se mordre les doigts d’avoir laissé échapper la victoire : l’occasion était belle de bien se placer dans le groupe de tête. Le nul ne fait pas non plus les affaires du CSKA, puisqu’il remet pas moins de cinq équipes dans la course au titre. La fin de saison s’annonce passionnante !

Zenit Saint-Pétersbourg 5 vs. 2 Spartak Moscou –  Witsel (15′), Hulk (46), Dzyuba (65′), Mauricio (73′), Javi Garcia (87′) | Popov (10′), Glushakov (21′) par Karim Hameg et Robin Bjalon.

Le Zenit, invaincu depuis la trêve et en grande forme, recevait le Spartak pour un derby qui s’annonçait ultra bouillant tant il était important pour les deux équipes au niveau du classement. Après sa victoire 2-0 à extérieure face à Amkar, l’équipe de Villas-Boas voulait absolument confirmer et se rapprocher du CSKA, tenu en échec par le Lokomotiv. De son côté, le Spartak se devait de prendre des points sous peine de voir sa fin de saison compromise. Le Zenit débutait avec Neto en défense centrale, qui remplace Garay de fort belle manière depuis quelques matchs ; alors que l’équipe moscovite alignait un trio Popov – Zé Luis – Promes en attaque, avec un Melgarejo décevant depuis son arrivée cet hiver, sur le banc. Sous un beau soleil, le match débutait tambour battants, les deux équipes voulant prendre le contrôle du match : Rebrov s’interposait bien sur un centre de Zhirkov venu de la gauche (2′). Et sur sa première véritable action, le Spartak ouvrait la marque par Popov après que Zé Luis a dribblé Lodygin (0-1, 9′). Le Zenit tentait d’imposer son rythme pour réagir et Witsel égalisait d’une belle frappe du gauche sous la barre, dans une ambiance de folie (1-1, 15′). Le match était très plaisant et les défenses des deux équipes laissaient de nombreux espaces qui profitaient aux joueurs offensifs. Et sur une très belle action collective en contre initiée par l’intenable Promes, Glushakov héritait du ballon à l’entrée de la surface et trompait Lodygin d’une belle frappe à ras de terre (1-2, 21′). Le Spartak faisait preuve d’un grand réalisme qui lui avait souvent manqué cette saison ! L’équipe moscovite aurait même pu aggraver le score sur corner et après une perte de balle très dangereuse d’Hulk dans sa propre surface, mais l’attaquant brésilien se rattrapait bien en taclant in extremis la frappe de Popov (27′) ! Le Zenit se créait une grosse occasion avec Smolnikov, mais au final les deux équipes rentraient sur ce score surprise de 2 à 1 en faveur du Spartak à la mi-temps.

© Epsilon/Getty Images

© Epsilon/Getty Images

Sérieusement bousculé en première période, le Zenit revient sur la pelouse du Petrovsky avec de meilleures intentions et réalise le coup parfait en égalisant juste après la sortie des vestiaires en égalisant grâce à ses Brésiliens. Trouvé dans la profondeur par Maurício d’une superbe ouverture, Hulk ne se faisait pas prier pour égaliser (2-2, 46′), inscrivant au passage son treizième but de la saison pour s’emparer de la tête du classement des buteurs. Le cauchemar ne faisait que commencer pour le Spartak. À la 66ème minute, le duo brésilien se mettait à nouveau en action. Servi par Maurício, Hulk se muait en passeur pour Artyom Dzyuba qui parvenait à envoyer le ballon au fond des filets après un contrôle pour le moins chanceux (2-3,66′). Le Zenit Saint-Pétersbourg prenait l’avantage et les visiteurs avaient laissé passer leur chance, à l’image d’un Zé Luís dont la tête heurta la barre (73′). Quasiment dans la foulée de cette occasion, Maurício inscrira d’une frappe puissante le quatrième but en étant à la réception d’un centre de Dzyuba (2-4, 74′). Passeur décisif sur l’égalisation puis avant-dernier passeur sur le troisième but, l’ancien du Terek Grozny voyait sa bonne entrée en jeu être récompensée. La fin du match sera un calvaire pour le Spartak, réduit à dix après l’expulsion de Makeev (78′) avant d’encaisser un cinquième but, œuvre de Javi García (88′).

Le Zenit Saint-Pétersbourg l’emporte largement (5-2) face à son grand rival qui n’aura pourtant pas démérité, notamment en première période.  Le champion est plus que jamais en position de conserver son titre après ce cinquième succès de rang : il n’est qu’à deux points du FK Rostov, leader, chez qui il se déplacera lors de la prochaine journée. Le Zenit n’est néanmoins que troisième, devancé également par le CSKA Moscou. Seul (énorme) coup dur : la grave blessure du capitaine Danny, victime pour la troisième fois depuis son arrivée à Saint-Pétersbourg d’une rupture des ligaments croisés. L’international portugais ratera la fin de saison de son club mais également l’Euro 2016 avec sa sélection quatre ans après avoir raté l’édition 2012 pour la même raison. Le Spartak Moscou s’éloigne quant à lui des places européennes. Relégué à la septième place, à six points du quatrième, il ne devrait sauf miracle pas voir l’Europa League la saison prochaine.

Terek Grozny 0 vs. 1 FK Krasnodar – Smolov (44′) par Philippe Ray.

Les Byki du FK Krasnodar restaient sur une impressionnante victoire face à l’Ural qui suivait un large succès sur la pelouse du Dinamo Moscou. Allaient-ils confirmer ce nouvel élan ? Car l’épreuve suivante était de taille pour le FKK. En effet, le Terek Grozny, chez qui ils se déplaçaient, était invaincu cette saison à domicile. Le Rubin, le Spartak, le Zenit et le Lokomotiv avaient tous mordu la poussière sur ce terrain et les Tchétchènes n’avaient subi que trois revers seulement au cours de la saison, le dernier en date étant celui sur la pelouse du FK Ufa lors de la journée précédente. Au match aller, le Terek était parvenu à marquer et à assurer le match nul au Kuban Stadium. Au niveau des compositions, Krasnodar se présentait avec le même XI que celui qui avait écrasé l’Ural à la seule différence que Kaleshin était de retour à son poste. Le Terek se présentait avec quelques remaniements par rapport à l’équipe qui s’était inclinée en Bashkirie.

La première mi-temps est assez nettement dominée par Krasnodar. Dès le début du match à la neuvième minute, Smolov, l’auteur d’un quadruplé la semaine passée, s’essaie à l’exercice du retourné acrobatique. Il est arrêté par le gardien Gorodov. Le Terek se met en configuration de contre et réussit deux percées dans la surface de Kritsyuk. Le talent de ce dernier n’est cependant pas mis à contribution, la défense centrale se montrant au sommet de sa vigilance. Les Byki pressent le bouton d’accélérateur à l’approche de la demi-heure de jeu, d’abord par Mamaev qui transperce toute la défense du côté droit avant de buter sur le gardien, puis par Kaboré qui bute sur un défenseur à la reprise d’un corner, ainsi que par Podberzyoskin qui sert intelligemment Mamaev lequel effectue une passe en retrait renvoyé par la défense. Enfin, à quelques instants seulement de la mi-temps, Akhmedov sert Mamaev qui, d’une passe magistrale, offre une balle de match à un Smolov à la limite du hors-jeu qui ne se prive pas pour donner l’avantage aux siens et prendre la tête du classement des buteurs (0-1, 44′). Au cours de cette période, Markov a du remplacer Kaleshin qui s’est blessé de même qu’Ari a du entrer à la place de Podberyozkin.

En deuxième mi-temps, le FKK est replié sur la défensive et c’est le Terek qui a l’initiative de toutes les actions. Dès la 49ème minute, Rybus oblige Kritsyuk à détourner le ballon en corner. Dès lors, Krasnodar ne sortira quasiment jamais de sa moitié de terrain et perdra quasi-systématiquement le ballon à chaque tentative de construire une action. Ari aura particulièrement réalisé une 2ème mi-temps chaotique et désastreuse, forçant Kononov à le remplacer par Gazinski. L’attaquant brésilien aura quasiment raté tous ses contrôles et il est peut-être la raison pour laquelle les Byki se sont montrés aussi repliés dans cette seconde moitié. Mitrishev rate ensuite une balle d’égalisation en manquant d’anticipation. Markov a du se rapprocher dans l’axe en catastrophe pour empêcher le tir d’Ivanov de se diriger vers le but. Aissati expédie ensuite le ballon d’une reprise de volée très difficile juste à gauche de la base du poteau gauche de Kritsyuk qui devra en toute fin de match arrêter un dernier tir pour valider la victoire des Verts.

Malgré une deuxime mi-temps très difficile, le FKK a confirmé les deux victoires des deux précédentes journées en infligeant au Terek Grozny sa première défaite à domicile cette saison ainsi que sa 1ère défaite en suivant une autre. Krasnodar a fait le travail dans une première mi-temps convaincante grâce à Smolov et à ses coéquipiers offensifs qui ont répondu présents. En revanche, ce match ne risque pas d’arranger les affaires d’Ari, très inefficace depuis la fin de l’automne et en méforme complète. Cette victoire est cependant insuffisante aux Byki pour grimper encore au classement mais elle a permis de resserrer l’étau et de les placer, au bénéfice d’un faux-pas du CSKA Moscou, à seulement cinq points de la première place. À six journées de la fin, le rêve est encore permis bien qu’il n’y ait d’autre choix que d’espérer des faux-pas d’adversaires contre lesquels les deux matchs ont déjà été joués. Bel et bien relancé, le FKK peut se déplacer sereinement à l’Arena Khimki en vue d’y affronter le CSKA en demi-finale de la Coupe de Russie.

Le reste de la RPL :

  • L’Amkar en danger. Ce déplacement chez la lanterne rouge le Mordovia devait permettre à l’Amkar de creuser l’écart avec la zone rouge et d’espérer voir la fin de saison avec plus de décontraction. Dominateur en début de rencontre, le club de Perm concrétisa sa première véritable occasion à la demi heure de jeu; suite à un beau mouvement collectif, Jikia récupère la balle à la gauche de la surface et déclenche un boulet de canon qui laisse Revishvili impuissant. L’Amkar pensait avoir fait le plus dur mais va se relâcher au profit de Saransk. Dès le début de la seconde période le Mordovia attaque pied au plancher pour égaliser, Lutsenko va d’abord buter sur un bon Relikhov, puis Mukhametshin (rentré une minute auparavant) va profiter de l’erreur d’appréciation d’Idowu pour égaliser. Le score en restera la, un point qui permet au Mordovia d’y croire encore tandis que l’Amkar se rapproche dangereusement de la zone de play-downs.
  • Victoire précieuse pour Ufa. Autre duel de mal classé avec le déplacement de l’avant dernier l’Anzhi sur la pelouse d’Ufa barragiste. Un match de la peur qui ne faut absolument pas perdre des deux côtés. Dès le début du match les locaux vont mettre tout le monde d’accord, à la quatrième minute Tumasyan est trouvé au second poteau et place une tête qui finit au fond, l’Anzhi est déjà K-O. Les joueurs du Dagestan vont bien tenter de réagir mais l’imprécision des attaquants et un Shelia des grands jours ne permettront pas aux jaunes de revenir à égalité. Et pire encore, en seconde période Ufa va doubler la mise grâce à Zubarev en toute fin de match. Un précieux succès qui permet à Ufa de se rapprocher du premier non barragiste, l’Anzhi de son côté est lanterne rouge.
  • Le Dinamo sombre. La réception du Krylia Sovetov se devait d’être un match de relance pour les moscovites qui restent sur deux défaites 4-1. Largement dominateurs tout au long de la rencontre le Dinamo a buté sur le portier de Samara, Loria, qui a certainement fait le match de sa vie. Ni Beqiraj, ni Ionov, ni Terekhov ne vont parvenir à tromper le portier géorgien. Le Krylia, totalement éteint offensivement va faire le parfait hold up en toute fin de match, sur un centre contré de Mollo le portier moscovite renvoie mal la balle sur Bateau qui transmet de la tête de Bruno qui marque le seul but de la rencontre. Un Hold up parfait qui propulse le Dinamo Moscou à un point de la zone de play-downs…
    © Epsilon/Getty Images

    © Epsilon/Getty Images

  • Rostov enchaîne. Connu pour son manque de régularité hors de ses bases, Rostov nous a bien démontré le contraire ce week end à Krasnodar contre le Kuban. C’est une véritable déferlante bleue que nous avons pu voir face à des locaux totalement absents offensivement. Longtemps Poloz, Azmoun et autres ont péché par manque de réalisme, soit buttant sur Belenov, soit sur les montants, soit sur des défenseurs jouant les gardiens de but. La délivrance surviendra en fin de rencontre quand Gatcan récupérera un ballon stoppé préalablement par le portier du Kuban pour la propulser enfin au fond des filets! Rostov repasse leader et affrontera au prochain match le Zenit!
  • Ural n’y arrive décidément plus. Le dernier match de cette 24ème journée n’était pas le plus beau, loin de la, entre Ural et le Rubin Kazan. En effet, il faudra attendre la 37ème minute de jeu pour voir la première véritable occasion, Korobov se fait déséquilibrer dans la surface du Rubin et obtient un penalty qu’Acevedo ne transforme pas, bien arrêté par le portier Ryzhikov. Sinon rien de bien intéressant, si ce n’est une frappe de Kannunikov bien repoussé par Zabolotny. Le portier d’Ural qui devra s’incliner à la 75ème minute sur une tête du suédois Bergstrom, auteur du seul but de la rencontre. Score final 1-0 pour le Rubin qui en profite pour revenir à proximité de son adversaire du jour, de son côté l’Ural n’avance plus, la fin de saison va être longue à Ekaterinbourg !

Le but du week-end :

Dzyuba nous gratifie d’un peu de technique. Geste inhabituel mais qui avec un peu de réussite devient décisif, il enchaîne avec un centre que reprend magnifiquement Mauricio. Le Brésilien arrivé en provenance du Terek marque un but fort joli qui permet au Zenit de prendre définitivement l’avantage face aux grands rivaux du Spartak. 4-2 à ce moment-là.

L’équipe-type du week-end :

Le Zenit, grand vainqueur de ce week-end truste l’équipe-type.

Le classement :

Rostov repasse en tête alors que pas moins de cinq équipes peuvent encore jouer le titre. En bas, Anzhi est de nouveau dernier.

Le point FNL :

Le leader, Gazovik Orenburg, a été tenu en échec 1-1 par le Luch-Energiya Vladivostok malgré l’égalisation d’Oyewole. Néanmoins les joueurs d’Evdokimov auront déjà l’occasion de valider leur billet pour la RPL dès lundi prochain alors que les joueurs de l’Extrême-Orient russe donnent tout pour ne pas descendre à l’échelon inférieur. L’autre équipe en ballottage favorable pour monter, c’est Arsenal Tula qui a assis sa deuxième place ce week-end en battant une courageuse équipe du Volga sur le score de 2-1 grâce à un doublé de Sergey Maslov en deuxième mi-temps.

Les barragistes commencent également à se dessiner, le Tom Tomsk en pleine déliquescence pourrait être en mesure de se maintenir dans le top-4 malgré sa défaite sur la pelouse du SKA-Energiya qui ressort de la zone rouge, mais pourrait perdre son avantageuse troisième place au profit d’un Volgar-Gazprom retrouvé après sa défaite du week-end dernier. Les joueurs d’Astrakhan se sont imposés 2-0 à Krasnoyarsk et ne pointent plus qu’à deux points de Tomsk. Le Yenisey n’a lui plus qu’un petit point d’avance sur la zone rouge. La seule équipe qui semble en mesure de trouver l’ordre établi, c’est le Spartak-2, mais ils ne peuvent pas monter. En effet, ils ne pointent plus qu’à trois points de la troisième place suite à leur victoire 1-0 contre le Torpedo Armavir. Cette défaite face à son ancien club condamne quasiment l’équipe de Karpin malgré le bel effort produit par les joueurs d’Armavir durant le printemps.

On trouve ensuite le groupe des battus. Pointant déjà à neuf points des barrages, le Fakel et le Sibir vont longtemps regretter leurs printemps catastrophiques. Les joueurs des Terres Noires n’ont pas pu faire mieux qu’un 0-0 sur le terrain d’un KAMAZ qui est déjà condamné. Les Sibériens se sont eux imposés contre la réserve du Zenit 2-0 grâce à Cebotaru et Zhitnev. Ces deux équipes pourraient être rejointes à 49 points par Tyumen qui jouera demain son match en retard contre le Baltika. Ce week-end ils ont enfoncé un peu plus le Shinnik grâce à un but de Nikita Telenkov à la dernière minute. 2-1 !

La bataille pour le maintien fait donc rage, on a déjà évoqué les cas du Shinnik, du SKA-Energiya et du Yenisey qui en étant chacun sur des pentes différentes se retrouvent ex aequo avec un seul point d’avance sur le Luch-Energiya Vladivostok, premier relégable. Et vous savez quoi ? Le Luch affrontera ces trois équipes lors des six dernières journées, de même que le SKA-Energiya. Seuls Shinnik et Yenisey ne s’affronteront pas d’ici la fin. Quelle est la conséquence de tout cela ? Le KAMAZ Naberezhnye-Chelny, avec ses 17 points de retard est d’ores et déjà sur de retrouver la D2 Ural-Volga l’an prochain, et ce malgré leur quatrième nul en cinq matchs (meilleure série du club cette saison). Ils devraient être rejoints (dès la semaine prochaine ?) par l’infortuné Baïkal Irkutsk encore battu ce week-end, cette fois 3-1 par le Baltika qui s’assure une fin de saison sans enjeu. Artyom Serdyuk y est allé de son doublé. Le Torpedo Armavir est désormais dans une situation critique avec dix points de retard et six matchs à jouer alors que le Zenit-2 n’est qu’à trois points de la ligne de flottaison, mais leur performance inquiète plus que jamais.

La bataille pour le maintien va donc nous apporter du suspense jusqu’au bout et Tosno battu ce week-end à Saratov 3-2 dans le match du ventre mou n’est pas encore totalement sauvé non plus. Le triplé d’Aleksandr Korotaev vient conforter le Sokol dans la première partie de tableau. Après le match en retard de demain (Tyumen-Baltika), on retrouvera la FNL lundi avec peut-être la montée pour le Gazovik face au SKA et deux matchs cruciax pour le maintien : Shinnik – Luch ainsi que Torpedo – Yenisey.

La rédaction Russie de Footballski sous la direction d’Adrien Laëthier.


Photo à la une : © Flickr / Piotr Drabik

Retour sur la journée 24 de RPL 2015-2016 – Championnat de Russie de football
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
#68 Les images de la semaine

République Tchèque :  Michal Vejsada et la rancoeur tenace "Vejsado, Ty jsi tak blbej, že musíš bejt Sparťan" - "Vejsada,...

Fermer