Retour sur la journée 22 de RPL 2016-2017 – Championnat de Russie de football

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 12 avril 2017

Nous sommes déjà à la vingt-deuxième journée en Russie et tout commence à se dessiner. Le Spartak s’envole, la relégation devient plus claire. Comme chaque mercredi, nous faisons le point, divisions inférieures et équipe-type comprises.

L’affiche : FK Krasnodar – CSKA Moscou : 1 – 1

KRASNODAR XI : Kritsyuk – Ramirez, Martynovich, Granqvist, Petrov – Mamaev, Kabore, Gazinski – Pereyra (Joaozinho 75′), Smolov, Claesson (Laborde 80′).
CSKA XI : Akinfeev – V.Berezutsky, Ignashevich, Vasin – Fernandes, Natcho (Olanare 71′), Wernbloom, Golovin, Nababkin (Tosic 74′) – Ionov (Zhamaletdinov 89′), Vitinho.

Alors que le CSKA Moscou voit ses rivaux dans la course au titre maintenir un rythme soutenu (Spartak Moscou et Zenit Saint-Petersbourg) à l’approche du sprint final, le club de l’Armée Rouge doit faire face à Krasnodar, quatrième et à la lutte avec le Terek Grozny pour la dernière place qualificative pour la Ligue Europa.

Pas de surprise au coup d’envoi, les deux équipes évoluent dans leur système préférentiel: un 4-3-3 pour Krasnodar et le 3-5-2 du coté du CSKA. On note cependant les absences de Kaleshin, toujours blessé du côté de Krasnodar, ainsi que  d’Alexey Berezutski, de Georgi Milanov et surtout d’Alan Dzagoev côté CSKA Moscou. Ce sont les Moscovites qui se montrent dangereux les premiers avec un centre de Fernandes pour Aleksei Ionov, dont la reprise de volée s’écrase sur le poteau. Le CSKA va d’ailleurs globalement dominer au niveau des occasions, même si l’ensemble restera brouillon surtout au niveau de la finition. On énote aussi la grosse occasion d’Ignashevich sur corner qui va reprendre le ballon de la tête, mais celui-ci termine sa course sur le poteau.

Malgré ses nombreuses tentatives, le CSKA Moscou ne parvient pas à ouvrir le score et les deux équipes se quittent sur un 0-0 à la pause. En seconde mi-temps, le FK Krasnodar revient un peu dans la partie. La première vague d’occasions survient moins de cinq minutes après le retour des vestiaires sur un long ballon de Granqvist à destination de Ramires, face à qui Ignashevich s’impose. Celui-ci effectue ensuite une très mauvaise passe à Akinfeev que Mamaev est tout près d’intercepter sur son tacle. Le CSKA répond par un tir lointain d’un Vitinho assez présent mais peu précis, et surtout par un coup-franc très dangereux et cadré de Natkho sur lequel Kritsyuk ne commet aucune erreur. Cette parade s’avère décisive car, moins de deux minutes plus tard, Berezutski tacle affreusement, en retard et en pleine surface de réparation, un Claesson qui s’était montré plutôt discret jusqu’alors. La star Byki, Smolov, se charge d’exécuter la sentence et trompe un Akinfeev parti du bon côté (1-0, 58′).

Le CSKA peut se mordre les doigts pour ses occasions manquées auparavant alors que le FKK débloque son compteur buts, gelé depuis plusieurs matchs, tout en remerciant Kritsyuk pour ses interventions décisives durant la rencontre. Les minutes suivantes, le match est marqué par un FKK dominateur dans la possession mais peu appliqué dans la finition, face à un CSKA opportuniste qui rend provisoirement la deuxième place du championnat au Zenit. Côté visiteur, Granqvist effectue un excellent travail en défense qui contrecarre beaucoup d’attaques. Les entrées d’Olanare et de Tosic à la place de Natkho et Nababkin n’apportent pas de réel changement. À l’approche du dernier quart d’heure, Mamaev et Pereyra sont bousculés dans le camp adverse et le dernier nommé doit sortir sur blessure. À peine le remplacement est effectué que Wernbloom, le héros de la rencontre madrilène de 2012, égalise d’une superbe frappe depuis l’extérieur de la surface (1-1, 76′). Après cette égalisation, le FKK domine totalement la rencontre dans un style de jeu se rapprochant beaucoup plus du jeu des années Kononov tout en persistant à être imprécis. Akinfeev est réellement sollicité pour la première fois sur un tir vicieux dévié de Mamaev, puis un autre plus direct de Smolov, tous deux parvenus à se démarquer dans l’axe.

La seule occasion du CSKA sur cette fin de match intervient à la 82ème minute sur une très mauvaise passe de Martynovich destinée à Kritsyuk. Heureusement pour les Byki, le portier est parfaitement réactif face à l’accélération-piège de Golovin, situé juste dans le dos de Martynovich. Au sein d’un FKK désormais déchaîné offensivement, Joaozinho, qui avait remplacé Pereyra, aurait pu obtenir un penalty pour un tir contré par la main de Vasin, puis trouve le cadre sur corner, bien que sa frappe trop molle est aisément captée par Akinfeev. Le match se termine sur deux énormes occasions ratées de Krasnodar, la première par Granqvist dont le tir est amorti alors que Petrov, bien trouvé par Mamaev sur corner, était parvenu à lui faire un excellent centre. Puis la deuxième par Laborde (remplaçant d’un Claesson un peu maladroit), celui-ci ayant pu être trouvé sur un contre rapidement mené par Mamaev et Joaozinho – le Brésilien adressant un long ballon parfait, mais le Colombien échoue à contrôler correctement le ballon alors qu’il n’avait qu’à servir Smolov, parfaitement esseulé face au gardien.

Grâce à ce point acquis à Krasnodar, le CSKA reprend la seconde place (qualificative pour la C1) au Zenit Saint-Pétersbourg, tenu en échec à domicile la veille. Il permet au trio de tête de faire, sans doute définitivement, le trou sur son premier poursuivant. Les Byki, justement, qui y croyaient déjà peu, ont sans doute dit adieu à l’option C1 qui était annoncée l’été dernier comme l’objectif de la saison, en concédant ce quatrième nul consécutif à domicile en championnat. Le club étant désormais éliminé de l’Europe, de la Coupe et hors-course pour une qualification à la C1 après avoir longtemps lutté, l’objectif va se limiter à défendre une quatrième place toujours menacée. Le FKK aura l’avantage de bénéficier d’un calendrier qui aura été longtemps très difficile à gérer mais qui va maintenant devenir bien plus favorable avec un déplacement à Saint-Pétersbourg à la mi-mai comme seul match périlleux. Il ira à Kazan chez un Rubin en crise avec la volonté de se libérer après tant de difficultés pour sécuriser une nouvelle fois l’Europe. Chez l’adversaire, ce sera tout le contraire. Le CSKA vient justement d’entamer une série délicate alors qu’il est toujours en pleine course pour la C1 et peut-être même pour le titre. Il devra se mesurer dans les prochaines rencontres à Rostov, Ufa, au Lokomotiv et au Spartak. Quatre rencontres qui s’annoncent loin d’être gagnées d’avance pour le tenant du titre.

Le match du week-end : Ufa – Spartak Moscou : 1-3

Le leader de la RPL avait un déplacement compliqué à Ufa. Depuis le début de la saison, seules trois équipes ont battu le Spartak. Ufa est l’une d’entre elles… Mais cette saison, le Spartak réussit à se sortir des situations les plus compliquées, y compris à marquer le but de la victoire à la dernière minute comme ce fut le cas face Orenburg lundi dernier (3-2). Les Rouge et Blanc retrouvaient le demi finaliste de la Coupe de Russie, battu par le Lokomotiv. Physiquement, cela pouvait peser dans la balance face à une équipe connue pour son pressing. Carrera disposait d’un effectif au complet et alignait une équipe offensive en 4-4-2 composée de deux attaquants de pointe (Luis Adriano et Ze Luis). Le tacticien italien n’a définitivement pas d’équipe type et modifie sa composition au fil des semaines. En défense, la première titularisation de Dzhykia attirait l’attention. Côté Ufa, seul Krotov était l’unique joueur qui n’avait pas participé à la demie finale de coupe.

Les joueurs respectèrent une minute de silence en l’honneur de l’attentat de Saint-Petersbourg puis démarrèrent le match tambour battant puisque Quincy Promes se retrouva face à Belanov mais perdit son duel (2e)! Le Spartak comme a son habitude utilisa habilement Ze Luis et Zobnin pour apporter rapidement le danger devant. Ufa se montrait aussi dangereux et profita du défaut principal de l’équipe à savoir la défense. Mais le Spartak domina globalement les débats et essaya par de lourdes frappes de son capitaine Glushakov d’inquiéter Belanov, sans succès. Rien ne se passa jusqu’à la 37e lorsque Luis Adriano fixa la défense côté puis centra. Belenov ne put que repousser dans les pieds de Glushakov qui ne se priva pas d’ouvrir le score. Le Spartak poussa dans les dernières minutes de cette première période et aurait pu retourner aux vestiaires avec une avance confortable…

On en resta là sur ce score d’1-0. A noter la nouvelle blessure à la cuisse de Luis Adriano en fin de première période. Le match reprit et Ze Luis dût lui aussi laisser sa place à Melgarejo suite à une blessure à la cuisse. Les deux attaquants de pointe étaient déjà out à la 50e. Cela n’empêcha pas Glushakov d’avoir la balle de 2-0 à la 53e sur une belle combinaison et un centre à ras terre de Kombarov. Mais Belenov fit encore des miracles. Sur l’action qui suivit, le Spartak obtenait le premier penalty de la saison sur une main de Nikitin. Promes le transforma sans trembler.On pensait le match plié mais rien n’est bouclé au Spartak. Ufa obtenait un penalty généreux mais Fatay vit son tir détourné par Rebrov ! Avec cette baraka, rien ne peut arrêter le Spartak…

Le jeu s’équilibrait. Les deux équipes éprouvaient des limites à finaliser leurs occasions. Fatay n’eut pas la même réussite que lors du la phase aller à l’Otkrytie Arena. De son côté, le Spartak pouvait améliorer le goal average mais la totalité de leurs contre-attaques était totalement stérile. Ufa en profita à la 85e sur un centre coupé par Obliakov, très remuant sur le front de l’attaque depuis sa rentrée. La réduction de l’écart aurait pu annoncer pour les rouges et blancs une fin de match aussi stressante que face à Orenburg. Mais le Spartak cette fois ci n’attendit pas l’égalisation pour réagir. Belenov du s’employer face à Popov à la suite d’une belle action collective. Melgarejo dans les arrêts de jeu mit fin au suspens et permit aux siens d’assurer définitivement la victoire. Trois points de plus qui, combinés aux matchs nul du Zenit et du CSKA, permettent au Spartak d’accroitre leur avance au classement, avec huit points d’avance sur leurs poursuivants. A huit matchs du terme, il serait trop tôt de penser au titre. Les prochaines semaines, notamment la réception du Zenit dès samedi s’annoncent décisives. Ufa quant à eux marque un coup d’arrêt mais reste toujours à trois points de la quatrième place détenue par Krasnodar.

Les autres matchs

  • L’Amkar cale encore. Troisième match consécutif sans victoire pour l’Amkar qui voit l’Europe s’éloigner… En difficulté sur la pelouse d’un Samara qui n’a toujours pas abdiqué dans la course au maintien, le club de Perm obtient le nul. Bruno et Kornilenko ont marqué pour le Krylia, Gol et Zanev pour l’Amkar (2-2).
  • Mitrishev on fire! Le buteur du Terek Grozny était en très grande forme contre Tula ce week-end. Auteur d’un doublé, il permet au Terek de continuer à croire en l’Europe. Score final 3-1 contre l’Arsenal Tula avec un autre but de Berisha pour les locaux et un pénalty de Rasic pour Tula.
  • Triste dernière au Petrovsky. Dans un contexte certe particulier, le Zenit n’a pu faire mieux qu’un match nul 1-1 contre l’Anzhi pour la dernière dans son enceinte. Les joueurs du Daguestan ont mené au score par Yakovlev tandis que le Zenit, réduit à 10 après une expulsion de Lombaerts, égalisait grâce à Kokorin (1-1). Le Zenit est quasiment hors course pour le titre.
  • Rostov n’y est toujours pas. Quatrième 0-0 de suite pour Rostov en championnat! En déplacement sur la pelouse du Lokomotiv Moscou, Rostov enchaîne ainsi les mauvaises performances et dit adieu à l’Europe.
  • Nouvel exploit du Tom Tomsk. Même si ce n’est qu’un match nul, on peut tout de même appeler cela « exploit » pour Tomsk. Avec son équipe B, les Sibériens ont tenu tête au Rubin Kazan et arrachent le nul 2-2. Toujours plus à la dérive, le Rubin va avoir une longue fin de saison… Pugin et Sobolev ont marqué pour les locaux, Lestienne a marqué un doublé pour Kazan.
  • Ural leader du championnat ? En effet, sur le cycle retour, le club d’Ekaterinbourg est la meilleure équipe du championnat. Confirmation ce lundi avec une difficile victoire 2-0 contre Orenbourg, Iljin et Lungu sont les buteurs. Quelques jours après sa qualification historique pour la finale de coupe de Russie, Ural n’a pas dit son dernier mot.

Le classement

Le Spartak creuse de nouveau l’écart et se rapproche du titre alors que la course à la C3 est encore plus serrée.

 L’œil de Moscou

Un jeune attaquant qui brille.

Le Zenit qui perds des points, le Spartak Moscou qui profite des erreurs d’arbitrage… tout cela n’est plus qu’une simple tendance de cette saison. Il paraît que les Moscovites vont devenir champions. Les huit points d’avance transforment l’hypothèse en réalité. En même temps Mircea Lucescu se rapproche de la sortie du club de Saint-Pétersbourg. Les rumeurs disent que si son équipe perd le week-end prochain (contre le Spartak, d’ailleurs), il risque de quitter la Russie. Mais c’est la routine qui commence à ennuyer tout le monde. Tout comme le parcours horrible du Rubin Kazan qui gaspille des points à droite à gauche. On n’en parle plus trop, mais il faut souligner les efforts que le Tom Tomsk fait depuis qu’il joue avec l’effectif à moitié rajeuni par des réservistes.

Ce qui est plus intéressant c’est que le nouveau héros s’est apparu ce printemps dans la fameuse ville à la mascotte “boite de mayonnaise.” Cela fait longtemps qu’on n’entend plus rien de beau sur le FC Ural. A croire qu’il n’y a plus rien depuis le départ de Fedor Smolov. Mais après la reprise, c’est bien un nouvel attaquant qui flambe sur les pelouses de Premier League russe. Son nom? Un certain Vladimir Iljin, presque inconnu même pour les suiveurs assidus de Transfermarkt. Même pas trois dizaines de match en FNL, un parcours difficile en D3 et cela à 24 ans. Il est aujourd’hui l’attaquant le plus prolifique du championnat russe depuis sa reprise. 5 buts en 7 matchs toutes compétitions confondues. En même temps, il a débuté dans l’élite seulement le 5 mars 2017. En Russie de telles découvertes sont si rares qu’ils faut en parler. Surtout en sachant que l’équipe nationale  est toujours à la recherche de son jeu et d’un attaquant principal. Pour l’instant pas de rumeur l’envoyant dans de grosses écuries européennes, mais qui sait? Pour l’instant Vladimir Iljin fait son boulot brillamment et n’est qu’à un pas de son premier trophée: l’Ural va disputer face au Lokomotiv la finale de Coupe de la Russie le 2 mai. Quel parcours impressionnant!

 Le but du week-end

Alors que la défense de Krasnodar tenait bon, Pontus Wernbloom a montré qu’en plus de gêner les attaques adverses, il était capable de marquer de beaux buts mais surtout un but important qui permet au CSKA de rester en course.

La FNL

Le Dinamo continue sa course en tête et pourrait être promu dès aujourd’hui en battant Khimki après avoir battu le week-end dernier le SKA Khabarovsk 3-2, un SKA qui recule d’une place pour se retrouver quatrième. De son côté Tosno continue également de sécuriser sa place dans l’élite en dominant largement le Zenit-2 4-1 dans le derby. La réserve du Zenit se rapproche, elle, dangereusement de la zone rouge, un seul point au dessus de la zone de flottaison. La chasse au barrages continue également et le Fakel Voronezh a rattrapé le SKA-Energiya à la faveur de sa victoire 3-2 dans la douleur contre la lanterne rouge, le Neftekhimik Nizhnekamsk pour lequel il faudra désormais un miracle pour se sauver.

Suit derrière à un point le Shinnik Yaroslavl battu 1-0 à Saransk par un Mordovia qui recommence à croire au maintien. Avec 45 points également mais non-éligible à la montée, on trouve la réserve du Spartak qui a fait un triste 0-0 contre le Volgar Astrakhan qui de son côté lutte toujours pour rester au dessus de la zone de relégation. De son côté, le Yenisey Krasnoyarsk tente un come-back et y croit encore malgré un nul 2-2 sur la pelouse de Khimki solidement ancré en milieu de classement, et voit revenir Tyumen en huitième position après s’être imposé 2-1 sur la pelouse du Sibir.

Le Sibir Novosibirsk, justement, sombre en dix-septième position après sa défaite et se trouve désormais devancé par le Mordovia, et sous la menace du Sokol qui a un match en moins. Le Sokol Saratov qui a fait 0-0 contre le Kuban Krasnodar. En dix-neuvième position, on retrouve le Baltika Kaliningrad qui continue de croire au miracle après sa victoire 1-0 à Tambov. Enfin dans le dernier match de la trentième journée, le Luch Vladivostok et le Spartak Nalchik se sont séparé sur le score de 0-0. La suite, elle, est déjà ce mercredi.

Les Ours écrasés

Le point PFL

A deux mois à peine de la fin des championnats, le temps est venu de poser un oeil sur les classements des cinq zones de la PFL pour en ressortir le nom des différents prétendants à la FNL 2017-2018. Qui sont les favoris pour venir enrichir le championnat à la géographie la plus folle des ligues européennes ? À l’ouest, il reste huit journées, mais le vénérable Dynamo Saint-Pétersbourg, avec sept points d’avance sur Dolgye Prudy, semble bien parti pour retrouver une FNL qu’il connaît bien. Même situation en zone sud, où le légendaire Rotor Volgograd semble bel et bien ressuscité.

Les débats sont plus corsés sur les rives de la Volga et dans l’Oural, où le Zenit Izhevsk est poursuivi par l’Olimpiets Nizhni-Novgorod, successeur du défunt Volga. Comme toujours, c’est en zone centre que la bataille est la plus âpre, avec cinq clubs en quatre points ! Il y a les vieux grognards des plaines centrales comme l’Avangard Kursk et l’Energomash Belgorod, le banlieusard aux dents longues Vitiaz Podolsk et deux anciennes gloires de Première Ligue : le Torpedo Moscou et le Saturn Ramenskoye. On met une petite pièce sur les extraterrestres du Saturn ! Enfin, en zone est, ce sont Sakhalin et Chita qui se tirent la bourre, et l’ensemble des présidents de FNL prie jour et nuit pour que le club de Transbaïkalie garde son avance sur la lointaine île du Pacifique. De toute façon, et cela vaut pour les autres zones, il est possible que certains clubs refusent la promotion en cas de budget insuffisant, ce qui a notamment déjà été le cas récemment dans cette zone est.

 L’équipe-type de la rédaction

La rédaction Russie de Footballski sous la direction d’Adrien Laëthier.


Photo à la une : © Alexander Vilf / Sputnik via AFP Photos

Retour sur la journée 22 de RPL 2016-2017 – Championnat de Russie de football
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
RNK Split et situation précaire des footballeurs croates

Le RNK Split, avant-dernier, et Cibalia, dernier, sont les ambassadeurs parfaits de la situation précaire touchant beaucoup de footballeurs croates....

Fermer