Retour sur la journée 2 de RPL 2016-2017 – Championnat de Russie de football

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 10 août 2016

Au milieu des rebondissements entre démissions et licenciements d’entraîneurs, la Russian Premier League a vécu sa deuxième journée sans drames ! Le Zenit, le CSKA et le Lokomotiv n’ont toujours pas relâché le frein à main alors que Krasnodar se balade en haut du classement accompagné d’un Spartak qui n’est pas pour autant sorti du flou artistique dans lequel il s’est de nouveau fourré.

L’affiche :  FK Rostov vs. Ural Ekaterinbourg: 0 – 0

Rostov XI :Dzhanaev/ Kudryashov – Novoseltsev – Navas – Quissanga-Terentjev/ Gatcan (©) – Noboa – Kalachev (79’ Ezzatolahi)/ Azmoun – Bukharov (69’ Erokhin)

Ural XI : Zabolotny/ Dinga –Fontanello (©)  – Novikov – Dantsev/ Emelyanov – Fidler / Kulakov –Korobov (75′ Chanturia)– Lungu (82’ Stavpets)/ Pavlyuchenko

L’affiche du week-end n’est pas la plus alléchante que l’on puisse avoir en Russie, mais ce duel s’annonçait intéressant entre d’un côté la belle surprise de la saison précédente, Rostov, qui a fait tomber Anderlecht en Champion’s League cette semaine et Ural, le petit club d’Ekaterinbourg qui continue sa progression saison après saison. Les locaux qui retrouvent un 5-3-2 abandonné lors du match européen de la semaine ont appris une bien mauvaise nouvelle la veille du match : la démission du génie Berdyev qui s’envolera soit vers le Spartak soit vers la sélection russe. C’est donc son adjoint qui officie sur le bord de la pelouse tandis que le Turkmène fait les cent pas dans une petite loge dédiée.

Sur le terrain le début de match est en la faveur de Rostov qui prend le contrôle du ballon, mais ne parvient pas à inquiéter Nicolas Zabolotny. Ural va évoluer en contre et va se reposer sur son ailier Zambien Chisamba Lungu très en jambes en ce début de saison. Sur une longue balle de Pablo Fontanello à la onzième minute, il se faufile dans la défense adverse, mais voit sa frappe terminer dans le petit filet de Dzhanaev. Quelques minutes plus tard, ce même Lungu sert Korobov dans la surface qui dans un angle fermé va buter sur le portier de Rostov. Le gros fait de match a eu lieu à la 23e minute, Azmoun craque sous les nombreuses provocations de Fidler et lui adresse un croche-pied (bien exagéré par le capitaine d’Ural) qui lui vaudra un carton rouge. Coup dur pour Rostov qui doit disputer plus d’une heure à dix contre onze. La seconde mi-temps a été globalement dominée par Ural, mais Rostov se montrera quand même dangereux surtout sur coups de pied arrêtés, mais ne parvient pas à ouvrir le score. Très offensif, les joueurs d’Ural pensent ouvrir le score par l’intermédiaire de Novikov sur un corner de Korobov, mais Dzhanaev réalise un très bel arrêt. Dans les dernières minutes du match, Pavlyuchenko que l’on a moins vu que contre Ufa, reçoit un très bon centre de Chanturia, mais seul aux six mètres, il croise un peu trop sa frappe. Le coup de sifflet final retentit et les équipes se séparent sur un score nul et vierge, mais Ural et Rostov restent troisièmes ex aequo. Une standing ovation et un dernier au revoir de la part de Berdyev seront le moment fort de cette rencontre.

Le match du week-end : FK Krasnodar – Terek Grozny : 4 – 0

Le FK Krasnodar était souvent parvenu à se défaire du Terek Grozny lors des dernières années, mais à chaque fois dans une relative difficulté. La saison dernière, le Terek avait profité de la méforme du FKK pour aller chercher le nul au Kuban Stadion. Cependant, le rythme de départ des Byki est différent cette année puis qu’ils sortent de trois victoires convaincantes avec des équipes alignées diverses contre le FC Birkirkara (en aller-retour de Ligue Europa) et le Tom Tomsk en marquant à chaque fois trois buts. Il est vrai qu’il s’agissait d’une opposition plutôt modeste. Le Terek Grozny, qui est annoncé comme une surprise potentielle et un outsider sérieux à la lutte pour les places européennes, était donc l’occasion pour le FKK de démontrer tout le potentiel de son effectif contre une équipe située un cran au-dessus alors que le Terek, vainqueur de son 1er match contre le Krylia Sovietov Samara sur la plus petite des marges, essayerait de déjouer les pronostics. Après avoir fait tourné en Ligue Europa, Oleg Kononov ramenait les titulaires avec le traditionnel 4-3-3 des dernières rencontres, un choix qui assurait que les Byki continueraient de développer un jeu offensif tandis que Rashid Rakhimov choisissait d’aligner le même 4-2-3-1 que la semaine dernière, mais avec Torje et Kuzayev remplaçant Pedro Ken et Lebedenko. L’absence de Rybus avait été une véritable peine offensivement (et continuera de l’être) pour les Tchétchènes lors du match de la semaine dernière.

Dès le début de la rencontre, les Byki imposaient leur haut pressing face au Terek dont la configuration défensive repoussait sans trop de difficulté les offensives locales, mais dont le manque d’engagement offensif allait concentrer le spectacle sur une seule moitié de terrain. La première période était difficile pour Krasnodar, la défense compacte et disciplinée du Terek empêchant les vives passes des Mamaev, Kaboré, Gazinski et Pereyra et servir les Smolov et Ari en bonne situation. Les seules occasions du début de rencontre se limitaient à des tirs lointains non cadrés ou contrés. Le Terek allait même se procurer un temps fort dans le deuxième quart d’heure, s’approchant des buts adverses sans se montrer tellement dangereux. Si les occasions étaient rares, les passes rapides du FKK imposaient au Terek un défi physique colossal et on sentait que cette défense n’allait pas pouvoir tenir l’ensemble du match de cette manière. Et pourtant, avant qu’une combinaison ne fonctionne réellement jusqu’au bout, Mamaev obtient un coup franc idéalement placé en plein axe. Pereyra poussait délicatement le ballon (créant un trou dans le mur des visiteurs) et laissait à Smolov, venu de l’arrière, le plaisir d’ouvrir le score d’un tir dévié par la défense (1-0, 33e). Le plus dur était fait. Le pressing des Byki continuait, fatiguant davantage une défense obligée de courir derrière le ballon et qui était vouée à exploser physiquement en deuxième mi-temps à ce rythme.

© Epsilon/Getty Images

© Epsilon/Getty Images

Le scénario se produira bel et bien. Pour soutenir leur défense, les attaquants du Terek prenaient possession du ballon et pénétraient dans la zone adverse. Une contre-attaque avec un long ballon donné à Ari et une frappe rasante qui ne laissait que très peu de chance à Gorodov doublait l’avantage des locaux (2-0, 54e). Rakhimov se décidait alors à apporter du sang neuf et, malgré tout ce que sa défense avait enduré, c’est bien des milieux/attaquants qu’il faisait entrer. Mbengue et Lebedenko remplaçaient Balaj et Torje, renforçant toutefois le milieu des visiteurs. Ces changements n’empêchaient pas les Byki de continuer leurs actions offensives, celles-ci étant désormais devenues de véritables occasions de buts. Akhmedov entrait à la place de Pereyra pour le premier changement de Krasnodar. Le Terek obtenait deux opportunités bien arrêtées par Kritsyuk, d’abord sur un tir lointain puis sur un coup franc rasant bien placé dans l’axe (que l’arbitre a accordé pour une main involontaire de Granqvist ce qui a valu un carton jaune injustifié au capitaine). À la 76e minute, Píriz embrassait à la taille et faisait tomber Ari. Aucune hésitation possible, l’arbitre désignait le point penalty. Mamaev et Smolov en profitaient alors pour imiter Messi et Suarez du FC Barcelone. Mamaev s’élançait pour frapper le penalty, mais ne poussait que légèrement le ballon et laissait Smolov qui s’était élancé dans son dos expédier le ballon au fond des filets (3-0, 77e). Le duo du FKK réussissait ainsi là où Pires et Henry avaient échoué puis immédiatement, Kononov remplaçait Gazinski et Ari par Torbinski et Wanderson. Les Tchétchènes se procuraient ensuite deux occasions. Sur la première, Lebedenko était trouvé sur l’aile gauche et contraignait d’abord Kritsyuk à la parade avant que Mbengue à la réception ne trouve le poteau gauche. Sur la deuxième, Lebedenko servait Ivanov lequel tentait une frappe lointaine qui forçait Kritsyuk à un arrêt simple. C’était finalement Wanderson qui avait le dernier mot dans les derniers instants du match quand Kaboré le servait dans l’axe et que le Brésilien se défaisait de la défense centrale pour tromper Gorodov d’une frappe déviée (4-0, 88e).

Victoire impériale et spectaculaire d’un FK Krasnodar impérial et spectaculaire qui s’empare du fauteuil de leader au bénéfice de la différence de buts et réalise le carton plein en compagnie du Spartak Moscou. Les Byki ont retenu les leçons de la saison 2015-2016 (notamment sur les retours de trêve loupés) et ont posé des ambitions claires pour la saison. Ils ont remporté l’ensemble de leurs quatre premiers matchs (en étant, certes, favori à chaque fois). Ils auront l’occasion de passer à l’étape suivante : remporter une victoire à l’extérieure en RPL. Ils déplaceront la semaine prochaine chez le Krylia Sovietov Samara contre qui ils seront favoris. Le Terek Grozny devra quant à lui se mesurer dans son stade au Lokomotiv Moscou.

Les autres matchs

  • Le Zenit n’y arrive pas! Deuxième match et deuxième match nul pour le Zenit en déplacement sur la pelouse de Ufa. Incapable de prendre le meilleur offensivement sur son modeste adversaire, le club de Saint-Pétersbourg touche néanmoins le montant par l’intermédiaire de Witsel en seconde mi-temps. Le Zenit s’est fait peur toute la rencontre et peut même s’estimer heureux de voir le but de Sly sur corner en toute fin de match injustement refusé…
  • Tula lance sa saison. Après avoir explosé à Moscou contre le Spartak, Arsenal a réalisé une bonne première au Stadion Arsenal. Face au Rubin Kazan, Tula ouvre le score dès la 20e minute par l’intermédiaire de Shevchenko bien servi par Tesak. Dans un match très fermé et très tendu avec notamment l’expulsion de l’entraîneur de Tula, le Rubin ne parviendra jamais à revenir et a même été tout heureux de voir le coup franc de Berchamov heurter la barre.
  • Le CSKA dans la douleur. Tenu en échec la semaine précédente par l’Anzhi, le CSKA enchaînait un second déplacement sur la pelouse d’Orenbourg fraîchement promu. Archi dominateur, le club moscovite a malgré tout eu toutes les peines du monde à battre un Gutor en très grande forme. La délivrance vint en toute fin de match avec une sublime frappe d’Eremenko qui ne laissa aucune chance au portier russe.
  • L’Amkar est en forme! Après avoir tenu en échec le Rubin la semaine précédente, le club de Perm a continué sur sa lancée avec une victoire sur Anzhi. Anene ouvre le score en début de rencontre tandis que Zaytsev fait le break en fin de rencontre. Peu aidé par l’expulsion de Zhirov, Anzhi aurait même pu encaisser un troisième but, mais Ogude loupe son penalty.
  • Surprise à Moscou ! On pensait le Lokomotiv bien lancé avec son nul sur la pelouse du Zenit, mais le club de la capitale n’a pu faire mieux qu’un match nul face au modeste Tom Tomsk. Le Loko menait pourtant 2-0 à la pause grâce à deux penaltys, un de Samedov et l’autre de Skuletic, mais craqua en seconde période. Bicfalvi et Pugin ont inscrit les deux buts égalisateurs pour le promu sibérien.
  • Le Spartak confirme. Malgré une élimination en Europa League et l’éviction de son entraîneur Alenichev, le Spartak a malgré tout remporté un précieux succès face au Krylia Sovetov. Vingt-trois tirs et un but, voilà le magnifique ratio moscovite. Le club pourra remercier Eschenko qui a permis au Spartak de ramener les trois points et de garder la première place.

Le classement

Krasnodar continue d’impressionner tandis que le Zenit reste scotché.

L’œil de Moscou

Notre voix sibérienne est en congés cette semaine et reviendra nous donner son éclairage local dès la semaine prochaine.

Les ours écrasés

Les débuts du Lokomotiv Moscou

© Epsilon/Getty Images

© Epsilon/Getty Images

Les spectateurs occasionnels du match entre le Lokomotiv Moscou et le Tom Tomsk ont pu s’étonner de voir le club de la capitale jouer dans un ensemble minimaliste rouge et blanc orné d’une machine à vapeur. Même leur gardien, Guilherme, était affublé pour l’occasion d’une tenue entièrement noire rappelant le grand Lev Yashin.

En fait, il s’agissait de fêter le premier trophée du club, la Coupe d’URSS remportée en 1936, en arborant un maillot d’époque. Une breloque gagnée dans des circonstances originales, au nez et à la barbe du Dinamo Moscou. Le club de la police, fraîchement couronné champion d’URSS,  avait décidé de partir en tournée en Tchécoslovaquie alors qu’on jouait les premiers tours de la Coupe. Il faut dire qu’on avait promis de leur réserver une place en finale.

Le tournoi débuta en l’absence du Dinamo, et ce furent donc le Lokomotiv Moscou et le Dinamo Tbilissi qui s’affrontèrent au milieu du mois d’août 1936 pour avoir l’honneur de défier les bleu et blanc. Les Géorgiens furent défaits 2-0, et la finale Dinamo – Lokomotiv fixée au 31 août.

Mais tandis que le Dinamo parcourait encore les routes d’Europe de l’Est, la moitié de la presse sportive soviétique avait déjà commencé à présenter le Loko comme le vainqueur de l’épreuve. Le grand pilote d’essai Chkalov lui-même félicita les cheminots pour leur victoire à l’occasion d’un match de gala. Malentendu ou manœuvre des syndicats des chemins de fer, difficile à dire, toujours est-il que la rencontre entre le Dinamo et le Lokomotiv n’eut jamais lieu, et que ce dernier reste à ce jour le premier vainqueur de la Coupe d’URSS.

La polémique du week-end

La valse des entraîneurs continue au Spartak

Après l’élimination surprise en barrage d’Europa League contre les Chypriotes de l’AEK Larnaca, le coach du club moscovite Dmitri Alenichev a été viré. En poste depuis juin 2015, Alenichev ne faisait déjà pas l’unanimité a son arrivée, mais l’ancien joueur du Spartak avait cependant réussi a dégraisser l’effectif de quelques éléments devenus indésirables et avait réussi a décrocher une place qualificative pour le tour préliminaire d’Europa League. Ce nouvel échec prématuré en Coupe d’Europe a scellé le sort du technicien russe, qui d’après les dirigeants du Spartak était sur la sellette depuis la fin de saison dernière. Les supporters se demanderont donc pourquoi les dirigeants ont attendu aussi longtemps pour mettre fin au contrat d’Alenichev, car un nouveau coach aurait pu faire la préparation avec l’équipe et tenter de qualifier le club pour la phase de groupe d’Europa League. Les observateurs, pourront eux, spéculer sur le nom du prochain entraîneur du Spartak, si les noms de Valery Karpin et Yuri Syomin sont toujours évoqués a chaque licenciement, celui de Kurban Berdyev, ancien coach de Rostov ayant tout juste démissionné semble revenir avec insistance. À suivre…

L’ancien du week-end

Ivica Olic

Passé par le CSKA Moscou entre 2003 et 2006, Ivica Olić a fait carrière en Allemagne. Passé par le Hertha Berlin (avant son aventure moscovite), Hambourg (à deux reprises), le Bayern et Wolfsburg, l’inoxydable attaquant croate (qui a pris sa retraite internationale juste avant l’Euro) a choisi l’été dernier de rejoindre la 2. Bundesliga et Munich 1860. Olić, 37 ans en septembre, a disputé son premier match de championnat avec son nouveau club sans pouvoir empêcher ce dernier de s’incliner sur la pelouse de Greuther Fürth (0-1).


Lire aussi : Quand Ivica Olić était le « Pelé croate »


Le but du week-end

Au cours de leur démonstration contre les Tchétchènes du Terek, les Byki se sont permis une fantaisie qui n’avait pas beaucoup réussi à Arsenal. Mamaev décale Smolov pour un penalty joué à deux et réussi. Troisième but pour Krasnodar qui s’impose 4-0 !

La FNL ce week-end

Le Dinamo continue de mener la danse et a fait exploser un Volgar décevant sur le score de 5-0 avec encore un but du meilleur buteur Kiril Panchenko. Seul Tosno arrive à rester à hauteur des Moscovites après une victoire sur le score de 2-1 à Saratov qui est proche de la zone rouge. A noter le but de Guram Tetrashvili. Le Fakel est également en pleine forme avec sa victoire 3-0 sur le surprenant promu Tambov avec un doublé de Nikita Satalkin, l’ancien de Sakhalin.

Derrière les deux réserves ont marqué le pas : le Zenit-2 a fait 0-0 sur la pelouse du Baltika à Kaliningrad tandis que le Spartak-2 a explosé 4-0 sur la pelouse d’un Shinnik pourtant en méforme. Derrière on notera le réveil du Mordovia vainqueur 5-0 du dernier Khimki avec un doublé de Deobald. On ne peut pas en dire autant du Kuban Krasnodar qui continue à se traîner en bas de classement avec une très inquiétante défaite à domicile face au SKA Khabarovsk qui n’avait pas encore gagné un match. On notera le but de l’ancien Liverpuldien, Juan Eduardo Lescano. Victoire 2-0.

Pas de buts à Chelyabinsk dans le match qui opposait un Tyumen décevant en se début de saison au Luch Vladivostok. Le Spartak Nalchik s’est imposé 1-0 à Krasnoyarsk et quitte la zone rouge. Problèmes offensifs inquiétants pour les Sibériens qui n’ont inscrit qu’un seul but en six matchs. Enfin les autres Sibériens du Sibir Novosibirsk se sont rassurés avec une victoire 1-0 au Tatarstan sur le terrain du Neftekhimik grâce à une réalisation de Maskim Votinov, l’ancien du Zemplin. La suite dès samedi prochain !

La plongée du week-end

Ce week-end, c’était de nouveau la coupe de Russie qui avait la priorité. Sans oublier la magnifique qualification de Chelyabinsk, c’est un autre club qui nous intéresse cette semaine. Vainqueur aux tirs au but de Ryazan, le Torpedo Moscou va avoir le droit de défier le Mordovia Saransk en 32e de finale de coupe. Un match qui rappellera sans doute les saveurs du plus haut niveau aux supporters du Torpedo. Avant cela, les Avtozavodtsy avaient éliminé le Saturn Ramenskoye dans un match qui fleurait bon les années 2000. En championnat, tout va bien également pour le Torpedo, classé deuxième en zone centre malgré une récente défaite contre… Ryazan. Espérons que le club à la lettre T retrouve bientôt des divisions plus en adéquation avec le standing de l’institution.

L’équipe-type de la rédaction

Une équipe-type ou figure encore le duo infernal de Krasnodar ainsi que les recrues du Spartak.

La rédaction Russie de Footballski sous la direction d’Adrien Laëthier.


Photo à la une : © Epsilon/Getty Images

Retour sur la journée 2 de RPL 2016-2017 – Championnat de Russie de football
5 (100%) 3 votes

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
#1 Mathias Coureur – Ma vie à l’Est

Pour ce début de saison, Footballski vous propose de découvrir une nouvelle rubrique avec « Ma vie à l’Est. » Le principe est simple...

Fermer