Retour sur les barrages retour de la Ligue des Champions 2015/2016

Pierre Vuillemot
Pierre Vuillemot - Publié le 26 août 2015

La poule aux œufs d’or est en ligne de mire. Avant ça, une double confrontation qui sent la poudre mais qui assure de toute façon un hiver européen. Certains goûteront aux plantureux droits TV du mardi et mercredi soir, tandis que les éliminés tenteront de se faire une place au soleil le jeudi soir, et d’imiter le Dnipro. Retour sur les matchs retour des barrages de la Ligue des Champions !

 

APOEL (CYP)  1-1  FK Astana (KAZ)astana

 

Le petit poucet Astana sera en Champions League! Devant plus de vingt mille Chypriotes dans les tribunes le club kazakh a préservé son résultat acquis à l’aller. Ce ne fut pourtant pas simple. Comme à l’aller, les Chypriotes ont dominé, parfois outrageusement, mais ce sont les Kazakhs qui se sont montrés les plus dangereux grâce à deux ailiers de bon niveau, Foxi et Dzholchiev. Astana eut une opportunité d’éteindre le suspense juste avant la mi-temps mais le tir surpuissant de Shomko à la 43ème a été bien sorti par le portier de l’APOEL. A la 60ème, l’équipe de Nicosie prend l’avantage avec un beau coup franc direct de Semir Shtilich. Les Chypriotes pensent avoir fait le plus dur mais ils se trompent. 83ème, Dzolchiev adresse un centre en retrait repris victorieusement par Maksimovic, qui se trouvait étonnamment en position d’avant-centre! Les dernières minutes vont être longues mais le club Kazakh tiendra jusqu’au bout et obtiendra une qualification historique pour les phases de groupes de Champions League. Cependant, pour décrocher des résultats, il faudra plus qu’un sacrifice de mouton.

 

skenderbeu Dinamo Zagreb (CRO)dinamozagreb 4-1 Skënderbeu Korçë (ALB)

Le Dinamo Zagreb a réussi l’objectif principal de sa saison. Le Maksimir entendra la petite musique de Ligue des Champions pour la cinquième fois de son histoire. Pour cela, le club peut remercier le tirage qui lui a donné les trois adversaires les plus simples de chaque tour. La manne financière sera la bienvenue et Mamic pourra recruter. Ou s’en mettre plein les poches. Pendant que l’État croate empruntait 1,3 milliard de kunas, le Dinamo, lui, empochait 150 millions.

Devant 16000 spectateurs, le Dinamo n’a pas eu de mal à se défaire du champion albanais qui a pourtant réalisé une intéressante première période. Seul changement par rapport à l’aller, Coric remplaçait Rog. Dès la neuvième minute, Pivaric, décidément en forme, adressait un bon centre pour Soudani qui reprenait victorieusement de la tête. Une minute plus tard, Pivaric retrouvait son réel niveau et se faisait devancer par Vangjeli qui manqua son face à face avec Eduardo (à ne pas confondre avec le Croate du même nom qui joue au Shakhtar). Pas de chance, Esquerdinha suivait. Avec ce score de 1-1, rien n’est assuré pour le Dinamo. De toute façon, rien n’est jamais assuré pour le Dinamo qui est capable de mener 3-0 avant de craquer psychologiquement et de se faire rattraper 3-3 à Molde, ville dont l’écusson représente une baleine chassant des harengs dans un tonneau…

Six minutes plus tard, Armin Hodzic marque un but de 15 mètres grâce à une passe décisive en retourné acrobatique de Soudani. Une résurrection pour un Hodzic cantonné au banc l’an dernier et qui est capable de marquer dans toutes les positions cette année. Comme quoi tout est une question de fragilité de la vie humaine. A la 53e minute, les Albanais auraient pu revenir avec un coup-franc qui toucha le bois mais Dieu était avec Zagreb. Puisque Dieu est fou, c’est le français Jérémy Taravel qui marqua le troisième but signifiant la délivrance pour son équipe (on n’a pas vu qu’il s’est aidé de la main). On parle là d’un mec qui jouait en réserve du LOSC à 23 ans. A cet âge, le bon Paulo Machado jouait à Saint-Etienne. Notons que lors de ce barrage, il a préféré s’occuper de son football plutôt que de balancer des bras d’honneur dans tous les sens. Une rédemption comme nouvelle preuve que Dieu est avec les Croates. Les Albanais pourront toujours porter plainte, mais attention que leur match truqué contre les Crusaders ne revienne pas sur le tapis. D’ailleurs, il faudrait aussi se pencher sur cette rencontre car sur le quatrième but de Soudani, aucun défenseur de Skenderbeu ne prend la peine de courir. Un pavé est lancé.

Zoran Mamic aura du mal à faire mieux que Velimir Zajec qui avait pris 8 points lors de la phase de poules 1998-1999. S’il arrive à briser la série de défaites dues aux deux dernières participations, ce sera déjà un bel exploit. Pour cela, il faudrait recruter car l’équipe possède beaucoup de points faibles. Mamic pensera tout de même garder l’épine dorsale de l’équipe, et notamment celui que la moitié de l’Europe s’arrache : Marko Pjaca. Avant toutes ces considérations, il faudra regarder au tirage. Le Dinamo Zagreb verra peut-être un clin d’oeil du destin si le chauve de l’UEFA place Lyon dans son groupe.

 

rapidvienne shakhtarShakhtar (UKR) 2-2 Rapid (AUT)

 

Le plus dur avait été fait à l’aller pour le Shakhtar Donetsk, vainqueur 1-0 en Autriche, chez le Rapid Vienne. Statistiquement, la qualification pour la Ligue des Champions était quasiment en poche. Elle l’était d’autant plus après la très belle entame de partie livrée par les Ukrainiens, à Lviv. Après 10 minutes de jeu, Alex Teixeira était lancé dans la profondeur. Son tir à bout portant était stoppé par Ján Novota mais le ballon revenait dans les pieds de Marlos qui attendait la position de frappe idéale pour ouvrir le score d’un superbe tir enroulé du gauche. Buteur à l’aller, l’ancien ailier du Metalist Kharkiv mettait un peu plus le Shakhtar sur la route de la Ligue des Champions. Mais loin de se rassurer, les Ukrainiens se montrèrent étonnamment fragiles. Trois minutes après l’ouverture du score, Louis Schaub égalisait pour le Rapid Vienne de la tête après un cafouillage dans la surface. Pire encore : à la 22ème minute, les Autrichiens obtenaient un coup franc suite à une faute de Kryvtsov sur Robert Berić. Le capitaine et vétéran allemand (34 ans) du Rapid, Steffen Hofmann, ne se faisait pas prier pour envoyer le ballon au fond des filets de Pyatov. Le Shakhtar Donetsk était à cet instant précis éliminé mais réagissait plutôt rapidement. Quelques minutes après ce coup de massue, l’inusable capitaine Srna centrait pour Hladkyy qui poussait le ballon au fond des filets pour égaliser (27’). À 2-2, le Shakhtar était de nouveau qualifié.

En deuxième période, le Shakhtar restera fragile défensivement tout en se procurant des occasions de contre, toutes gâchées. Même l’expulsion litigieuse de Sonnleitner (88’) ne mettra pas les Ukrainiens davantage en confiance. C’est même le Rapid Vienne qui fit passer deux énormes frissons en fin de match dans l’Arena Lviv : Robert Berić, en position favorable, ratait un immanquable de la tête (90’) et au bout du temps additionnel Pyatov relâchait un coup franc de Pestos dans les pieds de Prosenik qui trouvait le poteau. La rencontre s’achèvera finalement sur un score de 2-2 qui envoi le Shakhtar Donetsk en phase de poules pour la sixième saison consécutive. Le Rapid Vienne, plutôt méritant, devra se contenter de l’Europa League.

 

cskaCSKA Moscou (RUS) 3-1 Sporting CP (POR)

 

Contre toute attente, les Moscovites de Leonid Slutsky ont inversé la tendance du match aller et ont fait déjouer les pronostiques en se qualifiant pour la phase de groupes de Ligue des Champions aux dépens des Portugais du Sporting qui ont dû faire face (une nouvelle fois) a un arbitrage assez médiocre.

Le match commence mal et les Russes laissent la possession de la balle au Sporting, le CSKA a une grosse occasion à la 22ème minute mais Seydou Doumbia manque le cadre. Quelques minutes plus tard, le Brésilien Mario Fernandes doit quitter ses partenaires sur blessure et cède sa place à Nababkin, le Sporting profite du moment de flottement dans la défense pour ouvrir le score grâce à Teo Gutierez.

Le CSKA va pourtant se reprendre en deuxième période. Plus conquérant et déterminé, 4 minutes après le retour des vestiaires, Seydou Doumbia égalise … de la main. Un but qui aurait dû être refusé mais qui relance totalement le match. Le Sporting perd le contrôle du match et abandonne la possession du ballon. Le CSKA va alors pousser et à la 72ème minute, bien servi par Ahmed Musa, Seydou Doumbia inscrit le but du 2-1 censé envoyer les deux équipes en prolongations.

85ème, le stade explose quand Ahmed Musa inscrit le 3ème but qui permet au CSKA de se qualifier pour la phase de groupes. Un exploit des joueurs de Slutsky bien aidé par un arbitrage favorable mais qui va certainement booster la confiance des moscovites déjà sur un nuage en championnat avec 6 victoires en 6 rencontres.

 

bate_borisovPartizan (SRB) 2 – 1 BATE Borisov partizan (BLR)

 

Les derniers coups de boutoir des joueurs serbes n’auront finalement pas fait plier le BATE qui, après un match relativement bien maîtrisé et facilité par l’ouverture du score, se qualifie pour les poules de la Ligue des Champions pour la quatrième fois en cinq ans.

Le match commence pourtant par un coup dur pour le BATE. Dès la 16e minute, le capitaine, Vitali Rodionov, doit céder sa place, blessé à la suite d’un choc avec le gardien serbe, Zivko Zivkovic. Mais après une seule légère occasion serbe signée l’autre Zivkovic, Andrija, c’est le BATE qui ouvre le score. Gordeychuk s’échappe dans le dos d’une défense du Partizan endormie, butte sur Zivkovic mais Igor Stasevich est là pour pousser le ballon au fond des filets adverses. Le Partizan doit désormais marquer trois fois pour se qualifier, une mission délicate face à des Biélorusses qui n’ont encaissé jusque-là que deux buts en cinq matchs dans la compétition.

Les Serbes auront du mal à s’approcher des buts de Chernik et surtout à cadrer leur frappe. Sur leurs 18 tentatives, seules quatre seront cadrées. C’est même le BATE qui se procure les meilleures occasions, avec Gordeychuk et Signevich, sans pour autant pouvoir accentuer l’avantage des leurs. Un avantage réduit à néant par le but contre son camp de Zhavnerchik, qui détourne un centre de Petrovic dans ses propres buts. Le retourné acrobatique de Saponjic dans le temps additionnel viendra trop tard pour permettre aux joueurs du Partizan de mettre une dernière pression sur la défense du BATE. Le BATE n’a jamais perdu lorsqu’il a joué en barrages et le constat continue. Après le Sturm Graz, Kiryat Shmona et le Slovan Bratislava, c’est le Partizan qui a subi la loi des Biélorusses.

 

La rédaction de Footballski

Retour sur les barrages retour de la Ligue des Champions 2015/2016
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Pierre Vuillemot

Pierre Vuillemot

Cofondateur et rédacteur en chef de Footballski. La marge tient la page.

Kolik jazyků umíš, tolikrát jsi člověkem.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Retour sur la journée 6 de RPL 2015-2016 – Championnat de Russie de football

Comme tous les mercredis, la Russian Premier League est présente sur notre site à travers cette chronique. Vous avez déjà l'habitude...

Fermer