Retour sur le 3e tour préliminaire aller de Ligue des Champions 2015/2016

liguedeschampions
Thomas Ghislain
Thomas Ghislain - Publié le 1 août 2015

De nouveau pas mal de clubs Footballski se sont démenés cette semaine pour atteindre les glorieux barrages de la Ligue des Champions, qui assurerait rappelons-le de passer un automne européen. Cela représenterait non seulement un défi sportif alléchant pour les joueurs et les supporters, mais également une bouffée d’oxygène pour les finances de nos clubs. Mais pour y arriver, il faut passer l’écueil de ce troisième tour préliminaire qui offrait tout de même quelques belles affiches.

Steaua 1-1 Partizanpartizansteaua

 

Ce mardi, le Football Club Steaua Bucuresti recevait le Partizan Belgrade. Tombeurs dans la douleur du club slovaque du Trencin, les joueurs du Steaua s’attendent à une réception difficile des joueurs serbes au sein de l’Arena Nationala. Pourtant, ce n’est pas l’humilité qui semble étouffer le président et propriétaire du Steaua, Gigi Becali qui a déclaré avoir vu le dernier match du Partizan et que ces derniers « pourraient jouer deux mille ans sans marquer un but ».

Coté Steaua, on retrouve titulaires deux joueurs qui avaient l’habitude de se substituer, Hamroun qui a signé des performances très convaincantes en championnat et Grégory Tadé, la dernière signature du mercato stéliste. Les deux équipes affichent un niveau égal en première période, avec des incursions du Steaua assez marquées. Mais le dernier geste pêche, et Zivkovic n’a pas à forcer son talent pour garder sa cage inviolée à la mi-temps.

Les visiteurs reviennent des vestiaires plus motivés à se porter à l’attaque, et cela fait rapidement la différence. Après des frayeurs de Varela et Tosca en défense, les joueurs du Partizan Belgrade ouvrent la marque d’une frappe à ras-de-terre superbe de Vulicevic à la 62ème minute. Les joueurs du Steaua savent qu’une défaite serait presque synonyme d’élimination, et ont à coeur de se relancer dans le match. Une frappe magnifique de Hamroun aurait pu faire mouche, mais il faudra attendre la 81ème minute pour qu’un cafouillage défensif d’un Partizan complètement sorti de son match permette au défenseur Varela d’ouvrir le compteur stéliste. Un partout score final, le Partizan part de Bucarest en ballottage favorable et avec la satisfaction d’avoir fait taire le grand Gigi Becali.

Homme du match stéliste : Adrian Popa, toujours présent sur son aile et à l’origine de toutes les constructions offensives stélistes.
Homme du match pour le Partizan : Zivkovic.

milsami  FC Milsami Orhei (MDA) 0-2 Skënderbeu Korçë (ALB) skenderbeu

 

La Zimbru Arena était bien remplie pour ce troisième tour qualificatif, bien que les supporters albanais n’aient pas répondu présents. Le Milsami démarre alors pied au plancher cette rencontre et tente d’alerter le portier adverse, sans conséquences. Après un premier quart d’heure d’observation, à la fin duquel Zarichnyuk, très remuant sur son flanc gauche, croise trop sa frappe après avoir été superbement lancé en profondeur par Andronic, Skënderbeu prend petit à petit le contrôle du ballon, et Bolohan commence déjà à s’éteindre au milieu. Tout du moins, les Vulturii Roşii se créent de belles occasions mais pêchent grandement à la finition, à l’image d’un Bud qui a du mal à ajuster ses têtes. Le cauchemar des Moldaves a une tête et un nom: voici Bernard Berisha. Intenable sur son flanc gauche, le jeune Albanais multiplie les courses, dribbles, frappes et passes tranchantes, au grand dam d’un Rassulov débordé, mais Mîtu et sa défense tiennent bon jusqu’à la pause.

A la reprise, c’est la douche froide : sur une contre-attaque, Latifi déboule sur son flanc droit et centre légèrement en retrait pour Sahili qui n’a pas de mal à tromper Mîtu. Le Milsami est sonné et ne met plus un pied devant l’autre. Le calvaire de Belak, de plus en plus esseulé au milieu de terrain, commence alors. Vingt minutes plus tard, alors que les changements d’Osipenco ne donnent aucun effet, Monday dévie une frappe albanaise de la main, dans sa surface. Salihi convertit le pénalty et place Skënderbeu dans un fauteuil. Impuissant et multipliant les fautes, notamment sur les solos virevoltants de Berisha, Milsami va toutefois se réveiller dans les dernières minutes, mais Shehi sortira le grand jeu sur des essais de Bud et Rhaili.

Le Milsami perd à domicile et semble loin de l’exploit réalisé la semaine dernière pour éliminer Ludogorets. L’absence de Surdu s’est faite sentir dans un match où Milsami devait créer et surprendre son adversaire – Cristian Bud n’a pu rééditer sa performance de mardi passé. Au milieu, Bolohan est un gars solide mais n’a pas la caisse d’un Cojocari, dont l’entente avec Belak reste un des poins forts des Vulturii Roşii. Puisqu’en football tout est possible et qu’impossible n’est pas moldave, gageons que le Milsami montrera un autre visage en Albanie. Mais la qualification est, de toute évidence, plus qu’hypothétique désormais.

panathinaikos(GRE) Panathinaikos 2-1 Club Bruges (BEL)clubbrugge

 

Ce fut un match sous haute tension à Leoforos Alexandras. Une ambiance de feu, une véritable agression avec la carte rouge qui s’en suivit, deux pénaltys (dont un raté) et une victoire difficile et finalement inespérée du Panathinaikos. Voilà qui pourrait résumer la rencontre d’hier soir. Les Grecs sortent gagnants psychologiquement de ce duel face aux hommes de Michel Preud’homme qui ont raté une belle occasion de prendre une option sur la qualification pour les playoff de la Ligue des Champions dès le match aller. Les choses avaient pourtant bien commencé pour les Belges, quand, à la 10ème Vanaken roulait dans la farine Sergio Sanchez pour centrer pour Bolingoli qui profita de la léthargie de Kotsolis pour l’ajuster de la tête au petit rectangle. .

Ensuite, Berg loupa lamentablement son pénalty face à Bruzesse mais se fit tout de même applaudir par les gars de la 13 (faut pas oublier que ce mec est un Dieu vivant au PAO). Il se rattrapa quelques minutes plus tard pour ajuster le portier du Club Bruges et se jouer de l’expérimenté Timmy Simons (1-1). Réduits à 10, après la stupide agression du taureau Sanchez sur le feu follet français Diaby, les Prasini n’en menaient pas large. Pourtant ce sont eux qui émergèrent après un habile remaniement tactique d’Anastasiou à la mi-temps. Karelis eut l’opportunité de montrer à Berg comment on transformait les pénalties avec talent. Le match retour s’annonce chaud en Venise du Nord mais les Grecs ont toutes les cartes en main pour continuer l’aventure.

cskaCSKA Moscou 2-2 Sparta Prague sparta_praha

Le CSKA Moscou a concédé le nul sur sa pelouse face au Sparta Prague, un résultat pas cher payé compte tenu de la prestation défensive CATASTROPHIQUE du club moscovite. Complètement inexistants, les défenseurs centraux (Alexei Berezutsky et Sergey Ignashevitch) ont passé une soirée cauchemardesque privant leurs camarades de tout espoir de victoire.
Le match avait pourtant bien commencé avec l’ouverture du score de Dzagoev à la suite d’un beau mouvement collectif mais les Tchèques du Sparta n’ont pas mis longtemps à déceler la faille dans la défense moscovite et égalisèrent 50 secondes plus tard quand le Nigérian Kehinde Fatai va profiter d’un cafouillage défensif.
Après un penalty raté par Natkho, le CSKA va finalement reprendre l’avantage grâce à leur homme en forme, le Serbe Zoran Tošić. Mais le CSKA va une nouvelle fois craquer défensivement et Ladislav Krejčí va égaliser 4 minutes plus tard.

Deux buts partout au final, et compte tenu de la prestation ridicule du CSKA, le Sparta Prague aura quelques regrets, la victoire était clairement envisageable mais avec ce match nul à l’extérieur, les Tchèques ont pris l’avantage dans la double confrontation.

videotonVideoton 1-1 BATE Borisov bate_borisov

 

Après un début de saison calamiteux couronné d’une défaite à domicile face au promu du Haladás ce week-end pour le compte de la deuxième journée du championnat de Hongrie, le Videoton de Bernard Casoni, plus que jamais (déjà) sous pression, espérait se refaire la cerise face à un adversaire expérimenté à ce niveau de la compétition. Raté. Pourtant, ses joueurs auraient pu arracher la victoire avec un peu plus d’adresse dans le dernier geste.

Dès le début du match, on assiste à une partie peu débridée, d’un niveau technique suspect et d’où la bataille du milieu de terrain entraîne un nombre assez important de fautes. Les incursions les plus tranchantes sont biélorusses mais elles-mêmes connaissent une issue infructueuse. Si les Biélorusses avaient mieux commencé le match, les Hongrois répondent en seconde partie de première période avec notamment une tentative d’Ivanovski qui échoue sur Chernik. Une des quatre frappes cadrées de Videoton dans ce match… sur quinze tentatives. Juste avant la pause, un sauvetage miraculeux de Milunovic empêche les Hongrois d’ouvrir le score à la suite d’un centre de Rémi Maréval, l’un des meilleurs joueurs sur le terrain mardi soir.

Il faut attendre la deuxième période pour que le match devienne un peu plus fou. Comme en première période, le BATE entre mieux dans le second acte que son adversaire et en profite. A la 56e minute, sur un corner de Nikolic, récemment arrivé en provenance du Dinamo Minsk, Aleksandr Karnitski, déjà buteur lors du tour précédant face à Dundalk, place sa tête. Une tête peu puissante mais qui profite de l’attentisme de la défense hongroise et d’un rebond pour rentrer. Tout le monde se regarde, tu la prends, je la prends… au final personne ne l’a pris et le BATE inscrit là un but capital pour le match retour. La suite du match sera à sens unique pour Videoton. Les approches se succèdent et les hommes de Bernard Casoni seront récompensés juste avant la fin du match, à la 89e minute. Sur un corner, Vinicius place une superbe tête que l’horizontale de Chernik ne peut stopper. Avantage BATE avant le match retour, mais tout reste ouvert.

fenerbahçeFenerbahçe 0-0 Shakhtar Donetskshakhtar

C’est une mission difficile qui attendait le Shakhtar Donetsk. Plus vraiment habitué aux tours préliminaires de la Ligue des Champions après cinq titres de champion (et autant de qualifications directes) de suite, le vice-champion d’Ukraine se déplaçait au stade Şükrü Saracoğlu d’Istanbul, antre du Fenerbahçe et accessoirement lieu du sacre du Shakhtar en coupe de l’UEFA en 2009. Face au club turc et à son recrutement cinq étoiles (Nani et van Persie, remplaçant au coup d’envoi), le Shakhtar Donetsk ne partait pas vraiment favori mais, emmené par un très bon Alex Teixeira, il a parfaitement joué le coup. Voilà les Ukrainiens repartis de Turquie avec un match nul (0-0). C’est un bon résultat en vue du match retour à Lviv mercredi mais à double tranchant : un but turc pourrait compliquer la situation.

Le match pourrait toutefois se jouer ailleurs que sur le terrain : soupçonné de dopage durant la Copa América avec la sélection brésilienne, Fred a été aligné par le Shakhtar. Fenerbahçe a porté réclamation devant l’UEFA qui statuera lundi, deux jours avant le match retour.

SK Rapid Vienne 2-2 Ajax Amsterdamrapidvienneajax

 

Dans un Ernst-Happel-Stadion en fusion pour supporter les Grün-Weißen (les verts et blanc), de retour en Ligue des Champions après sept ans d’absence, le Rapid et l’Ajax se sont neutralisés, deux partout, dans un résultat qui avantage les Néerlandais en vue du match retour. Mais les joueurs d’Amsterdam ne quitteront pas la capitale autrichienne sans regrets…

Après un début de match très équilibré entre Autrichiens et Néerlandais, l’Ajax prend l’avantage à la 25e minute grâce à son capitaine et meneur de jeu, Davy Klaassen. A la suite d’une longue transversale, le contrôle de Sinkgraven fait glisser Stephan Auer et lui offre ainsi tout le loisir d’offrir à Klaassen la possibilité d’ajuster Novota, le gardien du Rapid. Dans la minute suivante, El Ghazi est tout proche de faire le break, mais il oublie Milik, seul dans la surface, et manque son face à face en tentant un extérieur du pied osé. Le break viendra un gros quart d’heure plus tard. Davy Klaassen reprend de la tête un centre d’Arek Milik au deuxième poteau pour assommer le Rapid et leurs supporters. Avec un avantage de deux buts à la pause, l’Ajax semble avoir fait le plus dur.

Mais il ne faudra pas longtemps aux supporters du Rapid pour retrouver la voix. Quatre minutes après le retour des vestiaires, Florian Kainz vient couper la trajectoire d’un centre du fabuleux Robert Beric pour réduire le score pour les hommes de Zoran Barisic. Problème : dix minutes plus tard, Stefan Schwab est coupable d’un tacle terrible sur Riedewald et doit rentrer aux vestiaires. A dix pendant une demi-heure, les joueurs du Rapid vont néanmoins se faire la malle et égaliser à dix minutes de la fin. Veltman veut relancer court de derrière, perd la balle en zone dangereuse et laisse au jeune Louis Schaub l’opportunité d’offrir un caviar à Robert Besic. Le deuxième meilleur buteur de la Bundesliga autrichienne l’an passé ne rate pas des occasions pareilles et le Rapid égalise en infériorité numérique. Un nul qui a des allures de victoire pour les Autrichiens, mais la qualification sera dure à aller chercher aux Pays-Bas.

Dinamo Zagreb 1-1 Molde dinamozagreb molde

 

Contre une équipe moyenne, qui se bat et ne possède pas grand-chose de plus que les bases du football, les Bleus ont joué sans tête, sans leader et sans folie. Malheureusement, ce match important n’a pas été marqué par le football mais par un mouvement complètement anti-sportif, empreint d’arrogance et d’un manque certain de civilité. Machado, insatisfait des sifflets, a montré le public du doigt à sa sortie. Un carton rouge et des doigts d’honneur plus tard, le portugais pouvait disserter sur sa probable dernière sortie sous le maillot du Dinamo.

On peut se poser des questions quant aux absences d’Hodzic, auteur d’un superbe match en championnat samedi dernier, de Coric, même pas sur la feuille de match, ou de Rog, sur le banc, qui n’a joué que 26 minutes. Le seul moment lumineux du match du Dinamo a été le centre parfait de Pivaric (oui, ça arrive) pour la tête d’Henriquez qui termina au fond des filets. La ligne défensive du Dinamo, aussi peu rassurante que d’habitude, aura tenu 3 minutes avant de se faire devancer par Kamara pour l’égalisation. La suite du match n’aura que très peu d’intérêt avec un Dinamo dominant stérilement.

Alors bien entendu, il y a encore l’espoir d’une riposte en Norvège. Mais ensuite, que faire de plus ? Même si cela se produit, le Dinamo sera de la chair à canon pour le tour suivant. Malgré des joueurs talentueux (encore faudrait-ils qu’ils soient sur le terrain), on ne sent pas le club croate progresser dans le jeu, si tant est qu’il y ait un plan de jeu. La tactique 3-5-2 que l’on a vu fait la part belle aux pires joueurs de l’équipe : les défenseurs centraux et latéraux.

Il faut croire qu’au match retour, le Dinamo s’exprimera comme il l’a fait contre Fola Esch ou contre l’Inter Zapresic en championnat. Mais la foi ne fera pas rendre Zoran Mamic bon entraîneur. Dommage car avec une équipe se composant de joueurs aussi talentueux que Pjaca, Rog, Coric, Henriquez ou Benkovic, le champion croate aurait pu nous faire rêver en Ligue des Champions. Ce sera pour une autre fois, quand un entraîneur saura faire progresser des joueurs avec un grand talent dans un jeu collectif rodé et au moyen d’une tactique appropriée.

HJKHJK Helsinki 0-0 Astanaastana

 

Astana se déplaçait chez les Finlandais du HJK Helsinki en ouverture de cette journée de mercredi; et le premier match ne fût donc pas le plus passionnant. Un match accroché avec quelques cartons jaunes et globalement dominé par les Kazakhs, surtout en deuxième mi-temps qui devraient donc au retour pouvoir se qualifier pour les barrages. Score final 0-0.

celticCeltic 1-0 Qarabagqarabag

 

Pour ce match aller le champion écossais a eu énormément de mal à se défaire de Qarabag. Le seul but de la partie a été inscrit à la 82ème minute par le défenseur central Boyata de la tête sur corner. Avec un seul tir cadré les Azéris devront faire mieux à Agdam pour prétendre à passer ce tour.

Les autres résultats de nos clubs :

Midtjylland (DEN) 1 – 2 APOEL  Nicosie (CYP)
Maccabi Tel-Aviv (ISR) 1-2 Viktoria Plzeň (CZE)
Fenerbahçe (TUR) 0-0 Shakhtar Donetsk (UKR)
Lech Poznan (POL) 1-3 FC Bâle (SUI)
Salzbourg (AUT) 2-0 Malmö (SUE)
Rendez-vous les 4 et 5 août pour les matchs retour !

 

La rédaction de Footballski

Retour sur le 3e tour préliminaire aller de Ligue des Champions 2015/2016
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Thomas Ghislain

Thomas Ghislain

La Syldavie gagnera l'Euro 2020. Folie sur la PMAN.

pays de l'auteur footballski

1 commentaire

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Le boycott des ultras biélorusses

Plusieurs groupes d’ultras boycottent les rencontres de leurs clubs sur le sol biélorusse depuis quelques semaines. En cause, les violences...

Fermer