On a discuté avec Chris Boothroyd, passionné de football tchèque

Pierre Vuillemot
Pierre Vuillemot - Publié le 24 septembre 2014

Nous aimons la République Tchèque chez Footballski, du coup on a eu l’envie d’aller parler avec Chris Boothroyd, l’homme derrière l’excellent site CZEFootball. Interview à déguster avec pour thèmes la Synot Liga, Sparta Praha, la coupe d’Europe en passant par les ultras.

Comment est né ton intérêt pour le football tchèque et comment cette passion s’est-elle développée ?

Mon premier souvenir avec le football tchèque remonte à l’Euro 96, j’étais assez vieux pour suivre et profiter pleinement du tournoi, avec la finale République Tchèque – Allemagne. Etant Anglais, je ne pouvais pas supporter les Allemands! Cependant ma passion s’est réellement développée avec mes voyages à travers l’Europe quelques années plus tard. J’ai passé quelques temps à Prague et étant fan de football, j’ai visité quelques stades dont celui du Dukla Praha et cela a été le coup de foudre. Depuis, je suis le football tchèque.

Synot Liga

Comment est-ce que tu situes le championnat tchèque à l’échelle européenne ?

Pour être honnête, cela dépend. Par exemple si l’on prend le Sparta Praha ou le Viktoria Plzeň, je pense sincèrement que si l’on donnait le temps d’adaptation à ces clubs, ils seraient présents dans le bas de tableau des plus gros championnats européens. Par contre si vous descendez dans le classement, la qualité peut très rapidement chuter.

Dans la globalité, je dirais que le coefficient actuel du championnat représente relativement bien sa qualité, bien qu’il y ait toujours quelques clubs nettement supérieurs aux autres, comme en Liga espagnole par exemple.

Pourquoi devrait-on s’intéresser à la Synot Liga ?

Pourquoi tout le monde devrait suivre le championnat ? Honnêtement je ne sais pas. Cette saison, la course au titre s’annonce bien plus ouverte que les autres années. Le Sparta n’a pas forcement très bien entamé la saison, Plzeň a une nouvelle fois changé de coach et le Slavia est actuellement en pleine renaissance. Si on y ajoute le Mlada Boleslav et Jablonec qui ont fortement investi, on obtient une belle course au titre qu’on ne voit peut être pas dans les autres championnats.

Y a t-il de jeunes espoirs que le public français devrait suivre ?

Il n’y a pas particulièrement de jeunes à suivre mais certains supporters français connaissent peut être déjà Josef Hušbauer qui a été brièvement lié à l’Olympique de Marseille durant le mercato estival. La saison dernière, il est devenu le premier milieu de terrain depuis Pavel Nedved à marquer plus de dix buts en une saison et il a également remporté le Soulier d’Or. Cette saison, il a eu du mal au démarrage – on peut expliquer cela par son transfert avorté à Cagliari et le fait qu’il vient de devenir père pour la première fois – mais une fois qu’il se met en marche, quasiment personne ne peut l’arrêter en Synot Liga.

Je peux aussi citer Jaromír Zmrhal du Slavia Praha, c’est aussi un milieu de terrain qui montre de belles promesses. Ladislav Krejčí, ailier gauche à l’ancienne qui joue avec Hušbauer au Sparta ou encore la défense du Banik Ostrava qui est aussi très jeune et pleine d’espoirs. À l’étranger, il y a Václav Černý, un jeune de 16 ans qui joue actuellement à l’Ajax et qui semble exceptionnel.

1741808-img-sport-fotbal-gambrinus-liga-liberec-sparta-josef-husbauer-ladislav-krejci

Josef Hušbauer et Ladislav Krejčí

Comment vois-tu cette nouvelle saison ? Le Sparta Praha est-il toujours au-dessus ?

Comme je le disais plus tôt, la saison s’annonce très serrée. De plus le Sparta est la seule équipe à jouer une compétition européenne, la grande question sera donc de voir comment l’équipe va jongler avec toutes les compétitions alors que de son côté, Plzeň peut se concentrer uniquement sur le championnat. Mais comme j’ai annoncé que le Sparta serait champion, je vais te répondre oui…

Sparta Praha et Coupe d’Europe

En parlant du Sparta. Comment vois-tu leur saison européenne ?

Pour le moment c’est un échec total. Après avoir vu Plzeň atteindre les groupes de Ligue des Champions deux fois pendant trois années, j’attendais la même chose du Sparta. Mais ils ne l’ont pas fait, un échec qui aurait pu coûter cher à Vítězslav Lavička. Cependant l’Europa League représente une occasion d’évoluer à un niveau en rapport avec les qualités de l’effectif et de gagner des matchs régulièrement. Le groupe composé du Slovan Bratislava – des matchs qui vont donner des cauchemars aux polices tchèques et slovaques j’en suis sûr -, des Young Boys et du Napoli, promet une belle et solide lutte pour la qualification.

Est-ce que tu penses que le Sparta peut surprendre en Europa League cette année ?

Oui. Peu de personnes s’attendent à voir le club concurrencer le Napoli mais les Young Boys semblent être à la portée du club tchèque et le Slovan Bratislava est pour moi l’une des équipes les plus faibles de la compétition. Les seizièmes de finale sont tout à fait envisageables, bien qu’ils puissent avoir besoin d’un peu de chance.

Qui sont les joueurs clés de cette équipe du Sparta Praha ?

Le milieu de terrain défensif Lukáš Vácha et les deux ailiers Bořek Dočkal et Ladislav Krejčí.

Malgré sa petite taille, Lukáš Vácha est un milieu de terrain très combatif n’hésitant pas à faire le travail ingrat, un travail qu’il fait à la perfection d’ailleurs, mais c’est également la plaque tournante du milieu de terrain. Il se montre très important dans la conservation de balle et la construction des attaques. Par exemple, son match avec la République Tchèque face aux Pays-Bas montre bien son rôle. Il était très clairement le meilleur joueur sur le terrain pourtant il ne s’est quasiment pas aventuré en dehors de sa propre moitié.

Ladislav Krejčí est un ailier à l’ancienne, le genre de joueur qui aime coller la ligne de touche plutôt que de repiquer dans l’axe, démontrant des qualités techniques et un bon sens du dribble. Malheureusement, je pense qu’il est né vingt ans trop tard. Il n’a pas forcément ce qu’on attend d’un ailier à l’heure actuelle mais les supporters du Sparta l’adorent et il a cette capacité à faire lever la foule sur un dribble.

Bořek Dočkal a une superbe vision et s’en sert pour offrir de belles passes. Je doute qu’il y ait un meilleur pied droit dans le football tchèque.

Quel est ton sentiment vis à vis des autres clubs tchèques dans les compétitions européennes ?

Les autres clubs ? Ils ont tous été misérables.

Bon, Mladá Boleslav n’a pas eu de chance d’être tombé sur L’Olympique Lyonnais. Qui sait ce qui ce serait passé si Jasmin Scuk avait converti son penalty durant le match aller ? Mais Mlada a toujours été derrière à courir après le score, devant se découvrir et ce fut trop compliqué.

Ça a été très difficile de voir l’effondrement de Plzeň. Cependant des leçons ont été retenues et Pavel Horváth a mystérieusement disparu de l’équipe première pour une raison inconnue. Sans lui je suis sûr qu’on aurait pu les voir progresser. Enfin il y a le cas Liberec, symbole de l’inconstance. Ces derniers font une bonne saison mais sont très vite rattrapés par leurs soucis financiers. Au moins, ils se sont donnés à fond.

Supporters tchèques

Est-ce que les supporters tchèques font partie des meilleurs d’Europe selon toi ?

Non.

Ils sont beaucoup trop honnêtes pour être considérés sérieusement. Les Bohemians 1905 peuvent être considérés comme l’exception mais ils ne possèdent qu’un petit stade de 5000 places. Plzeň affiche régulièrement complet mais cette situation est nouvelle et à mettre en relation avec les succès récents du club.

1-4

Bohemians 1905

Quelle est la « manière tchèque » de supporter une équipe ?

Ma réponse sera peut-être un peu cynique mais le supporter tchèque vient si son équipe gagne et commence à se plaindre, gueuler et reste chez lui dès que les résultats sont absents. Mais en cas de gros match européen, tout le monde est présent !

Quelle est la situation actuelle des ultras en République-Tchèque et leurs relations avec la FAČR ?

Ils se haïssent à l’heure actuelle. La fédération est à mettre en cause. Le président possède un club de football et il y a eu des rumeurs de matchs arrangés qui n’ont pas vraiment été traitées en profondeur. La fédération est critiquée pour certaines décisions comme l’allocation des billets ou d’autres choses concernant les billets. Des décisions draconiennes qui heurtent le supporter moyen mais qui ont été prises en réponses aux « émeutes » dans les stades. La fédé se cache derrière un contexte de « voyous dans les stades » qui n’existe pas forcément.

Est-ce que tous les clubs bénéficient d’un socle solide de supporters  ?

Plzeň est le club qui a le meilleure taux de remplissage en moyenne, des clubs comme le Sparta, le Slavia ou Teplice ont de plus grands stades et peuvent faire venir de belles affluences essentiellement durant les gros matchs. Je pense – et il est regrettable – qu’un taux de remplissage aux alentours des 75 %, soit environ 8 000 personnes pour les clubs de Synot Liga, est considéré comme bon. Les jours où l’on pouvait voir 40 000 personnes à Brno sont malheureusement lointains.

Expérience personnelle du foot tchèque

Quel stades préfères-tu en République-Tchèque et pourquoi ?

Comme je l’ai dit au tout début de l’interview, j’ai un faible pour le terrain du Dukla Praha. C’est totalement différent de tout ce que vous verrez dans les autres clubs de première division. Vous pouvez sentir le passé partout autour du stade, qu’il soit bon ou mauvais. Dans une autre ambiance, j’ai vraiment apprécié la Chance Arena de Jablonec qui est un stade totalement moderne vraiment réussi.

ChanceArena

Chance Arena – Jablonec

Quel est ta plus forte émotion liée au football tchèque ?

Manchester City 4 -2 Viktoria Plzeň. J’étais présent à l’Etihad Stadium et voir Plzeň donner du fil à retordre à Manchester City était un véritable plaisir à regarder. Pendant 75 minutes, les deux équipes faisaient jeu égal puis City a sorti ses centaines de millions de livres du banc.

Quel a été le match le plus mémorable que tu aies vu dans un stade tchèque ?

Jablonec 1-4 Dukla Praha. J’ai fait le voyage à Jablonec avec un ami pour voir le match. Et ce fut parfait: la vue ahurissante qu’offre le stade sur les montagnes Ještěd conjuguée à la démonstration de Dukla, c’était le meilleur déplacement possible.

Sjoehyenar

Un grand merci à Chris, vous pouvez le suivre sur Twitter et surtout n’hésitez pas à lire son excellent site.

On a discuté avec Chris Boothroyd, passionné de football tchèque
4.5 (90%) 2 votes

A propos de l'auteur

Pierre Vuillemot

Pierre Vuillemot

Kolik jazyků umíš, tolikrát jsi člověkem.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

1 commentaire

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Nicolae Dobrin, le prince de Pitesti

Bien que relativement méconnu en Europe de l’ouest, Nicolae Dobrin est une des plus grandes légendes de l’histoire du football...

Fermer