Ligue Europa 2017/2018 : Troisième tour de qualification aller

Pierre Vuillemot
Pierre Vuillemot - Publié le 28 juillet 2017

Qui va accéder aux fameux barrages ? Qui va s’arrêter aux portes de ces barrages et oublier la saveur européenne pendant au moins une année ? Ces matchs aller nous ont donné quelques indices. Les exploits d’Osijek et de Suduva augurent encore de grandes soirées pour nos clubs Footballski. Petit tour d’horizon avec les choix de la rédaction et les autres résultats. Rendez-vous dans une semaine pour les matchs retour !

Girondins de Bordeaux (FRA) – Videoton (HON) : 2-1

Opposé au sixième du dernier championnat de Ligue 1, Videoton s’attendait à souffrir. Mais force est de constater qu’à la mi-temps de cette double confrontation, l’espoir est toujours permis. Sur la pelouse du Matmut Atlantique, ce sont les visiteurs qui se mettent les premiers en évidence, par l’intermédiaire d’une frappe de Marko Šćepović (6e) bien repoussée par Benoît Costil. Bordeaux met ensuite nettement le pied sur le ballon. Une domination récompensée par un but de Younousse Sankharé sur un très bon centre de Malcom (18e). Les Hongrois réagissent timidement mais parviennent à égaliser, Šćepović se trouvant à la réception d’un caviar d’Asmir Suljić (24e). Piqués au vif, les Girondins repartent de l’avant et profitent de la relative lenteur de l’arrière-garde magyare pour multiplier les occasions. Et ce qui devait arriver arriva : François Kamano sert Sankharé, qui ne se fait pas prier pour s’offrir un doublé (33e).

On se dit alors que la deuxième période sera très longue pour le VFC, qui risque de boire la tasse et de payer une addition salée. Il n’en est finalement rien. Les offensives des hommes de Jocelyn Gourvennec s’avèrent stériles, tandis que les Vidi s’enhardissent quelque peu en fin de rencontre, sans pour autant réussir à marquer. Le match se termine sur le score de 2-1, un résultat qui place certes le FCGB en ballottage favorable mais qui n’anéantit absolument pas les chances de qualification du club de Székesfehérvár. Les protégés de Marko Nikolić devront tout tenter pour inverser la tendance jeudi prochain, du côté de la Pancho Aréna.

CS U Craiova (ROU) – Milan AC (ITA): 0-1

Quel match de prestige au Stadionul Municipal de Turnu-Severin! Le grand retour du Milan AC dans les compétitions européennes passait par un troisième tour en Roumanie contre le CS U Craiova. Un match totalement déséquilibré sur le papier mais le Craiova a l’avantage d’évoluer à domicile (ou presque, son nouveau stade étant toujours en travaux) dans un stade à guichets fermés pour l’occasion. Alors qu’on attendait un Milan AC en mode rouleau compresseur au vu de ses récentes performances, les Roumains ne vont pas se faire marcher dessus. Un niveau de jeu plaisant qui tranche réellement avec le non-match de l’équipe ce week-end face au Concordia Chiajna en championnat. Faisant jeu égal la quasi-totalité du match, le CS U Craiova va longtemps croire en l’exploit, notamment lorsque Mitrița file seul face au but, mais voit son tir détourné par Donnarumma. Juste avant la pause, Rodriguez marque le seul but de la rencontre sur un coup-franc excentré sans grand danger à première vue. Son tir rentrant traverse la surface sans toucher personne et termine sa course dans le but d’un gardien passablement surpris. En position défavorable avant le match retour à San Siro, Craiova sera vraisemblablement éliminé mais peut sortir de ce match la tête haute. L’équipe s’est battue avec ses armes et a posé beaucoup de problèmes au grand Milan AC.

Panathinaikos (GRE) – Qäbälä (AZE) : 1-0

On s’attendait à un match fermé, sans grandes folies. Le score ne reflète pourtant pas la domination outrageuse que le Panathinaikos a imprimé sur son adversaire du soir. Qäbälä débute très mal la partie et se fait cueillir à froid dès le début, avec de grosses occasions devant les buts de Bezotosniy, qui ne peut qu’admirer la maladresse des attaquants adverses, d’abord Altman qui manque l’immanquable, puis Zeca dont le tir puissant est facilement repoussé, et enfin le coup franc de Lod qui touche le montant. Ozobic tente de réagir par une frappe, mais Vlachodimos s’interpose. Les Grecs dominent et sont récompensés à la 36e, lorsque Gurbanov défend les bras en l’air et touche du coup le ballon sur une tête adverse, dans sa propre surface. Molins se charge de convertir le cadeau et le Panathinaikos de mener méritoirement à la marque.

En seconde mi-temps, le rythme baisse quelque peu mais les Grecs parviennent encore et toujours à s’insérer trop facilement dans une défense adverse qui multiplie les pertes de balle, à l’image de Molins dont l’effort est bloqué par Bezotosniy, ou Lod qui vient lui aussi buter sur le gardien ukrainien après avoir passé en revue quatre de ses coéquipiers. Le même Lod touchera encore une fois le poteau à vingt minutes du terme. Qäbälä fait le gros dos, et sait qu’une défaite 1-0 n’est pas un drame au vu des erreurs commises et des exploits, une nouvelle fois, de sa muraille Bezotosniy. Le Pana n’en profite pas puisqu’une tête de Panathinaikos, sur corner, passe juste à côté du montant à la 89e. Signe de son expérience et d’une fragilité adverse qu’il faudra exploiter au retour, Qäbälä se procure ses plus belles occasions dans les arrêts de jeu, sur corner et sur une contre-attaque menée par l’inénarrable Ozobic. Il va falloir faire le job au retour, ce qui n’est pas une mince affaire tant un but grec pourrait rendre les choses extrêmement compliquées. En se rappelant d’Apollon et du même Pana il y a deux ans, de Maribor l’an passé ou même du Jagiellonia la semaine passée, on se dit que Qäbälä n’est jamais aussi fort que dans l’adversité et se fera un plaisir de relever ce challenge. On y croit !

FK Trakai (LIT) – Shkendija (MAC) : 2-1

Après avoir éliminé St Johnstone et Norrkoping, Trakai recevait un adversaire moins prestigieux sur le papier en la personne des Macédoniens de Shkendija.  Un adversaire à ne cependant pas sous-estimer car il avait écrasé le Dacia Chisinau et éliminé ensuite le HJK Helsinki pour gagner le droit de se déplacer à Vilnius. Maksim Maksimov avec cinq goals déjà et meilleur buteur de cette Europa League était l’homme à suivre du côté de Trakai. Et le russe ne nous décevait pas en profitant après une minute de jeu d’une incroyable bévue dans la défense de Shkendija pour ouvrir le score en vrai renard des surfaces. Le match était ensuite équilibré et les deux équipes se procuraient des occasions franches. Shkendija se montrait plus réaliste et à la 39e Junior trompait  la vigilance de Plukas égaliser. Score logique à la mi-temps. Trakai recommençait la seconde mi-temps en force et à la 52e l’inévitable Maksimov inscrivait son second but de la soirée, parfaitement servi par Oscar Dorley (très jeune et très gros talent) suite à une nouvelle relance catastrophique de la défense macédonienne. Ce but avait le don d’énerver les macédoniens qui se retrouvaient en cinq minutes réduits à neuf suite à des interventions bien trop agressives de Junior et Cuculi. Il restait alors 28 minutes à jouer et la voie semblait royale pour enfoncer le clou et faire la différence avant le match retour. Il n’en fut rien. Trakai ne semblait pas savoir que faire de son avantage numérique et son jeu se diluait complètement. Victoire décevante au vu des circonstances de la rencontre et d’un match retour qui s’annonce chaud en Macédoine. Vu les années de disette au niveau européen et cette année exceptionnelle sur la scène européenne pour les clubs lituaniens on devient exigeant, ce qui est plutôt bon signe.

FK Suduva (LIT) – FC Sion (SUI) : 3-0

Un des résultats et exploit de la soirée en Europa league pour Suduva et le football lituanien. Résultat qu’on pourra qualifier d’historique. Les qualifications pénibles contre le Shaktyor Soligorsk et Liepaja (qui restent des résultats fantastiques pour un club lituanien) n’étaient pas de nature à rassurer avant d’affronter un adversaire du calibre de Sion. Suduva comptait jouer crânement sa chance et avait sacrifié le match de championnat du week-end en alignant une équipe B contre Utenis. Le résultat dépasse les rêves les plus fous.  Début de match de folie qui voit un Suisse tromper son propre gardien après trois minutes et Janusauskas expédier un missile dans la cage suisse après neuf minutes. L’exploit est en marche et Sion est ko debout. Le club Suisse se montre incapable d’inquiéter la défense de Suduva et manque d’agressivité, d’envie (de talent ?), de tout. Les lituaniens procèdent par contre et se procurent même les plus belles occasions. La réaction de Sion ne viendra jamais. Le gardien Kardum passe une soirée relativement tranquille. Suduva est courageux et solidaire. Cerise sur le gâteau à la 91e, Laukzemis d’une demi-volée vient assommer définitivement Sion et inscrit un troisième goal qui pourrait se montrer capital au retour. Soirée mémorable et victoire complètement méritée. Reste à confirmer le 2 août à Sion pour entrer définitivement dans la légende du foot lituanien.

suduva

fksuduva.lt

Fribourg (ALL) – Domzale (SLO) : 1-0

Fort d’une série de quatre victoires de suite en Europa League, Domzale allait à Fribourg avec des objectifs ambitieux. Pour cela, Rozman aligne son équipe type composée notamment des hommes en forme Senijad Ibricic et Jan Repas.

Le début de match est à l’avantage des Allemands qui marquent un but à la 20ème minute par Nils Petersen sur un coup de dé. Une frappe mal ajustée et contrée termine par hasard dans les pieds de Petersen, seul aux 5 mètres, qui ne se fait pas prier. Le gardien Slovène Dejan Milic devient un héros quelques instants plus tard en arrêtant un pénalty suite à une faute grossière dans la surface. Malgré un jeu ouvert, Domzale n’arrive pas à se procurer suffisamment de situations pour marquer un but à l’extérieur crucial. Les Allemands gèrent le reste du match et n’arrivent pas à tuer un suspens qui sera bien présent à Ljubljana pour le match retour. Le gros point noir pour Domzale arrive à la 90ème avec le carton jaune reçu par Jan Repas qui le privera du retour. Malgré cet inconvénient, l’entraîneur Rozman croit dur comme fer à une sensation Slovène. On l’espère !

Crvena Zvezda (SER) – Sparta Prague (CZH) : 2-0

Premier test de la saison pour l’ Etoile Rouge de Belgrade qui recevait pour l’occasion le Sparta Prague et son serbe nouvellement transféré de Zvezda… Plavsic. Le stade du Marakana était rempli aux 3/4 (35000 spectateurs) alors que 300 valeureux supporteurs tchèques avaient fait le déplacement.

Il ne fallait pas arriver en retard alors que Boakye ouvrait le score à la 3ème minute, mais refusé pour une position de hors-jeu. Le début de match est à l’avantage de Zvezda qui marque sur une combinaison entre Kanga et Boakye sur coup-franc. Il faut attendre la 18ème minute pour voir la première occasion des visiteurs. Jusqu’à la 40ème, les locaux dominent le jeu, imposent leur rythme. Ils sont tranquille, tout se déroule comme imaginé par l’entraîneur Milokjevic. Les rouge et blanc rentrent au vestiaire avec un avantage mérité. Boakye réalise son meilleur match sous le maillot de l’ Etoile Rouge de Belgrade, il est absolument sur tous les fronts de l’attaque. En seconde période, la domination continue. Élément le plus faible de son équipe, Ricardinho est remplacé à la 60ème par Radonjić. Cinq minutes plus tard, Kanga marque des 25 mètres. Superbe frappe qui lobe le gardien et vient se placer juste sous la barre. 2-0. La domination est totale, et le jeu plaisant, les supporters sont contents. Zvezda n’est menacé que par interruption, et l’emporte finalement 2-0, excellent résultat des locaux, premier match compliqué pour Prague.

Olimpik Donetsk (UKR) – PAOK (GRE) : 1-1

L’Olimpik prendra le match par le bons bout en mettant la défense du PAOK sous pression grâce notamment au travail de Moha sur son côté gauche. Le marocain échappera plus d’une fois au marquage de ses vis à vis pour donner quelques sueurs froides à la défense grecque. Andriy Bogdanov, très en vue depuis la fin de saison dernière, s’essaiera lui aussi mais de loin. Sans succès mais encourageant pour la seconde période.

Donetsk va frapper d’entrée avec l’ouverture du score de Stanislav Bilenkiy à la 48ème. Une tête rageuse au premier poteau sur un service de Bogdanov sur coup franc. Nouvelle alerte dans la foulée avec une frappe de Bogdanov qui obligera Rodrigo Rey à se déployer pour éviter le 2-0. Totalement dominé, le PAOK va s’en remettre à Pedro Henrique pour égaliser. L’ancien rennais va tout simplement passer en revue toute la défense ukrainienne pour conclure d’une belle frappe entre les jambes du portier adverse. Malgré quelques opportunités de part et d’autre, le score ne bougera plus. Un match nul mal payé qui met Donetsk en ballotage défavorable pour le retour en Grèce.

Austria Vienne (AUT) – AEL Limassol (CHY) : 0-0

Pour ce troisième tour de qualification de l’Europa Ligue, l’AEL Limassol jouait gros face à l’Austria Vienne, deuxième du championnat l’an dernier. Jouant à l’extérieur, le club chypriote cherchait un résultat intéressant en marge du match retour à Limassol. La première période du match est équilibrée entre les deux équipes mais c’est l’AEL qui se montre dangereux à l’image du tir d’Arrabuarrena sur la barre transversale quelques secondes avant la pause. En seconde période, l’Austria Vienne est présent dans le jeu mais connait des difficultés pour cadrer ses tirs en partie grâce à une défense chypriote efficace. La rencontre finira par un match nul, sans buts. Un bon score pour l’AEL Limassol qui malgré ses occasions ratées, jouera le match retour à Chypre avec l’avantage du zéro but encaissé. De l’autre, une mauvaise opération pour l’Austria Vienne qui voit ses chances de qualification se réduire.

Aberdeen FC (ECO) – Apollon Limassol (CHY) : 2-1

A vue d’œil, l’Apollon Limassol semblait bénéficier du tirage le plus clément des clubs chypriotes, en affrontant le club écossais d’Aberdeen FC. En tout cas sur le papier. Dès la quatrième minute de jeu, Aberdeen ouvre la marque par Christie. Le club écossais commence alors à se montrer dangereux, mettant mal à l’aise les défenseurs de l’Apollon Limassol. Ces derniers réagiront malgré tout en seconde période et finiront par marquer le but de l’égalisation à la cinquante-neuvième minute par Jander. Alors que le club chypriote commençait à mettre la pression sur les cages d’Aberdeen, le joueur de l’Apollon Esteban Sachetti prend un deuxième carton jaune synonyme d’exclusion. A dix, le club de Limassol est fragilisé et concède un but signé Graeme Shinnie (78e). Une défaite mais un précieux but à l’extérieur pour l’Apollon qui lui donne de l’espoir pour le match retour à Chypre.

Botev Plovdiv (BUL) – Maritimo (POR) : 0-0

Les choses commencent à se corser pour le Botev. Les Bulgares ont passé brillamment, sans grande difficulté, les tours précédents. Cette fois, c’est le Maritimo de Madère qui se trouvait sur sa route. Le fait de jouer le match aller à domicile obligeait les Bulgares à marquer et à mettre la pression sur les Portugais avant un déplacement toujours difficile à Madère.
Le match a été globalement équilibré, avec des occasions de part et d’autres. Mais d’un côté comme de l’autre, c’est la précision qui a fait défaut ou le gardien qui a effectué un bel arrêt, notamment Charles, gardien du Maritimo par deux fois en 2ème période (53e et 70e).
Le Botev a quant à lui bien géré la situation, notamment défensivement avec un bloc solide, évitant ainsi les intrusions adversaires au sein de la défense et obligeant les Portugais à frapper de loin. Mais ce 0-0 ne fait pas les affaires de Bulgares qui devront réaliser un exploit au match retour à Madère.

Krasnodar (RUS) – Lyngby (DAN) : 2-1

Après un début de championnat fort réussi (2 matchs, 2 victoires), Krasnodar a entamé sa saison européenne de la plus belle des manières par une victoire à domicile contre les Danois de Lyngby. Tout n’a pas été facile pour les hommes de Chalimov. Le technicien russe avait choisi de faire tourner son effectif dans l’optique du choc contre le Spartak lundi. Deux jeunes ont fait leur apparition dans le onze : Mihailo Ristić, qui a joué à l’Etoile rouge, et Ivan Ignatyev, formé au club. Cette équipe A’ s’est rapidement assurée le contrôle du ballon, sans toutefois parvenir à mettre ses occasions au fond. Les Danois ne se sont pas fait priés pour punir les locaux. A l’heure de jeu, Kjær a profité d’un énorme cafouillage dans les six mètres de Sinitsyn pour envoyer le ballon au fond (0-1, 64e). Cette déconvenue a sonné l’heure du réveil pour Krasnodar. Claesson a égalisé dans la foulée, profitant d’une frappe lourde de Wanderson mal renvoyée par Andersen (1-1, 67e). Il a néanmoins fallu attendre la dernière minute des arrêts de jeu pour que le jeune Suleymanov emporte la décision. Sa frappe à ras de terre n’a laissé aucune chance au portier danois (2-1, 93e). Il faudra suivre attentivement la jeunesse de l’Académie de Krasnodar, qui commence à pointer le bout de son nez en équipe première !

PSV Eindhoven (HOL) – Osijek(CRO) : 0-1

SENSATION ! QUEL EXPLOIT ! Personne ne pensait qu’Osijek pourrait ramener quelque chose de son déplacement aux Pays-Bas. Et pourtant, en marquant le seul but du match sur pénalty, Borna Barisic a éteint le centre-ville d’Eindhoven, vivant au rythme du vibrant Philips Stadion. Cette victoire européenne en terre Hollandaise est la plus belle de toute l’histoire du club de Slavonie qui s’est retrouvé de nouvelles ambitions avec les capitaux hongrois. Et ce n’est pas immérité ! Osijek a été solide tout au long du match et a même été l’équipe la plus dangereuse en seconde mi-temps. Excellents défensivement et dangereux en contre, les Croates ont joué leur partition à la perfection, sans aucune fausse note.

Les Néerlandais commencent le siège du but d’Osijek dès la première minute mais ce sont bien les Bleu et Blanc qui portent la première estocade à la 20ème minute quand Mudrazija tire juste au dessus la barre. De biens pâles Néerlandais se procurent quelques opportunités par la suite, sans grand danger pour une impeccable défense Croate. A la 56ème minute, une chance incroyable d’ouvrir le score s’offre à Osijek. Ou plutôt offert sur un plateau par le défenseur du PSV qui loupe sa passe en retrait au gardien. Eros Grezda n’en profite pas en tirant sur le gardien au lieu de le dribbler ou le lober par un piqué. Dans la même minute, Bren commet une faute sur Robert Mudrazija qui s’écroule. Pénalty ! Au ralenti, difficile de dire si Bren prend le pied de Mudrazija dans la surface ou à l’extérieur. Le capitaine Borna Barisic se pose moins de questions et marque facilement. Les fans d’Osijek qui n’étaient pas encore torse nu en profitent pour tous se mettre à égalité. Complètement libéré, Osijek a plusieurs occasions coup sur coup mais s’arrête de respirer l’espace d’un temps, quand la frappe surpuissante de Steven Bergwijn s’écrase sur le poteau. Les Bleu et Blanc reviennent aux bases, c’est-à-dire la défense. Un dernier contre à la 93ème voit la tête d’Ejupi arrêté difficilement par le portier Néerlandais. Sans regret, la victoire 0-1 rendant des fans joyeux comme jamais, eux qui pensaient être en faillite et voir leur club s’éteindre il y a 2 ans de cela.

Foto: PAP

Maccabi Tel Aviv (ISR) – Panionios (GRE) : 1-0

Après ses belles perf’ face à Gorica, le Panionios se heurtait à un calibre supérieur : le Maccabi Tel-Aviv, avec une première manche loin de la Grèce. Et cela s’est vu. Sans jamais renier cette combativité qui semble coller à ce club comme le t-shirt d’un touriste anglais en plein été à Athènes, le Panionios n’a pas démérité. Yesil, de la tête, offrait le premier frisson du match, mais ne trouvait que le petit filet israélien. L’ancien Brestois Battocchio lui répondait, avec une frappe sèche de l’entrée de la surface qui passait tout près du but gardé par Kotnik (22’). Le Slovène se détendait même juste avant la pause pour sortir une mine du gauche envoyée par Yeini (43’).

Avec un 0-0 à la pause, on se disait alors que le Panionios était dans la position idéale pour un petit hold-up, en marquant ce but que l’on sait si important. Masouras, suite à une mésentente dans la défense adverse, ratait l’immanquable ou presque, en envoyant son petit piqué au-dessus (47’). Conséquence directe : dans la minute suivante, l’Islandais Kjartansson était trouvé à l’entrée de la surface. Un petit crochet et un tir du gauche plus tard, il ouvrait le score (48’). Cruel, mais impardonnable à ce niveau. Yesil avait bien une petite opportunité (78’), mais rien de fameux. Mais en s’inclinant sur le plus petit des scores, les banlieusards athéniens n’ont pas totalement hypothéqués leurs chances. Il faudra sortir une grosse prestation à la maison, et surtout ne pas encaisser de but. Le rêve est permis.

Brondby (DAN) – Hajduk (CRO) : 0-0

A voir les réactions après le coup de sifflet final, ce match nul 0-0 sonne comme une victoire pour les joueurs de l’Hajduk qui conservent toutes leurs chances à domicile. Sur la terre des Lego et des contes de fée d’Andersen, il ne fallait pas perdre. Mission réussie. Désormais, tout est possible pour l’Hajduk qui va recevoir jeudi pour écrire son propre conte de fées européen.

Pour ramener ce 0-0, les Croates ont travaillé ensemble, très proches les uns des autres en resserrant les lignes dans une tactique assez défensive. On l’a bien compris, Joan Carillo a voulu couper les mains et les pieds des Danois, ce qui a bien été exécuté puisque ces derniers ont été particulièrement inoffensifs. Bien sur, pour les spectateurs, le spectacle a été désolant entre une équipe fermant le jeu et l’autre n’arrivant pas du tout à trouver de solutions. A Polud, l’Hajduk devra gagner la bataille du milieu, probablement avec ses trois nouvelles recrues alignées à Copenhague : Radosevic, Savvas, Barry.

Everton (ANG) – Ruzomberok (SVK) : 1-0

Qu’on se le dise, pas grand monde ne voyait Ruza tenir tête à l’ogre qu’est Everton. Face à l’armada anglaise emmenée par un certain Wayne Rooney, les Slovaques, eux, n’avaient que leurs cœurs et leurs tripes à offrir pour réussir à contenir les assauts anglais. Finalement, le scénario ne s’est pas totalement déroulé comme dans nos pensées. Bien qu’Everton se soit vite montré dangereux, prenant naturellement le jeu à leur compte, les hommes de Norbert Hrnčár ont su montrer une force collective très intéressante pour tenir face à ces assauts, mais aussi pour mettre tant bien que mal en danger les cages de Stekelenburg. Si les actions n’ont pas été nombreuses, il est bon de saluer l’incroyable travail réalisé par les éléments offensifs du club, que ce soit de Gál-Andrezly, Haskic ou encore Daniel. Loin d’être ridicules, ces derniers ont su créer de nombreux problèmes aux joueurs anglais, proposant un pressing tout terrain et des rushs offensifs n’aboutissant malheureusement jamais. Si les Slovaques se font punir à la 65’ par une magnifique frappe de la légende locale Leighton Baines, tout est encore à faire pour les Anglais. De quoi espérer un miracle slovaque.

Mlada Boleslav (RTC) – Skenderbeu (ALB) : 2-1

Premier match de cette journée européenne, Mladá Boleslav recevait dans son Městský stadion les Albanais de Korçë. Favori sur le papier, les Tchèques entament le match doucement, tout doucement. À vrai dire, pour ces derniers, ce match a un constat assez mitigé. Supérieur dans le jeu, les hommes d’Uhrin se montre néanmoins assez empruntés dans les derniers gestes, jusqu’à la 42’, quelques minutes avant la mi-temps, où le buteur maison Jan Chramosta profite d’une mauvaise relance de la défense centrale albanaise pour crucifier Shehi et ouvrir le score.

On se dit que le plus dur est fait pour les Tchèques, mais la seconde mi-temps assomme toutes les velléités offensives, jusqu’à cette fin de match dantesque. 86’, Latifi, bien trouvé dans l’axe du terrain, déclenche une frappe pure à l’entrée de la surface tchèque, contrée par Čmovš, cette dernière vient se loger dans les filets de Diviš. Le hold-up est alors parfait et vient sonner les supporters locaux … le temps d’une minute seulement après une magnifique madjer de Jánoš, tout juste entré en jeu. 2-1, le minimum est fait pour les Tchèques qui devront se montrer plus solides lors du match retour.

AEK Larnaca (CHY) – Dinamo Minsk (BLR) : 2-0

Après avoir passé les obstacles féringiens et macédoniens de Runavik et du Rabotnicki aux deux tours précédents, c’est un os qui vient se placer sur la route du Dinamo Minsk. L’AEK Larnaca est une valeur sûre des tours préliminaires de l’Europa League depuis quelques saisons, ayant notamment éliminé le Spartak Moscou la saison dernière. Sans se montrer tellement dangereux, les Chypriotes – ou plutôt les Espagnols, qui composent en grande partie l’effectif en plus de son entraîneur – ont le contrôle de la rencontre en première période, le Dinamo n’essayant que timidement de s’approcher des buts adverses. Larnaca est récompensé juste avant la pause avec l’ouverture du score de Tete qui réussit sa louche après une situation confuse.

C’est donc sur le seul tir cadré de la première mi-temps que l’AEK marque. Dans un match avec énormément de duels et de pertes de balle, les occasions ne sont pas légions et la seconde période ne change pas cela. Mais, encore une fois, les Chypriotes sont les plus tranchants dans les zones de vérité et le Néerlandais Hevel double la mise et fait un break peut-être décisif après une erreur du gardien biélorusse, Andrey Klimovich. Un 2-0 est souvent considéré comme le résultat parfait dans un match aller. Le Dinamo Minsk devra faire mentir cette affirmation, mais ce sera compliqué au vue de cette première rencontre.

Sturm Graz (AUT) – Fenerbahçe (TUR) : 1-2

Un tirage compliqué pour les hommes de Franco Foda puisque le SK Sturm était opposé au Fenerbahçe pour ce troisième tour d’Europa League. Pourtant, ce sont bien les Autrichiens qui font le meilleur début de match avec une ouverture du score très rapide signée Hierländer. Le milieu de terrain offensif du Sturm, qui avait fait la une la saison dernière pour une énorme faute sur Wanderson (Salzburg), trouve la lucarne après une très belle action collectif. Un avantage de courte durée puisque Maresic marque contre son camp après un centre de Potuk. Pire, Roman Neustädter vient catapulter les Turcs devant à la pause avec une tête sur un corner.

Malgré un vaillant effort en seconde période et quelques bonnes opportunités par Alar et Lykogiannis, les Grazer s’inclinent puisque rien ne sera marqué après la pause. Un déficit qui sera compliqué à combler au match retour mais le Sturm Graz a prouvé qu’il avait du coeur. Alors, on ne sait jamais…

Dinamo Bucarest (ROU) – Athletic Bilbao (ESP) : 1-1

Et soudain, un éclair. Un tir venu d’ailleurs. De plus de 30 mètres, Rivaldinho a éclairé la morne soirée du Dinamo, qui semblait prendre un mauvais cours. Opposé à l’Athletic Bilbao, les Bucarestois ont semblé tétanisés par l’enjeu et l’importance de leur adversaire. Les Basques jouent le début de match dans un fauteuil, et ouvrent rapidement le score. Dans une Arena Națională des grands soirs, où la PCH a encore fait étalage de ses immenses talents de tifo et d’animation, Aymeric Laporte, laissé seul dans la surface, refroidit l’ambiance en marquant de la tête. Le jeu de tête, un des points forts des Espagnols dans ce match. Les centraux Laporte et Etxeita ont remporté tous leurs duels aériens, face notamment à un Adam Nemec absolument fantomatique. Dans ce match à sens unique, l’entrée en jeu de Rivaldinho change la donne. Face à son illustre père, Rivaldo, le Brésilien fait basculer le match par sa vitesse, et donc cette frappe surpuissante qui ne laisse aucune chance à Iago Herrerin. Fort de ce renversement de situation, le Dinamo est plus entreprenant en seconde période. Au final, ce résultat nul est un meilleur résultat que ce que l’on pouvait craindre. Pour son tout premier match officiel cette saison, l’Athletic Bilbao a néanmoins montré une très belle cohésion d’ensemble. Il faudra une Dinamo des grands soirs, moins timoré, pour espérer se qualifier au retour. En espérant que les Basques ne montent pas encore en puissance pour leur deuxième match.

 

 Arka Gdynia (POL) – FC Midtjylland (DAN) : 3-2

 

Et aussi…

A Utrecht, le Lech Poznan a ramené un 0-0 intéressant et a enflammé le parcage. Le Dinamo Zagreb, un gros de ce tour, a gagné 2-1 contre Odd en ratant de multiples occasions. Les sympathiques autrichiens d’Altach continuent leur belle aventure en obtenant 1-1 à la Gantoise. Enfin, le Zenit a assuré en Israël (0-2).

La rédaction de Footballski


Image à la une : ©fksuduva.lt

Ligue Europa 2017/2018 : Troisième tour de qualification aller
5 (100%) 5 votes

A propos de l'auteur

Pierre Vuillemot

Pierre Vuillemot

Kolik jazyků umíš, tolikrát jsi člověkem.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
On a vécu le tout premier match du CSA Steaua Bucarest

Le dimanche 23 avril est un jour historique pour le football roumain. Ce jour-là, le club omnisport CSA Steaua Bucarest,...

Fermer