Ligue Europa 2017/2018 : Second tour de qualification aller

Pierre Vuillemot
Pierre Vuillemot - Publié le 14 juillet 2017

Et bien quelle soirée ! Il n’y a que la Ligue Europa pour nous offrir une extase sept heures durant un jeudi soir d’été. Le second tour préliminaire a débuté avec ses matchs aller et on peut dire qu’il y a eu des surprises. Déjà le troisième match européen pour certains de nos représentants, qui comptent bien faire la passe de cinq (!) d’ici le mois d’août, s’ils se qualifient la semaine prochaine. Retour sur certains des matchs Footballski par l’ensemble de notre rédaction.

Les choix de la rédaction

Ferencváros (HON) – Midtjylland (DAN) : 2-4

Comment est-il possible de passer d’un scénario idéal à une situation presque désespérée ? Pour trouver réponse à cette question, il fallait regarder le match de Ferencváros ce jeudi. Opposés à Midtjylland, les hommes de Thomas Doll débutent parfaitement la rencontre. Endre Botka, d’une belle frappe du droit à l’entrée de la surface (22e) et Roland Varga, sur coup-franc (42e), concrétisent la domination hongroise en première période. Tout le monde s’apprête à regagner les vestiaires sur ce score 2-0 lorsque survient le tournant du match. Julian Koch déséquilibre Paul Onuachu dans la surface. L’arbitre désigne le point de pénalty et expulse le défenseur allemand. Une application stricte et sévère de la tant décriée double peine… Jakob Poulsen, lui, ne se laisse pas saisir par les remords et réduit l’écart (45e+1).

En infériorité numérique, Fradi s’arc-boute devant son but dès le début du second acte. Logiquement, les visiteurs finissent par égaliser, Poulsen expédiant son coup-franc dans la lucarne de Dénes Dibusz (61e). Le capitaine danois signe même un triplé avec un nouveau but sur pénalty quelques minutes plus tard (67e). Malgré tout, les Aigles verts se rebiffent en fin de match. Lukács Bőle pense même remettre les compteurs à égalité, mais son tir du gauche termine sa course sur le poteau (86e). Ferencvaros boit le calice jusqu’à la lie, puisqu’Onuachu alourdit la marque sur un caviar de l’intenable Poulsen (90e) alors que, dans le temps additionnel, Jesper Hansen (ancien gardien d’Evian TG notamment) s’envole pour détourner une tête de Bence Batik (90e+4). L’addition est salée, et il sera sans doute très compliqué d’inverser la tendance à l’occasion du match retour…

Valur (ISL) – Domzale (SLO) : 1-2

Domzale n’a pas hérité du pire tirage, en héritant des islandais de Valur, 20 fois champions de leur pays mais un peu moins en verve dernièrement. Cette nouvelle aventure européenne devient même prometteuse puisqu’en gagnant 2-1 à l’extérieur, Domzale a déjà posé un pied au troisième tour préliminaire d’Europa League.

La foule est vite réduite au silence une première fois avec le but de notre grand espoir Jan Repas. Dix minutes plus tard, les Islandais reviennent pourtant au score sur une faute de Dobrovoljc. Larusson ne se fait pas prier pour devenir une nouvelle fois décisif, comme contre Ventspils quand il avait inscrit le seul but de la double confrontation. Dans des conditions peu estivales, le thermomètre affichant 11 degrés, la nouvelle recrue phare Senjad Ibricic redonne l’avance à son équipe en seconde mi-temps. Une dernière frappe dangereuse d’Adolphsson nous fait passer un frisson dans le dos. Dans une semaine, ce sera aux Islandais de voyager alors que Domzale pourra recevoir en toute sérénité.

Panionios (GRE) – Gorica (SLO) : 2-0

Gorica arrivait en terre grecque auréolé de 15 matchs de suite sans défaites, toute compétitions confondues. Série qui se termine donc contre Panionios et son gardien slovène Kotnik. Les Grecs, eux, revenaient en Europe pour la première fois après neuf ans d’absence.

A la 12ème minute, les Grecs mettent un premier but dans les filets de Gregor Sorcan. Un crochet dans la surface et une frappe au premier poteau douche les espoirs slovènes. Alors que les deux équipes ne sont pas inspirées et ne nous proposent pas un beau spectacle, les choses deviennent encore plus difficiles pour Gorica qui perd son défenseur Tine Kavcic, auteur d’une faute à l’abord de la surface de réparation. Les deux remplacements à la mi-temps pour rééquilibrer l’équipe ne servent à rien et l’ancien grand espoir du football allemand, Samed Yesil, 23 ans, inscrit un doublé d’une belle frappe croisée. On peut fermer les rideaux, il ne se passera plus rien jusqu’à la fin. Pour ses débuts sur le banc de Panionios, Michalis Grigoriou a réussi son coup.

© Fotolado / nd-gorica.com

Osijek (CRO) – Lucerne (SUI) : 2-0

Osijek n’avait pas forcé son talent au tour précédent, battant sans aucun problème Santa Coloma. Contre Lucerne, la tâche s’annonçait plus difficile. Et on a été bluffé par la maîtrise totale d’Osijek.

La première mi-temps est à sens unique mais sans aucun but, la frappe de Barisic heurtant la barre transversale. C’est finalement Ejupi, de la tête, à la suite d’une longue remise en jeu, qui délivre son équipe. Dix minutes plus tard, Grezda double la mise au terme d’une percée faisant se lever le public d’Osijek, ravi de revoir son équipe à ce niveau après de longues années d’errance.

Nõmme Kalju (EST) 0-3 Videoton (HON)

C’est au Kadrioru Staadion, habituel terrain du Levadia Tallinn, que Nõmme Kalju recevait hier les Hongrois de Videoton, sous une pluie fine mais persistante. Un match où rien ne s’est passé comme espéré pour la dernière équipe estonienne encore en course dans cette Ligue Europa. Les Hongrois ouvrent en effet le score très rapidement, dès la huitième minute. Sur un corner mal renvoyé par la défense, Máté Pátkai tire depuis l’entrée de la surface. Le ballon traverse toute une forêt de jambes sans être touché et termine sa course dans le petit filet de Vitali Teleš, le gardien de Kalju pour qui le cauchemar commence à peine.

Héros de la qualification face au Maccabi Haifa l’an dernier au même stade de la compétition, Teleš est cette fois le héros malheureux de la défaite estonienne. Vingt secondes seulement après le coup d’envoi de la seconde période, la défense de Kalju est prise de vitesse par le Cap-verdien Stopira, lancé en profondeur. Teleš sort, mais est en retard et fauche le défenseur de Videoton. C’est un penalty, que Marko Šćepović transforme de belle manière, avec un ballon dans le plafond. Le coup est rude pour les Estoniens, qui ne baissent pas les bras mais se montrent impuissants en attaque. Et à un quart d’heure de la fin du match, ce diable de Šćepović se retrouve seul face à Teleš au bout d’une contre-attaque. Dans un angle fermé, l’attaquant feinte et crochète le gardien estonien, qui le fauche du bras. Carton jaune et nouveau penalty, que Šćepović transforme de nouveau, d’un puissant tir sous la barre. La messe est dite. Si les statistiques semblent équilibrées, tant au niveau de la possession que des tirs, les Hongrois ont été un ton au-dessus et ont d’ores et déjà assuré leur qualification.

Ce match a également été le théâtre d’un fait rare : la blessure de l’arbitre. A la demi-heure de jeu, celui-ci se heurte à Reginald Mbu Alidor, le Français du Nõmme Kalju. Sonné par le choc, le Portugais João Capela reste trois longues minutes au sol, sonné, avant d’être remplacé par le quatrième arbitre. Il faut dire que le choc est plutôt impressionnant.

Astra Giurgiu (ROU) – FK Zira (AZE) : 3-1

On ne savait pas du tout quoi attendre de ce match. Si les Azerbaïdjanais du Zira ont déjà joué deux matchs officiels, éliminant les Luxembourgeois de Differdange (2-0 et 2-1) au premier tour, l’inconnue est totale du côté de l’Astra. Car tout a changé à l’intersaison côté roumain. Marius Șumudică est parti à Kayserispor, où il a entraîné Silviu Lung Jr et Cristian Săpunaru. Faute de moyens, le club a également dû laisser partir Budescu, Morais et Teixeira au FCSB en fin de contrat. C’est donc un effectif tout nouveau qui est aligné par Edi Iordănescu, le nouvel entraîneur, où Alexandru Ioniță et Alexandru Dândea sont les seuls titulaires à être déjà au club la saison dernière.

Les doutes sont dissipés. L’Astra prend le match en main. Chipirliu rate une énorme occasion en début de rencontre, Erico manque ensuite de peu la cible sur un tir lointain, avant que Bejan ne voit sa tête à bout portant repoussée par le gardien adverse sur corner et que Belu-Iordache ne trouve le poteau sur un bon décalage de Ioniță. Il faut ainsi attendre la demi-heure de jeu pour que l’Astra voit enfin sa domination récompensée. Sur un centre de Nicoară, Nazirov rate complètement sa sortie et repousse le ballon des deux poings dans les pieds de Ioniță , qui n’a plus qu’à pousser le ballon dans le but vide. Un avantage qui ne dure quelques minutes. Sur sa première offensive sérieuse, le FK Zira égalise par Rashad Sadiqov, qui tire dans le petit filet depuis l’entrée de la surface, hors de portée du gardien Iliev.

Après un nouveau gros raté de Chipirliu (meilleur buteur de Liga 2 la saison dernière avec la Juventus Bucarest), c’est en seconde période que l’Astra prend le dessus. Remplaçant Chipriliu au retour des vestiaire, Anthony Le Tallec a une première occasion sur une tête bien placée, que le gardien azerbaïdjanais sort au prix d’une superbe détente. C’est finalement Dândea qui marque, à la 54e minute, d’une tête décroisée sur un coup-franc excentré. Le FK Zira n’abdique pas, et le Français David Manga voit son tir détourné par Plamen Iliev. C’est un autre Français qui marque quelques minutes plus tard. Sur un corner de l’Astra, Erico da Silva détourne la ballon de la tête, et c’est Le Tallec qui est le plus prompt au deuxième poteau. Premier match et premier but de l’ancien Havrais sous ses nouvelles couleurs! L’Astra s’impose donc 3-1 au terme d’un match bien maîtrisé. Rien n’est cependant fait, et il faudra jouer au même niveau pour se qualifier au bout du long voyage en Azerbaïdjan.

Haugesund (NOR) – Lech Poznan (POL) : 3-2

Après la démonstration du Lech Poznan au premier tour face à un (faible) Pelister et sans ses nouvelles recrues, on attendait que le troisième du championnat polonais prenne une option dès ce match aller en Norvège. Mais les départs de Kedziora (Dynamo Kiev), Kownacki (Sampdoria) et Bednarek (Southampton) semblent tout de même avoir affecté les hommes de Bjelica un peu plus que prévu, tout du moins tactiquement affecté. Un jeu pas au rendez vous, un impact physique quasi nul et des trous béants entre les lignes, voilà ce que le Lech Poznan propose pendant les 70 premières minutes. Le bateau polonais prend l’eau de tout part dans le port de Haugesund sous le Risøybrua, et les locaux vont vite prend le large.

Combinant extrêmement bien sur le côté, c’est le Somalien Liban Abdi qui fusille en premier Putnocky dans un angle fermé à cinq mètres, dès la 24e minute. La différence entre des Norvégiens en plein dans leur championnat et des Polonais encore en pré-saison est flagrante, Haugesung combine bien alors que les joueurs du Lech n’arrivent pas à se trouver. La défense expérimentale Tralka – Nielsen va mettre du temps à craquer une seconde fois, certainement dû à une certaine maladresse des Norvégiens et non pas à la qualité de ce duo étrange. Devant, Gytkjaer va attendre près de 50 minutes pour obtenir sa première occasion, qu’il va vendanger avec panache. Putnocky tient la baraque mais cela ne suffit pas, puisque coup sur coup, à la 71e et 73e, Hajradinovic et un Ibrahim superbement lancé en profondeur par ce dernier portent, pense-t-on, deux coup de grâce finaux aux hommes de Bjelica. Le Lech Poznan est alors mené 3-0 à la 73e minute.

Mais voilà le sursaut d’orgueil polonais ou simplement un manque de concentration côté norvégien : Majewzki égalise de la tête dans la minute qui suit (74e) et finalement le Lech s’offre le vrai but de l’espoir grâce à un penalty de Jevtic au bout du bout du temps additionnel. Le Lech ne mérite certainement pas, sur ce match, de marquer deux buts, mais c’est finalement une bonne opération que font les Polonais avec deux buts marqués à l’extérieur malgré un néant footballistique ayant traversé ses joueurs pendant la majorité du match. Cela reste une bonne opération car les Polonais n’auront besoin que d’une petite victoire au retour à domicile pour passer ce tour et ces valereux Vikings. Qu’il eût cru à la 73e, alors que les vagues d’Haugesund faisaient couler le sous-marin jaune polonais ?

Slovan Bratislava (SVK) – Lyngby (DAN) : 0-1

Le Slovan Bratislava avait décidé de jouer l’attaque avec un désormais habituel 4-4-2 composé des deux pointes que sont Čavrič et Mareš, avec un Hološko en soutien sur son aile gauche. Rapidement, les hommes de Vukomanovič se mettent en action, enchaînant les passes et actions construites afin de tenter sa chance face à Andersen, gardien de Lyngby. Mais si les actions offensives sont incessantes, le score, lui, ne bouge pas. La faute à quelques maladresses offensives et un gardien danois dans un très bon jour. Si les visiteurs arrivent à mettre en difficulté la défense slovaque suite à des contres, on se dit que ce Slovan-là a tous les moyens pour remporter ce match aller et se mettre dans les meilleures conditions possibles pour le retour. Evidemment, dans un tel scénario, le hold-up n’est jamais loin et ça, les Danois l’ont bien compris. Malgré une foule d’occasions slovaques lors de la seconde mi-temps, c’est bien Kjaer, entré en jeu quelques minutes avant, qui profite d’un nouveau contre danois pour crucifier Greif sur sa ligne.

Rabotnicki Skopje (MAC) – Dinamo Minsk (BLR) : 1-1

On ne peut pas dire que ce match restera dans les annales de la compétition et on peut déjà remercier les Dieux du football de nous avoir offert deux buts dans une rencontre insipide et hachée. Beaucoup de duels au milieu de terrain et des erreurs techniques qui empêchaient toute incursion dans le camp adverse de déboucher sur une occasion de but. La défense macédonienne semblait néanmoins plus en difficulté en première période et cela s’est vu dès le début de la seconde période. Vladimir Khvashchinskiy profite de l’attentisme de celle-ci pour ouvrir le score et marquer ce but important à l’extérieur.

Alors que le Dinamo semblait relativement maîtrisé les faibles assauts des joueurs locaux, un événement va venir bousculer les plans. A 80 mètres de ses buts, Salihi vient faucher Nikolic à retardement et est directement expulsé. A partir de là, le Dinamo va paniquer et enchaîner les pertes de balle dangereuses ainsi que les fautes, ce qui va permettre au Rabotnicki de se montrer plus dangereux. Sur un coup-franc anodin dans le temps additionnel, l’arbitre siffle un tirage de maillot d’un joueur du Dinamo. Najdenov se charge d’égaliser sur penalty. Si le Dinamo est toujours en ballotage favorable, il s’est tiré une balle dans le pied.

© facebook.com/astrencin

SCR Altach (AUT) – Dynamo Brest (BLR) : 1-1

C’était le premier match européen d’un Dynamo Brest new look, avec nouveau propriétaire, nouveau projet, nouvel entraîneur et nouveaux joueurs. Parmi eux, Artem Milevskyi, sur le banc. Face à eux, la surprise de l’exercice autrichien précédant, en course pour le titre durant un paquet de journées avant de craquer sur la fin. Encore une fois, la célèbre maxime dominer n’est pas gagner prend encore tout son sens.

Après une première période relativement équilibrée où les deux équipes ont eu leur nombre d’opportunités, les Autrichiens ont pris la mesure du match pour imposer une grosse pression sur leurs adversaires. L’ouverture du score de Stefan Nutz, qui profite d’une passe en retrait trop molle pour lober Jérémy Malherbe, n’a d’ailleurs rien changé. Même avec un but d’avance, Altach a fait le siège du but du Français qui a sorti un match en tous points remarquable. Il a enchaîné les parades, les réflexes étonnants et les sorties bien senties pour garder son équipe dans le match. Une performance qui paie puisque Pavel Sedko égalise à dix minutes de la fin après un excellent travail de Nivaldo. Seule mauvaise nouvelle pour les Biélorusses, l’expulsion de Dmitriy Aliseyko pour deux cartons jaunes en fin de match. Il sera absent au match retour.

Irtysh Pavlodar (KAZ) – Crvena Zvezda (SRB) : 1-1

Crvena Zvezda se déplaçait au Kazakhstan, un pays où l’équipe s’était rendue déjà il y a deux ans pour un duel dramatique face au Kairat Almaty. Forte de ce souvenir, l’équipe essayait d’être plus préparée cette fois-ci pour son déplacement à Pavlodar. Les nouveaux joueurs comme Babić et Pesić n’étaient pas prêts physiquement, alors une seule recrue a fait son apparition dans le 11 de départ, Jovičić, reléguant Le Tallec en défenseur central et envoyant Frimpong sur le banc. Les locaux quant à eux étaient dans une configuration très défensive en 5-4-1 alors que l’Ivoirien Dja Djédjé est sur le départ. A noter le maillot pour le moins original de Zvezda, maillot bleu foncé, avec un carré rouge et un autre blanc, short rouge, bien loin des trois maillots montrés initialement…

La première occasion est l’œuvre des visiteurs à la 5ème avec Srnic, alors que Pavlodar se montre dangereux à la 17ème. Globalement, la première mi-temps était à l’avantage des Belgradois. Pavlodar pose le bus devant la défense, et la possession des Serbes reste stérile.

A la reprise, les offensives de Zvezda s’intensifient et obtient un penalty à la 52ème, concluant leur domination. Il faut dire que le jeu des visiteurs était particulièrement plaisant, loin de l’absence de jeu qu’on a pu voir il y a quelques temps. Alors qu’on se dirigeait tranquillement vers une victoire de Zvezda, lors d’une dernière attaque dans le temps additionnel, Andjelkovic commet une main dans la surface de réparation. Penalty. 1-1. Pavlodar obtient un point inespéré à la dernière minute. Crvena Zvezda devra être plus vigilant au match retour…

Kairat Almaty (KAZ) – Skenderbeu (ALB) : 1-1

Favori de cette rencontre après avoir cartonné Klaipeda au tour précédent, le Kairat profitait de l’occasion pour aligner le défenseur Sheldon Bateau pour la première fois. Dès le coup d’envoi, les locaux occupent l’espace et assiégent le but des visiteurs. Et si la première occasion dangereuse est l’œuvre des Albanais, c’est bien le buteur ivoirien du Kairat qui ouvre le score à la 16ème minute. Ce but ne refroidit pas les ardeurs de Skenderbeu, qui se met plusieurs fois en évidence grâce à Latifi. La mi-temps se conclut sur le score de 1-0.

A la reprise, les locaux paniquent un petit peu, espérant trouver en face d’eux une équipe plus faible, et cette opposition n’était pas prévue dans leur plan. Arshavin s’offre un beau rush à faire frémir le « central Stadion » mais lors de leurs offensives, les Albanais parviennent à marquer après avoir vu la balle rebondir telle une boule de billard français rebondissant sur plusieurs bords. 1-1… Les Albanais ont cru en leur chance et n’ont jamais lâché, c’est mérité. Les Kazakhs peuvent eux être déçus du résultat.

Qäbälä (AZE) – Jagiellonia Bialystok (POL) : 1-1

Les Azerbaïdjanais s’avançaient assez confiants, forts de leur expérience à ce niveau de la compétition, eux qui ont atteint la phase de poules en passant les quatre tours qualificatifs ces deux dernières saisons. Cette saison, exceptionnellement Qäbälä entrait en lice au second tour, face à une opposition dangereuse puisque le Jagiellonia sort d’une énorme saison au niveau national et d’une qualification facile contre le Dinamo Batumi. Les Polonais retournent donc dans le Caucase et surprennent les locaux au quart d’heure, sur une tête de son capitaine Romanchuk sur corner. Le Jaga mène 0-1 et c’est mérité.

Grigorchuk a sans doute fait passer aux siens un sale quart d’heure à la mi-temps, vu que la rébellion s’exprime dès le coup d’envoi. Joseph-Monrose, la nouvelle recrue phare de Qäbälä, élimine deux hommes avant de mettre un joli ballon vers Gurbanov, dont le tir est dévié de justesse par Kelemen… dans les pieds du Français ! Egalisation du Qäbälä qui n’arrive cependant pas à emballer la rencontre. Celle-ci reste équilibrée et ce 1-1 est un score logique au final. Il va falloir arracher la qualif’ en Pologne, mais le Jagiellonia réalise une belle opération.

© qol.az

Hajduk Split (CRO) – Levski Sofia (BUL) : 1-0

Une des affiches de ce tour d’Europa League ! On connaît le caractère virulent de leurs supporters et cela s’est bien vérifié au match aller en Croatie où les supporters croates se sont fait entendre. Rien de bien méchant du moins. Faut dire que les ultras du Levski ont été bloqués à Zadar après une bagarre avec les supporters adversaires…

Sur le terrain, la prestation fut beaucoup moins bonne. Le Levski a eu durant toute la partie du mal à faire le jeu, se créant peu d’occasions. Côté croate, l’Hajduk a pris l’avantage sur penalty à la 24e. Bafouillant son football et se mettant en danger sur des erreurs stupides, les Croates auraient pu doubler la mise avec un peu plus de réalisme.

La 2ème période est du même acabit avec un Levski méconnaissable, commençant à se montrer dangereux dans les dix dernières minutes du match. Les Croates ont  de leur côté eu pas mal d’occasions, mais se sont confrontés à un bon Mitrev dans les cages. Le match aurait pu être plus sympa si le jeu avait été moins engagé (6 cartons jaunes au total), obligeant l’arbitre à stopper régulièrement le jeu et à calmer l’énervement de certains.

Au final, l’Hadjuk prend une petite option avant le retour à Sofia. Le Levski devra tout simplement se mettre à jouer pour remonter l’écart.

Beitar Jerusalem (ISR) – Botev Plovdiv (BUL) : 1-1

Pas une énorme affiche, mais au final, un match très sympa à suivre avec de nombreuses actions de part et d’autre. Un avantage léger durant ce match pour l’équipe domicile qui a montré pas mal de verticalité dans le jeu et de vitesse. Le Botev Plovdiv s’est fait prendre rapidement à la 10e minute sur corner avec une sortie totalement ratée du gardien Cvorovic… 1-0 Le Botev a répondu en tentant d’égaliser sur des frappes lointaines ou des passes en profondeur, se retrouvant même à gâcher un « un contre un », mais la rapidité des Israéliens en contre a vraiment posé problème aux Bulgares, utilisant bien les errances défensives adverses.

En deuxième période, les Bulgares se montrèrent plus pressants et cela paya à la 73e minute grâce à une finition de Yusein. Les Israéliens, pourtant actifs sur le devant de l’attaque, poussèrent, mais, au final, le Botev conserva un très bon nul avant le match retour. La qualification reste cependant très incertaine tant le Beitar a fait bonne impression.

Les autres résultats de la journée :

Inter Bakou (AZE) – Fola Esch (LUX) : 1-0

Shkendija (MAC) – HJK (FIN) : 3-0

Ruzomberok (SVK) – Brann (NOR) : 0-1

Liepaja (LAT)Suduva (LIT) : 0-2

Apollon (CYP)Zaria (MDA) : 3-0

Progrès Niederkorn (LUX) – AEL Limassol (CYP) : 0-1

Norrköping (SWE) – Trakai (LIT) : 2-1

Trencin (SVK) – Bnei Yehuda (ISR) : 1-1

Sturm Graz (AUT)Mladost (MTG) : 0-1

Zeljeznicar (SRB) – AIK (SWE) : 0-0

Cork City (IRL) – AEK Larnaca (CYP) : 0-1

Aberdeen (SCO) – Siroki Brijeg (BIH) : 1-1

Shamrock Rovers (IRL) – Mlada Boleslav (CZE) : 2-3

 

La rédaction Footballski


Image à la une : © Cropix / sportske.jutarnji.hr

Ligue Europa 2017/2018 : Second tour de qualification aller
5 (100%) 4 votes

A propos de l'auteur

Pierre Vuillemot

Pierre Vuillemot

Kolik jazyků umíš, tolikrát jsi člověkem.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Saison 2016/2017 : Un an de football en Slovénie

À quelques jours du début de la nouvelle saison, il était temps de tirer un trait sur la saison 2016-2017....

Fermer