Ligue Europa 2017-2018 – 4ème journée

Thomas Ghislain
Thomas Ghislain - Publié le 10 novembre 2017

Eh bien, nous avons encore vécu un jeudi soir des grands soirs, n’est-ce pas ? Surprises, eurogoals, déceptions, confirmations, ridicule… On vous fait revivre cette quatrième journée de Ligue Europa 2017-2018 pour nos clubs Footballski !

Groupe A : L’exploit d’Astana !

  • Maccabi Tel-Aviv 0-1 FC Astana
  • Slavia Prague 0-2 Villarreal

Pour ce match crucial en Israël, la paire de centraux Marin Aničić – Yuri Logvinenko n’était pas alignée, pas plus que Srdjan Grahovac ni Laszlo Kleinheisler. Les blessures, suspensions et choix du coach ayant fait leur œuvre. En sachant qu’Astana est traditionnellement apathique à l’extérieur en Europe, personne ne se voulait confiant avant le match.

Et dès la deuxième minute, nos craintes se confirment avec une erreur défensive et une énorme occasion israélienne, heureusement gâchée par un tir complètement raté de Vidar Kjartansson. Une autre erreur de la défense quelques minutes plus tard conduit à une nouvelle situation très dangereuse laissant Kjartansson bien seul dans la surface. Heureusement, le portier Eric est sorti à toute vitesse pour boxer la balle. Fort heureusement, Astana décide enfin de sortir de sa tanière à la 27e minute, symbolisé par le tir lointain d’Askhat Tagybergen. Mais ce sont bien les Israéliens qui continuent à se procurer les occasions les plus dangereuses jusqu’à la pause, forçant Eric à sortir le grand jeu.

Au retour des vestiaires, le Maccabi remet la pression et Eric sort une nouvelle grosse parade (46’). Astana fait le dos rond jusqu’au contre tant attendu. Abzal Beysebekov s’échappe à droite et sert Patrick Twumasi dans un fauteuil. Astana est ultra réaliste alors que les Israéliens, eux, sont écœurés. La solidarité kazakhe est belle à voir et Twumasi se paye même le luxe de rater une grosse occasion dans les arrêts de jeu. Les Kazakhs sont totalement relancés dans la course à la qualification et devront faire un résultat contre le Slavia. Le Maccabi est définitivement hors course. Notons que c’est la première victoire à l’extérieur dans une phase de groupes pour une équipe kazakhe.

Car dans l’autre match du groupe, le duel s’annonçait terrible entre le Slavia et Villarreal. En forme ces dernières semaines, les Tchèques recevaient les Espagnols dans un Eden en feu, à l’ambiance survoltée et aux ambitions européennes retrouvées ; le tout dans une atmosphère particulièrement festive pour célébrer les 125 ans du club. Malheureusement, le niveau de jeu, lui, n’a pas été à la hauteur de l’ambiance. Débutant avec difficulté la rencontre ,les Pragois se font rapidement tromper par l’attaquant colombien, Bacca. Une nouvelle fois, après le match aller, ce dernier se joue de la défense tchèque et vient tromper un Laštůvka peu en vue durant toute cette rencontre. Si quelques occasions sont à noter pour le Slavia, les Tchèques, durant ces 45 premières minutes ont du mal à exister et sont mis sous pression par l’équipe visiteuse.

Le retour des vestiaires n’est pas vraiment mieux puisque le Slavia peut remercier Pablo Fornals, joueur espagnol de Villarreal, de ne pas concrétiser une action toute faite, dans un but vide, à la 56e minute. Et puis ? Et puis pas grand chose. Si Soucek se montre très présent dans tout le monde – ce dernier étant de loin le meilleur tchèque sur le terrain -, le Slavia ne concrétise pas ses actions et Necid ne se montre que peu présent. Jusqu’à ce qu’arrive le second but espagnol, sur un contre son camp de Simon Deli, pourtant auteur d’une bonne prestation pour son retour de blessure. Il faudra faire mieux pour se qualifier.

Groupe B : Une revanche et la qualif pour le Dynamo

  • Young Boys Berne 0-1 Dynamo Kiev
  • Partizan 2-0 Skënderbeu

Les Bernois bien offensifs devant leur public sont les premiers à se faire remarquer dans la rencontre avec un poteau de Roger Assalé au quart d’heure de jeu venant d’une tête sur corner. La première occasion ukrainienne vient de Junior Moraes après la demi-heure de jeu, tout près d’ouvrir le score d’une talonnade après un cafouillage dans la surface.

Vitaly Buyalskiy offre au Dynamo une deuxième occasion franche en seconde période avec une tête sur corner mais bien repoussée par le portier suisse. Le milieu ukrainien finit par avoir gain de cause avec l’ouverture du score pour son compte à la 70ème. Bien servi par Derlis Gonzalez après une mauvaise relance de la défense suisse, Buyalskiy s’ouvre le chemin du but avec un contrôle orienté suivi d’une frappe limpide du gauche. Georgy Bushchan dans les buts du Dynamo s’emploiera en fin de match pour maintenir le score et cette revanche tant attendu côté ukrainien. Avec trois nouveaux points, le Dynamo valide son ticket pour les seizièmes et reste seul en tête du groupe B avec cinq unités d’avance sur le Partizan Belgrade, solide vainqueur des Albanais de Skënderbeu.

Groupe C : Le Ludogorets tient la corde

  • Istanbul BB 1-1 Hoffenheim
  • Ludogorets 1-1 Braga

La qualification était toute proche pour Ludogorets dans le cas où les verts remportaient le match « retour » face à Braga. Les hommes de Dimitrov avaient fait le plus dur en allant s’imposer à Braga 2-0. Restait plus qu’à conclure.

Et dès l’entame du match, Ludogorets utilise son arme principale, ses Brésiliens. Entre la vitesse de Wanderson sur son côté gauche et les déplacements de Marcelinho, Ludogorets dispose ainsi d’une attaque aux solutions multiples. Il ne faut pas oublier les Hollandais Vura et Lukoki qui trouvent les espaces et créent à chaque contre des situations dangereuses. Braga a eu bien du mal à le contenir durant la première période. Lukoki pense même ouvrir le score sur une superbe frappe directement dans la lucarne opposée mais le but est invalidé pour une position de hors-jeu.

Braga doit attendre le début de la deuxième pour se montrer dangereux sur coup franc. Danilo voit sa frappe passer au ras du poteau. Broun se montre également vigilant sur une frappe vicieuse au premier poteau. Mais c’est Marcelinho qui ouvre le score à la 67e, seul aux avant postes pour reprendre un arrêt de Matheus. Ludogorets espérait garder ce précieux score jusqu’au coup de sifflet final, mais Fransergio permet de garder le suspens dans ce groupe à la 83e sur une tête à bout portant. Broun pouvait l’avoir mauvaise car il venait d’effectuer un superbe arrêt réflexe quelques secondes avant et avait bien signifié à ses coéquipiers de surveiller les centres au côté opposé.

Cela reste un résultat tout à fait satisfaisant face à une portugaise intraitable en championnat. La qualification se jouera donc définitivement lors de la réception de Basaksehir, bon dernier du groupe.

Groupe D : Un bon point pour l’AEK

  • Rijeka 1-4 Austria Vienne
  • AEK 0-0 AC Milan

L’affiche était belle. Et pour l’occasion, l’OAKA avait revêtu ses plus beaux habits et fumigènes pour accueillir la prestigieuse équipe milanaise, qui n’avait pas su forcer le verrou athénien à l’aller (0-0). Il faut croire que les hommes de Montella n’avaient pas envie de quitter le berceau de la démocratie avec 3 points en excédent bagages, tant ils auront été approximatifs (ou mauvais, c’est selon) pendant la rencontre. Passes ratés, centres au 5e poteau, fautes : la partition fut parfaite, ou presque. De son côté, l’AEK a montré que c’était une formation toujours aussi dure à bouger, à l’image d’un Johansson omniprésent au milieu, ou d’un Vranjes aussi fou que solide en défense centrale. De bon augure pour la suite, et surtout une vraie chance de qualification pour Manolo Jimenez et sa bande.

Groupe E : Un point insuffisant pour Limassol

  • Apollon 1-1 Atalanta
  • Olympique Lyonnais 3-0 Everton

Après deux points en trois rencontres, l’Apollon Limassol espérait empocher à domicile quelques points face au club italien d’Atalanta Bergame pour prétendre à une possible qualification historique au tour suivant. Dès le début de la rencontre, chacune des deux équipes cherche à imposer son jeu à l’image d’une frappe dangereuse d’Alex Da Silva à la huitième minute de jeu pour l’Apollon ou d’un tir d’Andrea Masiello dix minutes plus tard pour l’Atalanta. Mais l’équipe italienne se montre logiquement plus dangereuse au fil du temps et finit par s’offrir un pénalty. Et qui d’autre que l’homme fort de l’Atalanta Josip Illicic pour s’en charger ? L’international slovène ouvre le score du pied gauche donnant ainsi l’avantage aux siens.

En seconde période, l’Atalanta Bergame est tout proche de doubler la mise par l’intermédiaire d’Andrea Petagna, qui d’une tête puissante, voit sa balle heurter sur le poteau droit de Bruno Vale. Mais l’Apollon Limassol ne lâche jamais. Et cela, l’Olympique Lyonnais et Everton le confirment. Comme contre Lyon mi-septembre dans ce même stade, le club chypriote parvient à égaliser face à Atalanta Bergame dans les toutes dernières secondes grâce à une tête de l’Argentin Emilio Zelaya qui laisse impuissant le gardien de l’équipe italienne. Un match nul qui maintient les maigres rêves de qualification côté Apollon Limassol.

Groupe F : Le Sheriff en route vers l’histoire!

  • FC Copenhague 3-0 Zlin
  • Lokomotiv Moscou 1-2 Sheriff Tiraspol

Quel exploit ! Alors qu’il s’agissait du match le plus difficile à priori pour le Sheriff, où un résultat nul pouvait prétendre à l’optimisme, voilà que les Jaune et Noir parviennent à renverser le Loko et s’élancer à toute vitesse vers la qualification ! Car il faut bien le dire, le démarrage était poussif pour les hommes de Bordin, qui restaient sur trois matchs nuls consécutifs. Mais le sorcier italien a l’art d’inculquer à ses ouailles la maîtrise d’un match. Alors, quand Farfan ouvre le score sur une belle passe en profondeur de Miranchuk, le Sheriff ne panique pas. Bien en place derrière, il attaque à mesure et attend la faille adverse. Elle arrive peu avant la mi-temps lorsque Badibanga se trouve étrangement seul dans la surface suite à une passe lumineuse de Brezovec, son tir poteau rentrant permet aux équipes de rentrer aux vestiaires sur le score de 1-1.

Le Sheriff va ensuite enfoncer le clou avec un petit bijou de Brezovec, d’un tir puissant à ras de terre des 18 mètres qui transperce la défense moscovite. Les assauts du Loko qui s’en suivent ne donnent rien, le Sheriff tient bon et a même l’occasion d’en marquer un troisième à plusieurs reprises. Incroyable performance, peut-être la plus importante de leur jeune histoire. Avec 5 points au compteur, le Sheriff est en tête, ex-aequo avec Copenhague, qu’ils iront défier après avoir accueilli Zlin à Tiraspol. La qualification pour le second tour, qui pouvait prétendre à l’optimisme lors du tirage au sort, sera-t-elle une réalité d’ici un mois ? Il s’agirait alors du premier club moldave à vivre un printemps européen ! Mais ne nous enflammons pas…

Dans l’autre rencontre, Zlin a comme prévu coulé au Danemark avec une victoire 3-0 dans la besace. Les Tchèques ne sont pas mathématiquement largués car la lutte est ultra-serrée, mais ils restent assez clairement l’équipe en-deçà des trois autres dans ce groupe.

Groupe G : Le FCSB est qualifié

  • FCSB 1-1 Hapoël Be’er Sheva
  • Viktoria Plzen 4-1 Lugano

L’essentiel est là. En concédant le nul face à l’Hapoël Be’er Sheva, le FCSB a validé sa qualification pour le printemps européen ! Une belle performance pour les Bucarestois, qui, avec six points d’avance sur les Israéliens, actuels troisièmes, sont assurés de terminer au pire à la deuxième place du groupe. Malgré ça, le nul laisse un sentiment amer, tant la victoire était une nouvelle fois accessible.

Le FCSB domine le début de match, manquant notamment d’ouvrir le score sur corner, le ballon n’étant repoussé que sur sa ligne par le capitaine israélien Radi. Il faut attendre la demi-heure de jeu pour que le but arrive… sur une action tout à fait anodine. La passe en profondeur de Budescu, entourée de trois défenseurs adverses, file vers le gardien de l’Hapoël. Sur l’action, un joueur bucarestois est à terre. Un des trois défenseurs s’arrête, tandis que les deux autres laissent le ballon au gardien… qui s’est arrêté lui aussi ! Surgi de nulle part, Florinel Coman passe entre tous, prend le ballon et marque dans le but vide. Spectaculaire incompréhension !

Les locaux continuent de pousser pour faire le break, mais sont surpris avant la mi-temps. Sur une astucieuse bicyclette, Vitor centre pour Sahar, qui tacle le ballon dans le but juste devant Florin Niță. Une égalisation qui ravit les nombreux et joyeux supporters israéliens.

Le tournant du match intervient en tout début de seconde période. Sur un beau mouvement bucarestois, Budescu se présente seul devant le gardien adverse, qu’il dribble avant de tirer dans le but vide. Revenu du diable vauvert, le défenseur Elo tend le bras et repousse le ballon de la main sur sa ligne. Le penalty est évident, mais personne ne bouge. Ni l’arbitre, ni l’arbitre de ligne, pourtant placé à moins de cinq mètres! L’erreur est tellement évidente qu’elle en est incompréhensible. Malgré sa domination, le FCSB ne parvient pas à s’imposer. Au final, l’image de la soirée restera certainement celle de Denis Alibec en pleurs après sa sortie du terrain à la 70e minute, à l’issue d’un match où il a beaucoup tenté mais absolument tout raté. Il faudra être plus de réussite lors de la prochaine journée, sur le terrain du Viktoria Plzen.

Car les Tchèques sont en forme! Invaincus en championnat, les hommes de Pavel Vrba devaient se venger de l’affront subi lors du match aller avec cette défaite surprise face aux Suisses de Lugano. Faisons simple : le contrat a été rempli. Après une ouverture du score rapide, le Viktoria Plzen, emmené par un Krmenčík en feu, n’a pas eu besoin de forcer son talent et, dès la première mi-temps, avait déjà assuré sa victoire quatre buts à un. Une victoire importante pour la suite de la compétition qui vient surtout célébrer l’anniversaire de Marian Cisovsky, ancien joueur du club atteint de la maladie de Charcot. L’occasion de relire son portrait sur notre site.

Groupe H : Le bon coup de Zvezda

  • Cologne 5-2 BATE Borisov
  • Arsenal 0-0 Crvena Zvezda

Le BATE Borisov avait l’occasion d’enfoncer le FC Cologne encore un peu plus dans la crise que le club traverse depuis le début de saison. Dans un RheinEnergie Stadion toujours bouillant pour ses matchs à domicile, les Allemands prennent le meilleur départ puisque Zoller ouvre le score en prenant de vitesse la défense centrale biélorusse. Mais le BATE a de la ressource et retourne la situation en seulement trois minutes, aux alentours de la demi-heure de jeu. Milunovic, sur coup de pied arrêté, puis Signevich, sur une superbe reprise acrobatique, égalisent puis donnent l’avantage à leur équipe.

Mais si le BATE a de la ressource, le BATE a aussi des grosses largesses défensives depuis que Ermakovich a pris la tête de l’équipe. Des espaces qu’on n’avait pas l’habitude de voir avec Goncharenko sur le plan européen. Et le FC Cologne, au fond du trou, va en profiter. Osako d’abord, Guirassy ensuite, Osako de nouveau et finalement Jojic profitent de cette défense laxiste pour enchaîner les buts et offrir au FC Cologne sa première victoire européenne depuis 25 ans. Le Effzeh se relance alors que le BATE rate l’occasion de prendre un ou trois points pour mettre un adversaire hors course.

Du côté de Londres, les spectateurs de l’Emirates ont une nouvelle fois eu la frayeur de voir de véritables supporters côtoyer leur enceinte. Un article vaut mieux que de longs palabres, Footballski y était et vous propose de le revivre ici. L’ambiance était belle et Arsenal n’a pu prendre la mesure du Zvezda. Un excellent point pour les Serbes, qui fait perdre ses premiers points au club anglais et reste surtout dans la course pour la deuxième place.

Groupe I : A l’avantage de Salzbourg

  • Vitoria Guimaraes 1-0 Olympique de Marseille
  • RB Salzburg 0-0 Konyaspor

Après sa brillante victoire du match aller en terre turque (2-0), le RB Salzbourg recevait Konyaspor en sachant qu’une victoire lui ferait faire un pas de géant vers la qualification pour les seizièmes de finale. Dans son 4-4-2 habituel mais avec Stanković plutôt que Walke dans les buts (Valon Berisha héritant du brassard de capitaine), le club autrichien domine mais sans se procurer d’occasion nette. C’est en fin de première mi-temps que la première opportunité intervient, en faveur de Konyaspor : la frappe lointaine du Slovène Nejc Skubic frôle le poteau de Stanković (45’+1). À la pause, le score est de 0-0.

C’est en début de seconde période que le RB Salzbourg se procure sa première grosse occasion via Samassékou, dont la frappe est détournée en corner par Serkan Kırıntılı (53’). La pression autrichienne s’accentue dès lors et Marco Rose fait entrer ses éléments offensifs Minamoto et Schlager pour tenter de forcer la décision. Le dernier cité se procure d’ailleurs une balle de match dans le temps additionnel mais il voit Serkan Kırıntılı se montrer impérial (90’+1).

La rencontre se termine sur un score de 0-0 qui fait davantage les affaires du RB Salzbourg que celles du club turc. Dans le même temps, dans l’autre rencontre de ce groupe I, le Vitória Guimarães a battu Marseille (1-0) grâce à un but de la tête de son capitaine, le Péruvien Paolo Hurtado (80’). À l’issue de la quatrième journée, le classement du groupe est le suivant : le RB Salzbourg est leader avec huit points, Marseille deuxième avec six unités tandis que Konyaspor et le Vitória Guimarães, quatre points chacun, suivent. Tout reste encore à faire.

Groupe J : Ça se resserre

  • Hertha 2-0 Zorya Luhansk
  • Athletic 1-0 Östersunds

LE Zorya n’a pas pu faire grand-chose face au Hertha, assommé dès le quart d’heure par cette jolie tête du néo-champion d’Europe espoirs Davie Selke, suite à un mouvement initié sur l’aile gauche. Un but qui ne fait que confirmer l’énorme pression imposée par les hommes de Pal Dardai depuis le début de la rencontre. Le Zorya n’en mène pas large et réagit timidement par un tir de Lunov qui passe à côté des cages.

Au retour des vestiaires, les Allemands imposent de nouveau des vagues offensives dont la rapidité fait mal aux Ukrainiens, mais sans conséquence. A la 68e, on pense vivre l’égalisation mais Gordiyenko loupe le cadre avant d’être sonné par le gardien adverse, on est passé tout près du pénalty. Une frayeur qui pousse le Hertha à repartir de l’avant et à Esswein de livrer un caviar à Selke, dans le dos de la défense du Zorya, pour éviter facilement Lunin et inscrire un doublé. Le Zorya ne peut réagir et s’incline sur ce score de 2-0. Un jour sans pour les Ukrainiens, qui n’ont cadré aucun tir.

Malgré leur défaite en Espagne, Östersunds reste leader du groupe tandis que le Hertha se relance. Trois points seulement séparent les quatre équipes, le Zorya étant deuxième et se déplacant à Bilbao lors de la prochaine journée.

Groupe L : Le Zénit qualifié

  • Real Sociedad 3-0 Vardar
  • Rosenborg 1-1 Zenit

Les journées se suivent et se ressemblent pour le pauvre Vardar Skopje. En difficulté en championnat, le club macédonien n’arrive pas à quitter sa dernière place du groupe L et on se demande bien s’ils vont réussir à glaner un point dans ce groupe. Quelques semaines après avoir été humiliés 6-0 par les Espagnols, les Macédoniens se déplaçaient sur la pelouse du Real Sociedad avec comme objectif d’encaisser le moins de but possible. Dominé toute la rencontre, le Vardar campe dans sa moitié de terrain mais craque par trois fois. Juanmi ouvre le score de la tête sur corner à la demi-heure de jeu, De la Bella double la mise d’une sublime reprise de volée en seconde période tandis que Jon remporte son face à face avec Gacevski en fin de match. On se demande bien où est passé le Vardar qui avait sorti Malmö au 2ème tour de Ligue des Champions…

Dans l’autre match du groupe, le Zenit Saint Pétersbourg a validé son billet pour les seizièmes de finale mais que ce fut compliqué ! Sur la pelouse des Norvégiens de Rosenborg, le Zenit ne réussit pas à marquer en première période et c’est l’inévitable et infatigable Bendtner qui ouvre le score sur pénalty en début de seconde mi-temps. Poussant pendant une bonne demi-heure, les joueurs de Mancini sont finalement  récompensés au bout du bout du temps additionnel avec un but de Kokorin. Un match nul qui permet au Zénit de conserver la tête de ce groupe L.

La rédaction de Footballski


Image à la une : © fc-sheriff.com

Ligue Europa 2017-2018 – 4ème journée
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Thomas Ghislain

Thomas Ghislain

La Syldavie gagnera la Coupe du Monde 2018. Folie sur la PMAN.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
La Russie, ce sera sans eux #7 – La Macédoine

La phase de groupes des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 est arrivée à son terme. Alors que la...

Fermer