Ligue Europa 2016/2017 – 2ème journée

Thomas Ghislain
Thomas Ghislain - Publié le 30 septembre 2016

Oyez, oyez! Ligue Europa, te voilà! Nous t’attendions depuis longtemps, deux semaines plus exactement. Enchante-nous de tes ambiances, de tes matchs de folie, et donne-nous plein de buts pour les équipes Footballski! Les résumés de ce jeudi, les voici!

Groupe A : Le Zorya pas ridicule

  • Fenerbahce 1-0 Feyenoord
  • Manchester United 1-0 Zorya Luhansk

Avec une cote de 21 avant le match, le moins que l’on puisse dire c’est que le Zorya était loin d’être favori pour cette rencontre contre Manchester United. Et pourtant, le club ukrainien n’a pas été ridicule! Même si United a dominé la majeure partie de la rencontre, le Zorya s’est tout de même procuré quelques occasions et aurait même pu ouvrir le score en seconde période si Paulinho avait un peu plus croisé sa frappe. Manchester a tout de même touché la barre à deux reprises, mais dû attendre la 69e minute pour marquer le seul but de la rencontre grâce à une tête de Zlatan Ibrahimovic à bout portant. Première défaite pour le Zorya dans cette phase de groupe, prochain match contre le Feyenoord qui a perdu 1-0 en Turquie contre le Fenerbahce.

Groupe B : Le gros coup de l’APOELdonet

  • FC Astana 0-0 BSC Young Boys
  • Olympiakos 0-1 Apoel Nicosie

Énorme camouflet pour l’Olympiakos. Victorieux en Suisse lors de la première journée, les hommes de Paulo Bento voulaient bonifier ce résultat en enchaînant à domicile. Il n’en fut rien. La faute à Sotiriou, qui marquait de la tête à la 10′ en devançant la sortie de Leali. La faute, aussi, à Waterman, impérial dans la cage chypriote de l’APOEL. La faute, enfin, à une équipe grecque qui ne ressemble pas à grand-chose, et qui n’a pas su profiter de la possession pour renverser le match, malgré deux poteaux (Fortounis et Seba). Il faudra faire mieux, beaucoup mieux. De son côté, l’APOEL peut rêver d’une qualification, en enchaînant au GSP Stadium. Dans l’autre match du groupe, Astana n’a pas franchement fait mieux avec un 0-0 des familles contre les Suisses des Young Noys

Groupe C : Qäbälä reste calé

  • Qäbälä 2-3 Mainz
  • Saint-Étienne 1-1 Anderlecht

Dans le match qui opposait la formation allemande de Mayence aux Azéris de Qabala, ce sont les Allemands qui prirent le dessus, bien sans mal. Les joueurs de Martin Schmidt ouvraient la marque par l’intermédiaire de Muto d’une belle frappe croisée du gauche à ras de terre aux termes d’une première mi-temps cadenassée, même si Qabala avait trouvé le poteau (0-1). Gurbanov égalisait pour Qabala sur penalty après une sortie kamikaze de Lossl (1-1), et Zenjov donnait l’avantage aux locaux après une jolie contre-attaque (2-1). Les joueurs azéris pouvaient croire à l’exploit, mais c’était sans compter Cordoba et Oztunali qui donnaient les trois points à Mayence.

Mayence est deuxième ex aequo avec le leader Anderlecht (4 points), tenu en échec sur la pelouse de Saint-Étienne (1-1). La formation belge pouvait prendre le large en cas de victoire sur les hommes de Christophe Galtier. Après une première mi-temps fermée, au cours de laquelle Anderlecht aurait pu marquer, mais la tête d’Hanni heurtait le poteau. Le tournant du match vint quand l’arbitre accorda un penalty généreux aux Belges pour une main involontaire de Léo Lacroix. Tielemans ne se faisait pas prier et ouvrait le score d’un joli contre-pied (0-1). Les Belges auraient pu accroitre leur avance, mais ne faisait pas le break. Et sur la dernière occasion, le gardien Roef et le défenseur Nuytinck se trouaient, permettant à Nolan Roux de pousser le ballon dans le but vide et offrir aux Verts un point miraculeux aux vues des nombreuses absences côté Stéphanois en ce moment (1-1). Rien n’est joué dans ce groupe donc, et tout reste à faire. Rendez-vous dans deux semaines pour Saint-Etienne-Qabala et Mayence-Anderlecht.

Groupe D : Zenit en mode rouleau compresseur

  • Zenit Saint-Petersbourg 5-0 AZ
  • Dundalk 1-1 Maccabi Tel-Aviv

Suite au come-back victorieux du club Saint Pétersbourgeois face au Maccabi Tel-Aviv (3-4), le Zenit devait enchainer à domicile face à l’AZ Alkmaar. Actuellement, le Zenit montre une puissance offensive impressionnante que ce soit en RPL ou en Europa League. Lucescu disposait son effectif en 4-4-2 avec la paire Zyuba/Kokorin aux avant-postes. Les joueurs phares du moment que sont Giuliano et Mak étaient évidemment alignés. On pouvait donc s’attendre à une démonstration offensive.

Le Zenit mettait en place dès le début du match un pressing assez haut pour étouffer les sorties de balle et rester dans la partie adversaire. On assistait à une bonne circulation de balle créant des décalages. Cependant l’AZ se montrait dangereux le premier puisqu’un but fut annulé pour une position de hors-jeu évidente. L’avertissement était clair, l’AZ n’aura que quelques occasions, mais ça pourrait être au fond. En face, le Zenit accélérait le jeu. À la 13e, Giuliano s’essayait à la frappe, mais elle finissait hors cadre. Ce joueur impressionne dans sa vitesse d’exécution, son intelligence dans le jeu. Et ça se voit sur le premier but. Malgré la pluie, les hommes de Lucescu ouvrent la marque grâce à Kokorin sur un centre de Criscito que laisse passer intelligemment Giuliano.

À la suite du but, l’AZ manquait la balle d’égalisation, Friday se retrouvant en face à face contre Lodigin. Mais l’attaquant ne cadrait pas… 1-0 à la mi-temps, le Zenit passe devant à la pause, sans vraiment forcer. Le Zenit paraît largement au-dessus et, contrairement au match contre le Maccabi, contrôle largement le match sans se faire peur derrière. Au retour des vestiaires, le Zenit se met à l’abri en inscrivant un 2e but par Giuliano, toujours bien placé pour reprendre un ballon qui ne veut pas rentrer. La deuxième mi-temps tourne vraiment à la démonstration, l’AZ abdiquant rapidement. À la 58e, Kokorin y va de son doublé en reprenant un centre tendu de… Giuliano. À la 64e l’arbitre offrait un penalty généreux que transforma Criscito. À la 79e, Shatov finissait en beauté un mouvement collectif par une frappe. 5-0 le score est lourd, mais il montre l’écart qui existe entre le Zenit et les trois autres équipes du groupe. Il faudra attendre une confrontation un peu plus dure pour juger ce Zenit version Lucescu qui fait bien plaisir. Pourquoi pas face au Spartak dès dimanche en RPL ?

Dans l’autre match du groupe D, cette équipe irlandaise n’en finit plus d’étonner ! Après un nul arraché sur la pelouse de l’AZ Alkmaar (1-1), Dundalk a remporté son deuxième match de poule face au Maccabi Tel-Aviv sur un but de l’intenable Kilduff. 2 buts en 2 matchs qui place Dundalk en 2e position du groupe. Le Maccabi avec 2 défaites est bon dernier.

Groupe E : Entre triste et naufrage

  • Austria Vienne 0-0 Viktoria Plzen
  • AS Rome 4-0 Astra

Si de son côté le Sparta a assuré (voir ci-dessous), le Viktoria Plzen, lui, n’a pas franchement transpiré le talent, prolongeant, par la même occasion, à 11 matchs d’affilés sa série sans victoire en compétition européenne. Rien que ça. Dans ce match plus ou moins fraternel, les ultras des deux clubs ayant quelques les liens d’amitié, c’est finalement à un non-spectacle que les spectateurs eurent le droit d’assister. Quelques occasions, deux buts hors-jeu, et puis c’est tout.

À Rome, l’Astra s’est fait tractOPELté par la bande au quarantenaire, 4-0. Pas grand-chose à retenir de ce match, car il n’y avait pas grand-chose à espérer de toute façon. L’Astra se déplacera en République Tchère pour la prochaine journée.

Groupe F : Totalement relancé

  • Athletic Club 1-0 Rapid Vienne
  • Racing Genk 3-1 Sassuolo

L’Athlétic Bilbao lourdement battu à Sassuolo et Genk dominé à Vienne lors de la première journée ont cette fois remis les pendules à l’heure. Dans un match plaisant à San Mames les locaux ont eu les occasions les plus nettes et il a fallu un très bon Strebinger dans les cages viennoises pour ne pas alourdir le score. Mais les vertes et blancs doivent s’incliner sur une frappe magistrale de Benat Etxebarria à l’heure de jeu, une magnifique reprise en demi-volée de l’extérieur de la surface en pleine lucarne. Dans l’autre match de ce groupe, Genk a déroulé face à des Italiens beaucoup plus empruntés qu’il y a deux semaines. C’est d’abord Karelis, puis Bailey, très en vue en ce début de saison, qui marquent dans les 25 premières minutes. L’addition se corse à la 65e avec un but de Buffel, seul joueur belge aligné dans les rangs limbourgeois ce soir, avant la réduction de l’écart de Politano. Toutes les équipes ayant donc 3 points à l’issue de cette deuxième journée c’est la différence de but qui fait le classement et à ce petit jeu Genk prend la tête devant Sassuolo, le Rapid Vienne et enfin l’Athlétic..

Groupe G : Le Pana peut avoir des regrets

  • Ajax 1-0 Standard Liège
  • Celta Vigo 2-0 Panathinaikos

Deux buts dans les 10 dernières minutes, pour une défaite qui laissera des regrets. C’est surtout la première mi-temps des hommes d’Andrea Stramaccioni qui laissera des regrets, tant les Verts auront eu des opportunités de marquer, notamment par Ibarbo, très remuant, mais maladroit dans la finition. En face, le Celta s’est progressivement remis à jouer, redoublant d’intensité et pilonnant la cage de Luke Steele. Qui a fini par céder, d’abord à la 84′ face à Guidetti, idéalement placé au point de penalty, puis sur un superbe coup franc de Daniel Wass, à la 89′. Cruel, mais mérité dans le fond : difficile de prétendre à grand-chose en ne convertissant pas ses occasions, et en affichant autant de largesses défensives. Avec deux défaites en deux matchs, les choses se compliquent sérieusement.

Dans l’autre match, l’Ajax a dominé le Standard de Liège, sur le score de 1-0.

Groupe H : Soirée retrouvailles à l’Arena Lviv

  • La Gantois 2-0 Konyaspor
  • Shakhtar Donetsk 2-0 Braga

Retrouvailles entre le Shakhtar Donetsk et le Sporting Braga qui s’étaient affrontés en quarts de finale de l’Europa League la saison dernière (pour deux victoires ukrainiennes : 2-1 et 4-0), mais également entre l’entraîneur portugais du Shakhtar Paulo Fonseca qui retrouvait le club qu’il entraînait la saison dernière. L’actuel leader du championnat d’Ukraine était privé de son capitaine Darijo Srna, toujours blessé et remplacé dans le onze de départ par Bohdan Butko. La soirée s’inscrivait sous la thématique des coups francs ou plus précisément des cafouillages consécutifs à ces derniers. C’est ainsi que le club du Donbass allait ouvrir le score dès la 5e minute : le coup franc excentré de Fred était repoussé par la défense portugaise sur Stepanenko. Le milieu défensif envoyait une mine qui touchait la transversale avant d’entrer au grand dam de Marafona.

Grâce à cette entame parfaite, le Shakhtar Donetsk pouvait se contenter de gérer son avantage. Il s’acquittera parfaitement de cette tâche même après l’expulsion de Fred pour cumul de cartons (47’) et inscrira même un deuxième but. Le scénario était quasiment le même : cette fois, le coup franc était à l’entrée de la surface et était tiré par Bernard. Dévié par le mur portugais, le ballon arrivait à Kovalenko qui n’avait plus qu’à pousser le ballon au fond (56’). Ce but sonnera le glas des espoirs du Sporting Braga. Le Shakhtar Donetsk s’impose brillamment face à son principal concurrent dans ce groupe H. Il est grâce à ses deux victoires en deux matchs seuls leader du groupe avec deux points d’avance sur La Gantoise, vainqueur dans le même temps des Turcs de Konyaspor (2-0) et est déjà bien placé pour une qualification en seizièmes de finale avant la double confrontation à venir face au club belge.

Groupe I : Schalke et Krasnodar s’envolent

  • Schalke 04 3-1 RB Salzburg
  • Krasnodar 5-2 OGN Nice

Beaucoup de buts et deux équipes à deux victoires après deux journées, voilà comment on pourrait résumer ce groupe I. Salzburg n’a pas eu le temps d’exister à Gelsenkirchen alors que le club autrichien devait impérativement se rattraper après une défaite face à Krasnodar lors de la journée initiale. n’a fait que sauver l’honneur après que Goretzka, Caleta-Car contre son camp et Höwedes ne donnent un avantage très conséquent à Schalke.

Même chose pour Nice à Krasnodar. Les Russes ont maîtrisé leur sujet avec notamment un Joaozinho dominateur lors de la rencontre. Double buteur et passeur, le Brésilien a fait la chanson aux défenseurs niçois, aux abonnés absents. Il a bien été aidé par Smolov et Ari, respectivement premier buteur et auteur des deux derniers buts russes. Les Russes affronteront Schalke pour le duel au sommet de ce groupe lors de la prochaine journée alors que les deux autres équipes se battront pour garder une chance.

Groupe J : Qarabag reste à quai, Liberec n’est Pas OK

  • Slovan Liberec 1-2 PAOK
  • Fiorentina 5-1 Qarabag

À Florence, Qarabag avait mis le pied au plancher et dominait le début de match. Après quelques banderilles envoyées par Dani Quintana, Amirguliev et Reynaldo, Tatarusanu se voit sauver par sa transversale sur une frappe lointaine d’Izmailov, à la vingtième minute. Le moment que choisit la Fiorentina pour se réveiller, et reprendre le contrôle du ballon. Des efforts que Qarabag paie cash à la 29e: sur une percée des Violets, Yunusadze touche malencontreusement le ballon de la main, en tant que dernier homme. Carton rouge, et soixante minutes très difficile à venir pour Qarabag. À commencer par le coup franc qui suit, où Bernardeschi cherche la lucarne, mais Sehic l’en empêche de justesse. 8 minutes plus tard, Medvedev concède un coup franc à l’entrée de la surface pour une seconde chance tirée par Kalinic. Repoussé une nouvelle fois par Sehic, Babacar suit bien et ouvre le score. Mais le Croate connaît son heure de gloire quelques minutes plus tard, sur un superbe mouvement en triangle où il bénéficie d’une talonnade de Cristoforo qui met Sehic dans le vent, et laisse Kalinic alourdir la marque juste avant la pause. La pause? Elle attendra. Kalinic déborde sur le côté droit dans les arrêts de jeu, dribble magnifiquement le capitaine Sadiqov et offre le 3e but à Babacar. Ça fait mal.

En seconde période, le calvaire continue puisqu’à l’heure de jeu, Zarate récupère un ballon aux vingt mètres, contourne son défenseur et décoche une frappe sur laquelle Sehic se troue. L’ex-Laziale continue son show quinze minutes plus tard avec un coup franc direct qui atterrit sur la main droite du gardien serbe, mais finit dans le but. LA coupe est pleine! Mais dans les arrêts de jeu, Qarabag inscrit un très joli but sur une touche jouée en triangle côté droit, avec un enroulé du gauche de toute beauté de Ndlovu. Grosse déculottée pour les Azerbaïdjanais, qui n’en ont plus touché une après le carton rouge de Yunusadze. La solidité défensive qui faisait sa force semble s’être dissipée durant l’été, et il faudra resserrer les boulons avant une double confrontation explosive face au PAOK.

Dans le même temps, Liberec n’a pu concrétiser son départ encourageant dans cette Ligue Europa, puisqu’il a perdu 1-2 à domicile face au PAOK. Pourtant, tout avait bien commencé: après le but de Sykora à la 11e seconde de jeu il y a deux semaines, c’est cette fois-ci Komlichenko qui ouvre la voie après 40 secondes sur la première offensive des Tchèques, bien servi par le jeune Jan Sykora! Mais comme à Bakou, le Slovan va rapidement concéder l’égalisation, sur un penalty très discutable offert au PAOK à la 9e minute, que le capitaine Athanasiadis transforme sans problème. Une heure plus tard, le même Athanasiadis saute plus haut que toute la défense sur un centre banane de Leovac et concrétise la domination des Grecs en marquant le but de la victoire, tout ça devant le kop du PAOK, bien entendu en fusion. La Fio et le PAOK prennent la tête, mais tout reste encore possible pour les Tchèques et les Azerbaïdjanais.

Groupe K : Un peu de bonheur dans la crise pragoise

  • Sparta Prague 3-1 Inter
  • Hapoel Beer-Sheva 0-0 Southampton

Sensation à Prague avec cette victoire du Sparta contre l’Inter Milan. Malmenée ce week-end par le Slavia dans le derby, l’équipe ne semblait pourtant pas franchement en état de jouer en Europa League, et encore moins contre un club comme l’Inter. Pourtant, magie de l’Europe, le Sparta s’est métamorphosé. De la crise est venu un résultat inattendu, profitant, par la même occasion, des largesses défensives du club italien.

Après une entame de match parfaite, le club pragois prend les devants et score le premier grâce au bien connu Vavlav Kadlec, de retour au club depuis quelques semaines. Les choix sont gagnants pour Holoubek, lui, l’ancien adjoint de Zdenek Ščasný débarqué quelques jours seulement avant ce match suite à la lourde défaite dans le derby de Prague. Kadlec, toujours, se montre une nouvelle fois en évidence quelques minutes plus tard, après un coup-franc rapidement joué et prenant de vitesse la stupide défense interiste. Si Palacio redonna espoir aux siens, c’est finalement le Sparta qui conclut parfaitement son match avec un troisième but grâce à son défenseur Mario Holek. De quoi apporter un peu de joie aux supporters du Sparta.

Dans l’autre match, en Israël, l’Hapoel continue son bon parcours avec un bon match nul, 0-0 face à Southampton, qui est souvent considéré comme le meilleur match nul pour un match aller à domicile, n’est-ce pas?

Groupe L : Place à la jeunesse

  • FC Zurich 2-1 Osmanlispor
  • Steaua Bucarest 1-1 Villarreal

Pour la réception des Espagnols dans l’Arena Nationala de Bucarest, le Steaua a envoyé son équipe type amputée de Hamroun, pour la première fois absent lors d’un match européen du Steaua après son prêt du côté du Qatar. En face, Villarreal lance une équipe jeune, bien que solide, qui semblait à la portée des Roumains. Le match ne commence pas sous les meilleurs auspices, car dès la 9e minute Alin Tosca perd son duel face à Borre qui glisse le ballon sous les jambes d’un Nita bien peu inspiré sur sa sortie. Pourtant le Steaua pousse, et dix minutes plus tard sur une frappe de Amorim mal renvoyée Muniru envoie le ballon dans des buts vides pour l’égalisation. Par la suite, le Steaua va toucher la barre sur une frappe lointaine, mais n’arrivera pas à prendre l’ascendant. Un partout score final, un match correct des Roumains qui devra absolument gagner face à Zurich pour espérer une possible qualification. À noter une bonne entrée du jeune Florin Tanase en fin de match.

En Suisse, Zurich n’a pas commencé le match dans les meilleures conditions avec un penalty raté par Cavusevic dès la 26e minute. Mais les Suisses se sont montrés très vite dominateurs et retournent aux vestiaires sur le score d’un but à zéro grâce à Schonbachler dans les derniers instants de cette première mi-temps. Maher remet les Turcs sur les bons rails à la 73e minute, mais seulement six minutes plus tard Zurich reprend un avantage décisif par Cavusevic. Villarreal tient la tête du groupe avec quatre points, suivi par Zurich et Osmanlispor alors que le Steaua ne pointe qu’à un seul malheureux point.

La rédaction de Footballski

Ligue Europa 2016/2017 – 2ème journée
5 (100%) 4 votes

A propos de l'auteur

Thomas Ghislain

Thomas Ghislain

La Syldavie gagnera la Coupe du Monde 2018. Folie sur la PMAN.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Semaine #39 – 2016 : Matchs du week-end et bons coups

Vous êtes fans du foot de l'est et cherchez à savoir ce qu'il se passe ce week-end ? Vous êtes très bien tombé, mais ça vous...

Fermer