Ligue Europa 2016/2017 – 1ère journée

Thomas Ghislain
Thomas Ghislain - Publié le 18 septembre 2016

La tant attendue Ligue Europa reprend ses droits! Après des matchs insipides, à sens unique ou qui sentaient les dollars à plein nez, la Grande Coupe d’Europe, appelée autrefois Coupe UEFA voire C3, est revenue ce jeudi pour le plus grand bonheur des nombreux clubs Footballski qui y participent!

Groupe A : Le Zorya frôle l’exploit

  • Zorya Luhansk 1-1 Fenerbahce
  • Feyenoord 1-0 Manchester United

Le petit poucet de la compétition était à quelques secondes de réaliser un exploit retentissant. Délocalisé à Odessa, ce match dans un stade bien plein a montré que même les petits budgets peuvent rivaliser avec les plus gros dans cette compétition. Il faudra attendre la 52e minute de jeu pour voir le premier but du match et celui-ci est …. pour le Zorya! D’un sublime patator lointain, Grechyshkin ouvre le score de manière splendide. Le Zorya va alors se recroqueviller derrière pour préserver ce score. La défense tiendra jusqu’à la 95e minute … Simon Kjaer voit sa frappe repoussée par le mur, récupère la balle, frappe et trouve le fond des filets! Dur dur pour le Zorya, mais ce match nul est tout de même un très bon résultat.

Dans l’autre rencontre, l’un des favoris de la compétition, Manchester United, est tombé sur la pelouse du Feyenoord Rotterdam. Score final 1-0 avec un but signé Vilhena.

Groupe B : Grèce et Chypre à la fête

  • Apoel Nicosie 2-1 FC Astana
  • BSC Young Boys 0-1 Olympiakos

Le duo hellène a fait le job jeudi soir. En déplacement, l’Olympiakos n’a pas spécialement brillé face aux Young Boys de Berne. Dans une première mi-temps plutôt terne, l’éclaircie est venue du vétéran Esteban Cambiasso, à l’affût pour tacler un centre d’Ideye dans le but vide (42′). La suite ? Pas grand-chose à signaler, si ce n’est une défense grecque assez solide, rugueuse et agressive, et un gardien, l’Italien Leali, vigilant lorsqu’il fut sollicité. À noter, côté anecdote, l’entrée d’Alaixys Romao à la 92′, pour ses débuts officiels avec l’Olympiakos. Pour le reste, les hommes de Paulo Bento repartent de Suisse avec l’essentiel dans les bagages : les trois points.

© FABRICE COFFRINI/AFP/Getty Images

© FABRICE COFFRINI/AFP/Getty Images

Dans l’autre match, les Chypriotes de l’APOEL recevaient Astana dans un GSP Stadium bouillant, comme souvent. Et, malgré une domination, les coéquipiers de l’ancien Sochalien Carlao cédaient dans le temps additionnel de la première période, sur un but de Maksimovic, qui reprenait à l’entrée de la surface un coup-franc mal dégagé par la défense. Loin de se décourager, l’APOEL a longtemps tenté avant d’égaliser, par l’intermédiaire d’Oliveira, à l’affût dans la surface (75′). La délivrance, elle, arrivait une dizaine de minutes plus tard, avec une tête décroisée de De Camargo. 2-1, 87′, et trois points dans l’escarcelle. Logique, au vu des stats : 69% de possession, pour 24 tirs au but. De quoi préparer sereinement le déplacement sur la pelouse de l’Olympiakos, club ami.

Groupe C : Qabala olala…

  • Anderlecht 3-1 Qäbälä
  • Mainz 1-1 Saint-Étienne

Pour ce premier match de groupe, le FC Qabala se déplaçait dans la banlieue de Bruxelles pour y affronter Anderlecht. Tombeur de Lille au tour précédent en plein mois de juillet, l’équipe azerbaïdjanaise s’est inclinée (3-1), non sans avoir montré de belles choses et joué au football. Teodorczyk a ouvert le score sur une action initiée par l’ancien Toulousain Spajic. Le joueur d’Anderlecht reprenait au point de penalty un centre à raz de terre, et sa frappe finissait en pleine lucarne (1-0). Anderlecht commençait très bien son match, mais se faisait surprendre sur une action placée par Dabo qui crucifiait Roef d’une volée sous la barre (1-1). Les Belges réagissaient grâce à Acheampong qui forçait Rafael Santos à marquer contre son camp sous la pression de sa contre-attaque fulgurante (2-1). Entré en jeu, Capel marquait le troisième but belge sur un service de Stanciu en fin de rencontre. Anderlecht prend donc la tête du groupe, et Qabala pointe à la dernière place. L’objectif du club azerbaïdjanais sera de ne pas finir dernier.

© VIRGINIE LEFOUR/AFP/Getty Images

© VIRGINIE LEFOUR/AFP/Getty Images

Dans l’autre match, Mayence affrontait pour le premier match de son histoire en Ligue Europa l’AS Saint-Étienne. Sans se montrer véritablement dangereux, les joueurs allemands ouvraient la marque sur corner (1-0). Saint-Étienne revenait progressivement dans la partie notamment avec les entrées de Tannane, Veretout et Soderlund. Comme face au PSG en championnat le week-end passé, les Verts revenaient au score dans les derniers instants grâce à l’infatigable Robert Beric qui signait son deuxième but en 6 jours d’un tacle rageur au second poteau (1-1).

Groupe D : Une habitude russe

  • Maccabi Tel-Aviv 3-4 Zenit Saint-Petersbourg
  • AZ 1-1 Dundalk

Première journée de phase de groupe de Ligue Europa et un déplacement pour le Zenit jamais facile en terre israélienne face au Maccabi Tel-Aviv. Sur le papier, le Zenit aligne une équipe offensive en 4-1-3-2 avec Kokorin et Zhirkov sur les côtés, Giuliano en soutien des deux attaquants que sont Kerzhakov et Mak.

Côté Maccabi, on est en 4-3-3 avec l’islandais Kjartansson en attaque, Ben Chaim et Benayoum sur les côtés de l’attaque. A noter la présence de Filipenko, joueur biélorusse bien connu du BATE Borisov, passé par le Spartak et Malaga la saison dernière et qui vient de débarquer au Maccabi cet été. Sans oublier le gardien serbe Predrag Rajkovic arrivé la saison dernière au Maccabi en provenance de l’Etoile rouge de Belgrade.

Le début de la rencontre est plutôt disputé, mais à l’avantage du Zenit qui se repose sur Witsel pour créer le danger de la tête (8e) ou par une frappe lointaine (12e). Les combinaisons offensives saint-pétersbourgeoises sont intéressantes, mais manquent de précision dans les derniers mètres. Le Maccabi réagit en touchant le poteau de Lodygin sur une belle frappe enroulée de Ben Chaim. La défense laisse des espaces pour frapper ou centrer aisément. Les Israéliens  en profitent pour marquer un but à la 25e sur un centre à peine touché de la tête par un attaquant et qui file dans le petit filet… La réaction ne se fait pas sentir côté russe qui peine à trouver des situations dangereuses avec pas mal de déchet technique et des transmissions lentes qui ralentissent les attaques. Face à un Zenit emprunté, le Maccabi garde cet avantage de 1-0 jusqu’à la pause.

Au retour des vestiaires, le Zenit semble un peu plus actif, mais le Maccabi double la mise grâce à une tête de Kjartansson, bien seul dans la surface. Mais c’est à ce moment que le Zenit se fait plus pressant par l’intermédiaire de Kerzhakov ou Witsel. Mais en vain. Lucescu fait rentrer Djordjevic à la place de Kerzhakov qui vient de vendanger un face à face. Le Zenit peine à trouver des solutions. Djordjevic fait les appels en profondeur, mais personne n’ose risquer la passe. Suite à une faute stupide de Kokorin à l’entrée de la surface, Medun Janin transforme le coup franc pour le 3-0 ! On se dit à ce moment que les carottes sont cuites.

Lucescu lance alors Mauricio à la place de Javi Garcia et tente le tout pour le tout. Et ça paie ! A la 76e, Witsel lance Giuliano qui lobe le gardien. Kokorin est là pour pousser le ballon au fond. Quelques minutes plus tard, Dasa écope d’un rouge. Est-ce à cause de la grosse faute qu’il a faite auparavant durant l’action ou la main dans la surface au terme de l’action ? Quoi qu’il en soit la situation échappe à l’arbitre qui donne un coup franc dans la surface pour le Zenit ! Transformé par Mauricio, le match tourne totalement à l’avantage du Zenit ! Les joueurs du Maccabi stressent et redoutent la remontada qui semble inévitable. Elle arrive à la 85e grâce à Giuliano. Les supporters Saint-Pétersbourgeois sont en fusion ! Djordjevic a la balle du 4e, mais manque son face à face. Le Maccabi est en panique totale et le 4e arrive à la 90e sur une tête plongeante de Djordjevic. Irréel ! Un match de Ligue Europa comme on les aime ! Le Zenit peut exulter et entrevoir la suite sereinement grâce à cette victoire ! La remontada à la russe était au programme cette semaine après celle du CSKA en Ligue des Champions face au Bayer Leverkusen (2-2).

© JACK GUEZ/AFP/Getty Images

© JACK GUEZ/AFP/Getty Images

Aux Pays-Bas, dure soirée pour l’AZ Alkmaar. A la 61e, Stijn Wuytens donnait l’avantage à l’AZ de la tête, mais le gardien irlandais percutait de plein fouet le joueur hollandais, le laissant à terre inconscient. Des scènes d’inquiétude que l’on n’aime pas voir sur un rectangle vert. Sorti d’urgence, il a repris conscience dans les vestiaires, mais le choc fut très dur ! Le gardien ne fut d’ailleurs pas sanctionné par l’arbitre. Cela n’empêcha pas Dundalk de finir à 10 et d’égaliser grâce à Ciaran Kilduff de la tête à la 88e. Historique pour les Irlandais, difficile à avaler pour les Hollandais.

Groupe E : Mention bien avec encouragements pour Plzen

  • Astra 2-3 Austria Vienne
  • Viktoria Plzen 1-1 AS Rome

C’était le choc du groupe, le duel entre le Viktoria Plzen et la Roma n’a pas déçu. Dès les premières minutes, le club tchèque se fait avoir et concède un penalty. Une course d’élan pas franchement académique et un but de Diego Perotti viennent alors donner l’avantage aux Italiens. Pourtant, loin d’être découragé, le club de Plzen se remet vite en jeu et retourne vers l’avant. Emmené par Martin Zeman, le Viktoria Plzen reprend vite des couleurs, à l’image des cheveux roses de ce dernier. Une nouvelle fois au début de l’action, Zeman dépose un caviar sur la tête de l’attaquant slovaque Bakos qui catapulte parfaitement le cuir dans les filets italiens. Le stade explose, le Viktoria Plzen continue de pousser. Si les deux clubs se procurent des actions de part et d’autre, le match se solde finalement sur un match nul pas si mauvais pour les deux clubs. Un premier match parfaitement géré pour le Viktoria Plzen qui espère pouvoir sortir une nouvelle fois des poules.

© RADEK MICA/AFP/Getty Images

© RADEK MICA/AFP/Getty Images

Dans l’autre match du groupe, la rencontre fut bien plus animée en buts. Duel 100% Footballski oblige. Dès la quinzième minute de jeu, l’Austria se met en évidence avec une percée dans la défense de l’Astra, fauchage en règle et penalty logique, c’est l’ex-espoir du Stuttgart, Raphael Holzhauser, qui s’en charge et conclu parfaitement. Les Autrichiens sont parfaitement lancés dans ce premier match des groupes, mais l’Astra n’a pas dit son dernier mot. Habitués à l’Europe depuis quelques saisons, Denis Alibec, l’homme fort du club, se permet de couper parfaitement un coup franc, deux minutes seulement après le premier but de la partie, et redonne espoir au peuple roumain pas franchement nombreux pour venir soutenir l’Astra Giurgiu. Si les deux équipes se donnent coup pour coup, l’Austria Wien enclenche rapidement la seconde et marque le deuxième but grâce à un appel parfait dans la profondeur de Friesenbichler, dont la conclusion l’est tout autant. Au retour des vestiaires, l’Austria continue sa marche en avant avec un coup franc direct somptueux de Grünwald. Match de folie oblige, c’est l’ancien défenseur droit du FC Porto, Săpunaru, qui se permet de redonner une nouvelle fois espoir aux Roumains. Si la fin de match est tendue suite à l’expulsion du défenseur autrichien Rotpuller, l’Austria Wien tient bon et revient dans la capitale autrichienne avec les trois points et la satisfaction du travail accompli.

Groupe F : Sassuolo en patron, le Rapid ne se gêne pas

  • Sassuolo 3-0 Athletic Club
  • Rapid Vienne 3-2 Racing Genk

Les choses avaient pourtant plutôt mal commencé pour les Autrichiens. Mal en place, gênés par le milieu très dense de Genk les Vert et Blanc ne trouvaient aucune liaison et sur un des nombreux contres des Belges, Leon Bailey ouvre le score d’une magnifique frappe enroulée en pleine lucarne. Mais les Viennois vont complètement renverser la tendance en seconde période en inscrivant trois buts en dix minutes. C’est d’abord le capitaine Stephan Schwab qui profite d’un bon travail de Schaub côté droit pour marquer d’une frappe croisée à raz de terre. Dans la foulée, Joelinton marque un but en tout point similaire, débordement-fixation côté droit, passe en retrait, but. Le but de cette soirée est à mettre au compte du gardien limbourgeois, pris par une motte de terre très capricieuse sur une banale passe en retrait de son défenseur et qui permet aux Viennois de marquer leur troisième but et de faire le break (voir le but en vidéo). Le pénalty de Bailey en fin de match n’y changera rien, le Rapid rentre bien dans sa compétition. Car dans l’autre match, les Italiens n’ont montré aucun complexe de débutant avec une victoire nette et méritée 3-0 sur une équipe régulièrement invitée en 1/4 de finale de la compétition.

Groupe G : Le Pana se saborde

  • Panathinaikos 1-2 Ajax
  • Standard Liège 1-1 Celta Vigo

Tout avait si bien commencé, pourtant. Sur un ballon mal renvoyé par Onana, le portier de l’Ajax, la frappe de Lod trouvait l’opportuniste Berg, qui poussait le cuir au fond pour ouvrir le score, dès la 5′. Mais une demi-heure plus tard, Bertrand Traoré, prêté par Chelsea, se chargeait d’égaliser, en trompant un Luke Steele pas exempt de tout reproche dans un angle assez fermé (34′). De quoi nourrir des regrets pour les hommes d’Andrea Stramaccioni, qui auraient pu rentrer aux vestiaires avec une légère avance au score. La seconde période fut bien plus difficile. À la 65′, Mesto, pris de vitesse par Dijks, retenait légèrement le latéral gauche de l’Ajax, et concédait un penalty. Si Steele sortait la tentative de Klaasen, Riedewald suivait bien pour donner l’avantage à son équipe. Le score n’allait plus bouger. Pire, le Pana finissait à 9, après les expulsions d’Ivanov et de Wakaso. Une sale soirée, finalement, qui avait pourtant si bien commencé.

Dans l’autre match, le Standard de Liège et le Celta Vigo se sont neutralisés (1-1). À noter le but de l’ancien joueur de l’Olympiakos Mathieu Dossevi pour les Belges.

Groupe H : Décidément, le Shakhtar aime la Turquie

  • Braga 1-1 La Gantoise
  • Konyaspor 0-1 Shakhtar Donetsk

Davantage habitué à disputer en cette période de l’année la Ligue des Champions, le Shakhtar Donetsk retrouvait les poules de la Ligue Europa sept ans après sa dernière apparition à ce stade de la compétition. Demi-finaliste la saison dernière, le vice-champion d’Ukraine a tenu son rang pour ses débuts en se sortant du piège tendu par Konyaspor. Plutôt dominateur en Turquie, le Shakhtar a attendu la 75e minute pour être récompensé avec un but de la tête de Facundo Ferreyra, à la réception d’un joli centre de Bohdan Butko qui remplaçait ce soir un Darijo Srna blessé lors du choc face au Dynamo. Grâce à ce nouveau succès en terre turque (après la qualification acquise en barrages face à Istanbul Başakşehir), le Shakhtar Donetsk prend les devants dans ce groupe H en profitant du nul entre Braga et La Gantoise (1-1). On souhaite à la sélection ukrainienne autant de réussite qu’au Shakhtar puisque c’est à Konya que se jouera la rencontre Turquie – Ukraine comptant pour les éliminatoires du Mondial 2018 le 6 octobre prochain.

Groupe I : Victoires à l’extérieur

  • OGC Nice 0-1 Schalke 04
  • RB Salzburg 0-1 Krasnodar

Deux victoires à l’extérieur sur le plus petit des scores pour cette première journée du Groupe I de l’Europa League. Krasnodar s’est imposé à Salzburg grâce à Joaozinho malgré la démission de son entraîneur, Oleg Kononov, en début de semaine, alors que Schalke, avec un but de Baba, a gagné à Nice.

Dans une ambiance digne d’un deuxième tour de Coupe de la Ligue, les Russes de Krasnodar ont plutôt bien maîtrisé leur sujet devant des Autrichiens totalement absents et visiblement très peu motivés pour l’événement, sûrement toujours assommés par leur énième échec de se qualifier pour la Ligue des Champions. Salzburg, c’est un peu comme si un type n’arrivait pas à séduire la plus belle fille de la boîte à plusieurs reprises et il commençait à se lasser de finir avec une fille banale. Joaozinho en a profité juste avant la mi-temps pour donner la victoire à son club. La deuxième mi-temps fut bien terne. Salzburg n’a jamais vraiment réussi à mettre du rythme pour égaliser et a constamment réalisé des erreurs techniques. Le début de saison d’Oscar Garcia n’inspire pas à l’optimisme.

© WILDBILD/AFP/Getty Images

© WILDBILD/AFP/Getty Images

De son côté, Schalke 04 a parfaitement maîtrisé son match et a battu Nice sur le même score de 0-1. L’écart aurait pu être beaucoup plus important tant les Allemands ont dominé l’équipe de Lucien Favre, Cardinale empêchant Goretzka et compagnie d’ouvrir le score avant que Baba ne frappe en force en deuxième mi-temps.

Groupe J : Retour, record et somnifères

  • Qarabag 2-2 Slovan Liberec
  • PAOK 0-0 Fiorentina

Qarabag est cueilli à froid pour son entrée en lice en C3, puisque sur le coup d’envoi, Baros récupère une mauvaise passe azerbaïdjanaise, dérange la défense et laisse la voie libre à Sykora qui ouvre facilement le score devant les ultras locaux qui s’affairaient encore à redescendre leur tifo! Le milieu tchèque inscrit là tout simplement le but le plus rapide de la compétition – les sources diffèrent entre 9 et 11 secondes de jeu. Mais quelques minutes plus tard, un corner en cloche permet à Michel de placer sa tête et du coup les équipes à égalité, au plus grand soulagement du stade Dalga de Bakou.

Il faut attendre la 68e minute pour voir le tir de Vuch repoussé par Sehic dans les pieds de… Milan Baros, qui ne se fait pas prier pour redonner l’avantage aux siens – son premier but en phase finale de Coupe d’Europe depuis le 1e octobre 2009, lorsqu’il évoluait sous les couleurs de Galatasaray! Mais Qarabag en a gardé sous la pédale et après avoir poussé les Tchèques jusqu’au bout, le capitaine Sadiqov est à la retombée d’un centre mal dégagé par la défense du Slovan pour arracher l’égalisation à la 94e minute! Un gros ouf de soulagement pour Qarabag, qui a failli complètement se louper à domicile, là où ils étaient presque imprenables jusqu’ici en Coupe d’Europe. Le Slovan peut avoir des regrets de ne pas avoir tenu le score, étant donné qu’il sera difficile de prendre des points face au PAOK et à la Viola.

© SAKIS MITROLIDIS/AFP/Getty Images

© SAKIS MITROLIDIS/AFP/Getty Images

A la Toumba, on s’est globalement fait chier. La Fiorentina a eu le contrôle du ballon, mais le PAOK a tenu bon, sans rien céder sur les quelques banderilles de Badelj, Babacar ou Kalinic. Un bon 0-0 des familles.

Groupe K : Austin au pouvoir

  • Southampton 3-0 Sparta Prague
  • Inter 0-2 Hapoel Beer-Sheva

Première compliquée cette année pour le Sparta Prague. Si le club peut se targuer d’un mercato plus ou moins réussi, surtout offensivement avec les retours de Vavlac Kadlec et Tomas Rosicky, le Sparta devait faire face pour ce premier match du groupe aux Anglais de Southampton d’un certain Claude Puel. Pas forcément le meilleur match pour un début. D’autant que le scénario est rapidement pas vraiment favorable au club tchèque avec un penalty -très dur- suite à une main dans la surface de réparation. Une petite prise de tête entre Austin et Tadic plus tard, Southampton prend les devants grâce à son buteur anglais. Très remuant, Southampton entame parfaitement son match et continue de pousser minute après minute. Quelques minutes seulement après le premier but, c’est toujours Austin qui se met en avant avec une tête parfaitement placée dans le but tchèque. Les jeux sont faits, et c’est tout naturellement que les Anglais mènent au score. La domination est totale et se conclut dans les dernières minutes du match avec un dernier but de Rodriguez.

© GLYN KIRK/AFP/Getty Images

© GLYN KIRK/AFP/Getty Images

Dans l’autre match du groupe, l’Hapoel Beer Sheva a fait chuter l’Inter Milan, en Italie, sur le score de 2-0. Autant dire que tout est encore ouvert pour le Sparta Praha.

Groupe L : L’étoile tombe, la voie royale s’ouvre

  • Villarreal 2-1 FC Zurich
  • Osmanlispor 2-0 Steaua Bucarest

Ce groupe L de Ligue Europa a vu s’opposer quatre équipes très différentes : Respectivement Osmanlispor recevait le Steaua Bucarest alors que Zurich se déplaçait à Villarreal. Si tout semblait bien commencer pour les Suisses, Villarreal est très vite revenu dans le match pour aller arracher la victoire au terme d’un but superbe d’Alexandre Pato. Villarreal s’offre ainsi la première place du groupe L.

Du côté de la Turquie, les choses ne se sont décidément pas passées comme prévu pour le Steaua. Dominé en première période, mais capable de bonnes choses en contre (notamment grâce à un Adrian Popa en pleine forme), le match bascule lorsque Enache percute violemment un défenseur sur un coup-franc offensif et reçoit son second carton jaune. La seconde période est donc bien plus difficile pour les joueurs bucarestois, qui vont en plus recevoir un penalty à leur encontre à cause d’une vilaine faute de Gabriel Tamas. Penalty transformé, le Steaua est à 10 et mené. Le match se poursuit et un centre qui aurait semblé anodin trompe toute la défense roumaine pour le 2-0. Le Steaua est maintenant au pied du mur et doit rapporter trois points face à Villarreal.

La rédaction de Footballski


Image à la une : © DANIEL MIHAILESCU/AFP/Getty Images

Ligue Europa 2016/2017 – 1ère journée
5 (100%) 3 votes

A propos de l'auteur

Thomas Ghislain

Thomas Ghislain

La Syldavie gagnera la Coupe du Monde 2018. Folie sur la PMAN.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
#6 FootballskiTrip Géorgie: On a vécu Dinamo Tbilissi vs. PAOK Salonique

Cet été, pendant une dizaine de jours, nous avons eu le plaisir de nous rendre en Géorgie afin d’y réaliser...

Fermer