Ligue Europa 2016-2017 : Troisième tour de qualification aller

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 29 juillet 2016

La plus belle compétition du monde avance bien et voici le dernier tour qualificatif avant de passer aux play-offs. Comme toujours la délégation Footballski est importante et cela concernait 25 des 29 matchs de la soirée de jeudi. Retour en détails sur chacun d’entre-eux.

Austria Vienne (AUT) 0 – 1 Spartak Trnava (SLQ)

Match explosif en Autriche entre l’Austria Wien et le Sprtak Trnava. Alors que les supporters du club autrichien ont des liens d’amitié avec ceux du Slovan Bratislava, ennemi du Spartak, on se doutait bien que la capitale autrichienne allait être le théâtre de tension entre les deux camps… et ça n’a pas loupé. Quelques accrochages dans la capitale et près du stade ont ainsi éclaté avant le match mais, surtout, il semblerait que les USP (Slovan) et JKG (Brno, des amis du Slovan également) ont réussi à tendre « une embuscade » à des bus des ultras du Spartak Trnava qui s’arrêtaient dans une station-service après le match. On devrait en savoir un peu plus sur la totalité des événements et des heurts qui ont eu lieu dans la journée.

Du côté du match, bien qu’outsider, c’est finalement le Spartak Trnava qui a su accrocher une victoire inespérée et se mettre dans les bonnes conditions pour le match retour qui devrait être tout autant explosif. Pourtant, l’Austria a dominé son début du match, avec quelques occasions à la clé. Pas mauvais, les Slovaques réagissaient rapidement à la 25e minute grâce à un beau travail de Schranz mais le score, lui, ne bougeait pas encore. Très actif, le Spartak de Miro Karhan se montrait de plus en plus dangereux au fil du match, au point d’être tout proche d’ouvrir le score sur une belle ouverture en profondeur et une reprise de volée de Schranz (35′). Toujours lui.

Se rendant coup pour coup, l’Austria de son côté se créait quelques grosses occasions peu avant la mi-temps. Malheureusement pour les Autrichiens, Jakubech se montrait parfait dans ses cages, sauvant son club par deux fois. Et puis, il y a cette ouverture en profondeur, ce centre parfait de Schranz et le but victorieux de Tambe. Animé, ce Austria – Spartak a offert un très beau spectacle et laisse espérer un incroyable match retour.

Pandurii Targu Jiu (ROU) 1 – 3 Maccabi Tel-Aviv (ISR)

 Le Pandurii, peu habitué aux compétitions européennes, recevait le Maccabi Tel Aviv. Les espoirs roumains étaient minces et cette tendance s’est vite vérifiée. Dès la sixième minute, Ben Chaim se joue de la défense pour marquer un superbe but personnel et offrir l’avantage aux siens. Mais le Pandurii semble piqué au vif, et Herea égalise sur une belle tête. Malheureusement, l’expérience va primer, et le début de seconde période est marqué par un second but des visiteurs, avec un coup-franc indirect qui permet à Igiebor d’offrir le second but aux siens. Tendance confirmée par Ben Basat à un quart d’heure de la fin. 1-3 score final, les espoirs de qualification roumains sont maintenant extrêmement minces, malgré une volonté forte de bien faire coté Pandurii.

Vojvodina Novi-Sad (SER) 1 – 1 Dinamo Minsk (BLR)

La belle opération du Dinamo Minsk ! Cette sublime reprise du nouveau venu Yehven Budnik a offert aux Biélorusses pas mal d’espoir de se qualifier pour les barrages alors que se profilait, avant cette 83e minute, une défaite qui aurait pourtant été méritée. Les Serbes ont d’ailleurs logiquement ouvert le score par Sinisa Babic, qui ajustait sans problème Ignatovich après un joli mouvement collectif et un début de match sérieux. Sans être étincelant, le Vojvodina a maîtrisé les timides assauts du Dinamo Minsk qui ne s’est montré dangereux que par une frappe de Munir et un missile de Noyok de 40 mètres qui s’est écrasé sur le haut de la transversale. Mais un centre de Gabovda qui trouve le pied droit de son compatriote Budnik a permis au Dinamo, à la fin d’un match très agréable, de marquer ce but à l’extérieur si important en Coupe d’Europe.

 Lokomotiva Zagreb (CRO) 0 – 0 Vorskla Poltava (UKR)

Dans un Maksimir en fusion (c’est une blague, il y avait 300 paumés qui roupillaient), les deux équipes ont livré un non match qui a logiquement débouché sur ce score. Pour le retour de Tomislav Ivkovic, le Loko a été bien plus défensif que précédemment. Les deux équipes étaient donc venues avec l’ambition de garder le point qui leur était attribué avant le coup d’envoi. Oh wait…

 Shkendija (MAC) 2 – 0 Mlada Boleslav (RTC)

Sensation de l’Europa League avec des victoires contre le Nefchi et surtout Cracovia, Shkendija continue sa belle série en accrochant le Mlada Boleslav de Karel Jarolim à son tableau de chasse. Dans une belle ambiance, le club macédonien a une nouvelle fois maîtrisé son sujet face à un bel adversaire censé être supérieur. Réduit à 10, Mlada Boleslav n’a rien pu faire sur le premier but de Shkendija conclut par une belle action collective et un but du brésilien Stenio Junior. Toujours aussi joueur, Shkendija double la mise avec un but de son milieu de terrain Ferhan Hasani, lui, l’ancien joueur de Brondby et auteur d’un très beau début de saison avec son club formateur.

Slavia Prague (RTC) 0 – 0 Rio Ave (POR)

Après s’être défait du Levadia Tallinn grâce à la règle du but à l’extérieur (1-3, 2-0), le Slavia Prague croise la route de Rio Ave. Les sixièmes du dernier championnat portugais entament la rencontre sans complexe. Ce sont eux qui se créent le plus d’occasions en première période, sans parvenir toutefois à réellement inquiéter Pavlenka. Les Praguois montent d’un cran après le repos et se créent à leur tour des situations dangereuses. Milan Škoda voit d’abord sa frappe de l’extérieur de la surface être repoussée par Cássio (67e). Dans la foulée, le contre portugais se met en place et c’est au tour de João Novais de chauffer les gants de Pavlenka. La plus grosse occasion du match survient à un quart d’heure de la fin. Kenia adresse une merveille de centre à destination de Škoda. Le timing de l’attaquant tchèque est parfait, sa reprise de la tête est puissante et cadrée. Mais Cássio sort le grand jeu et sans doute LA parade de cette soirée européenne. La rencontre baisse ensuite en intensité, jusqu’au coup de sifflet final. Pas de but donc et un score nul, pour un match qui ne l’était pas tant.

Torpedo Zhodino (BLR) 0 – 0 Rapid Vienne (AUT)

Match assez étrange au Torpedo de Zhodino. Pas de but, pas d’occasion dans un duel pourtant totalement déséquilibré entre le Rapid et le Torpedo-BelAZ. Si ça s’est largement vu sur le terrain où les Autrichiens ont monopolisé le ballon, les deux équipes se sont quittées sur un score nul et vierge. Le Rapid restait pourtant sur une impressionnante victoire initiale en Tipico-Bundesliga face à Ried, 5-0, mais les joueurs du nouvel entraîneur Mike Büskens n’ont pas réussi – et n’ont pas vraiment cherché – à trouver la solution face à une équipe solide et bien regroupée. Un match très linéaire où les gardiens n’ont absolument pas eu à s’employer. Les deux équipes ont semblé se satisfaire de ce match nul. Tout restera à faire dans le tout nouveau Allianz Stadion de Wien, même si on peut imaginer une large victoire du Rapid au vu du match d’hier.

Osmanlispor (TUR) 1 – 0 Nõmme Kalju (EST)

Comme prévu, ce match en quasi-totalité un grand attaque-défense. Après une qualification inespérée face au Maccabi Haifa, la marche est très haute pour le dernier club estonien encore en lice face à un club d’Osmanlispor qui a réussi le tour de force d’être européen l’année même de sa promotion en Superlig. Une équipe assez Footballski, avec le gardien Karcemarskas, Vrsajevic et Prochazka dans ses rangs, Raul Rusescu étant lui sur le banc. En face, Kalju aligne une équipe classique, destinée à défendre avant tout. Equipés de leur maillot blanc avec un gros scotch pour cacher son sponsor, les Estoniens y parviennent parfaitement jusqu’à la 75e minute. Après avoir éliminé deux défenseurs d’un coup, Tiago Pinto tire de près. Le ballon prend la direction de la lucarne et tape le poteau de Vitali Teles avant d’entrer dans le but. Un but qui libère les Turcs. En fin de match, les changements effectués par Frantsev rééquilibrent l’équipe, comme au tour précédent face au Maccabi, et Kalju manque par deux fois d’égaliser. Osmanlispor, qui a étrangement reculé et laissé le ballon à son adversaire sur les dernières minutes de jeu, peut dire un grand merci à son gardien lituanien! Au final, le score est bon pour Nõmme Kalju, qui s’en sort plutôt bien dans la chaude ambiance turque. Mais il est suffisant pour que la possibilité d’une qualification semble déjà bien illusoire.

Admira Wacker (AUT) 1 – 2 Slovan Liberec (RTC)

Enfin un club tchèque victorieux en Europa League! Mené rapidement dans la partie par les Autrichiens de l’Admira suite à une belle frappe croisée de Knasmüllner, le Slovan Liberec n’a pas mis longtemps à réagir et égaliser grâce à une magnifique bicyclette du milieu tchèque Egon Vuch trompant parfaitement le gardien autrichien de l’Admira. Alors que l’on pouvait espérer voir ces derniers dominateurs dans le jeu du fait des précédents matchs joués dans la compétition, la différence ne s’est pas franchement vue sur le terrain, alors que le Slovan continuait sa marche en avant en se procurant quelques occasions dangereuses. Des actions qui termineront par porter chance au Slovan avec un second but inscrit à la 69′ grâce à Vuch. Encore lui.

https://www.youtube.com/watch?v=x8AdjntkwBo

Après ce but, le match connut une nouvelle période mouvementée lorsque le stade fut plongé dans l’obscurité totale après une panne de courant générale. Une panne qui laissa place à la fin du match et à un carton rouge pour l’attaquant autrichien Vastic. Dans l’ensemble, le Slovan Liberec a plutôt maîtrisé son sujet et semble prêt à aller chercher sa qualification au match retour.

 NK Domzale (SLN) 2 – 1 West-Ham United (ANG)

QUEL MATCH MES AMIS. Les 18 millions dépensés par West Ham sur le marché des transferts cet été n’auront pas été en mesure de surpasser les 0€ dépensé par Domzale. Et le score aurait dû être plus large tant les Slovènes ont livré une copie parfaite. Plus tranchants, les Jaune ont gagné grâce au majestueux Matic Crnic, auteur d’un doublé et surtout d’un deuxième but tout en toucher. La classe à l’état pur, admiré par Slaven Bilic des tribunes puisqu’il purgeait son match de suspension contracté l’an dernier. Encore touché par le désastre de l’an dernier (quand l’Astra avait éliminé son équipe), Bilic avait mis ses meilleurs éléments sur le terrain, incluant les nouvelles signatures Havard Nordtveit et Sofiane Feghouli. Mais il n’y avait rien à faire contre le Domzale de ce soir qui était imprenable et aurait dû enfoncer le clou à la 89ème lors d’une occasion énorme que tout le monde voyait au fond. Comme quoi, le club qui avait une affluence moyenne de 1006 spectateurs l’an dernier peut être au dessus de celui qui a 52000 abonnés. Toutefois, le médicament Domzale va devoir faire effet également au retour puisque West Ham aimerait éviter de se faire ridiculiser pour son premier match au Stade Olympique. En tout cas, l’affiche d’inauguration du stade ne pouvait pas être plus belle.

IFK Göteborg (SUE) 1 – 2 HJK (FIN)

Vainqueur au tour précédant des Bulgares de Beroe, le club finlandais d’Helsinski se déplaçait en Suède pour y affronter l’IFK Göteborg. Dans un match globalement dominé par les locaux, il faudra attendre la seconde période pour voir l’ouverture du score de l’HJK, contre le cours du jeu grâce à son Japonais Tanaka. La réplique suédoise ne se fera pas attendre puisque à la 73ème minute, Salomonsson va égaliser pour l’IFK. Mais l’HJK a plus d’un tour dans son sac et reprendra l’avantage deux petites minutes plus tard grâce à Morelos. Score final 2-1, les Finlandais sont en position de force en vue du match retour.

Birkirkara (MAL) 0 – 3 FK Krasnodar (RUS)

 Dans un stade qui fleure bon les premiers tours estivaux de coupe d’Europe, le FK Krasnodar débutait sa campagne européenne. L’effectif des Byki est resté stable et le seul nouveau au coup d’envoi n’en est pas un : Jedrzejczyk revient seulement de prêt. Les Russes vont dominer les débats dès le début du match alors que les locaux vont se concentrer sur la contre-attaque. Malgré cette domination au niveau de la possession, Krasnodar ne parvient à se montrer dangereux que suite à une erreur du gardien maltais. En dehors de cela, rien de particulier à signaler jusque à un corner de Gazinskiy au bout du temps additionnel de la première période. Celui-ci est prolongé par Ari et repris victorieusement par le Suédois Granqvist dans une défense locale étrangement apathique. 1-0, au meilleur des moments comme le veut le cliché.
Au retour des vestiaires, les Maltais vont donc se lancer dans la bataille plus franchement et vont se montrer dangereux à quelques reprise. Bien que favoris, les hommes de Krasnodar ne sont pas tranquilles et il va falloir une faute stupide de la défense adverse sur Ari pour que Smolov transforme un pénalty d’une jolie panenka et tue tout suspense du même coup. Frustrés, les joueurs de Birkirkara vont se montrer plus violent et Scicluna va prendre un carton rouge. Pendant ce temps-là, Laborde rentré en jeu combine avec Wanderson (lui aussi venu du banc) qui lui remet un ballon magnifique et le Colombien s’en va tromper de près le pauvre Miroslav Kopric. 3-0 à l’extérieur, on peut imaginer que Krasnodar est déjà en barrages et il aurait difficile d’imaginer autres scénario pour une équipe de ce standing.

 AZ (P-B) 1 – 0 PAS Giannina (GRE)

Sur le papier, l’affiche pouvait paraître déséquilibrée avec, d’un côté, des Hollandais habitués des joutes européennes et, de l’autre, des Grecs qui découvrent les joies de ces tours préliminaires européens de juillet. Et, certes, le PAS Giannina s’est incliné, sur le court score de 1-0, encaissant une tête plongeante de Luckassen, seul au deuxième poteau sur un corner sur ce qui fut la seule erreur de concentration de la défense du PAS (36′). Mais les derniers sixièmes de Super League n’ont pas démérité, à l’image d’un Michail très solide et très bon en charnière centrale. Avec une belle qualité de jeu affichée, notamment au milieu de terrain, et quelques situations mal exploitées, le PAS ne s’est pas enlevé l’espoir de réaliser, au retour et chez lui, un exploit de taille. Il faudra pour cela marquer, et se montrer plus précis. Mais en gardant cet état d’esprit, le rêve est permis.

Aberdeen (ECO) 1 – 1 NK Maribor (SLN)

C’était la cinquième fois de son histoire que Maribor se déplaçait en Ecosse, après avoir sorti Hibernian, Celtic et Rangers. C’est donc relativement confiant que Maribor avait pris ses billets pour Aberdeen. Mais cela a failli tourner au vinaigre. Surclassés, surdominés, les Slovènes ont eu une chance inouïe d’ouvrir le score par Novagoal, sur une des deux occasions qu’ils ont eu durant les 90 minutes. Cela provoqua la joie du seul fan de Maribor ayant effectué le déplacement. Il devait se sentir un peu seul dans la tribune visiteur… Ensuite, Aberdeen égalisa grâce à une énième erreur du dépassé Marko Suler que l’on aimerait voir à la retraite. Même si les Dons semblent meilleurs, Maribor ramène un bon résultat et pourra passer en montrant un visage différent à domicile.

 Istanbul BB (TUR) 0 – 0 HNK Rijeka (CRO)

On a connu des ambiances plus légères. Le tifo déployé d’entrée affichant les noms des victimes du coup d’Etat mettait dans l’ambiance. Cela a peut-être galvanisé les Croates qui pratiquèrent un beau jeu en première période en se créant quelques occasions (Tomasov, Vesovic). En revanche, la deuxième période aura été une traversée du désert. Et les Turques manquèrent de punir ce manque d’ambition à la 93e minute quand Cengiz loupa son face à face. Le match retour devrait être plus intéressant.

 Zaglebie Lubin (POL) 1 – 2 SonderjyskE (DEN)

Alors auteur d’un parcours parfait dans cette Europa League en ayant éliminé le Slavia Sofia puis le Partizan Belgrade, le Zaglebie recevait les Danois de SønderjyskE. Devant plus de 10 000 supporters, les Miedzowi devaient faire un bon match à domicile pour espérer continuer dans ce doux rêve de début d’été. Malheureusement tout ne s’est pas passé comme prévu pour les Polonais, loin de là. Dès les premières minutes, pris à la gorge par les Danois, ils allaient encaisser un but rapide par Kroon (19e) dans une défense apathique et avec un Polacek impuissant. Les Danois dominaient de la tête et des épaules, alors que Lubin crispé ne parvenait à rien. SonderjyskE va marquer un deuxième but à la 36e par Dal Hende. Le rêve d’Europe s’envolait déjà après 30 minutes de jeu. Janoszka va réduire l’écart juste avant la mi-temps et redonner espoir aux siens. La deuxième mi-temps sera à sens unique, les Polonais retrouvant leur jeu vont faire le siège pendant 45 minutes du but adverse. Une attaque défense qui amènera un penalty mais Starzynski le frappera trop mollement malheureusement. Les attaquants du Zaglebie Lubin vont vendanger une demi-douzaine d’occasions d’égaliser, ce qui aurait permis aux Polonais de garder leur chance pour le retour. C’est donc un sentiment de gâchis et de déception qui prédomine à la fin de ce match. Il faudra un exploit pour passer au prochain tour et ne pas répéter ces trente minutes de néant footballistique. 

 FK Jelgava (LET) 1 – 1 Beitar Jerusalem (ISR)

Les Israéliens sont heureux mais nos Lettons vont revenir © Maxime Bonnet / Footballski

Les Israéliens sont heureux mais nos Lettons vont revenir © Maxime Bonnet / Footballski

Malgré une différence de niveau notable entre les deux équipes, notamment technique, les joueurs du FK Jelgava ont su assurer l’essentiel : un match nul devant leur public venu nombreux. En effet, chose à noter, près de 3.000 supporters et amateurs de football étaient venus encourager la dernière équipe lettone encore en lice en coupe d’Europe. Et même si le spectacle n’était pas vraiment au rendez-vous, les travées du Skonto Stadium (seul stade du pays à pouvoir accueillir ce match car répondant aux critères de l’UEFA) ont tout de même frémi lorsque à la 70e minute, Andrejs Perepļotkins manqua de peu de donner l’avantage aux locaux après un rush chanceux et victorieux de plus de trente mètres en plein cœur du jeu. Concédons très franchement que cela aurait constitué un hold-up parfait tant la domination des joueurs israéliens était grande. Ces derniers pourront regretter d’avoir quelque peu lâcher le pied après l’ouverture du score. Bien que flatteur et lueur d’espoir, ce nul sera à mon sens insuffisant pour espérer ramener une qualification d’Israël mais sait-on jamais…

La Gantoise (BEL) 5 – 0 FC Viitorul (ROU)

 C’est le gros carton de la soirée en Europa League, et il est malheureusement encaissé par une de nos équipes. Pour ses grands débuts sur la scène européenne, le FC Viitorul de Gheorghe Hagi est tombé sur un gros morceau avec ce club de La Gantoise qui a beaucoup fait parler de lui en France l’an dernier. Forte de sa belle progression et de sa récente expérience en Ligue des Champions, l’équipe d’Hein Vanhaezebrouck n’a laissé aucune chance à son adversaire. Fort heureusement pour Hagi et son business-model, la match n’était pas télévisé, aucune image de sa déroute n’est donc disponible. Reste qu’après une élimination très précoce en Youth League l’an dernier, le Viitorul voit une nouvelle fois que son modèle de formation, en réussite sur le plan national, est encore trop léger sur le plan continental. Il reste encore beaucoup de travail.

Lille OSC (FRA) 1 – 1  FC Qäbälä (AZE)

Dans un 4-2-3-1 attendu, Grigorchuk a placé Zenjov et Ozobic très bas sur l’échiquier afin d’être en supériorité numérique au milieu, tandis que sur les reconversions offensives les permutations avec Weeks et Dabo parviennent à embêter les Lillois. Dabo, placé sur le front de l’attaque, reçoit d’ailleurs un long ballon sur le côté gauche duquel il parvient à gagner un corner. Joué en deux temps, Kvekveskiri délivre un délice d’extérieur que Vernydub reprend dans le but vide : 0-1 pour les visiteurs à la stupeur du Stadium à la 10e minute. Derrière, un quatuor défensif qui se connaît du bout des doigts et bien aidé par leurs milieux tient la route. Preuve de l’impasse imposée par Grigorchuk, Antonetti se décide à faire un changement dès la 26e minute, avec Benzia pour Obbadi, deux minutes après que Weeks a enrhumé Mavuba mais son tir bute sur Enyeama. Lille se montre un peu plus pressant et balance des centres sans pourtant mettre en danger le club azerbaïdjanais. Sur une action bien construite, Zenjov parvient à trouver un angle et mettre de nouveau Enyeama à l’épreuve. En fin de mi-temps, les contacts s’intensifient (jaunes pour Ozobic, Corchia, Kvekveskiri). L’arbitre siffle la mi-temps sur cet avantage mérité pour Qäbälä.

Dès la reprise, Benzia balance une frappe que Bezotosniy dévie du bout des doigts en corner, mais sur l’action qui suit, il doit s’incliner sur cette double tête, la première sur la barre, la seconde de Mendes dans les filets. Lille rétablit l’égalité alors que Qäbälä n’a pratiquement pas touché un ballon en seconde période. Qäbälä est dans le dur sur chaque accélération lilloise, et sur un nouveau corner à la 58e, Bezotosniy sort une double parade à bout portant dont il a le secret. Le match baisse en intensité et il faut attendre le dernier quart d’heure pour voir une tête de Weeks aterrir sur le toit du but sur une action anodine. On se dirige vers un excellent résultat nul pour le Qäbälä lorsque Rony Lopes décroche une frappe finalement bien captée par Bezotosniy, puis une autre juste au-dessus de la barre. Sur un dernier corner dans les arrêts de jeu, Bezotosniy sort une nouvelle parade sur une tête lilloise, et regarde sans broncher – ou presque – la tête de Botéac passer juste à côté sur le coup-franc suivant. Lopes tente une dernière frappe à ras de terre, captée par le gardien ukrainien. L’arbitre polonais siffle la fin d’un match où Qäbälä a montré de belles choses avant de tenir bon, tout simplement. Le Qäbälä est qualifié au coup d’envoi du match retour, c’est le principal. Grosse performance des Radarlar!

 Videoton (HON) 0 – 1 Midtjylland (DEN)

Videoton ne part pas favori dans la double confrontation qui l’oppose à Midtjylland, troisième du championnat danois l’an passé. Les deux équipes font pourtant jeu égal en première période, se créant des occasions à tour de rôle. Le début du second acte aurait pu faire pencher la balance en faveur des locaux. Sur un coup-franc tiré par Bódi, Dahlin ne parvient pas à capter le ballon, qui revient dans les pieds de Stopira. Malheureusement, le défenseur cap-verdien ne parvient pas à envoyer le cuir au fond des filets. Contrairement à Filip Novák qui, d’une frappe croisée à l’entrée de la surface, donne l’avantage à Midtjylland (55e, 0-1). Ce but casse les jambes des « Vidi », qui peinent à se remobiliser. Hormis une énorme opportunité pour Nego qui, sur un centre tendu, ne parvient pas à cadrer (67e), les protégés d’Henning Berg sont assez impuissants. Certes, remonter ce retard d’un but, dans une semaine au Danemark, ne sera pas insurmontable. Mais Videoton ne s’est franchement pas facilité la tâche.

 Panathinaïkos (GRE) 1 – 0 AIK Solna (SUE)

Les hommes de Stramaccioni partaient confiants avant le match, il est vrai qu’ils font preuve de beaucoup de sérieux depuis le début de leur préparation estival. Le tacticien italien nous a concocté un 3-5-2 original pour entamer ce premier match officiel des Verts. Un seul grec dans le onze de départ avec Koutroubis sur le côté droit de la défense à trois. Le Panathinaikos prit le jeu à son compte dès le début, monopolisant le ballon, un peu à l’image du grand rival Olympiakos hier en Champions League. Malgré une énorme possibilité pour Ibarbo et un sauvetage incroyable du gardien suédois, qu’on pensait battu, on assiste à une première mi-temps ennuyeuse, jouée sur un rythme de sénateur avec peu de mouvements et beaucoup de déchets de part et d’autre. On notera que le gardien suédois fut le seul à avoir cru au but des siens quand sur un corner, le capitaine Zeca fut surmonté par son opposant qui plaça une tête, de peu à côté, il faut l’avouer.

En seconde période Stramaccioni s’employa à faire des modifications dans ses schémas tactiques passant du 3-5-2 au 4-4-2 pour finir en 4-3-3 sans trop de succès. Le match était tout aussi terne qu’au cours du premier acte. Les Suédois furent, de plus, tout proche d’ouvrir la marque mais Steele prouva à tout Leoforos qu’il ne s’était pas endormi. On pensait se diriger lentement mais sûrement vers un morne 0-0 mais c’était sans compter ce roc de Rodrigo Moledo qui, malgré son bandage ensanglanté sur la tête, piqua joliment sa tête croisée pour l’envoyer au fond des filets Carlgren. L’essentiel est fait pour le PAO qui n’a pas encaissé de but à domicile et pourra laisser venir les Suédois au retour qui s’exposeront alors à la vitesse des contres assassins de Berg et Ibarbo… Enfin ça c’est ce qu’on espère.

 AEK Larnaca (CHY) 1 – 1 Spartak Moscou (RUS)

Le Spartak retrouvait la compétition avec ce premier match officiel en Europa League contre le club chypriote de l’AEK Larnaca. Sous une chaleur suffocante, les hommes d’Alenitchev mettent le pied sur le ballon après quelques minutes d’erreurs techniques côté russe. Les occasions sont rares durant la première mi-temps. A noter sur un corner une belle reprise de volée de Zobnin qui rase le montant chypriote. L’ouverture du score arrive sur un raid solitaire de Jano Ananidze qui passe en revue toute la défense et ajuste Ruben Mino d’une frappe croisée. Ce joueur peut vraiment apporter quelque chose au Spartak d’un point de vue technique cette saison s’il est épargné par les blessures. Une ouverture du score qui arrive peu avant la pause fraîcheur. Sous un soleil d’aplomb, les chypriotes peinent à s’approcher du but adverse.

La deuxième mi temps se déroule sur un faux rythme. Les moscovites jouent le contre, se créant ainsi quelques occasions sur le but chypriote. Mais comme à son habitude, lorsque le Spartak ne marque pas ce deuxième but, elle s’expose à l’égalisation. Entre intention d’aller mettre le deuxième but et contrôle du ballon, les rouge et blanc se font surprendre à la 65ème minute. Sur le côté gauche, Eschenko se fait enrhumer par le latéral Tete. Ce dernier peut effectuer tranquillement son centre qui loba Kutepov et prit de vitesse Boccetti en retard sur le marquage. Le temps suffisant pour l’attaquant Alves de placer sa tête et de tromper Artiom Rebrov. La suite de la rencontre fut bien moins emballante. On peut mettre ça sur le compte de la chaleur et d’un Spartak satisfait de ramener un nul. De nombreuses pertes de balle et quelques fautes ont animé cette fin de rencontre. Les hommes d’Imanol Idiakez devront s’imposer à l’Otkrytie Arena à Moscou jeudi prochain. Tâche compliquée…

FK Oleksandria (UKR) 0 – 3 Hajduk Split (CRO)

Très bon promu l’an passé en Ukraine, Oleksandria faisait son entrée en jeu dans cette C3 avec la réception de l’Hajduk Split, troisième du championnat Croate l’an passé. Après un premier quart d’heure à l’avantage des Ukrainiens, la balance va s’équilibrer et les duels se muscler. Les occasions seront rares de part et d’autre et les deux formations rentrerons logiquement aux vestiaires sur un score nul et vierge.
Oleksandria va se faire cueillir à froid en début de seconde période sur un corner joué à deux. Nikola Vlasic profitera de la naïveté des défenseurs pour frapper au but. Frappe repoussée par le portier Ukrainien mais reprise par Marko Cosic à bout portant. L’Hajduk va pourtant subir le reste de la rencontre sans jamais rompre grâce à un très bon Lovre Kalinic dans les cages. Mal récompensés, les Ukrainiens vont encaisser un second puis un troisième but en fin de match. A nouveau en difficulté sur un corner Croate, c’est Ante Erceg qui vient doubler la mise de la tête. Quelques minutes plus tard, c’est Franck Ohandza qui scelle le sort des Ukrainiens avec le troisième but de la soirée. Sauf scénario incroyable, l’Hajduk devrait valider son billet la semaine prochaine au Poljud.

 AS Saint-Étienne (FRA) 0 – 0 AEK Athènes (GRE)

C’est à se demander si l’AEK n’a pas disputé l’Europe chaque année, tant l’absence des Jaune et Noir depuis plusieurs années ne s’est pas ressentie sur le terrain du Chaudron. Bien regroupés, appliqués et volontaires dans le replacement, les joueurs de Ketsbaia ont livré une prestation solide face aux Verts, qui n’auront jamais pu percer le verrou d’une défense qui s’est montrée convaincante, à l’image d’un Chygrynskiy rassurant quant à son niveau. Malgré une baisse physique à la moitié du second acte, les Grecs n’ont pas concédé de but, ni de réelle occasion à leurs adversaires du soir. Seul deux situations chaudes dans la surface, avec des interventions de Chygrynskiy, ont failli se solder par un pénalty. Le point négatif est venu de l’incapacité à créer le danger offensivement, avec un Pekhart (remplacé à la pause) transparent à la pointe de l’attaque. Il faudra régler ce point là au retour, pour espérer offrir aux fans de l’OAKA une qualification qu’ils attendent tant, et qui ne paraît pas si inaccessible. Le retour probable d’Hugo Almeida pourrait être une aide bienvenue.

Grasshoppers Zürich (SUI) 2 – 1 Apollon Limassol (CHY)

Le Grasshopper accueillait les Chypriotes de l’Apollon Limassol à Saint-Gallen. Un match qui démarra fort puisque dès la 8e minute, Abraham Guie Guie s’effondrait dans la surface et obtenait un pénalty. Une occasion d’ouvrir vite le score que ne concrétisa pas Alex da Silva qui ne put cadrer sa frappe. Et dans la minute qui suivit, grâce à une récupération haute du ballon, le Grasshopper ouvrit le score grâce à Haris Tabakovic trouvé parfaitement en profondeur. Cruel pour les Chypriotes qui se retrouvent menés. Un match qui se poursuit avec pas mal de fautes, des occasions de part et d’autre notamment le Grasshopper qui a l’occasion de tuer le match dès la première mi temps.

Au retour des vestiaires, les hommes de Pedro Emanuel poussèrent pour essayer de revenir au score mais les erreurs techniques et les imprécisions dans les dernières passes (notamment les centres) empêchèrent d’apporter le danger. Mais les efforts finissent par payer et à la 76e sur un corner, Abraham Guie Guie trouvait les filets sur une superbe tête. S’en suivit une fin de match passionnante ! En 10 minutes, les chypriotes prirent quatre cartons jaunes et un rouge, en l’occurrence Esteban Sachetti, sur une prise de bec un peu idiote… A dix, les Chypriotes continuèrent a attaquer mais s’exposèrent derrière. Et au bout du temps additionnel, ce sont les Suisses qui prennent l’avantage sur une passivité de la défense chypriote. Sur un centre, Numa Lamanchy propulse le ballon au fond des filets pour la victoire 2-1. Apollon a toutes ses chances au match retour, ayant marqué ce but important à l’extérieur.

La rédaction de Footballski


Image à la une : © Maxime Bonnet / Footballski

Ligue Europa 2016-2017 : Troisième tour de qualification aller
4.8 (95%) 4 votes

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Ligue des champions 2016-2017 : Troisième tour de qualification aller

On continue la route vers Cardiff après le troisième tour préliminaire de la Ligue des Champions, avec notamment l'entrée de...

Fermer