Ligue Europa 2016-2017 : Deuxième tour de qualification aller

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 15 juillet 2016

Nous sommes le 14 juillet et voici déjà le deuxième tour de qualification de la plus grande des compétitions européennes. À savoir, la Ligue Europa. On n’a pas envie d’en dire plus.

 Shirak Gyumri (ARM) 1 – 1 Spartak Trnava (SLQ)

Premier match de la journée, Shirak recevait les Slovaques du Spartak Trnava pour ce nouveau tour de Ligue Europa. Si, sur le papier, ces Slovaques devaient être supérieurs, la vérité du terrain, elle, fut tout autre. Dès les premières minutes, c’est bien le club de Giumri qui se met en évidence avec une première action sur le côté droit de la défense slovaque et une première frappe dangereuse parfaite stoppée par le jeune gardien slovaque Jakubech.

Plus rapides, plus engagés, se trouvant bien mieux, les Arméniens trouvent le chemin des filets quelques minutes plus tard après un corner prolongé au premier poteau. Un but qui aurait très bien en appeler d’autres, Shirak se produisant énormément d’occasions, touchant le poteau sur une frappe peu avant la mi-temps et dominant très clairement ce match. Et si la seconde mi-temps a permis au Spartak de se réveiller quelque peu avec un but dans les derniers instants du match, elle a surtout un gout d’inachevé pour le club arménien qui tenait un très bon résultat avec, en prime, une belle prestation sur le terrain.

Kairat Almaty (KAZ) 1 – 1 Maccabi Tel-Aviv (ISR)

Ce match aller entre le Kairat Almaty et le Maccabi Tel-Aviv a consacré deux vétérans du football européen. Pour les Kazakhs, Andrei Arshavin a ouvert le score en première période et démontré ainsi qu’à 35 ans, il pouvait encore apporter. Malgré cet avantage, le Kairat n’a cessé de reculer et a cédé en toute fin de rencontre face aux Israéliens. C’est Yossi Benayoun (36 ans), sorti du banc qui a inscrit le but égalisateur dans les arrêts de jeu. Il y a huit ans, ces deux milieux offensifs se tiraient la bourre à Arsenal et Liverpool, aujourd’hui ils luttent pour une qualification au troisième tour de qualification de l’Europa League. Le Maccabi a remporté la première manche mais Arshavin n’a pas dit son dernier mot.

Dinamo Minsk (BLR) 1 – 1 Saint Patrick’s (IRL)

Le Dinamo Minsk s’est mis en position bien inconfortable avant le match retour en Irlande. Pourtant opposés à un adversaire supposé plus faible, les Biélorusses n’ont jamais réussi à imposer leur patte sur ce match. Les quelques blessures et les nombreux départs ne sont pas des excuses, mais le Dinamo apparaît beaucoup plus faible que les deux dernières où le club a atteint les poules. Cette année, ce sera plus difficile, surtout avec des prestations de ce genre. C’est d’ailleurs presque contre le cours du jeu que Vladimir Korytko ouvre le score après un centre en retrait de Rassadkin. L’enroulé du vétéran biélorusse est parfait et trouve le petit filet opposé du gardien adverse. Ce but va permettre au Dinamo de rentrer dans le match et de contrôler relativement bien le match.

Mais avec un milieu relayeur et un jeunot de 20 ans en défense centrale, un avantage est toujours bancal. Ça avait déjà été le cas lors du premier tour aller où, à domicile, le Dinamo avait ouvert le score avant de se faire rejoindre, ça a été le cas face aux Pats. Cristy Fagan égalise après un superbe enchaînement à l’entrée de la surface pour battre Ignatovich. Contrairement au premier tour, le Dinamo Minsk n’est pas parvenu à réagir et à arracher la victoire. Mais au premier tour, le Dinamo avait sorti une solide performance au match retour, à l’extérieur, pour éliminer les Lettons du Spartaks. Bis repetita ?

RoPS (FIN) 1 – 1 Lokomotiva Zagreb (CRO)

Le Lokomotiv est de retour avec un beau cadeau de la ville du Père Noël. Les Zagrébois poursuivent leur tour d’Europe. Après Andorre, le nord de la Finlande et Rovaniemi. Pour continuer dans l’exotisme, c’est le Gambien Abdou Jammeh, ancien joueur du Torpedo Moscou, qui a été l’homme du match. En marquant une première fois contre son camp après un centre dans la boîte de Coric, une deuxième fois dans le bon but. Le Lokomotiv aura été plus dangereux que son adversaire mais empoche finalement un bon résultat. Après avoir perdu au 2ème tour l’an dernier contre le PAOK, le Lokomotiv a l’occasion d’effectuer le plus beau parcours de l’histoire du club en allant en quarts de finale. Rendez-vous pour l’histoire le 21 Juillet à Zagreb à 18 heures.

Neftçi Bakou (AZE) 0 – 0 Shkendija (MAC)

Le Neftçi n’a pas réussi à prendre l’avantage contre des Macédoniens coriaces et venus pour ne pas prendre de but. Mais comme on dit, le 0-0 reste le meilleur match nul à réaliser à domicile. Un petit but là-bas et les Azerbaïdjanais pourraient passer.

Levadia Tallinn (EST) 3 – 1 Slavia Prague (RTC)

De retour dans une compétition européenne après sept ans d’absence, le Slavia faisait son retour en Estonie dans un match qui semblait à sa portée. Et pourtant, c’est bien ici, à Tallinn, que l’énorme surprise de ce jeudi européen eut lieu. Accompagné par une centaine de fidèles, le Slavia se rendait en Estonie sans son buteur international tchèque, Milan Skoda. Si ce dernier reste le cadre des Rouge et Blanc, on se disait tout de même que ce nouveau Slavia sauce chinoise avait tout pour bien entamer ce retour européen avec dans ses rangs de nombreux joueurs intéressants.

Dominateur tout le long de la partie, les hommes d’Uhrin n’ont pourtant jamais vraiment réussi à terminer leurs actions. Corner sur corner, frappe sur frappe, les déchets se sont accumulés du côté des Tchèques tandis que leurs adversaires du soir, le Levadia Tallinn, lui, a parfaitement su concrétiser le peu d’actions qu’il a eu. Un match totalement dingue, qui se solde par une victoire inespérée des Estoniens et qui laisse un sacré goût amer dans la bouche de tous les supporters du club tchèque ayant fait le déplacement. Loin, très loin des espoirs placés en eux.

Debrecen (HON) 1 – 2 Torpedo Zhodino (BLR)

Facile vainqueur du club de Saint Marin, La Fiorita, au tour précédant, le club hongrois de Debrecen recevait le club biélorusse du Torpedo Zhodino qui faisait son entrée dans la compétition. Largement favoris sur le papier, les locaux vont connaître une entame de match idéale puisque l’ailier de Debrecen, Tisza, va voir sa reprise de volée contrée tromper Fomichev, le portier biélorusse. 1-0 au bout de seulement deux minutes, on se dit alors que le match va être une promenade de santé pour les Hongrois. Largement dominateur, Debrecen va se pourtant se faire surprendre à la 23e minute sur une superbe reprise de volée à l’entrée de la surface de Zagynailov, nouveau transfuge venu du FC Dacia. 1-1, tout est relancé. Poussant toute la seconde période pour inscrire ce deuxième but, ô combien important pour la qualification, les Hongrois vont concéder un coup franc en toute fin de match. A une trentaine de mètres, Klopotskiy s’élance et adresse une merveille de balle flottante qui trompe le portier de Debrecen. 2-1 score final pour les Biélorusses qui réalisent là une belle surprise. Il faudra néanmoins être costaud la semaine prochaine pour se qualifier !

Maccabi Haïfa (ISR) 1 – 1 Nõmme Kalju (EST)

Forts d’une large victoire au tour précédent face à Trajai, les Estoniens du Nõmme Kalju se présentait en confiance sur le terrain du Maccabi Haïfa emmené par notre ami Franco-polonais Ludovic Obraniak. Et comme à leur habitude, les Estoniens et leurs élégants numéros roses dans le dos commençait assez mal la partie. Cette fois l’adversaire est largement supérieur techniquement mais pêche dans la dernière passe. L’attaque-défense se passe donc aux alentours de la surface et la domination israélienne est totalement fébrile jusqu’au retour aux vestiaires.

En deuxième mi-temps, et alors que les Israéliens, pense-t’on, vont revenir avec des intentions autres, ce sont les visiteurs qui vont ouvrir le score complètement contre le cours du jeu : suite à un déboulé sur le côté droit, Janar Toomet devient le héros en reprenant victorieusement au deuxième poteau. Le but à l’extérieur est très important mais désormais nous voyons les intentions des Israéliens qui se montrent beaucoup plus dangereux. Ils vont même voir leur égalisation injustement refusée pour hors-jeu. On ne s’en plaindra pas mais l’ouverture d’Obraniak était parfaite. Après avoir touché la barre, ils vont tout de même logiquement égaliser par Gil Vermouth et continuer de pousser sans succès. On se sépare donc sur un match nul et les Estoniens seront qualifiés au coup d’envoi, mais devraient quand même souffrir fortement au retour.

Zimbru Chisinau (MOL) 2 – 2 Osmanlispor (TUR)

C’est sous un beau soleil de juillet que le Zimbru jouait son deuxième match de la saison à domicile. Mais une nouvelle fois, le club de la capitale n’a pu offrir une victoire à leurs supporters. En face, Osmanlispor s’est montré plus solide et ramène un bon point de Moldavie. Le Zimbru avait mal entamé la rencontre avec un but encaissé dès la 10e minute sur corner. Mais Ilie Damascan, le jeune pousse aligné en pointe, parvient à bousculer le portier adverse d’une tête,  permettant à Zagaevschii de pousser la balle au fond sur le rebond. 1-1 à la pause. Au retour des vestiaires, le Zimbru semble prendre les choses en main et sur un délicieux coup-franc de Diego Lima, Damascan inscrit une tête imparable pour ponctuer sa superbe prestation.

Stoican veut ensuite garder le score en renforçant sa défense au détriment de la création (Burghiu pour Diego Lima). Il perd au jeu face à son homologue qui fait sortir un Webo peu inspiré pour Engin Bekdemir. Ce dernier balancera un centre fuyant que personne ne reprend ni ne dégage, pour donner au score son allure définitive, deux partout. La fin de match n’offrira rien de spécial, Osmanlispor garde le ballon et se satisfait de ce résultat tandis que le Zimbru peine à le reprendre de peur de se manger un contre. Il va falloir une nouvelle mission impossible en Turquie pour arracher la qualification, mais avec une équipe qui progresse de matchs en matchs, et surtout en Europe, rien n’est vraiment impossible pour le Zimbru. On y croit!

Admira Wacker (AUT) 1 – 0 FC Käpäz (AZE)

Après s’être qualifié de manière laborieuse contre les Slovaques du Spartak Myjava, l’Admira a bien négocié son match aller. Les Autrichiens ont dominé 1-0 une équipe azérie, inconnue au bataillon, le FK Kapaz qui s’était défaite du FC Dacia Chisinau au précédent tour. C’est Dominic Starkl superbement servi par Markus Wostry à la 41e minute qui a permis aux siens de décrocher ce court mais précieux succès. L’ancien buteur du Rapid Vienne avait déjà marqué face au Spartak Myjava, ce jeune attaquant (22 ans) pourrait bien prendre une nouvelle dimension cette année. Attention tout de même au très long déplacement jusqu’en Azerbaïdjan qui pourrait avoir un impact sur l’état physique des joueurs de l’Admira Wacker.

Beitar Jerusalem (ISR) 1 – 0 Omonia Nicosie (CHY)

Le mot du soir, côté chypriote, pourrait être « regret », tant les occasions et situations intéressantes de marquer en terre israélienne furent franches. Peu nombreuses, mais franches. En témoigne, par exemple, ce poteau de Derbyshire à la 13e, qui reprenait un centre au cordeau de Sheridan, avant de se voir refuser logiquement un but pour hors-jeu à la 30e. Ou ce coup-franc de Panteliadis à la 67e, qui venait heurter le haut de la barre transversale d’un Kleyman qui semblait battu. Il a manqué, à chaque fois, le dernier geste pour aller marquer ce petit but.

Pour le reste, l’équipe coachée par l’Anglais John Carver a subi la domination des locaux, portés par la chaude ambiance du stade Teddi Malcha. Et, à force de reculer, la défense chypriote a fini par céder. Sur un déboulé tout en vitesse de Mabgo sur l’aile gauche, ce dernier voyait son centre repris au deuxième poteau par Abuhazira, qui catapultait le cuir dans les cages malgré l’intervention de Panayi. 1-0 à la 71e, pour ce qui allait être le score final. Un désavantage pas forcément irrémédiable pour l’Omonia, qui devra toutefois éviter d’encaisser un but à la maison, sous peine de grandement se compliquer la tâche.

Shakhtyor Soligorsk (BLR) 1 – 1 NK Domzale (SLN)

Match nul pour match équilibré. Dans le match aller d’une double confrontation incertaine, chaque équipe a eu ses temps forts et chaque équipe a réussi à convertir les siens à une reprise. Pour le Shakhtyor, c’est Nikola Ignjatijevic qui a ouvert les hostilités peu après la demi-heure de jeu. Après une récupération de balle dans ses 25 mètres et une percée solitaire, il déclenche du gauche, depuis les 25 mètres adverses cette fois, pour tromper Axel Maraval, le gardien français de Domzale. A en voir sa célébration un peu bafouillée, on a pu se rendre compte que le latéral gauche serbe arrivé cet hiver de l’OFK Beograd n’avait pas l’habitude de marquer.

 Après une très solide première période, les Mineurs biélorusses vont baisser le pied. Et puisque c’était visiblement la soirée des latéraux gauches à Soligorsk, c’est Dejan Trajkovski qui a répondu. L’ancien joueur de Maribor reprend en taclant un centre en retrait pour égaliser, avec l’aide du poteau. Bizarrement, ce but va redonner un coup de pied aux fesses du Shakhtyor, également boosté par l’entrée de Nikolay Yanush, le buteur maison. S’il se procurera quelques occasions sur des centres du remuant Kovalev et de l’artiste ukrainien Stargorodskiy, Yanush n’a pas réussi à forcer la décision. Tout reste à faire en Slovénie, même si les hommes de Luka Elsner sont en position favorable grâce à ce but inscrit à l’extérieur.

Beroe Stara Zagora (BUL) 1 – 1 HJK (FIN)

Beroe accueillait l’HJK Helsinki dans le cadre du deuxième tour de qualification pour la phase de groupe en Europa League. Un match où chaque équipe a eu sa mi-temps. La première est à mettre au crédit du HJK Helsinki qui a eu quelques occasions avant d’ouvrir la marque sur un beau mouvement axial à la 37e minute ! Malgré un bon arrêt du gardien Makendzhiev sur une première tentative, Alfredo Morelos réussit à ouvrir le score. Les Bulgares retournent au vestiaire sous les sifflets de leur public sur ce score de 1-0. En 2eme période, les Bulgares ont rectifié le tir et pris l’avantage sur des Finlandais peu inspirés. Dès la 48e minute, Beroe égalise sur un cafouillage défensif suite à un coup franc. Veselin Penev ne se fait pas prier et envoie un missile qu’accompagne le gardien du regard, impuissant, 1-1 ! Malgré quelques frayeurs en fin de match, ce sont bien les Finlandais qui font la bonne affaire avant le match retour à Helsinki.

Vojvodina Novi Sad (SER) 1 – 0 Connah’s Quay (GAL)

L’équipe de Novi Sad a été délivrée en toute fin de rencontre par un but de Palocević à la 86e. Après une belle ouverture de Maksimović, Palocević à l’entrée de la surface a tiré et le défenseur a un peu dévié la frappe, trompant le gardien. Le match ressemblait à une attaque-défense avec 24 tirs pour les Serbes contre un seul pour les Gallois. Les visiteurs avaient prévu de fermer le jeu et de défendre dans la mesure du possible le 0-0, cependant le verrou a sauté en toute fin de rencontre. Le match a réussi à réunir 7000 personnes à Novi Sad. A la fin de la rencontre, Lalatović se plaignait du plan de jeu de l’équipe adverse : ils jouaient « en 4-6-0« .

PAS Giannina (GRE) 3 – 0 Odd Grenland (NOR)

La soirée parfaite. Pour sa grande première en Europe, le PAS Giannina n’a pas manqué ses débuts. Face à l’actuel deuxième du championnat norvégien, les hommes de Petrakis ont rapidement fait la différence. Et proprement, qui plus est. Par le capitaine Alexios Michail, d’abord, qui reprenait du plat du pied gauche un corner d’Acosta au point de pénalty dès la 7e. Par David Lopez Nadales, aka Fonsi, ensuite, dont la reprise sur un centre de Karanikas ne laissait aucune chance à Rossbach, le portier adverse. 2-0 dès la 31e. Le plus dur était fait. En plus de ce réalisme offensif, les Grecs ont montré une belle solidité défensive, à l’image de Paschalakis, le gardien, vigilant sur ce qu’il a eu à faire.

Dans un stade Zosamides bouillant, et qui n’attendait que ce genre de moments, les joueurs du PAS Giannina ne baissaient pas le pied en seconde période. Ils allaient même corser l’addition, par l’intermédiaire de Noé Acosta, à l’affût pour pousser dans la cage vide un ballon repoussé par le gardien adverse, suite à un raid de Ferfelis. De quoi livrer une copie parfaite, en évitant ce fameux but à l’extérieur tant redouté. Le retour peut être abordé avec sérénité.

NK Maribor (SLN) 0 – 0 Levski Sofia (BUL)

Un an sans coupe d’Europe c’est long. Et pour la première fois depuis bien longtemps, c’est la petite coupe d’Europe qui attendait les joueurs de Maribor. Le manque était tel chez les Viole que même pour cette affiche, 7 000 spectateurs ont garni les tribunes de Ljudski Vrt. Plus d’un millier étaient bulgares. Le Levski Sofia, qui peut se vanter d’avoir 26 lauriers de championnat est le club le plus populaire bulgare -avec son rival historique- et on s’en rend compte une fois de plus. Dans les tribunes des fans de Maribor, nombreux étaient ceux qui parlaient de leur joie d’avoir regardé la défaite de la veille des grands rivaux de Olimpija. Nous avons également entendu beaucoup de blagues circuler à ce sujet.

Mais sur le terrain ? Maribor a joué avec son système en 4-4-2, ce qui est typique pour l’entraîneur violet Darko Milanič. Parmi les nouvelles têtes, un nouveau venu Blaz Vrhovec, qui, n’a pas impressionné et n’a pas survécu aux 45 premières minutes. Dino Hotič, formé au club, est un rapatrié de Krsko, qui jouait sur le côté droit du milieu de terrain. Là où auparavant, Agim Ibraimi faisait régner l’ordre. Il est intéressant de noter que sur le côté droit de la défense jouait un jeune de 17 ans, Adis Hodzic. Ancien membre de l’Olimpija, il est le futur du football slovène. La première mi-temps n’a pas lieu d’être résumée tellement elle était pathétique. Milanič, pas satisfait, a fait entrer dès la mi-temps Gregor Bajde et Dare Vrsic. Avec une équipe modifiée, Maribor était beaucoup plus agressif mais restait trop léger en phase offensive, avec peu de réelles opportunités malgré de timides tentatives de Tavares. Les Bulgares eurent même deux énormes occasions, l’une étant superbement arrêtée par Handanovic, l’autre frôlant le poteau. Si Maribor veut avancer dans la compétition, il va falloir montrer bien plus que ce soir, notamment offensivement.

KRC Genk (BEL) 2 – 0 Buducnost Podgorica (MNT)

Vainqueur surprise du Rabotnicki Skopje lors du tour précédent (1-1, 0-1), le Budućnost souhaite poursuivre son ascension vers la phase de poules de la C3. Mais la route passe par un nouveau col, classé dans une catégorie encore supérieure : le KRC Genk. Quatrièmes de Jupiler Pro League la saison dernière, les Belges prennent rapidement le dessus grâce à un penalty obtenu par Samatta et transformé par Neeskens Kemano, l’ancien du PSG (17e, 1-0). Les Monténégrins, qui deviennent plus incisifs, sont tout proches d’égaliser à la demi-heure de jeu. Malheureusement, la frappe de Pejaković heurte le poteau. Les Limbourgeois parviennent finalement à faire le break à dix minutes du terme, par l’intermédiaire de Samatta (79e, 2-0). Un avantage relativement confortable avant le retour à Podgorica, dans une semaine. Radunović et ses coéquipiers devront absolument changer de braquet s’ils veulent avoir une chance d’arriver au sommet.

© hajduk.hr

© hajduk.hr

CSMS Iasi (ROU) 2 – 2 Hajduk Split (CRO)

Pour sa première soirée européenne, Iasi était en train de vivre la soirée idéale en menant 2-0 au bout de 25 minutes. 71 minutes de jeu plus tard, à la 96e minute du match, le rêve se transforma en cauchemar à cause d’une énorme erreur du gardien de but. Un match nul qui n’est cependant pas immérité pour les Croates qui ont eu la possession depuis le début de match alors que les Roumains étaient en règle avec leur réputation d’équipe qui défend bien (l’an dernier, dans le championnat national, ils ont pris moins d’un but par match). Iasi a donc tenu un bloc solide à 30 mètres de ses cages et s’est concentré sur les contre-attaques. Le pire pour l’Hajduk était donc d’être mené 2-0 rapidement, après avoir offert des buts avec le papier cadeau en prime. Heureusement, quand il n’est pas blessé, Ohandza est un joueur qui marque. Et deux minutes après son entrée en jeu s’il vous plait. On a beau faire tous les efforts en attaque, lorsque la défense est incroyablement poreuse, cela ne peut que jouer de mauvais tours. Comme l’Hajduk n’a pas tiré de leçons de la première partie, à plusieurs reprises, les joueurs blancs ont failli couler définitivement. Ils parviendront tout de même à recoller sur un tir lointain et non dangereux de l’italien Ahmed Said, bien aidé par le gardien de Iasi. Vivement le retour.

Partizan Belgrade (SER) 0 – 0 Zaglebie Lubin (POL)

Le petit poucet Lubin qui avait éliminé le Slavia Sofia au tour précédent rencontrait le grand Partizan Belgrade et son histoire. Belgrade c’est un stade souvent plein, une ambiance chaude, une histoire et des couleurs blanche et noire plus importantes que tout pour un supporter du Partizan. C’est donc un match compliqué qui s’annonçait pour le Zaglebie Lubin, et il le fut, mais moins que l’on eut pu penser. Alors que les bookmakers prévoyaient une défaite des Polonais, les Miedziowi ont fait un match plein. Plein d’audace, plein d’abnégation, plein de force collective, plein de chance parfois aussi. Ce match voyait le retour dans un match officiel au Partizan du plus polonais des Serbes Miroslav Radovic, l’homme de Varsovie. Si tout le monde attendait le Polono-serbe du côté du Partizan, c’est bien Mihajlović qui s’est montré à l’aise devant, utilisant sa technique fluide et au-dessus de la moyenne pour slalomer dans la défense polonaise … mais sans succès grand durant tout le match.

Les petits Polonais ont eu le ciel avec eux durant ce match c’est certain et sans un grand Polacek dans les buts, le score aurait été tout autre. Mais c’est un groupe qui s’est montré terriblement solide, contenant les assauts des Serbes sans broncher. Le match nul est peut être immérité pour le Partizan, mais Lubin a montré qu’ils savaient défendre et bien défendre, même à dix et qu’au-delà des individualités un collectif est une chose primordiale dans le football moderne. Pour le retour, tout est permis, mais il faudra faire tout de même sans Papadopulos après son exclusion à la 55e. Réaliser un bon retour en Pologne? Oui c’est possible, mais il faudra marquer cette fois-ci pour espérer continuer un peu plus pour les hommes de Stokowiec dans ce rêve éveillé qu’est leur parcours en Europa League pour le moment.

Slovan Bratislava (SLQ) 0 – 0 FK Jelgava (LET)

J’étais extrêmement enthousiaste à l’idée de retrouver l’Europa League à travers ce savoureux Slovan Bratislava – Jelgava qui prévoyait un match à buts, avec du spectacle et une domination slovaque. Si cette domination eut lieu, elle fut stérile au possible. Tout ça face à une équipe n’arrivant pas enchaîner trois passes et ne proposant absolument rien. Autant vous dire que ces quatre-vingt-dix minutes ont été bien longues devant un niveau footballistique proche du néant.

MTK Budapest (HON) 1 – 2 FC Qäbälä (AZE)

Match équilibré entre les deux troisièmes de leur championnats respectifs. Ce sont pourtant les Azerbaïdjanais qui ouvrent le score dès la 25e minute de jeu par leur milieu géorgien Kverkverskiri. Le MTK remet le pied sur le ballon et part à l’assaut des buts de Qäbälä, mais, trop imprécis, rentrent aux vestiaires avec un but de retard. De très beaux algecos posés à un bout du terrain soit dit en passant. Qäbälä revient mieux en début de seconde période et finit par doubler la mise par Ozobic d’une subtile frappe enroulée après une bonne combinaison sur corner avec Bryan Dabo. Les Hongrois reviendront au score quelques minutes plus tard par Sandor Thorgelle qui impose sa tête sur corner, et pousseront jusqu’au bout pour arracher le match nul, mais buteront sur un très bon Bezotosny dans les cages azerbaïdjanaises. Qäbälä a fait le plus dur en marquant ces deux buts à l’extérieur, mais méfiance tout de même face à des Hongrois qui ont montré qu’ils ne lâcheraient rien jusqu’au bout.

Videoton (HON) 2 – 0 Cukaricki (SER)

Globalement Cukaricki a fait un bon match, surtout la première demi-heure où ils auraient pu prendre l’avantage. Les locaux se sont montrés plus entreprenants et ont profité de la confiance emmagasinée après leur premier but. But arrivé à la suite d’une grosse erreur défensive de Zivkovic, Adam Bodi s’est alors fait un plaisir de mettre la balle au fond des buts. Suljic a doublé la mise quelques minutes avant la fin. Entre temps, le français Loic Nego a été prié de rejoindre les vestiaires en avance après avoir pris un second carton jaune à la 80e. Point noir pour le club serbe la sortie sur blessure de Mandić à la 55ème. A 2-0 ça va être dur pour le club belgradois, mais qui sait…

Aberdeen (ECO) 3 – 0 FK Ventspils (LET)

Lourde défaite pour le FK Ventspils en terre écossaise qui ne laisse malheureusement quasiment aucune chance de qualification aux hommes de Paul Ashworth au match retour. Dépassés dans tous les compartiments du jeu, les Jaune et Bleu qui d’habitude sont reconnus pour leur solidité défensive ont craqué à trois reprises en seconde mi-temps à force d’assauts répétés des Rouges d’Aberdeen. Le FK Ventspils va donc devoir se reconcentrer sur le championnat et cravacher dur afin de rattraper le Spartaks Jurmala qui compte déjà sept points d’avance après treize journées (sur vingt-huit au total). Le temps, que les moins de vingt-ans ne peuvent pas connaître, où un club letton était en mesure d’éliminer le « grand Aberdeen » semble bel et bien révolu…

Cliftonville (IRN) 2 – 3 AEK Larnaca (CHY)

L’AEK s’est fait peur dans la première manche qui l’opposait à Cliftonville, club du Nord de Belfast. Peut-être se voyaient-ils trop beaux, mais les hommes d’Imanol Idiakez passèrent complètement à côté de leur première période, toujours mis en difficulté par le football direct pratiqué par les Britanniques qui rentrèrent au vestiaire en menant au marquoir. Les Chypriotes remontèrent sur le terrain avec de bien meilleures intentions mais ils se firent surprendre à nouveau en début de second acte. Par la suite, l’AEK accéléra le rythme et put prendre le dessus pour finalement se rassurer complètement grâce au but de Joan Tomás à un quart d’heure du coup de sifflet final. Les Jaune et Vert se contentèrent ensuite de gérer leur avance. Ils devraient pouvoir aborder le match retour avec beaucoup de sérénité.

Austria Vienne (AUT) 1 – 0 Kukësi (ALB)

Pour un Austria qui proposait son onze titulaire le plus jeune de son histoire en Coupe d’Europe avec aucun joueur de plus de 25 ans sur la pelouse, la soirée a été difficile. Alors oui, bien sûr, les joueurs de Thorsten Fink ont fait le nécessaire. Le petit but inscrit par Felipe Pires, ailier gauche brésilien prêté par Hoffenheim, et le clean sheet sans Robert Almer, toujours en congé après son Euro, suffisent au bonheur des Violetten et de ses supporters. Pourtant, les Autrichiens auraient très bien pu prendre un but sans que l’on crie au scandale, Kukësi ayant frappé à la porte des buts d’Osman Hadzikic à plusieurs reprises. Il faudra faire mieux en Albanie sous peine de se faire surprendre et de sortir de la compétition prématurément, après deux ans sans joute européenne.

Piast Gliwice (POL) 0 – 3 IFK Göteborg (SUE)

On attendait de voir ce que le vice-champion de Pologne avait dans le ventre après un saison 2016/2017 surprenante. Le Piast Gliwice devait faire sans Kamil Vacek et Martin Nespor repartis dans leurs clubs respectifs en République Tcheque cet été. Sans ces deux éléments offensifs, l’intersaison fut compliquée, l’Europa League devait être le premier gros test pour les Polonais. Un premier gros test aux allures de crash-test. Le Piast Gliwice a pris le mur de l’Europe de plein fouet. Lors de la première mi-temps, les hommes de Latal ont quasiment fait jeu égal avec les Suédois, à ceci près que Göteborg avait réussi à marquer dès la deuxième minute et aggraver le score à la 34e sur un cafouillage dans la surface polonaise.

Deux éclairs sur la tête des vices-roi de Pologne, dès la mi-temps Gliwice est mené 2-0 à domicile contre Göteborg. Radoslav Latal avait déjà la mine des jours sombres sur son banc qui paraissait bien trop grand. Aucun sursaut, aucune réaction en seconde mi-temps, la tristesse de l’Europa League pour un club qui s’est vu grand, mais qui n’est qu’un petit pour le moment. Et finalement, les Suédois comme à la parade ont aggravé le score par Engvall à la 84e minute. Triste soirée, triste jeu, le Piast au-delà de cette prestation indigente va devoir recruter s’il ne veut pas totalement perdre pied cette saison dans le championnat domestique. Pa pa Europa!

La rédaction de Footballski


Image à la une : © FC Kairat

Ligue Europa 2016-2017 : Deuxième tour de qualification aller
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Semaine #28 – 2016 : Matchs du week-end et bons coups

Vous êtes fans du foot de l'est et cherchez à savoir ce qu'il se passe ce week-end ? Vous avez donc...

Fermer