Ligue Europa 2016-2017 : barrage retour

Thomas Ghislain
Thomas Ghislain - Publié le 26 août 2016

Voici donc les verdicts de ces barrages de Ligue Europa où la joie, la douleur, la tristesse et la surprise sont les maîtres mots de cette douce nuit du mois d’août. Place aux qualifiés, nombreux chez Footballski, et à la phase de poules maintenant. Tayaut!

BATE Borisov (BLR) 2 – 2 FC Astana (KAZ) [Agg.: 2-4]

Une belle illustration de réalisme par les Kazakhs. Si les Biélorusses ont dominé la très grande majorité de la partie pour essayer de refaire leur retard de deux buts concédé au match aller, ce sont les Kazakhs qui ont été les plus efficaces et qui se sont qualifiés. Difficile de dire logiquement puisque les intentions de jeu d’Astana étaient vides en première mi-temps, mais sur les deux matchs, la meilleure équipe à gagner. Ceci étant, le BATE Borisov avait logiquement ouvert le score par Gordeychuk sur une frappe déviée. Malheureusement pour les Biélorusses, les innombrables occasions manquées vont s’avérer coûteuses. Alors qu’Astana avait été inoffensif jusque-là, Nemanja Maksimovic place une superbe tête sur un corner pour égaliser. À ce moment-là, le BATE doit marquer trois fois pour se qualifier. Mission impossible. Pire encore quand Twumasi inscrira le deuxième but kazakh. Igor Stasevich sauve l’honneur sur penalty en fin de match pour le BATE. L’équipe la plus efficace a gagné et le BATE doit vraiment recruter un attaquant.

Slovan Liberec (RTC) 3 – 0 AEK Larnaca (CHY) [Agg.: 4-0]

S’il y a bien un club tchèque qui assure, et rassure, en Coupe d’Europe depuis le début de la saison, c’est bien lui. Le Slovan Liberec a une nouvelle fois déroulé et n’a pas tardé à se rassurer et assurer sa qualification. Tout ça grâce à un homme, Jan Sykora. Le jeune milieu tchèque, pas franchement le plus grand buteur de la terre, a su faire le show et inscrire pas moins de trois buts dans le même match pour donner la victoire et la qualification à son club. Dès les premières minutes du match, le jeune milieu conclut parfaitement une action individuelle de Milan Baros, la légende, auteur d’un rush solitaire dans la défense chypriote avant de lâcher un centre à ras du sol parfaitement coupé par le protagoniste du jour. Bis repetita placent quelques minutes plus tard avec, cette fois, un centre, toujours au sol, de Vůch, l’autre homme du match, et coupé une nouvelle fois par Sykora. Enfin, clou du spectacle peu avant la mi-temps avec une nouvelle déviation de la tête de Vůch pour une finition parfaite de Sykora. Sans forcer, en profitant des errances défensives chypriotes, le Slovan Liberec a parfaitement géré sa qualification pour les groupes d’Europa League.

 PAOK Salonique (GRE) 2 – 0 Dinamo Tbilisi (GEO) [Agg.: 5-0]

Score anecdotique tant le résultat du match aller (3-0) semblait avoir miné les espoirs européens du Dinamo. En proie à une crise interne suite à cette élimination assurée, avec un entraineur sur le point d’être limogé, ce qui devrait être acté dans les prochains jours, et un contingent de joueurs étrangers sur le départ (Mathias Coureur en tête, mais aussi le défenseur central Renê et le défenseur Spicic). Et les quelques espoirs du Dinamo seront rapidement douchés dès la 5e minute sur un but de Garry Rodrigues. Ce match étant la dernière occasion de la saison de se montrer en Europe pour les Géorgiens, Tsintsadze, Papunashvili ou encore Kiteishvili montrent de bonnes intentions, mais comme au match aller en font trop dans la zone de vérité. Finalement le PAOK gère tranquillement son match et Anthony Scribe doit s’incliner une deuxième fois en fin de première période sur un but de Tzavellas. Rien de plus à retenir de ce match si ce n’est une nouvelle élimination en jouant de façon très décevante pour les Géorgiens, face à une équipe qui se qualifie au moins pour les phases de poule d’Europa League après son élimination rageante face à l’Ajax en 3e tour de qualification pour la Ligue des Champions

Rapid Vienne (AUT) 0 – 2 AS Trencin (SLQ) [Agg.: 4-2]

L’espoir n’était pas franchement très présent pour Trencin après la claque 4-0 reçue au match aller, à domicile. « Nous n’avons pas besoin d’être champions chaque année. Le but est de jouer un bon football et de divertir les supporters. Nous ne sommes pas Barcelone, mais Trencin. Nous devons garder les pieds sur terre. » relevait le président du club slovaque avant le match dans une interview sur le site officiel du club. Une consigne reçue à la règle par les joueurs du club. Malgré une première occasion autrichienne, l’AS Trencin profite d’une mauvaise relance autrichienne et d’un bon pressing pour conclure une action offensive via son Lawrence, la caution British du club. Quelques minutes plus tard, l’AS Trencin continue sa marche en avant et se procure une seconde occasion, et un second but, au passage. Malheureusement pour les Slovaques, un second jaune logique pour le jeune Janco vient mettre fin aux espoirs d’exploits dès l’entame de la seconde mi-temps.

© GEORG HOCHMUTH/AFP/Getty Images

© GEORG HOCHMUTH/AFP/Getty Images

Partizani Tirana (ALB) 0 – 0 FK Krasnodar (RUS) [Agg.: 0-4]

Le FK Krasnodar s’était largement imposé à domicile face au Partizani Tirana et était quasiment certain de voir à nouveau la phase de poules de la Ligue Europa pour la troisième fois. L’enjeu de la rencontre se limitait donc au coefficient UEFA.

D’ordinaire, les matchs des Byki donnent matière à écrire des romans entiers. Ce ne sera pas le cas de ce triste et soporifique match nul vierge concédé en Albanie. Profitant de son large avantage acquis lors du spectaculaire match aller et miné par plusieurs blessures, Krasnodar a fait tourner (Smolov n’était même pas du voyage), mais conservait une équipe plutôt belle sur le papier. Pourtant, sans doute plus occupés par la rencontre qui se profile contre le Lokomotiv Moscou, les Russes n’ont pas joué le jeu et ont semblé avoir pris le match par-dessus la jambe. La première mi-temps se résume à un double arrêt du gardien Hoxha sur deux tirs de Pereyra et Ari alors que le premier avait intercepté le ballon en plein camp albanais.

Le deuxième mi-temps a été de meilleure facture avec deux temps forts de la part du FKK bien qu’elle soit restée dans son ensemble peu animée. Bystrov et Petrov sont les vraies satisfactions de ce match et ont été à l’origine de quasiment toutes les occasions de Krasnodar, mais l’imprécision de leurs coéquipiers a permis au Partizani Tirana de conserver le nul. Torbinski ne cadrait pas un tir seul devant le gardien au niveau du point de penalty alors qu’Akhmedov et Bystrov lui avaient permis de tirer dans les meilleures conditions, le réserviste Vorobyov ratait un ballon en or à moins d’un mètre du but, alors que Bystrov avait fait un superbe travail sur l’aile. Hoxha s’employait à plusieurs reprises en fin de match pour permettre à son équipe de conserver le match nul. Tir lointain et vicieux de Petrov, face-à-face avec Bystrov, spectaculaire retourné acrobatique de Petrov, mais c’était Hoxha qui préservait le match nul pour son équipe.

Match nul décevant donc, mais qui permet au FKK de valider sa qualification. Le Partizani Tirana repart avec de l’expérience, mais se sera montré trop limité, surtout offensivement pour espérer quelque chose. Krasnodar n’aura jamais été mis en danger sur les deux matchs, mais on regretta l’état d’esprit plus que moyen avec lequel les Byki ont abordé ce match retour.

 NK Maribor (SLN) 1 – 0 FC Qäbälä (AZE) [Agg.: 2-3]

Une victoire convaincante, 3-1, à l’aller mettait Qabala dans une position plus ou moins confortable, toutefois Grigorchuk ne prend pas de risques en alignant Vernydub et Kvekveskiri devant la défense, laissant la création offensive au quatuor Weeks-Zenjov-Ozobic-Dabo. Derrière, Bezotosny est appelé à faire un grand match, à l’image de sa détente sur ce centre fuyant à la 18e. Maribor domine timidement les débats en gardant le ballon, mais le gros pressing du trio offensif gêne la construction des Slovènes. Ils peinent à se rapprocher des cages du gardien ukrainien, se limitant à quelques tirs lointains peu dangereux. Qabala se contente de quelques contres et coups de pieds arrêtés, mais sans trop de conviction. Maribor a toutes les peines du monde à enflammer le match, à cause notamment du fait que la paire Rafael Santos-Stankovic ne laisse rien passer, ce qui donne un 0-0 à la mi-temps. Le plan de Grigorchuk marche à merveille.

Jusqu’à cette 65e minute, quand Maribor semble dans le trou, Tavares reçoit le ballon aux vingt mètres et envoie un tir imparable pour Bezotosny, 1-0, ce qui promet une fin de match torride. Deux minutes plus tard, Dabo loupe l’occasion d’un rien sur une action contestée, un joueur de Maribor restant au seul durant l’action. Ce qui a le don d’augmenter la tension dans le stade. Weeks en perd son football et sa semelle (involontaire?) sur un joueur slovène oblige Victor Kassai (aucun lien, il est fils unique) à lui adresser le rouge! À la 70e, dans un match qui part totalement en cacahuètes, l’arrosage automatique du stade s’enclenche, ben voyons. Bezotosny y va de son arrêt surréel sur un centre contré par un de ses coéquipiers, dix minutes plus tard. L’accalmie profite à Qabala, alors que les Violet ont de nouveau du mal à inquiéter Bezotosny, bien enclin à se coucher sur n’importe quel ballon. Six minutes à tenir, soit le temps additionnel indiqué par le 4e arbitre, et c’est peu dire que les coeurs ont tremblé sur ce tir de Jazna, passé à quelques centimètres du but. Un dernier sprint de Tavares, une dernière passe ratée, et ça y est: Qabala se qualifie, au forceps, pour la deuxième fois d’affilée en Ligue Europa! Solides, puis malmenés, puis menés, puis à dix contre onze, c’est peu dire que Qabala a souffert – 37% de possession au final! Grosse déception en revanche pour Maribor qui avait les cartes en main pour renverser la donne ce soir.

 Olympiakos (GRE) 2 – 1 Arouca (POR) [Agg.: 3-1]

On l’avait dit après l’élimination lors des barrages de la Ligue des Champions contre l’Hapoel Be’er Sheva. On le redira après cette qualification face à Arouca : cet Olympiakos 2016-2017 est très inquiétant. Dans un match dominé en termes de possession, les hommes de Paulo Bento n’auront jamais su se montrer dangereux. Et, logiquement, c’est Arouca qui venait marquer à la 80′ par Gégé, oublié sur un coup franc excentré. De quoi offrir des dernières minutes stressantes, le moindre but éliminant l’Olympiakos. Poussés en prolongations, les champions de Grèce en titre allait frapper d’entrée par Chori, tout juste entré en jeu, qui marquait d’une belle frappe croisée du gauche (94′). Puis, Ideye profitait des espaces laissés par des Portugais qui tentaient le tout pour le tout pour tuer le match d’une frappe puissante de près (113′). Un moindre mal. Seules satisfactions de la soirée : la titularisation de Retsos (18 ans) et l’entrée de Manthatis (19 ans), qui montrent que le club doit/peut s’appuyer sur ses talents locaux. Le recrutement, lui, devrait être facilité par cette qualification pour l’Europa League. Mais tous les maux ne sont pas réglés.

 Rosenborg (NOR) 1 – 2 Austria Vienne (AUT) [Agg.: 2-4]

Décevants Norvégiens et surprenants Autrichiens qui en ont profité ! Le but inscrit par Reginiussen dans le temps additionnel la semaine dernière à Vienne aurait pu s’avérer coûteux pour l’Austria, mais les joueurs de Thorsten Fink ont parfaitement maîtrisé leur sujet lors de ce match retour. Alors évidemment, les Norvégiens ont poussé pour ouvrir le score, mais Robert Almer a fait ce qu’il devait faire et c’est finalement Alexander Grünwald, déjà buteur à l’aller, qui marquait ce but à l’extérieur si important pour l’Austria. Joie de courte durée puisque Gytkjaer égalisait sur penalty dans la foulée, avant que Kayode n’inscrive le but vainqueur pour les joueurs de la capitale autrichienne. L’Austria verra les poules de l’Europa League après deux superbes performances, et le quatuor Venuto – Pires – Grünwald – Kayode va pouvoir terroriser quelques défenses européennes cet automne !

 Genk (BEL) 2 – 0 Lokomotiva Zagreb (CRO) [Agg.: 4-2]

Oui, le parcours du Lokomotiva Zagreb a pris fin en Belgique, mais peu importe tant l’aventure aura été belle. Elle aurait même pu être encore plus folle avec un peu plus d’expérience et de malice.  Zagreb a dominé le match pendant que les Belges jouaient en contre-attaques. Malheureusement, l’entame du match a été mal amorcée et Mbwana Samatta profita en effet d’un excellent service de Leon Bailey pour contrôler et frapper en force dans la lucarne adverse (2e, 1-0). L’entame du deuxième acte ne se passa pas mieux, Genk faisant le break par l’entremise de sa pépite jamaïcaine, Leon Bailey (50e, 2-0). Daniel Zagorac était battu, son club pouvant dire adieu à des poules qui n’étaient finalement pas si inaccessibles pour l’équipe la plus jeune à être engagée en Coupe d’Europe. Malgré ce, les joueurs croates se sont battus jusqu’au bout, attaquant quitte à laisser des espaces béants derrière.

À la fin, il convient de noter que tous ces jeunes talentueux ont recueilli beaucoup d’expérience, ce qui les aidera certainement pour la poursuite de leur carrière. Maintenant, l’équipe va devoir passer à autre chose et ne plus penser à la Coupe d’Europe. Car en championnat, leur retard est déjà considérable.

 AZ (P-B) 0 – 0 Vojvodina Novi Sad (SER) [Agg.: 3-0]

Après le 0-3 infligés par les Néerlandais sur la pelouse de Novi Sad la semaine dernière, les Serbes avaient peu d’espoirs. D’ailleurs Lalatovic l’avait bien compris et n’alignait pas son équipe titulaire. Les deux équipes ont tenté de produire du jeu, mais à chaque fois s’arrêtaient à l’extérieur de la surface de réparation. Globalement Alkmaar dominait, mais n’arrivait pas à la mettre au fond, à noter une grosse peur pour alKMAAR lorsqu’à la cinquantième,son gardien a dégagé pas très fort dans l’axe et la frappe de Meleg du gauche venait flirter avec le poteau opposé. Plus le temps passait plus la domination des rouges augmentait sans pour autant qu’ils puissent faire trembler les filets de Kordic

 FC Qarabag (AZE) 3 – 0 IFK Göteborg (SUE) [Agg.: 3-1]

Avec une défaite 1-0 à rattraper malgré une nette domination au match aller, Qarabag n’avait pas le choix : remettre le pied au plancher et faire tanguer le bateau suédois dès les premières minutes. Les onze joueurs ont répondu au plan et il n’a fallu que vingt minutes pour qu’une combinaison subtile sur le corner tiré par Richard Almeida permette au capitaine Sadygov de tromper la vigilance de l’arrière-garde suédoise et ainsi remettre les équipes à égalité. Mieux encore, la philosophie Gurbanov fait des siennes cinq minutes plus tard: Muarem, au départ de l’action sur l’aile gauche, reçoit un centre parfait d’un Dani Quintana, lancé sur son flanc droit par Reynaldo, pour faire le 2-0. Qarabag a remis la mosquée au centre du village, et prend l’avantage en cumulé.

En deuxième mi-temps, rebelote. À la 50e minute, Muarem rend la pareille à Dani Quintana d’un superbe ballon dans le dos de la défense. L’Espagnol parvient à effacer et le gardien et le dernier défenseur pour offrir à Qarabag une marge de trois buts plutôt confortable. Les Azerbaïdjanais n’en restent pas là, contrôlent le ballon et chaque contre-attaque donne des frissons au stade Tofiq Behramov. Goteborg n’arrive plus trop à porter le danger sur les buts de Sehic. Plus rien ou presque ne se passe, hormis ce brancardier azerbaïdjanais qui trébuche et fait rire tout le stade le temps d’un instant, à la 70e, ou ce festival de Richard Almeida trois minutes plus tard

Supérieurs techniquement et avec un quadrillage parfait du terrain, Qarabag a confirmé son statut de repêché de la C1 et fait un peu oublier le couac du match aller. Troisième participation d’affilée à la phase de poules de la Ligue Europa et nul doute que cette fois-ci, ils voudront atteindre les seizièmes de finale.

Brondby IF (DAN) 1 – 1 Panathinaïkos (GRE) [Agg.: 1-4]

Sans grande surprise, le Panathainaïkos s’est qualifié sans forcer après un match aller parfaitement maîtrisé. Pourtant, pour ce match retour, c’est les Danois qui entrent rapidement dans le jeu avec une action splendide conclue par Hany Mukhtar. Malgré tout,e le Pana se qualifie avec, en prime, un but égalisateur d’Ivan Ivanov. L’Europe est de retour pour les Verts.

Hajduk Split (CRO) 2 – 1 Maccabi Tel-Aviv (ISR) [Agg.: 3-4]

Presque. Mais pour la troisième fois consécutive, l’Hajduk échoue en barrages. Pourtant, en 90 minutes, les croates ont réussi à rattraper le retard de l’aller. Cosic validait une première mi-temps remarquable. Le Maccabi se rua à l’attaque en seconde période et chacun marqua une fois. Ce qui signifie les prolongations. Un Poljud en feu poussait les siens, pourtant sans réussite. Ce sont les penaltys qui furent fatals aux croates qui en ratèrent trois. Le stade ne demandait qu’à exploser d’une fureur non contenue, il fut finalement bondé par les applaudissements pour saluer le match valeureux de son équipe contre un club au budget bien plus élevé. Les regrets sont bien présents, comme sur l’occasion de Franck « Le Tank » Ohandza en fin de première mi-temps qui aurait dû faire 2-0. Subasic, devant son écran, était aussi déçu que nous. Comme chaque saison, on attendra l’année prochaine.

 Crvena Zvezda (SER) 1 – 1 Sassuolo (ITA) [Agg.: 1-4]

Après le 3-0 pris au match aller, les joueurs de Božović n’en menaient pas large. Les supporters avaient pourtant fait passer le message en championnat le week-end dernier avec un tifo « 4-0 » autrement dit, on leur demandait de tout donner. Aucun changement par rapport au match aller, Grof est sur de son coup. Très rapidement les locaux ont été sous l’eau et la défense a dégagé très peu de certitudes, faisant peur, mais n’encaissant qu’à une reprise. D’une façon générale, Katai s’est encore montré au-dessus du lot. Hugo Vieira n’a pas convaincu les indécis et la paire française Le Tallec-Phibel n’en a encaissé, mais a passé une soirée agitée. Cvetkovic absent sur son côté droit n’est pas sans reproche. Ristic a montré des choses intéressantes en attaque, mais doit travailler sa défense. Est-ce qu’on peut mettre un terme au prêt de Mouche ? Sassuolo était plus fort, cependant cette double défaillance européenne à en partie à imputer à l’entraineur qui n’a pas répondu présent quand il fallait.

© Alex Broadway/Getty Images

© Alex Broadway/Getty Images

West Ham United (ANG) 0 – 1 Astra Giurgiu (ROU) [Agg.: 1-2]

Les années se suivent… et se ressemblent pour l’Astra! Comme l’an dernier, l’équipe menée par Marius Șumudică réussit l’exploit d’éliminer West Ham en Europa League. Un exploit encore plus retentissant que l’an dernier quand on connaît l’état des lieux à Giurgiu. Criblé de dettes, le club a dû se séparer de joueurs importants durant l’année (Găman, Boldrin, De Amorim, Budescu…) et connaît un début de saison très difficile en Liga 1. 11e du classement, il a subi un cinglant revers 5-1 ce week-end face au CFR Cluj, mais a de nouveau passé l’obstacle londonien et se qualifie pour la phase de groupes! En face, West Ham était peut-être un peu moins fort que l’an passé, notamment de par l’absence de son maître à jouer Dimitri Payet.

Comme à l’aller, ce sont néanmoins les Britanniques qui dominent le match. Outrageusement. Le match se résume à une attaque-défense de 90 minutes. Le but de l’Astra est inscrit sur la seule occasion de but des Roumains. Sur une belle anticipation de Săpunaru, Daniel Niculae lance une contre-attaque à trois contre trois depuis la ligne médiane. Profitant d’un sublime faux appel de Denis Alibec, qui embarque deux défenseurs vers la ligne de touche, il envoie Felipe Teixeira seul face à Randolph. Malgré un contrôle très moyen, le Franco-Portugais marque d’un tir croisé imparable juste avant la pause. Le hold-up parfait! Les Anglais continuent d’attaquer. La seconde période est un siège total du but roumain. Las pour West Ham, Silviu Lung Jr est dans un très grand soir. Alors que sa défense perd absolument tous ses duels aériens, le gardien de l’Astra sauve les siens avec des arrêts exceptionnels, comme sur la tête de Calleri (54′), lorsque Ashley Fletcher, auteur d’une belle entrée en jeu, se retrouve seul face à lui à la 74′ ou sur le coup-franc de Valencia (77′).

Homme du match, couronné d’un 10/10 dans les médias roumains ce matin, Silviu Lung Jr permet à son équipe d’aller en phase de groupes d’Europa League. Une belle bouffée d’air frais pour l’Astra financièrement parlant. Sportivement, cette qualification risque de ne pas aider en championnat. Reversé dans le chapeau 4, l’Astra aura quoi qu’il arrive six matchs difficiles à jouer, et autant d’énergie perdue pour remonter au classement en Liga 1. Pas de quoi toutefois bouder son plaisir! À noter également l’attitude très fair-play de Slaven Bilic. Au coup de sifflet final, le manager de West Ham a longuement attendu à l’entrée du couloir des vestiaires que ses adversaires finissent leur tour d’honneur pour féliciter personnellement chacun des joueurs de l’Astra, et échanger quelques mots avec Șumudică. En espérant ne pas avoir à les rencontrer encore l’an prochain…

Sparta Prague (RTC) 3 – 2 SonderjyskE (DAN) [Agg.: 3-2]

Que ce fut dur et pénible. Après un match aller se terminant sur un score nul et vierge, le Sparta Praha recevait sur ses terres les Danois de SonderjyskE, autant dire que l’espoir d’une qualification était bien présent dans les têtes tchèques. Pourtant, le démarrage des troupes fut pour le moins lent à la détente. Quelques occasion par-ci par-là, et puis, à la 35e minute, les Danois viennent tétaniser avec un but de l’attaquant local, Mikael Uhre. On pense, ou en tout cas espère, un faux pas d’un soir, le seul de la soirée et puis … Cinq minutes seulement après ce premier coup d’éclat, SonderjyskE profite une nouvelle fois des largesses défensives tchèques et vient inscrire le deuxième but de la soirée. Stupeur et fracas, Letna est anesthésié. Alors que le club était à l’origine d’un parcours remarquable et remarqué l’année dernière, le Sparta Praha est à ce moment-là éliminé de la compétition avant même d’atteindre les groupes. Heureusement, les soirées Européens sont faites pour être uniques, pour marquer les esprits, pour couronner ses héros. C’est là qu’intervient le plus grand, David Lafata. L’empereur, la légende, l’un des derniers de la grande lignée des renards des surfaces. Grâce à lui, quatre minutes seulement après le second but danois, le Sparta revient, reprend espoir et marque son premier but de la soirée. La machine est lancée, la seconde mi-temps reprend de la plus belle des manières et à la 69e minute Šural reprend un ballon de Martin Frýdek, fils de, pour revenir au score. Les cartes sont redistribuées, tout est à refaire. L’occasion de célébrer un héros imprévu. Tout juste entré en jeu à la place du russe Karanaev, Jakub Brabec coupe un ballon et score le troisième but synonyme de qualification pour le club pragois. Un but qui intervient 10 secondes seulement après son entrée sur le terrain. Du désespoir à l’euphorie, le Sparta Praha révèle en une soirée la magie de cette Europa League.

Shakhtar Donetsk (UKR) 2 – 0 Istanbul BB (TUR) [Agg.: 4-1]

Après la victoire du match aller en Turquie (2-1), le Shakhtar Donetsk n’avait plus qu’à confirmer à Lviv face à Istanbul Başakşehir pour se qualifier pour les poules de l’Europa League et éviter l’humiliation que constituerait une absence totale en coupe d’Europe quelques semaines à peine après l’élimination en Ligue des Champions.
Mission accomplie pour le vice-champion d’Ukraine qui a ouvert la marque dès la 22e minute grâce à un but contre son camp d’Attamah qui détournait de la tête un centre d’Ismaily. Il fallait à ce moment-là marquer trois fois pour les Turcs pour espérer voir l’Europa League.

Marlos doublera la mise sur penalty à la 71e minute (après avoir lui-même été victime de la faute, signée Epureanu) et offrira une avance définitive au Shakhtar Donetsk. Grâce à ce succès (2-0), les hommes de Paulo Fonseca se qualifient pour l’Europa League et sauvent donc quelque peur leur saison européenne. L’Ukraine aura donc trois représentants en coupe d’Europe cette année : le Dynamo Kiev en Ligue des Champions ainsi que le Zorya Luhansk et, donc, le Shakhtar en Europa League. Ce dernier espère aller loin dans la compétition en faisant si possible au moins aussi bien que la demi-finale de la saison dernière. On en attend pas moins d’une équipe qui fait partie des poids lourds de la compétition comme en témoigne sa quatrième place au ranking UEFA parmi les qualifiés.

 Anderlecht (BEL) 3 – 0 Slavia Prague (RTC) [Agg.: 6-0]

Au moment de se rendre en Belgique, le Slavia Prague ne nourrissait que peu d’espoirs quant à une éventuelle qualification. Battus 0-3 à l’aller, Michal Frydrych et ses coéquipiers étaient condamnés à réaliser un véritable exploit sur la pelouse du stade Constant Vanden Stock. Ils n’eurent malheureusement pas le temps d’y croire. Dès la 22e minute, Youri Tielemans transforme un penalty et donne l’avantage à Anderlecht (1-0). Nouveau péno juste avant la mi-temps, pour une soi-disant faute sur Acheampong. Le Polonais Łukasz Teodorczyk transforme (44e, 2-0). Totalement dépassés, les Praguois encaissent un troisième but à l’heure de jeu, sur une magnifique frappe des 25 mètres signée Heylen (60e, 3-0). Les Červenobílí n’ont pas vu le jour dans cette double confrontation face aux Mauves bruxellois. Ils ne verront pas non plus la phase de poules.

Shkëndija (MAC) 0 – 4 La Gantoise (BEL) [Agg.: 1-6]

Bon. Ce fut dur. Malheureusement, les Macédoniens de Shkëndija n’ont pas su réaliser l’exploit de se qualifier pour les groupes face à un adversaire beaucoup trop fort. Saluons tout de même le parcours des locaux qui ont eu le mérite de proposer du beau jeu et de sortir quelques beaux calibres.

Les groupes :

Groupe A : Manchester United (ENG), Fenerbahçe (TUR), Feyenoord (NED), Zorya Luhansk (UKR)

Groupe B : Olympiacos (GRE), APOEL (CYP), Young Boys (SUI), Astana (KAZ)

Groupe C : Anderlecht (BEL), Saint-Étienne (FRA), Mayence (GER), Qarabağ (AZE)

Groupe D : Zenit (RUS), AZ Alkmaar (NED), Maccabi Tel Aviv (ISR), Dundalk (IRL)

Groupe E : Viktoria Pilsen (CZE), Roma (ITA), Austria Vienne (AUT), Astra Giurgiu (ROU)

Groupe F : Athletic Club (ESP), Genk (BEL), Rapid Vienne (AUT), Sassuolo (ITA)

Groupe G : Ajax (NED), Standard Liège (BEL), Celta Vigo (ESP), Panathinaikos (GRE)

Groupe H : Shakhtar Donetsk (UKR), Braga (POR), La Gantoise (BEL), Konyaspor (TUR)

Groupe I : Schalke (GER), Salzbourg (AUT), Krasnodar (RUS), Nice (FRA)

Groupe J : Fiorentina (ITA), PAOK (GRE), Slovan Liberec (CZE), Qäbälä (AZE)

Groupe K : Internazionale Milano (ITA), Sparta Prague (CZE), Southampton (ENG), Hapoel Beer-Sheva (ISR)

Groupe L : Villarreal (ESP), Steaua Bucureşti (ROU), Zurich (SUI), Osmanlıspor (TUR)

La rédaction de Footballski


Image à la une : © BRUNO FAHY/AFP/Getty Images

Ligue Europa 2016-2017 : barrage retour
5 (100%) 3 votes

A propos de l'auteur

Thomas Ghislain

Thomas Ghislain

La Syldavie gagnera la Coupe du Monde 2018. Folie sur la PMAN.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
RB Leipzig, le revers de la médaille

Hourra, l'élite footballistique allemande reprend ses droits ! La Bundesliga, ce championnat qui a soi-disant su rester authentique, malgré la nette...

Fermer