Ligue Europa 2015/2016 – 6ème journée

Thomas Ghislain
Thomas Ghislain - Publié le 12 décembre 2015

Nous voilà donc à la dernière journée de la Ligue Europa. Venez saluer avec nous les performances de nos clubs, qu’elles soient bonnes ou moins bonnes, qu’elles aient amené une qualification ou de grandes désillusions. C’est ça l’esprit de Noël, c’est ça l’esprit Footballski: la Ligue Europa est la plus belle des compétitions européennes parce qu’elle comporte beaucoup de clubs Footballski, et ça, ça a le mérite d’être dit. Voici les résumés des matchs de la 6ème journée de C3.

Groupe B : Le Rubin a failli enflammer la Matmut-Atlantique.

  • Sion 0-0 Liverpool
  • Bordeaux 2-2 Rubin

Match à enjeu à Bordeaux mais seulement pour l’une des deux équipes : déjà éliminés et mal en point en championnat, les Girondins de Willy Sagnol se présentaient avec une équipe très remaniée. Le Rubin Kazan se présentait lui avec son équipe type car il espérait encore décrocher la qualification. Les Tatars devaient l’emporter et espérer dans le même temps que Liverpool l’emporte à Sion.

Dans un stade Matmut-Atlantique quasiment vide, les Russes ouvraient le score peu après la demi-heure de jeu par l’intermédiaire de Maksim Kanunnikov, auteur d’une belle reprise de volée. C’est sur ce score de 1-0 que les deux équipes se séparaient à la pause.

Le Rubin craquera en deuxième période, à cinq minutes d’intervalle. C’est tout d’abord Gaëtan Laborde qui égalisera à la 58ème minute en reprenant victorieusement un coup franc de Vada. Cinq minutes plus tard, donc, Diego Rolán s’enfonçait un peu trop facilement dans la défense tatare avant de battre Ryzhikov. Tout était à refaire pour le Rubin Kazan qui réagira toutefois à l’entame du dernier quart d’heure : le centre manqué de l’entrant Vitali Ustinov lobait Jérôme Prior et terminait au fond des filets. Le Rubin ne parviendra pas à ajouter un troisième but malgré une fin de match passée en supériorité numérique après l’expulsion de Frédéric Guilbert (86′).

Score final : 2-2. Le Rubin Kazan est éliminé puisqu’il ne l’a pas emporté mais un succès aurait de toute façon été vain puisqu’en Suisse le FC Sion et Liverpool se sont neutralisés (0-0). Le club tatar va maintenant tenter de retrouver l’Europe, une mission quasi impossible pour un club installé dans le ventre mou de la RPL, bien loin des places européennes et déjà éliminé en coupe…

Groupe C : Victoire de prestige mais inutile du PAOK

  • Qäbälä 0-3 Krasnodar
  • Borussia Dortmund 0-1 PAOK

Si le Borussia Dortmund recevait une équipe du PAOK déjà éliminée de la compétition, les hommes de Tuchel ne s’attendaient pas forcément à un tel match. Dès le début du match, le BVB maîtrise parfaitement la balle et ne laisse que des miettes aux Grecs, le PAOK ouvrira quelques minutes plus tard le premier chapitre d’un hold-up parfait. Pour leur première et seule occasion du match, les Grecs vont transpercer les lignes pour lancer en profondeur le slovaque Robert Mak, bien aidé par l’alignement désastreux de Park. L’ancien de Nürnberg élimine parfaitement Roman Weindenfeller et n’a plus qu’à pousser le ballon dans les filets des locaux. On joue alors là 33ème minute.

Quelques minutes plus tard, à la 38ème, les Allemands multiplient les occasions. Pendant que la frappe de Januzaj est repoussée par Glykos, celle de Reus termine sur le poteau. La mi-temps se termine sur ce score de 0-1. Si dès l’entame de la seconde mi-temps, le Borussia Dortmund revient avec d’autres envies et des hommes frais (Weigl et Mkhitaryan) sur la pelouse, le constat, lui, restera le même. Les Allemands poussent, multiplient les occasions mais ne trouveront jamais les filets grecs. La faute à un Glykos impérial, à des montants capricieux et des frappes non cadrées. Malgré cette nette domination, les Grecs terminent parfaitement cette campagne européenne tandis que Dortmund termine en deuxième position de ce Groupe C, la faute aux Russes de Krasnodar...

Car dans l’autre match, Krasnodar n’a pas flanché en Azerbaïdjan face à Qäbälä. Rapidement, les Russes prendront le jeu à leur avantage avec notamment une première occasion de Mamaev. Quelques minutes plus tard, c’est au tour du viking Ragnar Sidurdsson de se montrer à son avantage en reprenant un coup franc de la tête. Poteau rentrant, Krasnodar entame parfaitement son match. Si les locaux ne se montrent que très rarement dangereux, les Russes, eux, enchaînent et trouvent le 2-0 grâce à une magnifique frappe flottante de Mauricio Pereyra. On ne joue que la première mi-temps et Krasnodar semble déjà avoir plié le match. Si la seconde mi-temps est bien moins animée, Krasnodar clôture son récital et sa belle phase de qualification par une belle action collective conclue par Wanderson.

L’apprentissage de la C3 fut compliqué pour Qäbälä mais le petit poucet du groupe a tout de même compliqué la tâche de ses adversaires, surtout du PAOK avec un double 0-0 qui a douché les espoirs de qualification des Grecs. On se réjouit déjà de les revoir en Europe l’été prochain, à condition, bien sûr, d’assurer ses arrières en championnat où les joueurs de Grigorchuk font actuellement du surplace mais restent dauphins du Qarabag.

Groupe D : Le Legia bon dernier

  • Napoli 5-2 Legia Varsovie
  • FC Midtjylland 1-1 FC Bruges

Bon. Comment dire. Cette rencontre face au Napoli aura été un calvaire pour le Legia.

Rapidement, les Italiens mèneront 2-0 grâce à Nathaniel Chalobah et Lorenzo Insigne. Dès l’entame de la seconde période, le Napoli corse rapidement l’addition sur un but de Jose Callejon. Malgré le but de Stojan Vranjes pour le Legia, le calvaire continuera de plus belle avec un doublé de Dries Mertens, dont une magnifique frappe pleine lucarne. Si les Polonais clôturent cette campagne par un dernier but de Aleksandar Prijovic, on retiendra surtout cette débâcle symbole d’une campagne européenne complètement loupée pour les hommes de Cherchesov.

Groupe E : …

  • Viktoria Plzen 3-3 Villarreal
  • Rapid Vienne 2-1 Dinamo Minsk
Rapid Vienne et Villarreal, on connaissait déjà les qualifiés avant les rencontres du soir. Le seul intérêt de ce groupe était une bataille à distance pour la première place entre Autrichiens et Espagnols. D’un côté, Villarreal se déplaçait chez un Viktoria Plzen revanchard qui voulait finir sur une bonne note cette triste campagne européenne. De l’autre, le Rapid recevait un Dinamo Minsk qui a de tout temps de la sincérité à revendre.
Deux matchs intenses où le spectacle fut au rendez-vous. Un spectacle qui démarra dès la huitième minute pour les Tchèques qui ouvriront le score dans leur Doosan Arena grâce à un penalty du capitaine Daniel Kolar. Une entame parfaite qui viendra aux oreilles du Rapid. Malgré un penalty loupé, les Viennois marqueront 20 minutes plus tard grâce au défenseur Hofmann -à ne pas confondre avec la légende Steffen-, ce dernier reprenant un coup franc bien tiré.
Pas forcément conquis à l’idée de finir seconds, les Espagnols de Villarreal décident de réagir grâce à l’intermédiaire de l’ancien sochalien, Bakambu. C’est la mi-temps des deux côtés, pendant que le Rapid assure malgré un très bon Dinamo Minsk en face, Villarreal ne peut faire mieux face à un Viktoria Plzen qui a de la ressource à revendre en ce jeudi soir.
Dès l’entame de la seconde période, les deux équipes commencent fort. D’un côté, Jelic, transfuge de Zilina cet été, permet au Rapid de conforter son avance tandis que Dos Santos, quelques minutes plus tard, donne l’avantage à Villarreal. On se dit alors que les Espagnols vont accroître cette avance au fil du match mais, finalement, plein d’envie, le Viktoria Plzen revient dans le match à la 65ème, soit 3 minutes après le but du mexicain. Pendant ce temps, à Vienne, le Dinamo Minsk réduit le score grâce à Mogammed Mounir.
Si le match s’arrête là au Ernst Happel Stadion, la Doosan, elle, explose après un missile d’Horava à la 90ème. On croit alors à l’exploit mais, dans ce match fou, les Espagnols égaliseront dans la toute dernière minute. Un match nul qui, au final, n’apportera rien à Villarreal puisque le club espagnol termine à la seconde place.

Groupe F : Libéréc de l’Europa League

  • FC Groningen 0-0 Braga
  • Slovan Liberec 2-4 Olympique de Marseille

Contrairement au match aller, les joueurs du Slovan Liberec avaient besoin d’une victoire pour se qualifier. Du coup les Tchèques vont jouer de manière plutôt offensive dès le coup d’envoi sur un terrain qui pourtant ne favorisait clairement pas le jeu. Mais les plans des bleus vont être rapidement contrariés par un but de Batshuayi. Dès lors, le Slovan va se tromper de combat en imaginant que la solution pour revenir dans la partie était de pourrir le match afin d’altérer les nerfs des Marseillais. Résultat: neuf cartons jaunes, et trois coup sur coup pour les Français coupables de perdre leur calme notamment suite à un corner curieux des joueurs locaux où ils se sont tous rués sur Mandanda. Côté tchèque, Bakos et Pavelka seront également avertis avant la mi-temps pour des fautes grossières.

Le plan aurait pu fonctionner mais N’Koudou va doubler l’écart sur une nouvelle erreur de la charnière Sveijdik-Hovorka beaucoup moins inspirée qu’au match aller. A la reprise, Barrada aurait dû tuer le match, mais ce sont bien les Olympiens qui vont relancer nos hommes du Slovan. Suite à une faute stupide de N’Koulou, Bakos va inscrire un penalty, alors que Sural, tout juste rentré en jeu, va permettre aux locaux d’y croire en réduisant l’écart de nouveau cinquante secondes plus tard. Ils vont pousser en envenimant de nouveau le match mais c’est finalement sur le score de 4-2 que le Slovan Liberec quitte la C3.

Il est clair que les hommes de Tripsovsky se sont sans doute trompés de stratégie ce soir… Dommage pour Liberec qui aura de temps à autre montré un très bon football au cours de cette Europa League, mais ne rééditera pas les exploits d’il y a quelques années. Ils terminent donc troisièmes devant Groningen qui n’aura pu faire mieux que 0-0 ce soir contre le Sporting Braga.

Groupe G : Le Dnipro pour l’honneur

  • Saint-Etienne 1-1 Lazio
  • Dnipro Dnipropetrovsk 3-0 Rosenborg

Dans cette dernière journée d’Europe League les dés étaient déjà jetés dans ce groupe G. Les deux éliminés le Dnipro et Rosenborg se rencontrait en Ukraine tandis que Saint Etienne recevait la Lazio.

Dans un stade de Dnipropetrovsk qui accueillait la League Europa pour la première fois depuis 2 ans, le match entre éliminés Dnipro-Rosenborg était anecdotique. Le Dnipro restait sur de très mauvais résultats et le début de rencontre se profilait dans ce sens avec un penalty rapidement concédé, mais que Denys Boyko sortit magistralement. Ensuite, l’équipe ukrainienne se reprit et c’est Matheus qui trouva le chemin des filets pour rentrer au vestiaire avec la plus petite des marges. La seconde période démarra dans la même veine et Matheus doubla la mise à l’heure de jeu. Et pour finir sur une bonne note, Shaktov conclut la rencontre pour finir le match sur un score de trois à zéro.

Le Dnipro sort de cette Europa League sur une bonne note mais avec la tête basse, et la trêve hivernale qui se profile semble être un coupe-gorge pour le club agité depuis plusieurs mois. Dans le même temps, Saint-Etienne et la Lazio se quitte sur le score nul de 1-1 et terminent respectivement deuxième et premier de cette poule.

Groupe H : Le Loko valide son ticket pour les seizièmes

  • Skënderbeu Korçë 0-3 Lokomotiv
  • Sporting Portugal 3-1 Besiktas

Pour se qualifier pour les 16e de finale de la compétition, le Lokomotiv devait impérativement faire au moins match nul en Albanie. Un défi pas si facile à relever au vu des résultats des deux équipes dans leurs championnats respectifs : le Lokomotiv restait sur deux nuls décevants face à l’Oural et au Dynamo, alors que Korçë pouvait se rassurer avec une série de quatre victoires consécutives en championnat.

Au coup d’envoi, une agréable surprise attend les supporters du Loko : Pejčinović est de retour de blessure et remplace Ćorluka, toujours suspendu, en défense centrale. Son duo avec Mikhalik a l’occasion de se distinguer dès les premières minutes du match, puisque comme à leur habitude, les Moscovites laissent leur adversaire mener les premières offensives, pour une fois sans conséquence. Au contraire, les cheminots se montrent de plus en plus dangereux, et après plusieurs occasions de Niasse et Kasaev, c’est Tarasov qui offre l’ouverture du score aux siens sur un de ces déboulés improbables dont il a le secret (0-1).

La suite du match n’est pas des plus passionnantes : le Loko lance des attaques bien molles, tandis que le Skënderbeu ne peut s’en remettre qu’à son ailier kosovar Berisha pour mener des contres. Alors qu’on s’attend plutôt à une égalisation cruelle qui éliminerait les Rouge et Vert, Niasse profite d’une mésentente entre Jashanica et son gardien pour faire le break (0-2). La défense albanaise, complètement assommée, laisse Samedov seul au milieu de la surface une minute plus tard. Ce dernier ne se fait pas prier, et trompe facilement Shehi d’une belle frappe croisée (0-3).

Le Lokomotiv décroche donc la première place de ce groupe H, où les Albanais de Korçë n’ont jamais pu faire mieux que de la figuration pour leur première participation. Dans l’autre match de la soirée, le Sporting a chipé la seconde place à Beşiktaş, en remportant leur dernier match contre les Turcs (3-1) malgré l’ouverture du score du revenant Mario Gómez.

Groupe I : Le Lech prend la porte

  • Lech Poznan 0-1 Bâle
  • Fiorentina 1-0 Belenenses

Le calcul était simple pour les Polonais du Lech Poznan, pour se qualifier, ils devait l’emporter face à Bâle, déjà qualifié, et espérer une victoire des Portugais de Belenenses en Italie contre la Fiorentina. La première mi-temps est soporifique en Pologne avec seulement deux frappes non cadrées, beaucoup de déchets techniques et des supportes qui se demandent ce qu’ils font là en ce jeudi soir. Dès la reprise du match, les Polonais se montrent plus offensifs et sont à deux doigts d’ouvrir le score à la 47ème mais Kownacki propulse le ballon dans les étoiles alors qu’il était seul aux six mètres…

Bien sûr, les Suisses vont trois minutes plus tard ouvrir le score et enlever  tout espoir de qualification, après un festival de Xhaka sur son côté, l’Albanais sert Boetius qui seul au premier poteau trompe tranquillement Buric. Totalement désorganisé derrière et souffrant sur chaque offensive, le Lech s’en remet aux coups de pied arrêtés, mais la transversale sauvera les Suisses sur un beau coup franc de Jevtic. Quelques minutes plus tard, c’est Hamalaainen qui loupe son face à face avec Vailati et ce sera tout pour ce match. Les Polonais disent donc au revoir à l’Europa League d’autant que le miracle espéré par certains n’a pas eu lieu dans l’autre match puisque Belenenses a également perdu sur le score d’un à zéro en Italie.

Groupe J : Pas de miracle pour Qarabag

  • Tottenham 4-1 Monaco
  • Anderlecht 2-1 Qarabag

Après une entame de match assez équilibrée, Dani Quintana douchait le Stade Constant Vanden Stock avec son tir imparable pour Proto. Avec un Lamela en feu du côté de Londres, Qarabag s’est mis à rêver. Pendant 60 secondes. Le temps pour Najar de retrouver ses sensations et d’égaliser d’un tir croisé dont lui seul a le secret. Okaka profite du bon moment des Belges pour donner l’avantage quelques minutes plus tard à son équipe, après un numéro solo sur lequel la défense azerbaïdjanaise aurait pu mieux faire.

La suite? Anderlecht gère le score, des fautes et des petits taquets, et Proto qui anticipe le tir d’Armenteros à quinze minutes du terme. Qarabag a fait jeu égal mais n’a pu réellement déranger la défense anderlechtoise. Les champions d’Azerbaïdjan sortent face à la seule équipe qu’ils ont battue. Intraitable ou presque à domicile, Qarabag a très peu encaissé mais n’a que trop peu marqué pour espérer atteindre les 16ème de finales. Une campagne moins fructueuse que celle de l’année passée, où l’on a senti l’absence d’un Reynaldo. Leader en Premyer Liqasi, nul doute que Qarabag embêtera de nouveau son monde en C1 ou en C3 l’année prochaine.

Groupe K : Tout était déjà écrit

  • Asteras Tripolis 0-4 Schalke 04
  • APOEL 1-3 Sparta Prague

On aurait pu croire qu’APOEL allait sauver l’honneur en menant rapidement au score via l’inévitable Cavenaghi face à un Sparta Praha déjà qualifié. Mais les Chypriotes sont vraiment en crise depuis un mois et demi maintenant et « O Thrylos » devait s’effondrer en seconde période.

Du côté du Péloponèse, Asteras aura subi une nouvelle fois la loi de Schalke 04 qui n’aurait jamais aussi bien porté son nom. Tout était déjà écrit dans ce groupe F. Le Sparta Praha tentera de porter haut les couleurs de Footballski en 1/16 de finale. On attend le tirage avec impatience.

Groupe L : Le Partizan craque en toute fin de rencontre

  • Athletic Bilbao 2-2 AZ Alkmaar
  • Partizan Belgrade 1-3 Augsbourg
Vainqueurs en Allemagne au match aller, c’est sans complexe que les Serbes attaquaient cette dernière rencontre de poule avec 3 longueurs d’avance sur leurs adversaires du soir. Devant un public toujours fidèle, les locaux vont réaliser l’entame de match parfaite avec une bonne maîtrise du ballon, ponctuée par une ouverture du score dès la 11ème par l’inévitable Aboubakar Oumarou.
Dos au mur, Augsbourg va passer à la vitesse supérieure et remettre le pied sur le ballon tandis que le Partizan procédera en contre comme très souvent dans ces joutes européennes. Le reste de la première mi-temps sera quelque peu ennuyeux avant que Hong Jeon Ho ne remette son club sur les rails avec une tête bien placé sur coup franc qui trompe un Zivko Zivkovic pas innocent sur l’action.
Augsbourg va montrer un bien meilleur visage en seconde période avec plus de vitesse et de justesse technique. La récompense ne tardera pas à arriver avec un second but. Ouverture magnifique par-dessus la défense pour le capitaine Paul Verhaegh qui viendra se jouer du portier serbe pour le 2 à 1. Les occasions vont aussi se multiplier côté Belgrade avec Oumarou puis Zivkovic sur coup-franc avant un petit festival de Darko Brasanac dans la surface, tous sans réussite dans le dernier geste.
Le Partizan va pousser de toutes parts dans le dernier quart d’heure avec une double occasion qui verra la frappe de Ninkovic s’écraser sur la barre avant que Zivkovic ne parvienne à reprendre correctement le second ballon. Le jeune Zivkovic qui malheureusement devra quitter ses partenaires avant la fin après une main dans un duel aérien qui lui vaudra un second carton jaune. Alors que le Partizan aurait dû bénéficier de l’expulsion du dernier défenseur allemand après une faute évidente en fin de rencontre, c’est Augsbourg qui va enfoncer le clou avec un but de Bobadilla de la tête. Le Partizan est KO ! Le Partizan est éliminé ! Pourtant en ballotage défavorable avant la rencontre, Augsbourg réalise le match parfait pour s’emparer de la seconde place. Cruelle désillusion pour Belgrade qui avait montré de belles choses dans cette campagne européenne. Ce vendredi midi, Milos Vizura, directeur général du club, a annoncé la démission du conseil d’administration suivant les mauvaises performances répétées en championnat et cette élimination européenne.

Le point sur nos qualifiés :

Qualifiés pour les seizièmes de finale :

FK Krasnodar – Rapid Vienne – Lokomotiv Moscou – Sparta Prague + Olympiakos – Shakhtar Donetsk (reversés de la C1)

Éliminés :

PAOK Salonique – Qabala – Qarabag – Rubin Kazan – Viktoria Plzen – Partizan Belgrade – Dynamo Minsk – Dnipro Dnipropetrovsk – Asteras Tripolis – APOEL Nicosie – Skënderbeu Korçë – Legia Varsovie – Slovan Liberec – Lech Poznan

Le tirage au sort aura lieu le lundi 14 décembre à 13 heures.

La rédaction de Footballski


 

Photo à la une : © uefa.com

Ligue Europa 2015/2016 – 6ème journée
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Thomas Ghislain

Thomas Ghislain

La Syldavie gagnera la Coupe du Monde 2018. Folie sur la PMAN.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
On a vécu Girondins de Bordeaux vs. Rubin Kazan

Dernier soir de coupe d’Europe pour les Français et les Russes avec une rencontre sans intérêt pour des locaux déjà...

Fermer