Ligue Europa 2015/2016 – 4ème journée

Thomas Ghislain
Thomas Ghislain - Publié le 6 novembre 2015

Voici déjà les matchs retour de la Ligue Europa ! On prend les mêmes et on recommence, avec cette 4e journée qui pourrait nous réserver les premiers qualifiés pour les seixièmes de finale ! Avec, notre petit doigt nous l’indique, pas mal de clubs Footballski parmi ceux-ci…

Groupe B : Kazan perd ses bijoux (de famille)

  • Rubin 0-1 Liverpool
  • Sion 1-1 Bordeaux

Enfin de retour dans sa Kazan Arena, le Rubin Kazan se devait de confirmer son excellent match nul obtenu à Anfield Road il y a deux semaines (1-1) pour rester dans la course. Problème : ce Liverpool se présentait en confiance après sa belle victoire sur le terrain de Chelsea samedi dernier (3-1). Les hommes de Klopp confirmeront leurs bonnes dispositions en dominant de la tête et des épaules, sans trouver l’ouverture. Le score est nul et vierge à la pause mais Liverpool s’illustrera dès le début de la deuxième période. À la 52ème minute, le dribbleur fou (11 dribbles réussis durant la rencontre) Jordon Ibe s’enfonçait dans la défense tatare et ouvrait le score. Le Rubin se montrera incapable de réagir et Liverpool remportera logiquement (1-0) un match qu’il aura écrasé d’un point de vue statistique : 66% de possession et 22 tirs (6 cadrés) contre 6 (0 cadré). Le Rubin est désormais seul dernier de son groupe et est quasiment éliminé.

Dans le même temps, Bordeaux pensait tenir la victoire à Sion avant de voir les Suisses égaliser en toute fin de rencontre (1-1). Les Valaisans restent leader du groupe (8 points) devant Liverpool (6 points), Bordeaux (3 points) et le Rubin Kazan (2 points).

Groupe C : Les Azéris en Qäbäle

  • Borussia Dortmund 4-0 Qäbälä
  • Krasnodar 2-1 PAOK

Sans forcer, le Borussia Dortmund s’impose largement et logiquement face aux Azerbaïdjanais de Qäbälä. Alors que l’on avait surtout le match face à Schalke en tête du côté des supporters de Dortmund, les joueurs, eux, ont parfaitement répondu présent à commencer par le duo Aubameyang – Reus. Le Borussia se montre intraitable, ouvre le score, continue de presser et les vagues jaunes déferlent sur la défense de Qäbäla. Malgré un 2-0 à la mi-temps, les joueurs de Tuchel continueront de jouer et ne laisseront que très peu le ballon à Qäbälä. À noter également la grosse performance de l’Arménien Mkhitaryan qui clôturera le match sur le score de 4-0. Comme un symbole.

Pour la seconde rencontre du groupe, il fallait se rendre à Krasnodar pour un match 100% Footballski entre le FKK et les Grecs du PAOK. Un match important pour la seconde place de ce groupe C qui tournera rapidement à l’avantage des locaux suite à une superbe action collective parfaitement conclu par le brésilien Ari. On retrouve là le jeu de Krasnodar de l’année dernière et les belles actions s’enchaînent, tout comme les buts. 30 minutes après ce but, en seconde mi-temps, Kaleshin se fait faucher dans la surface de réparation et obtient un penalty logique. Penalty parfaitement transformé par l’autre brésilien du FKK, Joaozinho.

Peu en réussite dans ce match, les Grecs marqueront tout de même un but dans la dernière minute du match par son l’Homme, le grand, le fort, l’extraordinaire, le futur de toute une génération, le joueur que l’on retrouvera dans les chambres des enfants du monde entier, celui qui fait vibrer les cœurs de la Bretagne à Thessaloníki en passant par Bratislava, j’ai nommé Robert Mak. Le Slovaque enchaîne parfaitement un centre à ras de terre pour montrer encore un peu plus son génie aux yeux de l’Europe. Malgré tout, le PAOK ne peut se reposer que sur ce bel athlète et concède là une défaite.

Groupe D : Le calvaire du Legia

  • FC Bruges 1-0 Legia Varsovie
  • Naples 5-0 FC Midtjylland

Le calvaire du Legia en phase de poule de l’Europa League ne s’arrête décidément pas. Malgré le changement de coach et la venue de Cherchesov sur le banc, les Polonais ne semblent toujours pas disposés à engranger une première victoire en Europa League, tandis que le club réussit plutôt bien en championnat. Très rapidement, les Belges se montreront dangereux et ouvriront le score par l’intermédiaire du très bon Thomas Meunier. Malgré un premier contrôle loupé, le défenseur reprend parfaitement le ballon sur son côté droit et s’en va ridiculiser la défense polonaise et crucifier le gardien slovaque, Dusan Kuciak.

Et puis c’est tout. Car il faut le reconnaître, le match n’aura pas été une grande réussite pour le Legia. D’autant que le club de Varsovie aurait pu en prendre un second si la tête de Denswil n’avait pas heurté le poteau.

De son côté, le Naples d’Hamsik, Strinic et Chiriches continue sa balade de santé en se qualifiant brillamment suite à sa fessée face au FC Midtjylland. Le Legia, dernier à 5 points des Danois, aura besoin d’un miracle pour connaître le printemps européen.

Groupe E : Le Rapid reçu 4/4

  • Dinamo Minsk 1-2 Villarreal
  • Rapid Vienne 2-1 Viktoria Plzen

En enchaînant un quatrième succès consécutif 2-1 à Plzen, les Autrichiens décrochent leur billet pour les seizièmes de finale. Le grand artisan de ce succès est le jeune ailier Schobesberger, auteur d’un doublé salvateur contre les Tchèques (13e et 77e). Avec 12 points, les Grün-Weißen vont pouvoir préparer sereinement le choc pour la première place contre Villarreal, le 26 novembre prochain.

Seulement troisièmes en championnat, derrière l’Austria et le Red Bull Salzburg, les hommes de Zoran Barisic confirment leur bonne forme du moment, avec une attaque retrouvée malgré le départ de Robert Beric à Saint-Etienne. Du côté des Tchèques, cette troisième défaite vient ternir un bon début de saison en championnat. Pour les joueurs du Viktoria, la barre était trop simplement trop haute dans ce groupe E.

Le Dinamo Minsk, lui, a raté l’occasion de prendre ses premiers points de la compétition face à une équipe de Villarreal qui ne semblait pas être en grande forme dans une Borisov Arena parsemée de spectateurs. Dès le début du match, on sent le Dinamo bien en jambes et menaçant, contrairement aux Espagnols qui se lancent dans un jeu stéréotypé à base de centres et de décalages sur les côtés. Du petit lait pour la défense biélorusse, très à l’aise dans ces configurations de match.

Par moment, notamment grâce à Fatos Beciraj, auteur d’un gros travail seul devant, le Dinamo est dangereux et les Biélorusses sont récompensés de leurs efforts grâce à Maxim Vitus. A la 70e minute, Udoji lance le contre et donne à Beciraj et centre-tire sur Vitus qui peut conclure. Mais pas le temps de savourer : deux minutes plus tard, Voronkov fait une faute aussi idiote qu’inutile dans la surface et offre un penalty au sous marin jaune que Soldado se fait une joie de transformer. Ce même Soldado qui crucifiera le Dinamo à la 86e sur une frappe de près. Rageant pour le Dinamo qui aurait mérité mieux après un match très solide face à l’un des cadors de la compétition.

Groupe F : Liberec, delivrec

  • Olympique de Marseille 1-0 Braga
  • FC Groningen 0-1 Slovan Liberec

C’était le match à ne pas louper pour le Slovan Liberec, un duel important face à Groningen où il fallait faire le plein de points pour continuer à espérer accrocher cette seconde place qualificative. Dès l’entame du match, les Tchèques prennent les devants et multiplient les actions, Groningen ne se montre dangereux qu’à de très rares occasions mais tient bon face aux coéquipiers de Pavelka.

Dans un festival d’inefficacité, que ça soit de Bakos, Sural ou encore Coufal, le Slovan s’en remet au destin et à sa chance avec l’un des buts gags de l’année. Sur un corner à la 80ème minute, le gardien néerlandais plonge, le ballon tape le poteau et revient sur la tête du malheureux, 1-0 pour le Slovan Liberec sur ce but contre son camp. Un but qui, en plus d’être comique, est importantissime et permet au club tchèque d’assurer sa deuxième place derrière un OM en embuscade après sa victoire face à Braga.

Groupe G : Le Dnipro sombre

  • Rosenborg 0-2 Lazio
  • Saint-Etienne 3-0 Dnipro Dnipropetrovsk

En difficulté en championnat après plusieurs mauvais matchs d’affilée dont un match nul contre la modeste équipe de l’Olimpik Donetsk le week-end passé, le Dnipro se déplaçait dans un match capital pour la qualification à Saint-Etienne avec l’obligation de s’imposer pour ne pas voir son adversaire du soir et la Lazio s’envoler vers les 16ème de finale. Dans un début de match rythmé, ce sont les Verts de Saint-Etienne qui prennent les choses en main et tentent le plus. La maladresse et un terrain glissant les ralentissent tandis que le Dnipro n’arrive pas à défendre correctement et laisse systématiquement les Stéphanois venir dans leurs 30 derniers mètres. Après un bon décalage et une erreur de marquage de Fedetsky, Kevin Monnet-Paquet se présente face à Boyko mais la frappe de l’ailier français est détournée superbement en corner par le portier du Dnipro. Quelques minutes plus tard, ce même Monnet-Paquet propulse la balle dans les filets mais le but est logiquement refusé pour une position d’hors-jeu. La pression se fait plus forte et finalement après un une-deux avec Beric, Monnet-Paquet ouvre le score d’une frappe dans le petit filet opposé de Boyko à la 38ème minute.

Le Dnipro commet toujours autant de fautes mais parvient à trouver la faille sur leur première véritable occasion peu avant la mi-temps, Yevhen Seleznyov propulsant d’une belle tête la balle au fond des filets mais se voit refuser son but pour une poussette (très légère) sur Loic Perrin. Au retour des vestiaires, un scénario identique se profile. Des Verts bien plus entreprenants prennent les choses en main et attaquent d’entrée, tandis que le Dnipro se contente de défendre, toujours à la limite. 52ème minute, Nolan Roux reçoit la balle sur le côté droit et a tout le temps d’ajuster un centre tendu devant un Léo Matos passif, Robert Beric a parfaitement senti le coup et envoie d’un tacle la balle au fond des filets devant un Denys Boyko impuissant. Saint-Etienne mène 2-0 mais ne s’arrête pas là et continue de pousser face à une équipe de Dnipropetrovsk au bord de la rupture. Romain Hamouma marquera le troisième but stéphanois après un cafouillage dans la surface, l’ancien joueur de Caen envoyant une frappe limpide dans les buts, qui transperce la défense ukrainienne.

Le score en restera là malgré une occasion de Matheus en fin de match, la première et dernière pour le Dnipro. Face à des Verts survoltés, le Dnipro n’a jamais su trouver la réponse et a flanché défensivement par manque d’intensité. Les semaines se suivent et se ressemblent pour l’équipe de Markevych qui subit de plein fouet les conséquences de son été catastrophique.

La qualification s’éloigne de plus en plus et se jouera lors de la prochaine journée avec un déplacement à Rome pour rencontrer la Lazio où une victoire est impérative pour espérer à la qualification, mais il faudra encore que le Dnipro gagne son dernier match face à Rosenborg à la maison et que le ASSE – Lazio ne se finisse pas sur un match nul. Autant dire compliqué, mais avec le Dnipro rien n’est impossible...

Groupe H : Des Albanais complètement Loko

  • Besiktas 1-1 Lokomotiv Moscou
  • Skënderbeu Korçë 3-0 Sporting Portugal

Le Lokomotiv restait sur une série de trois défaites consécutives avant d’affronter une nouvelle fois Beşiktaş au stade olympique Atatürk. On aurait préféré autre chose qu’un déplacement décisif en Ligue Europa chez les premiers du championnat de Turquie pour se remettre de la fessée infligée par le Kouban le week-end dernier (6-2), d’autant plus que Cherevchenko a une fois de plus été obligé d’aligner une défense centrale expérimentale Shishkin- Ďurica.

De manière assez logique, les cheminots débutent la rencontre complètement regroupés en défense. Néanmoins, les Stambouliotes ne profitent pas vraiment de leur avantage pour se créer des occasions dangereuses. A la pause, Güneş fait rentrer Quaresma à la place de Şahan pour essayer de débloquer le match. Coup gagnant, puisque l’attaquant se distingue dix minutes plus tard en trompant Guilherme d’une volée rasante (1-0). Le but encaissé semble enfin fouetter l’orgueil du Loko, qui commence à se procurer des occasions. Là aussi, le coaching va s’avérer décisif : Cherevchenko remplace le très médiocre Manuel Fernandes par Miranchuk. Le jeune prodige russe, seul à la réception d’une ouverture de Maicon à la 76e, transmet à Niasse, qui place sa frappe croisée dans le petit filet de Zengin (1-1).

Un match assez terne en définitive, avec un nul qui arrange bien les deux équipes. Tout le contraire de la rencontre entre le Skënderbeu et le Sporting, au cours de laquelle les Portugais ont complètement sombré. Les Albanais ont ouvert le score dès la 15e minute sur une frappe du très bon Lilaj, alors que Rui Patrício avait réussi à détourner la première tentative d’Esquerdinha (1-0). C’est encore Lilaj qui s’est distingué sur l’action suivante, en inscrivant le pénalty concédé par le gardien portugais, expulsé sur l’action (2-0). Son remplaçant, le Brésilien Marcelo Boeck, n’a pas vraiment été plus en réussite, puisque qu’il s’est fait tromper par un lob lointain de Nimaga à l’heure de jeu (3-0). Une victoire qui permet au Skënderbeu Korçë de se relancer, tandis que les Portugais vont aborder les deux dernières journées en bien mauvaise posture.

Groupe I : Lech mes couilles

  • Belenenses 0-2 FC Bâle
  • Lech Poznan 0-2 Fiorentina

Deux semaines après avoir réussi l’exploit de s’imposer 2-1 en Italie, les Polonais recevaient la Fiorentina dans un match quasi décisif pour les transalpins, surprenant derniers du groupe. Dans un stade bien garni, c’est Poznan qui se met rapidement en évidence avec une grosse frappe de Pawlowski aux 30 mètres qui passe d’un rien à côté. Malheureusement pour les locaux, ils vont tomber sur un Ilicic très en jambes qui va concrétiser juste avant la pause un magnifique coup franc aux abords de la surface en pleine lucarne. Le Lech tient bon et va s’offrir une balle d’égalisation à la 77ème minute mais Lovrencsics va manquer le cadre d’un rien ! Et, bien sûr, quelques minutes plus tard, ce même Ilicic qui avait fait si mal aux Polonais en fin de première période va conclure le match d’une petite balle piquée tout en finesse sur Buric. Score final : 2-0 pour la Viola, et beaucoup de regrets pour le Lech.

De son côté le FC Bâle s’est imposé 2-0 au Portugal contre Belenenses grâce à Janko et Embolo. Au classement, les Suisses sont leaders avec 9 points, la Fiorentina est seconde avec 6 points et Lech et Belenenses se partagent la dernière place avec 4 points.

Groupe J : Monaco se fait p(r)incer par Qarabag

  • Qarabag 1-1 Monaco
  • Tottenham 2-1 Anderlecht

Face au Monaco de Subasic, Qarabag a entamé comme il le faut la première mi-temps : le jeu tout en passes courtes de Gurbanov permet de prendre le dessus sur des adversaires timorés. A la 39ème minute de jeu, une percée du capitaine Sadiqov permet à Armenteros de libérer le stade. Des mauvaises langues ont également vu un penalty (?) sur une simulation de Fabinho dans cette première période. Au retour des vestiaires, Monaco essaie de remettre le pied sur le ballon. Mais Bernardo Silva préfère mettre le pied sur Richard Almeida tandis que Fabinho ceinture El Jadeyaoui dans la surface. L’arbitre aurait du adresser un carton jaune à chacun, synonyme de rouge pour Fabinho, mais il n’en est rien. On le sait, Qarabag dérange. Monaco prend alors confiance en sa bonne étoile et sur une action confuse emmenée par Ricardo Carvalho, Cavaleiro dévie un dégagement de Sehic dans les filets pour une égalisation ultra chanceuse qui tombe de nulle part.

En fin de match, Qarabag tentera de pousser, sans conséquence car les Azerbaïdjanais sont physiquement cuits. Un penalty aurait pu être sifflé pour les Monégasques en fin de match sur une main involontaire, mais le match nul est en fin de compte logique. Les deux équipes ont encore une chance de se qualifier puisque dans l’autre rencontre de la soirée, Tottenham a remporté la mise face à Anderlecht, grâce à un but d’extraterrestre du génial Moussa Dembélé. Les Anglais sont en tête devant Monaco et Qarabag, et iront à leur tour à Bakou dans trois semaines.

Groupe K : L’Asteras a une bonne hellène

  • Sparta Prague 1-1 Schalke 04
  • Asteras Tripolis 2-0 APOEL

Cette 4ème journée du groupe K voyait s’affronter en match retour, les deux premiers du groupe et forcément les deux derniers dans un duel 100% hellène. Les Arcadiens d’Asteras Tripolis se devaient de l’emporter s’ils voulaient maintenir un minimum de suspens avant leur déplacement périlleux dans la capitale tchèque. Ils furent bien aidés par l’ouverture du score rapide de Bertoglio qui permit aux Grecs de se mettre dans une position confortable : celui qui attend. Une position d’autant plus confortable que leurs visiteurs et quasi voisins, Chypriotes, ne se montraient guère inspirés. Incapables d’accélérer le jeu, ils monopolisaient le ballon sans pour autant en faire quoi que ce soit. Les Grecs purent alors procéder en contre et s’offrirent le luxe de doubler la mise au meilleur moment, juste avant la mi-temps, histoire de bien couper les jambes à la « Légende » Chypriote.

En seconde mi-temps, de légende, il n’en fut pas question. Le match devenait terne et d’un niveau technique affligeant. Pour couronner le tout, plutôt que de voir le feu sur le terrain, les ultras d’APOEL le mirent dans les tribunes… obligeant Monsieur Drachta à interrompre le match pendant une bonne dizaine de minutes. Les esprits calmés, le match reprit sur les mêmes bases… malheureusement pour nous, spectateurs. Dans les arrêts de jeu, les PAN.SY.FI eurent la bonne idée de rallumer l’incendie (au sens propre) et d’écourter notre calvaire, l’arbitre n’attendant pas la fin du temps additionnel pour mettre fin à la partie.

Dans l’autre rencontre, celle au sommet, les Spartiate pragois ne purent venir à bout de l’ultra favori du groupe, le Schalke 04 de Nastasic. Pourtant, les Tchèques avaient rapidement ouvert la marque via l’inévitable Lafata déjà buteur à l’aller. Joie de courte durée pour le Sparta, puisque les Allemands revinrent dans la partie 15 minutes plus tard par l’intermédiaire de Geis sur pénalty, 1-1 score final.

Dans ce groupe, tout reste encore possible mais les Chypriotes et les Grecs n’ont plus vraiment le droit à l’erreur. Ils devront afficher un autre niveau s’ils veulent faire trembler leurs homologues Tchèques et Allemands dans la course à la qualif’.

Groupe L : Le Partizan surclassé par Bilbao

  • Augsbourg 4-1 AZ Alkmaar
  • Athletic Bilbao 5-1 Partizan Belgrade
C’est a San Mames que se déplaçait le Partizan avec une équipe quelque peu remaniée. La possession de balle sera évidemment à la faveur des Basques en début de match. La première occasion pour Bilbao interviendra au quart d’heure de jeu et accouchera de l’ouverture du score. Williams s’en ira tromper Kljajic à la suite d’une belle bourde défensive de Gregor Balazic. A peine le temps d’engager que le Camerounais Oumarou va remettre les compteurs à zéro. Bien lancé en profondeur, il ne tremblera pas face au portier basque. Deux minutes plus tard et nouveau but dans ce match. Williams vient inscrire son doublé après une bonne combinaison espagnole dans la surface du Partizan. Williams converti facilement, bien servie à 1m50 du but. Nouvelle alerte après la demi heure de jeu et le coup-franc de Beñat va faire mouche pour le 3 à 1. Le score n’évoluera pas jusqu’à la pause.
La seconde période sera de même facture pour Bilbao qui va concrétiser sa domination dans le jeu avec une quatrième réalisation à la 71e. Aduriz est à la réception d’un superbe coup-franc pour trouver de la tête la lucarne droite de Kljajic. 4-1. L’Athletic va parachever sa belle soirée avec un cinquième pion après une nouvelle combinaison dans la surface de réparation serbe. Le score se terminera sur un 5-1 logique au vu du de la faible opposition proposée par le Partizan à San Mames.
Dans la seconde rencontre, les Allemands d’Augsburg n’ont pas fait de détail face à l’AZ Alkmaar grâce notamment à un triplé du Paraguayen Bobadilla. 4 à 1 score final.

La rédaction de Footballski


 

Photo à la une : © uefa.com

Ligue Europa 2015/2016 – 4ème journée
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Thomas Ghislain

Thomas Ghislain

La Syldavie gagnera la Coupe du Monde 2018. Folie sur la PMAN.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Semaine #45: Matchs du week-end et bons coups

Vous êtes fans du foot de l'est et cherchez à savoir ce qu'il se passe ce week-end ? Vous voulez découvrir...

Fermer