Ligue Europa 2015/2016 – 2ème journée

Thomas Ghislain
Thomas Ghislain - Publié le 3 octobre 2015

Voilà donc la deuxième journée de la plus grande des coupes européennes, la Ligue Europa ! Suivez donc les péripéties des clubs Footballski (et il y en a beaucoup!) au cours de ces résumés décalés.

 


Groupe B : Nouvelle contre-performance pour le Rubin

Rubin Kazan 0-0 Bordeaux, Liverpool 1-1 Sion

Pour le Rubin Kazan, la rédemption passait par Bordeaux. Battus chez d’autres francophones, à Sion (1-2) pour leur entrée dans la compétition, les Tatars recevaient les Girondins qui avaient démarré par un nul (1-1) face à Liverpool.

Le Rubin alignait une équipe plutôt offensive sur le papier avec la présence du quatuor Carlos Eduardo – Portnyagin – Devych – Kanunnikov d’entrée de jeu. Malgré tout, ce sont les Français qui se montreront plus tranchants.

Face à une équipe qui a touché les montants a trois reprises, le Rubin Kazan s’en est plutôt bien sorti avec le nul (0-0), lui qui a terminé en infériorité numérique après l’expulsion de Kislyak (80′).
Après deux journées, le Rubin est lanterne rouge du groupe B avec un seul point au compteur. Le FC Sion, qui a décroché le nul à Liverpool (1-1) est leader devant les Reds et Bordeaux.

Le Rubin prépare de la pire des manières sa double confrontation à venir face à Liverpool et avec cette performance en demi-teinte il ternit quelque peu l’excellent bilan russe lors de cette semaine européenne.

 


Groupe C : Qäbälä fait de l’ombre au Borussia

FC Krasnodar 2-1 Qäbälä, PAOK 1-1 Borussia Dortmund

A Krasnodar, les locaux ont rapidement coulé le Qabala sous une pluie incessante. Wanderson ouvre le score dès la 7e minute et trouve le poteau dans les secondes qui suivent. Qabala n’y est pas mais n’abdique pas. Bezotosniy enchaîne les miracles sur sa ligne sur les nombreuses occasions russes, cependant les Azerbaïdjanais sortent peu à peu la tête de l’eau. La mi-temps s’achève sur un 1-0 mérité, dans un match où les deux équipes se livrent et offrent un très joli football.

Au retour des vestiaires, les intentions du Qabala sont claires : foutre le dawa. Tir à la 45e, tir à la 46e, Sinitsov mouille sa nuque. A mesure que le temps passe, Krasnodar plie sous les assauts azerbaïdjanais et c’est finalement le capitaine Dodo qui parvient à égaliser, suite à un centre d’Antonov que Sinitsov n’a pu que dévier dans ses pieds. Les quinze minutes qui suivent sont une tempête de tentatives du Qabala, entre la barre de Sadygov et le petit filet de Zenjov, le 1-2 est tout proche, malgré le tir d’Akhmedov capté tranquillement par l’extraterrestre Bezotosniy. Et c’est d’ailleurs sur un contre que Krasnodar renverse la vapeur: Smolov bien lancé en profondeur se joue de Stankovic et ajuste Bezotosniy. Les Russes s’appliquent alors à contrôler le reste du match pour remporter la mise par ce 2-1. Une victoire à la Pyrrhus pour Krasnodar, allègrement bousculé par Qabala, qui aura montré un autre visage que lors du pâle match nul obtenu face au PAOK. L’apprentissage de la Coupe d’Europe est parfois cruel, mais on a pris notre pied à suivre ce super match. Qabala-Dortmund va être le régal de la 3e journée, à suivre dès 17 heures dans 2 semaines.

Et justement, parlons en de Dortmund. En voyage à Thessalonique sans quelques cadres, le duel contre le PAOK était déjà classé à haute tension du fait de l’amitié entre les supporters de l’Aris et de Dortmund. Le peuple jaune et noir, qu’il soit grec ou allemand, était prêt à soutenir les hommes de Tuchel dans un Toumba en feu. Pourtant, la physionomie du match sera bien loin des attentes de ces derniers. Rapidement, les joueurs du PAOK posent énormément de problèmes aux allemands et jouent parfaitement le coup. Lancé en profondeur après une récupération de balle au milieu de terrain, le slovaque Robert Mak prend de vitesse la défense du BVB et ajuste parfaitement Weindenfeller. 1-0 pour les locaux, Robert vient saluer son public, le Toumba explose ! Un score qui ne bougera pas jusqu’à la seconde mi-temps.

Lors de ces 45 autres minutes, le Borussia Dortmund revient bien mieux dans son jeu. Monopolisant le ballon, les Allemands trouveront la faille grâce à … un centre de Gonzalo Castro. Un but pour le moins étrange mais, surtout, à mettre sur le compte d’Hoffman qui réalise une feinte de corps parfaite afin de tromper toute la défense grecque et son gardien Olsen. Il y aura encore une dernière grosse occasion pour les Grecs, avec une superbe parade de Weindenfeller face à Jairo, nouveau venu sous le maillot du PAOK en provenance de Trencin en Slovaquie.

Si quelques incidents auront eu lieu pendant et après le match entre le parcage visiteur et les forces de l’ordre, c’est surtout la triste performance du club allemand que l’on retiendra et le bon point pris par le PAOK. Un point qui vaudra cher pour une future qualification.


Groupe D : Naples trop fort pour le Legia

FC Bruges 1-3 FC Midtjylland, Legia Varsovie 0-2 Naples.

Dans un affrontement a transcender n’importe quel ultra, le Legia Varsovie n’a pas réussi a créer la surprise contre Naples.

Globalement dominés, les Polonais ont longtemps fait jeu égal avec leurs adversaires. Mais les Italiens, forts de leur expérience ont su frapper aux moments décisifs. Si à l’entracte, le score était toujours vierge, les coéquipiers de Marek Hamsik ont lancé l’offensive au retour des vestiaires. Dries Mertens trouvait le chemin des filets 5 minutes après la pause, Gonzalo Higuain douchait les derniers espoirs à quelques minutes du terme.

Une défaite logique mais encourageante d’autant que la défaite à domicile de Bruges contre Midtjylland (3-1) laisse le doute planer quant au futur deuxième de la poule.


Groupe E : Le Rapid passe en tête

Dinamo Minsk 0-1 Rapid Vienne, Villarreal 1-0 Viktoria Plzen

Opposé à l’ogre espagnol qu’est Villarreal, le Viktoria Plzen aura tenu bon et montré un très beau visage. Malheureusement, la marche fut trop grande pour les hommes de Karel Krejci. Défait 1-0 suite à un festival personnel de Leo Baptistao en début de seconde mi-temps, le club tchèque a cependant de quoi espérer. Notamment après le très bon match de Matus Kozacik, qui arrêta bons nombres d’occasions espagnols, ou encore le jeune défenseur central Jan Baranek qui a montré un très bon visage dans ce match.

Malgré cette belle assise défensive, le Viktoria Plzen a surtout péché dans son animation offensive ne trouvant que très peu de fois les solutions et ne se montrant pas vraiment dangereux. Une première défaite pour le nouveau duo Krejci – Horvath après huit matchs victorieux, mais une défaite qui laisse de l’espoir et permet d’envisager le futur d’une belle façon.

Dans l’autre match du groupe, le Rapid a remporté sa deuxième victoire en deux matchs dans un match qu’il a plutôt bien maîtrisé à Borisov, dans l’aréna éponyme.

La légende du Rapid, Steffen Hofmann, a donné les trois points aux Autrichiens d’une belle frappe à l’entrée de la surface à la suite d’un mouvement collectif de qualité, l’un des seuls du match d’ailleurs. Comme contre Plzen, le Dinamo Minsk a semblé avoir peur de l’événement et a joué un jeu totalement bridé, préférant ne pas encaisser de but plutôt que d’en marquer. Pourtant, le Dinamo a posé des soucis au Rapid lorsqu’il y a un tantinet cru, comme sur ce face à face manqué de Beciraj et le poteau d’Udoji, qui a répondu à celui de Jelic en première période pour les Viennois.

Si la différence entre les deux équipes était moindre, au classement, le Rapid a six points et le Dinamo zéro.

 


Groupe F : Une paire de Koubek

Olympique de Marseille 0-1 Slovan Liberec, Sporting Braga 1-0 FC Groningen

On l’attendait, on l’a eu. Oui, le Slovan Liberec a vaincu l’Olympique de Marseille ! Évidemment, certains diront que ce n’était pas mérité mais, à vrai dire, on s’en fout.

Le Slovan Liberec a fait son match, avec ses moyens, un budget bien moindre que l’Olympique de Marseille. Le Slovan Liberec revient de très loin, après une dernière saison galère. Mais le Slovan Liberec a eu du cœur, a la chance d’avoir l’un des meilleurs espoirs tchèques au poste de gardien.

Oui, la victoire est surtout à mettre au profit de Koubek. Lui qui sort d’un très bon Euro avec les espoirs et qui confirme de semaine en semaine ses qualités. Le Slovan Liberec confirme une fois de plus, que ça soit face à l’Olympique de Marseille, le Dukla Praha ou le Sigma Olomouc, que lui mettre un but est très compliqué. Visiblement trop compliqué pour certains joueurs marseillais.

Un résultat qui relance totalement le club tchèque dans une course à la qualification qui est tout à fait envisageable pour les hommes Jindřich Trpišovský. Gratulace do Slovan Liberec !

 


Groupe G : Au bout du suspens pour le Dnipro

Rosenborg 0-1 Dnipro Dnipropetrovsk, Lazio Rome 3-2 AS Saint-Etienne

Vous le savez, le Dnipro nous a fait rêver l’année dernière avec son parcours exceptionnel. Pour être franc, ce ne fut pas vraiment le cas jeudi face à Rosenborg. Si ce sont les hommes de Markevych qui se montreront dangereux les premiers, le match sera par la suite extrêmement serré et aurait pu tourner à l’avantage des deux équipes.

Un avantage qui aurait pu venir en fin de match pour les Norvégiens avec une magnifique tête smashée par Eyjólfsson. Une tête heureusement sauvée par la transversale de Boyko. Quelques minutes seulement après cette énorme occasion, c’est bien les Ukrainiens qui ouvriront le score grâce à une nouvelle tête de la légende, Yevhen Seleznyov, ou le facteur X du club de Dnipropetrovsk. Un but qui scellera le match et donnera une victoire presque inespérée aux Ukrainiens. Mais surtout, une victoire importante après la défaite de Saint-Étienne face à la Lazio Rome.

 


Groupe H : Le Lokomotiv file vers la qualif’

Besiktas 1-1 Sporting Portugal, Lokomotiv Moscou 2-0 Skënderbeu Korçë

Les fans du Lokomotiv ont appris à redouter les rencontres à domicile contre tous les adversaires européens supposés plus « faibles ». Pas besoin de remonter jusqu’aux calendes grecques pour trouver la trace d’une fessée infligée par un outsider : le souvenir de la raclée administrée par les Chypriotes de l’Appolon Limassol (1-4) en barrages de Ligue Europa 2014-2015 est encore dans tous les esprits. A la lecture des compositions d’équipe, la crainte du supporter lambda ne fait que se renforcer : Cherevchenko a choisi de faire tourner. Sur les côtés de la défense, Yanbaev et Logashov remplacent Shishkin et Denisov ; au milieu, Manuel Fernandes prend les commandes, tandis que Maicon relève le défi de faire oublier le feu-follet à la bidoche sur son aile gauche, l’inarrêtable Alan Kasaev !

Côté albanais, Josa a inexplicablement laissé sur le banc une pièce maîtresse de son effectif, le milieu offensif Bledi Shkëmbi, un grognard de 36 ans formé au club qui a été de tous les titres du Skënderbeu, et qui a participé à la victoire 2-1 contre les rivaux du KF Tirana il y a deux semaines. Il finira quand même par rentrer à la 70e minute. Sans leur maître à jouer, les Albanais effectuent pourtant une entame tonitruante. Guilherme, excellent dans la lignée de son match contre le CSKA, parvient à repousser toutes les tentatives adverses. Les ultras du Lokomotiv, toujours en quête de moyens originaux pour récolter des amendes UEFA, entonnent un « Le Kosovo, c’est la Serbie » qui devrait nous assurer un accueil chaleureux pour le retour en Albanie.

Comme souvent depuis le début de la saison, la délivrance arrive par Oumar Niasse, qui assume de mieux en mieux son statut d’héritier de Dame N’Doye, parti en Turquie après une parenthèse à Hull. Yanbaev, excellent pour son 2e match de la saison, adresse un centre tendu au Sénagalais, qui trompe Shehi facilement de la tête (1-0). Le Loko a néanmoins beaucoup de mal à poser le jeu, problème réglé par l’entrée de Miranchuk à la place de Fernandes au retour des vestiaires. Guilherme, décidément impérial cette semaine, permet à son équipe de conserver l’avantage, avant que Samedov ne profite d’une mauvaise sortie du gardien adverse pour doubler la mise (2-0).

Deuxième victoire en deux matchs pour le Lokomotiv, qui prépare de la meilleure des manières le prochain déplacement crucial en Turquie. Le Skënderbeu, lui, devra se ressaisir s’il ne veut pas finir dernier de la poule. Dans l’autre match du groupe, Beşiktaş et le Sporting CP se sont séparés sur un match nul (1-1), ce qui arrange bien les cheminots et profite à la Russie dans la course à l’indice UEFA.

 


Groupe I : Pas de miracle pour le Lech

Belenenses 0-4 Fiorentina, FC Bâle 2-0 Lech Poznan

Deux semaines après son nul décevant face aux Portugais de Belenenses, les Polonais du Lech Poznan se déplaçait en Suisse pour y affronter un adversaire d’un tout autre calibre le FC Bale. Avec pas moins de 5 changements dans son XI de départ, le champion polonais espérait rebondir pour garder ses chances dans la compétition. Malheureusement pour eux le match va être très difficile pour eux, la preuve en chiffres; 0 tir cadré de toute la rencontre, une expulsion dès la 49ème minute …

Les Suisses se montrent dangereux en première mi-temps mais ne trouvent pas la faille, maladroits dans le dernier geste. Ils seront aidé dans la construction de jeu avec l’expulsion de Linetty pour un deuxième jaune à la 49ème minute. Conséquence directe, cinq minutes plus tard Bjarnasson est trouvé sur un long ballon de Samuel dans la surface polonaise et remporte son face à face contre Vaclik. Les Suisses vont faire le break en toute fin de match; sur un centre Janko remise intelligemment de la poitrine vers Embolo qui marque en force. 2-0 score final, ça va être très difficile de se qualifier pour le Lech.

D’autant plus que dans l’autre match de la soirée la Fiorentina s’est amusée contre Belenenses. Victoire 4-0 qui lui permet de prendre la deuxième place à 3 points des Suisses. Belenenses et le club de Poznan partagent la dernière place.

 


Groupe J : Qarabag se place pour la qualif’

Qarabag 1-0 Anderlecht, Monaco 1-1 Tottenham.

Les deux futurs qualifiés du Groupe J s’affrontaient donc au Stade Républicain. Au cours d’une première période assez terne, Richard Almeida a une nouvelle fois fait étalage de toute sa classe. Ayant déjà ouvert la marque à White Hart Lane il y a deux semaines, le magicien brésilien a récidivé à Bakou. Une balade au milieu de terrain, deux joueurs dans le vent et une bévue de Proto sur sa patate des 25 mètres: Qarabag mène méritoirement. Auparavant, Reynaldo aurait du recevoir un pénalty sur un accrochage dans la surface belge. Okaka répondait lui d’un tir lointain passant de peu à côté.

Ezekiel a une occasion en or de rétablir l’égalité au retour des vestiaires mais il n’a fait que confirmer qu’il n’est pas vraiment bon en finition, n’est-ce pas. Le gardien Sehic s’amuse même à capter le ballon en dehors de la surface pour démontrer que cinq arbitres, ça ne fait qu’augmenter le nombre d’yeux mal voyants à dix. Au fur et à mesure du match, Anderlecht presse mais Qarabagh défend et joue le coup et la montre de façon intelligente, sans pour autant être en danger vu l’incapacité des Jaunes d’un soir à se créer des occases. Qarabag tient bon, aurait même pu alourdir la marque sur un tir dévissé d’Almeida en fin de match, et obtient finalement une victoire ô combien importante en vue de sa future qualification pour les 16èmes. Une performance haut-de-gamme pour le club azerbaïdjanais! D’après OptaRaisoncausetoujours, il s’agit d’ailleurs du cinquième match européen consécutif sans encaisser de but à domicile pour les Azerbaïdjanais. Qarapace.

Dans l’autre match dont tout le monde se fout, Monaco et Tottenham se séparent sur un match nul, 1-1, qui place Qarabag en seconde position dans ce groupe J avant d’aller affronter les Monégasques dans deux semaines. Le second des trois longs déplacements pour Qarabag, n’est-ce pas Willy Sagnol ?

 


Groupe K : Sparta, do toho !

Schalke 04 4-0 Asteras Tripolis, Sparta Prague 2-0 APOEL

Dans un Letna pratiquement plein malgré le boycott des ultras du Sparta vis-à-vis de la somme versée aux réfugiés, le club pragois a fait belle figure en s’imposant sans forcer face à l’APOEL.

Avec une défense remaniée après la défaite dans le derby face au Slavia, le club prit rapidement le jeu à son compte et ne le laissa quasiment jamais aux Chypriotes. Dès la 23e, Fatai ouvrira le score sur un beau centre à ras de terre.  Si Krejci marquera par la suite un but hors jeu, il faudra attendre la seconde mi-temps pour voir le second but grâce à Brabec.

Le Sparta Praha a donc parfaitement réagi après sa défaite face au Slavia mais devra rencontrer l’ogre du groupe, Schalke lors de la prochaine journée. Des Allemands facilement vainqueur de l’Asteras Tripolis. Un match qui fut rapidement plié avec trois buts allemands dès la première mi-temps.

 


Groupe L : Le Partizan reçu deux sur deux

AZ Alkmaar 2-1 Athletic Bilbao, Augsbourg 1-3 Partizan Belgrade

Après une victoire sur Alkmaar en ouverture, les Serbes du Partizan se déplaçaient chez l’actuel 16ème de Bundesliga. Il ne faudra qu’une trentaine de secondes pour voir Augsbourg mettre en danger Zivko Zivkovic sur une belle frappe à l’entrée de la surface. Les Allemands vont rapidement installer leur jeu et mettre à rude épreuve la défense serbe. Augsbourg va rater l’ouverture du score avant le quart d’heure de jeu. Seul au 6 mètres, la volée allemande trouvera les jambes d’un défenseur serbe qui sauve sur sa ligne. Double buteur face à l’AZ le Camerounais Aboubakar Oumarou devra céder sa place à Valery Bojinov à la 20eme minute sur blessure. Nouvelle frayeur à la demi-heure de jeu, la tête du Slovène Tim Matavz rase le poteau de Zivkovic. C’est pourtant bien le Partizan qui va refroidir l’ambiance de la WWK Arena. Bien lancé en profondeur sur la droite, le jeune Andrija Zivkovic s’en ira fusiller le gardien d’Augsbourg d’une superbe frappe, se jouant d’une défense allemande apathique. Le paraguayen Bobadilla va réussir à mettre en échec la défense serbe d’un superbe coup du sombrero, malheureusement pour Augsbourg sa frappe finira dans les tribunes. L’arbitre roumain de la rencontre va renvoyer les 22 acteurs aux vestiaires sur un score généreux pour Belgrade.

La seconde période va continuer sur le même rythme offensif pour Augsbourg. Le portier serbe s’imposera à plusieurs reprise pour maintenir le Partizan à flot. Le scénario va se répéter pour les Allemands. Alors dominateurs, c’est pourtant bien les Serbes qui vont doubler la mise à la 54eme sur un csc malheureux du défenseur Ji. Les Allemands vont finalement réagir par l’intermédiaire de Bobadilla après une belle combinaison dans la surface adverse. 1-2 ! Mais voilà le come-back annoncé n’aura pas lieu, Andrija Zivkovic viendra planter le troisième sur un tir dévié. Augsbourg est groggy et verra le Partizan menaçant en contre attaque. Subic laissera ses coéquipiers à 10 après un deuxième jaune. Rien n’y fera pour les Allemands qui vont s’incliner et voir le Partizan engranger six points sur six possibles.

Autre surprise dans le groupe L avec la victoire de l’AZ Alkmaar sur l’Athletic Bilbao. Henriksen puis un csc de Boveda viendrons sceller le sort des espagnols. Le Partizan émerge seul en tête avec six points.

 

La rédaction de Footballski

Ligue Europa 2015/2016 – 2ème journée
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Thomas Ghislain

Thomas Ghislain

La Syldavie gagnera la Coupe du Monde 2018. Folie sur la PMAN.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Górnik Zabrze, l’histoire du roi de Silésie

C'est l'histoire un peu paradoxale d'un club fondé le 14 décembre 1948 dans une ville qui ne s'appelait auparavant pas...

Fermer