Ligue des Champions 2015/2016 – 5ème journée

liguedeschampions
Rémy Garrel
Rémy Garrel - Publié le 26 novembre 2015

Footballski vous fait vivre les aventures européennes des clubs est-européens. L’avant-dernière journée de Ligue des Champions est là !


Groupe A : Le Shakhtar ne verra pas les hutièmes !

  •  Malmö FF 0-5 Paris-SG
  • Shakhtar Donetsk 3-4 Real Madrid

En recevant le Real Madrid à Lviv, le Shakhtar savait que la tâche allait être ardue, d’autant plus que pour espérer une qualification pour le tour suivant, il devait compter sur une défaite du PSG et des victoires sur ses deux derniers matchs. Avec une équipe largement remaniée avec pas moins de sept changements après la gifle reçue ce week-end contre Barcelone, le Real commence ce match sur les chapeaux de roue avec une frappe de Ronaldo, bien servi par Modric, qui finira juste au-dessus. Il faudra 17 minutes pour que les Madrilènes ouvrent le score : Bale, bien lancé en profondeur, lobe Pyatov parti à l’abordage à destination de Ronaldo qui n’a plus qu’à pousser la balle tranquillement au fond. Coup dur également en première mi-temps pour les Madrilènes avec la blessure de Varane qui sera remplacer par Danilo, le score à la pause sera de 1-0.

Le Real va reprendre comme il avait commencé son match, sur les chapeaux de roue. A la 50e minute, Ronaldo, bien servi en profondeur, va adresser un centre en retrait parfait pour Modric qui, d’une belle frappe, va doubler la mise. Le festival madrilène continue puisque deux minutes plus tard, Ronaldo, encore lui, va décaler Carvajal qui, d’un joli tir enroulé, va tromper Pyatov. Le festival Ronaldo va se conclure à la 70e minute, sur un beau déboulé de Bale, le Gallois adresse un bon centre à ras de terre dans la surface, le Portugais va reprendre instantanément. C’est contré mais ça revient… sur Ronaldo qui signe son doublé.

On pensait alors le match totalement terminé pour des Ukrainiens au fond du trou mais le club de Donetsk, avec la volonté qu’on lui connaît, était proche de l’exploit. A la 76e, Taison obtient un penalty suite à une faute dans la surface de Casemiro, Teixeira va tromper Casilla même si celui-ci est parti du bon côté. A la 83e minute, Dentinho réduit le score sur corner avec un but de la poitrine et enfin, à la 88e, Teixeira va bien enrouler sa frappe dans la surface et s’offrir un doublé. Insuffisant néanmoins pour ramener le point du nul lors de cette rencontre.

Le Shakthar est éliminé car, dans le même temps, le PSG s’est baladé contre Malmö : victoire 5-0 des Parisiens avec des buts d’Ibrahimovic, Lucas, Rabiot et un doublé de Di Maria. Au classement, le Real est premier, trois points devant le PSG tandis que le Shakhtar est troisième ex-aequo avec Malmö mais avec une meilleure différence de buts.

 


Groupe B : Le CSKA n’y arrive plus

  • CSKA Moscou 0-2 VfL Wolfsbourg
  • Manchester United 0-0 PSV Eindhoven

Rien ne va plus du coté du CSKA Moscou, en perte de vitesse depuis le début du mois de novembre et qui reste sur trois défaites consécutives.

La réception de Wolfsburg dans l’optique de la qualification en huitièmes de finale devait sonner la révolte coté moscovite, mais malheureusement, le manque de réalisme et les problèmes défensifs récurrents ont enrayé la bonne volonté des joueurs de Slutsky, dominateurs mais une nouvelle fois punis par le réalisme froid des Allemands de Wolfsburg.

Il ne se passe pas grand chose en première période. Les deux équipes se jaugent et les occasions sont rares, la première frappe intervient a la 25e minute sur initiative d’Alan Dzagoev. La deuxième période en revanche est plus mouvementée mais ne réussit toujours pas au CSKA Moscou qui combine bien offensivement mais qui ne parvient pas à trouver le chemin des filets, comme à la 62ème minute quand la talonnade astucieuse de Dzagoev trouve Zoran Tosic à l’entrée de la surface. Le Serbe ajuste une frappe enroulée qui termine sur le poteau de Benaglio.

Quelques minutes plus tard et à la surprise générale, les Allemands ouvrent le score grâce à une faute de main d’Akinfeev sur une frappe pourtant anodine d’André Schïrrle qui semblait prendre le chemin de la touche à l’opposée. Le CSKA va continuer à pousser sur le but allemand, obligeant Benaglio à s’illustrer, notamment avec une parade sur sa ligne. Mais, en fin de match, les Allemands vont faire le break quand Schürrle va tromper une nouvelle fois la vigilance du gardien, bien servi par Sebastian Jung et complètement libre de tout marquage.

Le CSKA devait impérativement s’imposer pour espérer pouvoir se qualifier en huitièmes. Désormais, les Moscovites vont tenter d’accrocher la troisième place qualificative pour l’Europa League. Une nouvelle prestation décevante et assez inquiétante pour le CSKA Moscou qui semble plus que jamais à bout de souffle à l’approche de la longue trêve hivernale.

Dans l’autre match du groupe, le PSV Eindhoven a tenu en échec Manchester United, 0-0, à Old Trafford. Pas de conséquence directe pour le CSKA Moscou qui devra s’imposer quoi qu’il arrive aux Pays-Bas pour espérer accrocher la troisième place.

 


Groupe C : Que de regrets pour Astana !

  • Astana 2-2 Benfica Lisbonne
  • Atlético Madrid 2-0 Galatasaray

Après deux matchs nuls à domicile, le tout frais double champion du Kazakhstan recevait les Portugais du Benfica pour leur dernière sortie dans leur piégeuse Astana Arena. Des Portugais qui ont, au passage, battu un record en parcourant plus de 6 000 km pour disputer ce match ! En plus de la fatigue due à ce trajet en semaine, le Benfica est affaibli par les absences de son capitaine Luisao et de son maître à jouer Gaitan. Au grand complet, le FC Astana a donc un coup à jouer pour créer la surprise et battre le leader du groupe. Et tout démarre en ce sens : alors que les Lisboètes s’installent dans le camp adverse, les Kazakhs jouent (comme d’habitude dans cette compétition) en contre, avec deux belles occasions coup sur coup. S’il rate la première du pied, Patrick Twumasi ne se manque pas avec la tête. Sur un centre de l’ancien d’Anderlecht Junior Kabananga, le Ghanéen prend la défense de vitesse au second poteau et propulse le ballon dans le but de Julio Cesar. A la 20e minute, tout se passe comme prévu, et encore mieux. Régulièrement mise à mal par la vitesse des ailiers africains Kéthévoama et Twumasi, la défense portugaise est dépassée par les événements. Et craque une deuxième fois à la demi-heure de jeu. Sur un coup-franc tiré côté gauche par Kéthévoama, Cañas et Anicic se retrouvent complètement seuls à la retombée du ballon, à deux mètres à peine du but. Les deux joueurs d’Astana manquent de se gêner, et c’est Anicic qui marque en déviant à peine le ballon de l’arrière du crâne. 2-0, l’ambiance est survoltée !

Minée par ses errements défensifs, l’équipe lusitanienne va refroidir l’atmosphère avant la pause. Sur un centre de Jonas, Raul Jimenez bat Evgueniy Postnikov dans un duel aérien et réduit la marque d’une puissante tête au premier poteau d’un Nenad Eric qui n’a guère le temps de réagir. Le tournant du match intervient quelques minutes plus tard: sur une nouvelle contre-attaque kazakhe, le jeune Lisandro Lopez, titularisé en lieu et place de Luisao, fait une grossière obstruction sur Twumasi qui filait au but. Clément, l’arbitre ne sort qu’un carton jaune et n’expulse pas le défenseur qui l’aurait pourtant certainement mérité. A 2-1 à la pause, les choses restent ouvertes. La seconde période est tout aussi animée. Jonas et Kabananga ont chacun une occasion franche pour les deux équipes. Mais c’est finalement Benfica qui marque: sur un centre d’Almeida, Raul Jimenez rate sa reprise… qui rebondit mollement devant la cage d’Eric avant de taper le poteau et d’entrer dans le but! Pris à contre-pied, le portier serbe a tout le temps de voir le ballon lui filer hors de portée. La fatigue aidant, la fin de match n’est pas aussi excitante que la première heure, et les deux équipes se séparent sur ce score de 2-2.

Le FC Astana reste donc invaincu à domicile dans cette Ligue des Champions. Si beaucoup auraient signé pour une telle performance le soir du tirage au sort, ce match nul a ce soir un goût amer tant son efficacité offensive aurait pu permettre au club kazakh de s’offrir sa première victoire dans la compétition. D’autant plus rageant que cette victoire lui aurait permis de passer devant Galatasaray au classement! Victimes d’un grand Griezmann, auteur d’un doublé, les Turcs se sont inclinés à Madrid. Loin derrière Benfica, déjà qualifié, et l’Atlético, qui l’est quasiment, le FC Astana est maintenant dans l’obligation de s’imposer à Istanbul pour se qualifier en Europa League.

 


Groupe E : Pas de malade au BATE

  • FC Barcelone 6-1 AS Rome
  • BATE Borisov 1-1 Bayer Leverkusen

Il ne fallait pas arriver à la bourre à la Borisov Arena, mardi en fin de soirée. Dès la première minute de jeu, Bernd Leno, congelé dans le froid de Borisov, offre l’ouverture du score à Mikhail Gordeychuk sur une frappe qui n’était pourtant pas franchement un boulet de canon et qui passe entre ses jambes. Pour Leverkusen, qui devait s’imposer pour pouvoir garder son destin entre ses mains, c’est un coup dur. Pour le BATE en revanche, le scénario de Rome se répète. Provisoirement en tout cas, puisque le match va rapidement se transformer en une passe à dix pour les Allemands. Le problème étant qu’elle ne mène à rien pour deux raisons. D’une, le manque de mouvements des joueurs du Bayer. De deux, le très bon placement défensif des Biélorusses. Sergey Chernik réussissant les parades à réussir, le BATE mène plutôt tranquillement à la mi-temps.

Les joueurs de Roger Schmidt vont donc s’en remettre à la réussite pour s’en sortir et obtenir un point. Un moindre mal. Sur un beau mouvement qui conclut une période de domination assez nette mais sans efficacité, Mehmedi tente un centre qui se termine… à la base du poteau – rentrant – opposé de Chernik. Le BATE n’est alors plus dangereux et laisse le ballon au Bayer qui se fait le siège du but du gardien biélorusse, sans pouvoir néanmoins trouver l’ouverture. Une belle performance biélorusse qui, bien que ce sera compliqué à Rome, garde une chance de poursuivre son aventure européenne cette année. Pour Leverkusen, ça se complique. Un résultat à domicile face au Barça sera obligatoire. Un match nul qui n’arrange personne… sauf la Roma. La claque prise à Barcelone est anecdotique.

 


Groupe F : Une cinquième journée sans surprise

  • Arsenal 3-0 Dinamo Zagreb
  • Bayern Munich 4-0 Olympiakos

Cette journée n’a finalement surpris personne, les deux favoris dans chacun des deux matchs ont largement surclassé leur adversaire direct. 

L’Olympiakos n’espérait pas grand-chose de son déplacement en Bavière et le Dinamo avait fini d’y croire depuis sa défaite au Karaiskaki du Pirée lors de la 4ème journée. Les Grecs absents, dépassés, maladroits et en plus malchanceux en début de match ne purent rien revendiquer dans la rencontre pour la première place du groupe. Les trois premières demi-possibilités des Allemands firent mouche. Les jambes coupées, les joueurs de l’Olympiakos ne s’en remettront jamais. Les Grecs patienteront jusqu’à la fin du match en espérant limiter la casse. Même l’exclusion de Badstuber à la 52ème n’incita aucun esprit de révolte chez les Rouge et Blanc. Coman ponctua son excellent match d’un but à la suite d’un superbe mouvement en triangle avec Lahm et Müller. Le Bayern par cette victoire, s’assure la première place du groupe F.

Du côté de l’Emirates, les Croates du Dinamo ne pouvaient rivaliser face à Arsenal dont les deux grandes stars, Özil et Sánchez étaient en formes ce soir. On s’y attendait mais on aura droit à une finale lors de la dernière journée au Karaiskaki, où Arsenal devra gagner par deux buts d’écart pour empêcher les Grecs de représenter Footballski en huitièmes de finale de Champions League.

 


Groupe G : Le Dynamo en ballotage favorable

  • Porto 0-2 Dynamo Kiev
  • Maccabi Tel Aviv 0-4 Chelsea

Après un nul à l’aller, les deux formations se présentaient face à face pour l’avant-dernier round de cette phase de poule.

Les Portugais seront les premiers à se montrer dans la rencontre avec une frappe de Danilo, dès la deuxième minute, qui va passer de peu à côté du but ukrainien. Porto joue très haut en ce début de rencontre et prive le Dynamo de ballon. La réplique intervient après vingt minutes de jeu et une frappe enroulé de Derlis Gonzalez qui n’inquiéte par Iker Casillas. En revanche, le gardien espagnol doit s’employer d’une belle claquette pour sortir une nouvelle bonne frappe de Gonzalez. Le Dynamo reprend la main peu à peu et frôle l’ouverture du score avec une énorme double occasion. Le centre de Yamolenko termine sur la tête de Denys Garmash avant de lourdement frapper le poteau de Casillas. Dans la foulée, c’est Junior Moares du bout du pied qui va à son tour rater le cadre. Les Ukrainiens vont être récompensés de leurs efforts avec l’ouverture du score sur penalty après une faute de Gianelli Imbula sur Sergiy Rybalka. Yarmolenko se charge de la sanction. 1-0. Le FC Porto a toutes les peines du monde à se relancer dans cette première période et notamment à faire parvenir les ballons en attaque à Vincent Aboubakar. Le résultat est logique à la pause.

Le FC Porto va revenir sur la pelouse avec de biens meilleures intentions et beaucoup plus d’impact dans les duels. Une petite erreur de relance côté portugais amène une nouvelle occasion pour les Ukrainiens. Iker Casillas sauve les meubles avec un magnifique arrêt sur la frappe de Junior Moraes. Malheureusement pour le portier espagnol, la bourde du match est pour lui quelques secondes plus tard. Le déboulé plein axe de Derlis Gonzalez aboutit par une frappe mal renvoyée par le portier du FC Porto qui voit le ballon retomber au font des filets. Porto est KO, ça fait 2-0 ! Malgré les sifflets et les changements opérés, la révolte n’a pas lieu. Sergiy Rybalka alerte pourtant son gardien Shovkovskiy sur un centre détourné sur son propre poteau. Sans conséquence. Les faiblesses du soir du FC Porto parfaitement exposées par le Dynamo qui va s’imposer assez logiquement au Stade du Dragon. Kiev reste plus que jamais dans la course à la qualification avec la réception du Maccabi Tel Aviv dans deux semaines.

Dans l’autre rencontre, Chelsea s’impose 4 à 0 en Israël et prend la tête du groupe avec 10 points.

 


Groupe H : Le Zenit, cinq sur cinq

  • Olympique Lyonnais 1-2 La Gantoise
  • Zenit Saint-Pétersbourg 2-0 Valence

Face à Valence, un match nul suffisait au Zenit Saint-Pétersbourg pour s’assurer la première place du groupe H. Même une défaite n’était pas forcément rédhibitoire à condition que l’écart ne dépasse pas un but et que le score soit au maximum de 3-2.

Contrairement au match aller, où il avait été sévèrement malmené, le Zenit a pris cette rencontre par le bon bout. Il ne lui fallait qu’un quart d’heure pour ouvrir le score : Dzyuba interceptait une mauvaise relance de la défense espagnole et pouvait lancer Shatov qui remportait son duel face à Jaume Domenech.

En deuxième mi-temps, Valence pensera égaliser par l’intermédiaire de Santi Mina mais ce dernier était à juste titre signalé hors-jeu (66′). C’est finalement le Zenit qui ajoutera un deuxième but par Artyom Dzyuba, à la conclusion d’une action à une touche de balle menée par Danny et Shatov (74′). C’est le cinquième but de l’international russe dans cette Ligue des Champions. En supériorité numérique après l’exclusion de Rúben Vezo (80′), les Russes manqueront à de nombreuses reprises l’occasion d’aggraver la marque. Cela n’aura pas trop d’incidence : le Zenit l’emporte (2-0), assure sa première place et continue son parcours sans-faute.

Dans l’autre rencontre, La Gantoise l’a emporté à Lyon (2-1). Les Gones éliminés de toute compétition européenne et le Zenit étant assuré de terminer en tête, c’est entre La Gantoise et Valence que se jouera, à distance, la deuxième place du groupe.

Les Belges recevront un Zenit qui n’aura rien à jouer mais qui pourrait, en cas de victoire, réaliser un six sur six en phase de groupes.

La rédaction Footballski


Photo à la une : © uefa.com

Ligue des Champions 2015/2016 – 5ème journée
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Rémy Garrel

Rémy Garrel

Consommateur de vodka, amoureux du Dynamo Kiev, défends l'intégrité territoriale de l'Ukraine sur Footballski.

Gloire à nous, gloire aux héros !

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
L’oeil du recruteur #3 : Andrija Zivkovic

L’œil du recruteur revient et c’est toujours le même principe. Un rapport détaillé, technico-tactique d’un joueur de nos championnats, tous les quinze...

Fermer