Ligue des Champions 2017/2018 : barrage aller

Thomas Ghislain
Thomas Ghislain - Publié le 18 août 2017

On y est. Les portes sont là, devant nous. Derrière elles, le bifton, les mardi et mercredi soir de fête, la gloire, les stades pleins, la petite musique lorsque les gladiateurs rentrent dans l’arène, les stars mondiales à domicile, une exposition médiatique inédite. Pour les franchir, il va falloir, durant deux manches, se battre jusqu’au K.O., transpercer les filets, jouer au bluff, se comporter en champions, cogner l’adversaire, ne pas sentir les crampes jusqu’à ce que les larmes coulent, de joie ou de tristesse. La première manche, les barrages aller, vous est contée pour les clubs de notre contrée.

Les choix de la rédaction

Qarabag (AZE) – FC Copenhague (DAN) : 1-0

Qarabag avait rendez-vous avec l’histoire en accueillant Copenhague, pour son premier match à ce stade de la compétition. Les premières minutes ont été cependant synonymes de frayeur à Bakou, puisqu’à peine le coup d’envoi donné, Ndlovu tombe à terre, sonné, et semble promis à un précoce remplacement. Heureusement, il n’en est rien et le Sud-africain revient sur la pelouse. Qarabag contrôle une rencontre assez terne, en armant quelques frappes peu inquiétantes pour les Danois tandis que ceux-ci répondent sur phases arrêtées, mais Sehic et sa défense veillent au grain, tout en ayant de la chance sur cette tête de Santander qui passe juste à côté. Sur une longue touche dont Kvist a le secret, les locaux se dégagent et arment un contre rapide, avec Ndlovu à la baguette. Son tir puissant du gauche est repoussé par le montant, dans les pieds d’un Mahir Madatov tout heureux d’avoir suivi l’action, contrairement à l’arrière-garde danoise. Ouverture du score du jeune attaquant de 20 ans, Qarabag est alors dans un fauteuil. Le ballon tourne, Copenhague reste peu dangereux, Richard régule le milieu comme il sait le faire si majestueusement, et voilà la mi-temps sifflée.

Le deuxième acte démarre fort, avec Copenhague qui pousse, et Qarabag qui contre-attaque. Un nouveau tir puissant de Ndlovu est détourné par le gardien, les essais d’Agolli puis de Guerrier passent à côté, Copenhague est trop timoré et beaucoup trop imprécis dans ses mouvements. Sur un nouveau contre, Michel tire, Olsen repousse en corner, et sur celui-ci, Michel retire, et Olsen re-repousse. Copenhague plie, Madatov s’y essaie, mais Olsen capte. Qarabag reprend le contrôle du match. Le 4-3-3 mis en place par Gurbanov, entre possession de balle, jeux en triangle, utilisation de toute la largeur du terrain et un Richard en plaque tournante, si ce n’est pas le Barcelone duquel il s’inspire, du moins semble étouffant pour Copenhague, qui n’arrive pas à le faire vaciller et tremble à chacune des incursions adverses.

Face à un champion du Danemark qui n’est pas au meilleur de sa forme, il faut le souligner, Qarabag a rendu une excellente copie et ses joueurs ont montré qu’ils avaient bel et bien leur place parmi les barragistes, voire mieux. Une solidité défensive à toute épreuve leur permet de voyager au Danemark sans ce foutu but à l’extérieur. A eux de le mettre au retour, car ils en ont les moyens. Le club n’a jamais été si près de toucher les étoiles, et la Terre de Feu de brûler toute entière pour son champion la semaine prochaine.

https://www.youtube.com/watch?v=gYIcYyXqdXE

Young Boys Berne (SUI) – CSKA Moscou (RUS) : 0-1

Il est là ! C’est le hold-up du milieu de semaine. Une victoire improbable pour le CSKA Moscou compte tenu de la prestation très moyenne des joueurs de Viktor Goncharenko. Après une première mi-temps plutôt équilibrée dans laquelle les deux équipes ont eu des opportunités d’ouvrir le score, les Suisses ont largement pris la direction des opérations dans la deuxième moitié du match, sans pour autant réussir à ouvrir le score, les coéquipiers de Guillaume Hoarau et Yoric Ravet étant beaucoup trop maladroits devant le but gardé par Igor Akinfeev dont les clean sheets en Ligue des Champions vont commencer à devenir une habitude.

Et puis arrive cette 91e minute. Sur un long ballon anodin, Nuhu Kasim, le défenseur central ghanéen des Young Boys et un des meilleurs joueurs sur le terrain ce mardi, manque une première fois sa remise de la tête vers son gardien. Le ballon étant longuement en l’air, Kasim décide de faire une deuxième remise vers son gardien… qui était venu à sa rencontre à la limite de la surface de réparation. Une erreur de communication, un moment de panique alors que le Ghanéen ne subissait aucun pressing et voilà les Young Boys qui font une opération catastrophique dans l’optique de la qualification. Une aubaine pour le CSKA qui n’en demandait pas tant, mais la qualification est loin d’être acquise au vu de la prestation russe de ce match.

APOEL Nicosie (CHY) – Slavia Praha (CZE) : 2-0

Alors que les clubs tchèques n’ont pas connu de grandes réussites européennes cet été, le Slavia Praha restait le dernier espoir et porte-étendard de ce football et des ambitions qu’il nourrit. Autant dire que ce match aller n’a fait que refroidir encore un peu plus le pays. Pourtant, le club de la capitale tchèque semblait relativement favori de cette double confrontation, car si l’APOEL a le mérite de posséder une certaine expérience accumulée au fil de ces dernières saisons, le Slavia, lui, n’a pas hésité à sortir l’argent pour s’attacher une équipe qui, sur le papier, a tout pour arriver dans la phase de groupes. Oui, mais voilà, la réalité du terrain est toute autre et la défense tchèque a pris l’eau comme rarement lors de son voyage sur l’île.

Privé de Simon Deli, véritable leader défensif de cette équipe, le Slavia se fait rapidement malmener et encaisse deux buts coup sur coup. Le premier par l’intermédiaire de De Camargo, bien connu des amateurs de football belge, tandis que le second, quelques minutes plus tard, par Aloneftis, sur un lob absolument somptueux. Un match plié en quelques minutes de jeu, faisant exploser le public chypriote et mettant à terre les espoirs tchèques pour ce match aller. Si le Slavia se procure quelques occasions par la suite, ces derniers doivent se heurter à un Boy Waterman des grands soirs, repoussant la plupart des actions dangereuses et réussissant par la même occasion des doubles sauvetages somptueux. Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas.

 

https://www.youtube.com/watch?v=t0M4eqCn6QM

Olympiakos (GRE) – NK Rijeka (CRO) : 2-1

Pendant longtemps, ce match a ressemblé à celui que l’on voit tant de fois : une équipe à domicile qui domine et monopolise le ballon, qui se crée beaucoup d’occasions et qui ne les concrétise pas. Et une équipe visiteuse qui fait le dos rond, opère en contre et ouvre le score sur son premier tir cadré. C’est ce qui est arrivé mercredi soir, quand Heber, servi à l’entrée de la surface, élimine astucieusement Romao d’une petite talonnade, avant de crucifier Kapino au premier poteau (42′). Avant ça, le Comorien Ben a eu quatre opportunités plutôt franches d’ouvrir la marque, mais manquait de précision. Et à ce niveau, ça ne pardonne guère, même face à Rijeka…

Mais Besnik Hasi, le coach de l’Olympiakos, avait plus d’un tour dans sa manche, et un banc sans doute plus fourni que celui de son homologue croate. La preuve ? L’entrée de Fortounis à la 65′ qui, sur son premier ballon, trouve Ofoe en retrait. Le Belge ne se fait pas prier pour envoyer un missile qui transperce les filets de Sluga (66′). Là, les Grecs intensifient leur domination, face à des Croates qui ont de plus en plus de mal à ressortir le ballon. Pour un deuxième jaune après une faute de main, Zuta est expulsé à l’entame des dix dernières minutes, laissant Rijeka subir encore plus. Et la délivrance arrive finalement dans les arrêts de jeu quand, sur un centre d’Ellabdelaoui, Romao place une tête réflexe qui surprend Sluga. 2-1, 93′, et une situation un peu plus confortable avant le retour en Croatie la semaine prochaine. Mais il ne faudra pas tant gâcher, car ça ne passera sans doute pas deux fois…

Celtic FC(SCO) – FC Astana (KZH) : 5-0

Un match entre habitués du tour préliminaire de la Ligue des Champions. Après avoir sorti le Legia Varsovie, le club kazakh s’attaque cette fois-ci au Celtic FC, autre équipe bien connue… Les Kazakhs se présentaient avec Mokin dans les buts en remplacement d’Erić, Stoilov faisant une rotation avec ses gardiens pour les matchs européens. Grand mal lui a pris. L’équipe visiteuse était venue en un 4-5-1 plutôt compact, avec des lignes serrées et jouant sur la vitesse mais le non remplacement de Maksimovic se fait sentir, il n’y a plus personne pour garder le ballon et dicter le jeu. Forrest et Kieran Tierney jouent haut pour le Celtic, ce qui déroute Astana. Les locaux prennent l’ascendant avec un but contre son camp de Postnikov à la suite d’une très belle remontée de balle de Rogic à la 32ème. Scott Sinclair, parti à la limite du hors jeu entre les deux défenseurs centraux, aligne le gardien. 2-0 à la mi-temps et on ne voit pas comment Astana, trop brouillon, pas assez inspiré, peut revenir au score.

Certes, les visiteurs sont disciplinés et appliqués mais le réalisme du Celtic ne leur laisse pas une grande marge de manoeuvre. Le troisième but, encore une fois de Sinclair, est un remake du second. Lancé dans la profondeur, il crucifie le gardien d’un petit pont. 3-0 à la 60ème. De son côté, Astana ne perd pas ses bonnes habitudes et Shitov prend son carton habituel. James Forrest marque le quatrième but des Vert et Blanc à la suite d’un très bon travail de Griffiths. Ce dernier se permet même le luxe d’inscrire un cinquième but à la 88ème. Le match se termine avec 65% de possession pour le Celtic, illustrant le naufrage d’Astana malgré leurs dix tirs dont deux cadrés. L’équipe d’Astana n’a pas été en mesure d’inquiéter Glasgow, ce sera selon toutes vraisemblances la Ligue Europa pour eux.

Les autres résultats

Hapoel Beer Sheva 2-1 Maribor

Maribor a réussi à planter ce petit pion à l’extérieur qui leur permet de garder ses chances en vue du match retour. Mais attention, Beer Sheva n’est pas un simple client et ses performances de l’an passé prouvent, s’il fallait en douter, leur ambition de rejoindre les groupes de la C1 dès cet été. Après Honved et Ludogorets, Maribor est le dernier rempart Footballski à essayer de ne pas subir la loi des Israéliens.

Sporting 0-0 FCSB

Malgré les absences de Balasa et Budescu, le Steaua a tenu bon face à un Sporting qui partait favori et qui a tenu le ballon mais n’en a pas fait grand chose. Golofca, qui jouait encore au FC Botosani il y a quelques semaines, vit un rêve éveillé puisqu’il a débuté la reprise au stade José Alvalade, tout comme Teixeira qu’on annonçait incertain. Il s’agit d’un très bon résultat ramené du Portugal en vue du retour, mercredi prochain, à Bucarest, dans un stade qui devrait faire le plein pour encourager le FCSB à faire son grand retour en Ligue des Champions. A noter toutefois l’exclusion de Pintilii, qui manquera à coup sûr aux hommes de Dica.

La rédaction de Footballski


Image à la une : © STUART WALLACE / BACKPAGE IMAGES Ltd / DPPI via AFP Photos

Ligue des Champions 2017/2018 : barrage aller
5 (100%) 3 votes

A propos de l'auteur

Thomas Ghislain

Thomas Ghislain

La Syldavie gagnera la Coupe du Monde 2018. Folie sur la PMAN.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Cooperativa : la corruption jusqu’à la moelle 

Au tournant des années 1990, alors que Generația de Aur (la génération dorée) qui donna au monde du foot le...

Fermer