Ligue des champions 2016-2017 : Deuxième tour de qualification retour

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 21 juillet 2016

Depuis la semaine dernière, la grande Ligue des Champions est de retour et comme toujours, c’est bien la période estivale qui est la plus intéressante, grâce à des rencontres qui voient s’affronter de vrais champions et non des troisièmes ou quatrièmes. Aujourd’hui, nous revenons ensemble sur le deuxième tour retour de la phase de qualification, avec 22 de nos représentants répartis sur treize affiches entre mardi et mercredi.

 FK Liepaja (LET) 0 – 2 Red Bull Salzburg (AUT) [Aller 0 – 1]

Élimination logique et attendue pour cette équipe de Liepaja opposé à un adversaire d’une autre dimension footballistique et à la puissance financière incomparable. Autant le résultat du match aller (courte défaite 1-0 en terre autrichienne) était en soit déjà une performance sur fond de surprise pour les Lettons, autant hier soir le score et la physionomie du match ont parfaitement reflété l’écart qu’il existe entre ces deux adversaires. Malgré une tactique basée sur la contre-attaque et l’utilisation à outrance de jeu long, les hommes de Viktors Dobrecos (l’entraîneur du FK Liepaja) ne sont pas parvenus à tromper l’arrière-garde autrichienne qui a fait preuve de sérieux et d’organisation. Bref, ce n’est pas une surprise, fin de l’aventure en Champions League pour le FK Liepaja qui va devoir maintenant concentrer sur le championnat ou le Spartaks Jurmala sera dur à aller chercher cette année…

Alashkert (ARM) 1 – 1 Dinamo Tbilisi (GEO) [Aller 0 – 2]

Le Dinamo se qualifie tranquillement pour le 3ème tour grâce à ce nul face à une équipe d’Alashkert qui aura montré ses faiblesses abyssales en défense. Jighauri, déjà très en vue à l’aller, s’est particulièrement amusé, tout en contrôle orienté mettant dans le vent ses adversaires et feintes capables d’enrhumer 3 joueurs d’un coup. Du coup c’est lui qui ouvre le score à l’affût d’une frappe mal bloquée par le gardien arménien. Mais nul doute que Jarabek, l’entraîneur slovaque du Dinamo, aura des points négatifs à souligner, et en premier lieu l’inefficacité de ses attaquants ratant une bonne dizaine d’occasions, dont plusieurs surnombres dans les 20 derniers mètres. Les Géorgiens encaissèrent même un but sur l’une des rares incursions arméniennes dans le camp géorgien. Il faudra être beaucoup plus sérieux face au Dinamo Zagreb dès mardi prochain si le Dinamo veut pouvoir espérer goûter à un tour préliminaire de Ligue des Champions. A noter cependant l’entrée en jeu de Mate Tsintsadze, jeune et très prometteur milieu de terrain, de retour de blessure, et qui n’avait plus joué depuis 6 mois.

Seinäjoen JK (FIN) 2 – 2 BATE Borisov [Aller 0 – 2]

 Le BATE Borisov n’a pas vraiment eu à forcer son talent pour venir à bout du champion en titre de Veikkausliiga, dans un match retour qui n’avait pas forcément beaucoup d’enjeu. La grosse domination biélorusse du match aller ne laissait pas penser que le SJK pouvait prétendre à espérer se qualifier, et ce fut le cas. Après deux buts rapides signés Karnitskiy et Rios, le Biélorusso-Péruvien, le SJK devait inscrire cinq buts pour se qualifier. Mission impossible face à une équipe qui est désormais une valeur sûre à ce stade de la compétition. Le club d’Abdoulaye Meïté a quand même réussi à obtenir le match nul grâce à deux buts de Ngueukam et Riski, un petit lot de consolation pour le SJK qui voit là son aventure européenne prendre fin prématurément. Pour le BATE Borisov, ça continue et ce sera face au champion d’Irlande, Dundalk, qui a éliminé son homologue islandais. Un remake du deuxième tour préliminaire de l’année dernière où le BATE avait difficilement éliminé Dundalk.

 Sheriff Tiraspol (MOL) 0 – 0 Hapoel Beer-Sheva (ISR) [Aller 2 – 3]

Grosse déception pour le football moldave. A l’heure qu’il est, le Zimbru reste le dernier représentant en coupes européennes mais devra batailler pour y rester (retour à Ankara face à Osmanlispor ce jeudi, 2-2 à l’aller). Dans un stade à moitié plein, le Sheriff n’est jamais parvenu à emballer réellement la rencontre. Avec Ricardinho sur le banc, Irles gardait sans doute son joker pour dynamiter une défense usée par la paire croate Subotic-Ivancic. Mais ce ne fut pas le cas. Mitrev fut mis plusieurs fois à contribution par les Israéliens, qui ont bien géré leur confrontation, quand son homologue Goresh n’a pratiquement pas sali ses gants. Un but suffisait au bonheur du Sheriff, et ce coup-franc à la 93e à l’entrée de la surface, sur une faute d’Hoban qui lui vaut un second carton jaune, semblait l’opportunité idéale de poursuivre l’aventure européenne. Malheureusement, il ne donnera rien et l’arbitre siffle la fin d’un match assez moyen, et par là de la saison européenne du Sheriff. Pour la deuxième année consécutive, le Sheriff ne passe pas le premier tour d’une coupe européenne. Sale soirée.

 Dinamo Zagreb (CRO) 3 – 2 Vardar Skopje (MAC) [Aller 2 – 1]

Tout le monde ne parlait que de lui. Marko Pjaca a tiré sa révérence sur un doublé. Alors qu’il était déjà en train de parfaire son italien pour pouvoir commander des lasagnes à Turin, son entraîneur Kranjcar avait choisi la tactique « tout le monde fait la passe à Pjaca ». Un joker qui ne sera donc plus utilisable à l’avenir.

Avec sa victoire et les 2 buts à l’extérieur, le Dinamo commençait son match prudemment. Tout le contraire de Skopje qui pressait très haut et empêchait toute relance de Matel et ses coéquipiers défenseurs. Etant donné que leur niveau est assez loin de celui de Boateng et Hummels par exemple, le plan macédonien marcha parfaitement et le Dinamo se trouva en incapacité de relancer proprement et de construire. Après une demi-heure et une multitude de ballons dangereux perdus, les défenseurs croates envoyèrent de longs ballons vers Hodzic et Soudani. A la fin, Pjaca avait la balle et brisa le côté gauche, servant ses coéquipiers dans de bonnes conditions ou finissant lui même les actions. De l’autre côté, la stratégie était plus élaborée. Asani, ailier droit, repiquait au milieu pour laisser l’arrière droit Hambardzumyan prendre le couloir et proposer des solutions dans le dos des défenseurs du Dinamo, jamais bien placés. Une tactique qui fonctionnait bien, Asani distrayant Matel, Stojanovic et Sigali ne suivant jamais pendant que Pjaca accompagnait les montées d’Hambardzumyan seulement du regard. Mais le Vardar n’était pas réaliste. Jusqu’à la 39ème minute. Au moment où Machado était inutilement aligné avec sa défense et laissait Velkoski tirer tranquillement à 30 mètres des buts.

Heureusement, le Dinamo décida de montrer plus d’agressivité en deuxième mi-temps, sans se montrer brillant. Un énième long ballon déboucha sur un pénalty peu évident transformé par Pjaca. Moins de dix minutes plus tard, un tacle engagé très haut permit aux Macédoniens de récupérer la balle et d’amorcer un beau mouvement sur 30 mètres conclut par ce diable de Velkoski. 3-3 sur l’ensemble des deux matchs avec 2 buts marqués à l’extérieur chacun : égalité parfaite. Sauf que cela ne pouvait pas en rester là. Spirovski eut une mauvaise inspiration en mettant la main dans la surface. Il n’en fallait pas plus à Pjaca pour inscrire son doublé et partir sous des honneurs mérités. Le plan macédonien, qui avait pourtant bien fonctionné, était réduit à néant. La faute à deux erreurs défensives qui a profité à l’incontesté champion européen du nombre de matchs disputés en tour préliminaires de Ligue des Champions. Le très beau but du très grand Machado acheva une soirée au goût d’inachevé. On en a l’habitude avec ce Dinamo.

Mladost Podgorica (MNT) 0 – 3 Ludogorets Razgrad (BUL) [Aller 0 – 2]

Facile vainqueur du Mladost Podgorica la semaine précédente dans son antre, le Ludogorets était forcément optimiste avant le déplacement dans la capitale du Monténégro. Largement dominateur, le champion bulgare va s’appuyer sur trois joueurs, Marcelinho, Lukoki et Wanderson, intenables ce soir-là. Pourtant les Bulgares vont mettre du temps avant de trouver la faille du 4-4-1-1 instauré par Rakojevic, l’entraîneur du Mladost. Suite à une faute dans la surface du club de Podgorica, Moti se charge du penalty, mais le loupe ! Sans conséquence puisque juste avant la mi-temps, Lukoki va ouvrir le score d’une belle frappe enroulée qui finit sa course dans le petit filet. Au retour des vestiaires c’est au tour de Wanderson d’inscrire sur son nom sur le tableau d’affichage ; auteur d’un magnifique slalom dans la défense du Mladost, plus que statique, il double la mise. Enfin Lukoki, encore lui, va tripler la mise à l’heure de jeu. Victoire tranquille 3-0 pour le champion de Bulgarie contre un Mladost qui n’aura rien pu faire.

 Ferencváros (HON) 1 – 1 (1-3 TaB) Partizani (ALB) [Aller 1 – 1]

Après le match nul (1-1) obtenu à Tirana lors du match aller, Ferencváros était en ballotage légèrement favorable mais serait bien inspiré de se mettre rapidement à l’abri face au Partizani. Tout commence plutôt sous de bons auspices pour les Hongrois, qui monopolisent le ballon en début de rencontre et obtiennent un penalty grâce au feu follet Cristian Ramirez. Zoltán Gera se charge de transformer la sentence (13e, 1-0). Une dizaine de minutes plus tard, c’est au tour de Böde d’être victime d’un tacle très litigieux, mais l’arbitre ne bronche pas. C’est un premier tournant dans ce match. Le second arrive peu avant la mi-temps. Sur un centre albanais a priori sans grand danger, Oliver Hüsing rate complètement son dégagement et envoie le cuir, d’une belle reprise de volée, dans le petit filet de son propre gardien (1-1, 40e). Ce magnifique but contre son camp permet au Partizani de refaire son retard juste avant de rentrer aux vestiaires.

La deuxième période est assez insipide. Le jeu est haché par de nombreuses fautes, et les occasions nettes se font rares. La prolongation se déroule sur le même rythme, Ferencváros tente de construire mais se méfie des contre-attaques menées par Fili et ses coéquipiers, qui aboutissent néanmoins sur des frappes non cadrées. Nous en arrivons donc à la fatidique séance de tirs au but, au cours de laquelle Alban Hoxha va s’illustrer. Le portier albanais arrête en effet trois tentatives adverses et offre la qualification à son équipe. Le public de la Groupama Aréna est plongé en plein désarroi, tandis que les quelques supporters du Partizani exultent. Leur club ne doit sa participation en C1 qu’à la suspension de Skënderbeu Korçë, et il vient d’éliminer le champion de Hongrie. Au prochain tour, les « Demat e Kuq » affronteront le Red Bull Salzbourg. Peut-être que l’exploit réalisé ce mercredi soir leur donnera des ailes…

 AS Trenčín (SLQ) 2 – 3 Olimpija Ljubljana (SLN) [Aller 4 – 3]

Trencin a joué à se faire (très) peur après avoir dominé outrageusement les deux matchs et avoir mené respectivement 0-4 et 2-0 à l’aller et au retour. Lors de ce dernier match, à Zilina, ville de l’immense champion Peter Sagan, les Slovaques ont rapidement mené avant de se faire rejoindre à la mi-temps. Les deux défenses catastrophiques auront connu un léger mieux en seconde mi-temps puisqu’un seul but a été marqué par l’Olimpija. 6-6, le scénario est fou et Trencin se qualifie finalement grâce aux 4 buts marqués à l’extérieur. Outre son comportement défensif, Ljubljana pourra regretter sa dernière occasion dans le temps additionnel qui aurait permis un dénouement complètement fou d’un scénario qui ne l’était pas moins.

Cette défaite est une véritable catastrophe pour les Slovènes qui avaient de grosses ambitions dans cette compétition européenne. La naïveté, effarante à ce niveau, a coûté très cher à une équipe critiquée pour ne pas assez s’être préparée pour l’événement. Outre la reprise tardive de l’entraînement, la période de mercato n’a pas été gérée de la meilleure des façons. Les expérimentés Radovic et Lazovic sont partis sous d’autres cieux ainsi que Fink. On ne parle même pas de Sporar que l’arrivée de Velikonja ne fait pas oublier. De plus, le poste de gardien de but a été défaillant. Dans ces conditions, il est compliqué d’aller plus loin en Coupe d’Europe. Plutôt que des discours, l’Olimpija aurait mieux fait de tout mettre en oeuvre pour être performant sur le terrain.

Trencin, de son côté, a une nouvelle fois vendu quelques éléments importants lors de ce mercato estival, en particulier Gino van Kessel, meilleur buteur la saison dernière. Mais comme toujours, le club a su dénicher quelques talents qui semblent promettre quelques matchs animés lors de la saison à venir. Nous aurons le plaisir de les regarder encore au moins 4 matchs en Coupe d’Europe cette année. Une liste qui ne devrait pas s’agrandir si la défense se montre aussi poreuse…

Dudelange (LUX) 1 – 1 Qarabag (AZE) [Aller 0 – 2]

Direction le Luxembourg pour les Azéris de Qarabag, l’occasion pour nous de faire le voyage avec eux afin d’admirer le stade Jos Nosbaum et le très charmant parler luxembourgeois destructeur de la langue allemande. 20€, le prix quelque peu prohibitif pour assister à un match de Ligue des Champions au Luxembourg, et quelques Diekirch descendus plus tard que le match démarre sous une chaleur caniculaire. Une chaleur qui visiblement semble affecter les joueurs, tant le match ne ressemble à pas grand-chose.

Bien que les joueurs visiteurs se montrent très nettement supérieurs techniquement et dans le jeu proposé, le score ne semble pas vouloir bouger. La faute à une succession d’approximation dans le jeu et un manque général d’envie de la part des joueurs azerbaïdjanais. Saluons tout de même le travail de Reynaldo sur le front de l’attaque. L’ancien joueur d’Anderlecht a essayé tant bien que mal de se mettre dans les meilleures conditions possible durant tout le long de la première mi-temps. En mouvement contant, ce dernier proposait alors quelques appels de balle intéressants. Malheureusement, la balle, elle, ne semblait pas vouloir atterrir dans ses pieds.

Un penalty raté de Dudelange plus tard -la seule occasion du club jusque là-, c’est finalement les locaux qui ouvrent le score contre toute attente après un corner luxembourgeois et une belle boulette du gardien Ibrahim Šehić. Les quelques spectateurs à mes côtés exultent et rêvent d’une remontada historique. Malheureusement pour les Dudelangeois, les actions sont bien trop timides et Qarabag, bien que loin d’être exceptionnel sur ce match, conserve le ballon et ne laisse que très peu d’occasions aux locaux. Des locaux qui subiront par la suite un but de Reynaldo, toujours lui, dans les derniers instants du match.

APOEL Nicosie (CHY) 3 – 0 The New Saints (GAL) [Aller 0 – 0]

Le 0-0 de l’aller restait une contre-performance pour les Chypriotes qui se devaient de pousser dès l’entame du match. Ceci pouvait les exposer à d’éventuels contre mais la Gallois furent tellement enfoncés en première mi-temps que Westerman n’eut quasi rien à faire pendant 45 minutes. Malheureusement pour les fans d’ « O Thrylos », Harrison dans l’autre but ne dut que (trop) peu s’employer durant le premier acte. En effet, malgré une possession outrageuse (70-30), l’APOEL se montrait trop brouillon en zone de vérité. Les milieux offensifs de poche, Efrem, De Vincenti et Vander n’arrivaient pas à se créer les espaces dans le double rideau gallois. Il fallait absolument accélérer le jeu en seconde période pour mettre en difficulté le club gallois, bien organisé. C’est certainement pour cela que la moitié de terrain, où l’APOEL devait attaquer, fut copieusement arrosée. Il ne fallut d’ailleurs pas attendre bien longtemps pour que le capitaine Nektarios Alexandrou ne fasse sauter le verrou d’une frappe déviée à l’entrée du grand rectangle.

Tout devint beaucoup plus simple à partir de ce moment. L’APOEL se contenta de gérer son avance et à accélérer à l’un ou l’autre moment. Sotiriou se mit largement en évidence en bénéficiant davantage d’espace. Il trouva le poteau dans un premier temps avant d’ouvrir la marque grâce à une feinte de corps qui mit deux défenseurs gallois dans le vent, 2-0 à la 73e. Les Verts de The New Saints avaient les jambes coupées. Ils burent le calice jusque à la lie quand, dans les derniers instants de la partie, De Vincenti se joua de son garde du corps qui n’eut d’autre solution que de le sécher grossièrement dans la surface. Le meneur de jeu argentin put se faire justice lui-même en convertissant son penalty d’une frappe puissante en plein milieu du goal d’Harisson. On ne peut dire que l’APOEL fut brillant dans cette première manche aller-retour, mais il obtint le principale, la qualif’ et l’assurance de jouer encore quatre matchs européens cette saison. Il faudra montrer plus si les hommes de Thomas Christiansen veulent participer à la grand-messe européenne du football.

 Legia Varsovie (POL) 2 – 0 Zrinjski Mostar (BOS) [Aller 1 – 1]

Varsovie, capitale polonaise accueillait le match retour du second tour de qualification de Ligue des Champions entre le Legia Warszawa et les Bosniens du Zrijnski Mostar. A l’aller les deux clubs s’étaient neutralisés sur le score équitable de 1-1. Il fallait donc pour les Polonais montrer un peu plus que lors de leur déplacement à Mostar et de leur premier match de Lotto-Ekstraklasa contre le Jagiellonia (1-1) pour espérer passer ce second tour. Dans un stade Jozef Pilsudski à l’ambiance chaude et tendue mais moins rempli qu’à l’accoutumée, les joueurs polonais qui devaient enfin sortir du bois allaient beaucoup pécher dans les transitions et la finalisation de leurs phases offensives. La sortie de Guilherme, le métronome du jeu du Legia, dès la 15e minute n’augurait rien de bon. Le Zrijnski malgré la domination polonaise dans les quinze-vingt premières minutes arrivait à franchir aisément le premier rideau du Legia pour s’infiltrer dans la surface de Malarz. La belle construction des Bosniens posait de gros problèmes à la défense polonaise trop à plat. Mais la chance parfois sourit, et c’est le Legia qui va en profiter avec un penalty suite à une main peu évidente (un coude exactement) de Todorovic. Nemanja Nikolic sûr de lui tire le penalty en pleine lucarne et en plein force ne laissant aucune à Kozic.

A 1-0 les Bosniens devaient encore marquer mais le Legia se donnait une bonne bouffée d’air frais dans cette soirée chaude et pesante sur Varsovie. Le jeu des Polonais comme vu auparavant en Ligue des Champions et en Lotto-Ekstrakla était encore emprunté. Dans un 4-2-3-1 à la mode Hasi, les joueurs polonais combinaient ni mal ni bien mais les erreurs techniques et fautes d’inattention étaient légions. Pour être honnête à part un sauvetage de Pazdan et quelques corners polonais, le niveau de jeu n’était pas au rendez vous d’un match de ce “standing”. A la 61e minute, enfin un éclair, un éclair de joie dans le jeu et sur la pelouse de Varsovie. Sur le côté gauche Hamalainen avance, provoque et fixe deux défenseurs Bosniens puis passe la balle au génie hongrois Nikolic qui crochète un défenseur avant de se faufiler entre deux autres et battre le gardien de Mostar d’un plat du pied subtil dans le petit filet droit. Tirage de rideau 2-0 le score n’évoluera pas et le Legia se rapproche un petit peu plus de son rêve d’Europe. Lors de cette confrontation aller-retour Nemanja Nikolic est revenu comme l’année passée en messiz des Legionisci, il aura marqué les trois buts de son équipe et aura été avec le neo-Legionisci Francais Thibault Moulin au milieu, l’artisan d’une qualification sans strass mais sérieuse pour le troisième tour de qualification de la Ligue des Champions. En attendant l’AS Trencin, Besnik Hasi a tout de même encore du Chleb sur la planche.

 Crvena Zvezda (SER) 2 – 1 Valletta (MAL) [Aller 2 – 1]

Après un match aller très compliqué pour les Rouge et Blanc qui s’était soldé malgré tout par une victoire à l’extérieur (dans la douleur), c’était l’occasion de re-goûter au doux parfum de la ligue des champions au Marakana après près de huit ans d’attente ! L’équipe avait un peu tourné exit Luković coupable sur le but, bienvenue à Rendulić. Exit aussi Srnić, Mouche performant lors de son entrée était titulaire. Cependant le match commençait de la même façon que le match aller. Zvezda, dans un faux rythme semblait en difficulté et les visiteurs marquaient à la 11e sur corner. Le Marakana était pris à froid. C’est contre le cours du jeu que Zvezda est revenu au score grâce à la botte de Donald sur un missile de l’extérieur de la surface. Nous jouions alors la 30e minute. Deux minutes plus tard Vieira fait à deux doigts de doubler la mise mais butait sur le gardien de l’équipe maltaise.

Les deux équipes se quittaient sur le score de parité à la mi-temps et le speaker en profitait pour annoncer 31 112 spectateurs, ce derniers semblaient incrédules tant il restait de la place. En seconde mi-temps les visiteurs continuaient d’attaquer, jouant à fond leur match et donnant tout. Mouche moins en vue a été remplacé à la 65e. On peut d’ailleurs noter l’excellente rentrée de Srnić plein de niaque voulant démontrer à Grof l’erreur de l’avoir mis sur le banc. A la 76e Katai toujours aussi supérieur plantait son pion et mettait fin aux espoirs des Maltais. Srnić était, lui, à deux doigts de corser le résultat dans les arrêts de jeu. Au niveau de la performance des joueurs on peut retenir le surpoids de Ruiz ou encore la bonne tenue défensive de Phibel alors que Vieira semble un peu moins bien devant le but mais gageons que la confiance sera bientôt de retour pour le Portugais.

 FC Astana (KAZ) 2 – 1 Zalgiris Vilnius (LIT) [Aller 0 – 0]

Après le match aller où la défense de Žalgiris avait surpris tout autant que la nonchalance de l’équipe kazakhe, c’était l’occasion de voir si le déplacement en terre lointaine pour l’équipe lituanienne allait changer leurs repères. Toujours à propos de ce match il convient de rappeler qu’Astana est en plein championnat, les automatismes existent et ils ne doivent pas connaitre de problèmes de physique. Aničić a ouvert le score pour les Kazakhs à la 31e sur corner après une double erreur défensive des visiteurs. Elivelto très en vue au match aller était cette fois-ci titulaire et égalisait la marque à la 57e. Alors que les Vert et Blanc comptaient sur leur défense pour passer au tour d’après, Kaludjerovic se procurait l’occasion idéale en contre-attaque où après avoir passé son défenseur, il repiquait sur son pied gauche mais manquait sa cible. Nous étions alors à la 85e. Alors qu’on se dirigeait tout droit vers la qualification de Žalgiris, Aničić dans un cafouillage de la défense arrivait à reprendre la balle et à l’expédier au fond des buts. Astana 2. Žalgiris 1. Explosion de joie dans le stade, mais score pas forcément mérité sur l’ensemble des deux matchs. Enfin, c’est comme ça. Le raté de Kaludjerović semble presque une faute professionnelle après coup. Le club kazakh se qualifie au dépend de Žalgiris donc mais il faudra montrer un meilleur visage au prochain tour.

 

Bilan et suite de la compétition

Qualifiés [12/22] : Red Bull Salzburg (AUT), FC Astana (KAZ), Crvena Zvezda (SER), AS Trencin (SLQ), Legia Varsovie (POL), APOEL (CHY), BATE Borisov (BLR), Ludogorets Razgrad (BUL), Dinamo Zagreb (CRO), Qarabag (AZE), Dinamo Tbilisi (GEO) et Partizani Tirana (ALB).

Éliminés [10/22] : Alashkert (ARM), FK Liepaja (LET), Zalgiris Vilnius (LIT), Olimpija Ljubljana (SLV), Zrinjski Mostar (BOS), Vardar Skopje (MAC), Mladost Podgorica (MAC), Sheriff Tiraspol (MOL), Seinäjoen JK (FIN) et Ferencvaros (HON).

Le bilan est simple, il s’agit d’un quasi-sans-faute logique. Neuf de nos éliminés l’ont été par d’autres équipes Footballski même s’il faut noter la contre-performance de Ferencvaros sorti par le Partizani Tirana et les difficultés d’équipes comme le FC Astana ou le Red Bull. Dans les quatre confrontations mixtes, seul le Sheriff a failli, éliminé sans gloire par les champions d’Israël alors que les autres ont tout de même eu du mal, notamment Zvezda face aux champions maltais.

Au prochain tour, il faudra faire beaucoup mieux alors que vingt de nos équipes seront engagées dans quatorze des quinze matchs de la troisième phase de qualification. Il y aura six duels fratricides « galaxie Footballski » :

Dinamo Zagreb (CRO) – Dinamo Tbilisi (GEO)

AS Trencin (SVQ) – Legia Varsovie (POL)

Viktoria Plzen (RTC) – Qarabag (AZE)

Ludogorets Razgrad (BUL) – Crvena Zvezda (SER)

Partizani Tirana (ALB) – Red Bull Salzburg (AUT)

Sparta Prague (RTC) – Steaua Bucarest (ROU)

Mais également huit autres duels (seul le match Monaco – Fenerbahçe ne nous intéressera pas ici) :

Rosenborg (NOR) – APOEL (CHY)

Olympiakos (GRE) – Hapoel Be’er Sheva (ISR)

FC Astana (KAZ) – Celtic Glasgow (ECO)

Astra Giurgiu (ROU) – FC Copenhague (DAN)

BATE Borisov (BLR) – Dundalk (IRL)

FK Rostov (RUS) – Anderlecht (BEL)

Ajax Amsterdam (P-B) – PAOK Salonique (GRE)

Shakhtar Donetsk (UKR) – Young Boys Berne (SUI)

Si on peut penser que le Shakhtar, le BATE et l’Olympiakos feront respecter leurs rangs sans trop de problèmes, il sera sans doute autrement plus difficile pour Rostov, le PAOK ou l’APOEL de s’en sortir, alors qu’Astra devra jouer sa chance à fond. L’inconnu reste Astana, qualifié au bout du suspense et qui sera opposé à une équipe guère plus convaincante. Rendez-vous la semaine prochaine pour les matchs aller, et dès demain pour la magnifique C3.

La rédaction de Footballski


Image à la une :  © Fomyno

Ligue des champions 2016-2017 : Deuxième tour de qualification retour
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

1 commentaire

  • Bonjour,
    Le Dinamo Zagreb s’est fait peur lors de ce match. Malgré ses deux buts inscrits à l’extérieure face à l’équipe macédonienne, le match retour n’était pas gagné d’avance. Skopje a simplement été malheureux avec les deux penalties offerts à son adversaire.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Darijo Srna, au nom du Père, du Fils et de la Croatie

« Hvala Kapetane Srna » peut-on lire un peu partout sur le web depuis la fin de l’Euro 2016. Porteuse d’espoirs, la...

Fermer