Ligue des Champions 2016-2017 : Deuxième tour de qualification aller

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 14 juillet 2016

Depuis la semaine dernière, la grande Ligue des Champions est de retour et comme toujours, c’est bien la période estivale qui est la plus intéressante, grâce à des rencontres qui voient s’affronter de vrais champions et non des troisièmes ou quatrièmes. Aujourd’hui, nous revenons ensemble sur le deuxième tour aller de la phase de qualification, avec 22 de nos représentants répartis sur treize affiches entre mardi et mercredi.

Red-Bull Salzbourg (AUT) 1 – 0 FK Liepaja (LET)

Pour le premier match de son histoire en coupe d’Europe, le FK Liepaja, créé il y a seulement deux ans sous l’impulsion d’un Maris Verpakovskis sensible à la disparition du club de sa ville (le Liepajas Metalurgs alors criblé de dettes), n’a enregistré qu’une courte défaite synonyme d’espoir face au géant autrichien. À la surprise générale, il aura même fallu attendre la 83e minute pour voir Jonathan Soriano (ex-Barça) tromper le portier letton Pavels Dorosevs grâce à un enchaînement contrôle – frappe enchaînée exécuté à l’entrée de la surface, et malencontreusement déviée dans ses propres filets par le défenseur central de Liepaja Denis Ivanovs.

Toutefois, l’homme à blâmer sur cette action serait plus le nouveau venu Kaspars Gorkss (capitaine de la sélection lettone), coupable d’une faute d’alignement engendrant une intervention manquée sur le centre autrichien, et beaucoup trop lent pour enlever le ballon des pieds de son vis-à-vis, pourtant l’auteur d’un contrôle plus qu’approximatif. Bien que clairement dominateur dans le jeu et d’un niveau technique largement supérieur au FK Liepaja, les Salzbourgeois n’auront pas réussi à faire le break, et restent tout de même sous la menace au match retour. Toutefois, de mon opinion personnelle, il sera très compliqué pour les Lettons de venir bousculer la solide défense autrichienne, surtout depuis le départ du meilleur buteur de Virsliga 2015 Davis Ikaunieks au FC Vysocina Jihlava.

Dinamo Tbilisi (GEO) 2 – 0 Alashkert (ARM)

Bon retour en Champion’s League pour les champions de Géorgie, qui ont fait plaisir à leurs supporters sevrés de victoire européenne depuis 2013, mais venus en masse en cette belle soirée de juillet. Face à Alashkert, le Dinamo a dominé tranquillement son sujet et son nouveau gardien français Anthony Scribe, tout juste arrivé de l’AC Ajaccio, n’a rien eu à faire ou presque. La réussite offensive s’est cependant faite attendre malgré une paire offensive Kvilitaia-Jighauri très remuante, qui aura d’abord buté sur un bon gardien arménien. Enfin à la 55e, c’est Otar Kiteishvili, tout juste rentré, qui s’amusait avec trois plots arméniens pour ouvrir le score. Un quart d’heure plus tard, Jighauri s’enfonçait dans la surface après un bon mouvement et obtenait un penalty indiscutable transformé par Kvilitaia. En fin de match Dvalishvili, qui sera remplacé par Mathias Coureur quelques minutes plus tard, manquait son face à face avec le gardien puis Papunashvili en ne croisant pas assez sa frappe. Score final 2-0 dans un match largement dominé par le Dinamo, qui devrait valider son billet pour le troisième tour à Erevan la semaine prochaine.

BATE Borisov (BLR) 2 – 0 Seinäjoen JK (FIN)

Tranquillement, le BATE Borisov a fait le nécessaire pour arriver en position favorable avant le match retour sur les terres finlandaises. Les Biélorusses ont rapidement pris la mesure d’un adversaire qui ne semblait pas prêt pour un tel niveau de compétition. Même si le BATE avait un peu de mal à se créer des occasions, les joueurs de Aleksandr Ermakovich maîtrisaient le match et avaient la possession du ballon, les Finlandais ne passant que très rarement la moitié de terrain.

Il a fallu un coup de pied arrêté, une des grandes forces du BATE, pour débloquer la situation. Arrivé cet hiver depuis le Zalgiris Vilnius en Lituanie, le milieu défensif Yuriy Kendysh plaçait sa tête sur un corner d’Igor Stasevich pour ouvrir le score. Une ouverture du score logique et méritée pour un BATE qui jouait sans son chef défensif, Nemanja Milunovic, et avec un Mirko Ivanic qui a débuté le match sur le banc, lui qui revenait de blessure à l’occasion de ce match aller. Si Gayduchik sauvait la balle de l’égalisation en début de seconde période sur une occasion finlandaise qu’il avait lui-même déclenchée par une erreur, le BATE reprenait sa domination. Vitali Rodionov, puis Mikhail Gordeychuk, se créaient une occasion chacun avant que le premier cité ne fasse le break sur une belle frappe à l’entrée de la surface. Plus rien ne sera marqué. Victoire tranquille et logique du BATE.

Hapoel Beer-Sheva (ISR) 3 – 2 Sheriff Tiraspol (MOL)

Une histoire de penalties… Pour son premier match à la tête du Sheriff, Bruno Irles avait face à lui un gros test avec le déplacement à Beer Sheva pour affronter les champions d’Israël, l’Hapoel. Mitrev au goal et Gînsari-Ivancic-Ricardinho titulaires, le coach français semblait avoir fait des choix en optant pour l’offensive. Dans un match enjoué, les Jaune et Noir ont d’ailleurs parfaitement débuté la rencontre avec ce but d’Ivancic à la 21e, après un essai qui était passé au-dessus des buts de Goresh. Mais quelques minutes plus tard, Aliti recevait son second carton jaune pour une faute dans la surface… Mais Mitrev donne raison à son entraîneur en arrêtant la tentative de Buzaglo ! Le gardien bulgare continuait son show avec une parade sur la tête de Nwakaeme, mais ne pouvait rien sur le but d’Ogu sur le corner qui suivait (43e). Le Sheriff rentrait donc aux vestiaires avec ce coup dur, et à dix contre onze.

Le Sheriff revenait sur la pelouse avec Dupovac en remplacement de Savic. Le défenseur bosnien avait du mal à rentrer dans son match, puisqu’il concédait un nouveau penalty à la 50e minute. Barda se chargeait cette fois-ci de le convertir, et les Israéliens de mener 2-1. À l’heure de jeu, Brezovec choisissait de justifier son transfert en armant une frappe lourde des 25 mètres, qui rebondissait sur le poteau puis sur le pauvre gardien Goresh, qui l’envoyait dans son but : le Sheriff égalisait. On se dirigeait alors vers un match nul excellent pour les Moldaves, mais l’arbitre en avait décidé autrement. Le troisième pénalty qu’il accordait à l’Hapoel, à la 88e, était plus que discutable, et permettait aux Israéliens de remporter la mise 3-2 (converti par Radi). Le Sheriff repart donc avec une défaite plus qu’encourageante, et aurait pu l’emporter avec un peu plus de réussite et de maturité dans la surface. Excellent premier match d’Irles sur le banc des champions de Moldavie, qui auront à cœur de passer l’écueil israélien dans une semaine, à Tiraspol.

Vardar Skopje (MAC) 1 – 2 Dinamo Zagreb (CRO)

C’était le premier test du nouvel entraîneur Zlatko Kranjcar. Heureusement que le Dinamo a été réaliste dans ce match et a marqué dans les trente premières minutes, car les Macédoniens ont été plus que des faire-valoir. Le Dinamo prenait les devants à la 21e minute, après un centre de Soudani détourné dans ses propres filets par Nemanja Mijuskovic. Neuf minutes plus tard, Soudani, bien décalé par Machado, faisait une nouvelle passe décisive pour Marko Rog, dont c’était probablement le dernier match sous les couleurs du Dinamo. Marko Pjaca, lui, n’a pas joué en raison d’un rhume, à savoir un transfert à la Juventus, mais était quand même dans les tribunes du stade, comme 15 000 spectateurs venus assister au match. Cela tombe bien, le Dinamo a besoin de s’habituer à jouer sans lui. Ante Coric, l’autre pépite, était sur le banc tandis qu’Eduardo, fraîchement champion d’Europe, était exempté. En deuxième mi-temps, Vardar réduisait l’écart de façon méritée à la 55e, et frappait deux fois le poteau. Au vu de la chaleur étouffante, le match était rythmé et attrayant, les deux équipes allant d’un but à l’autre et se créant un bon nombre d’opportunités. Vadar secouait les montants pour la troisième fois à la 92e, mais le Dinamo pouvait être rassuré avec sa victoire. De quoi voir venir, avant le match retour à domicile.

Ludogorets Razgrad (BUL) 2 – 0 Mladost Podgorica (MNT)

Auteur d’un match parfaitement maîtrisé, Ludogorets a parfaitement su entamer son entrée en lice dans la Ligue des Championnats en dominant son adversaire du jour, le Mladost Podgorica. Sans surprise, les Bulgares ont su rapidement prendre en main le jeu avec un bon Marcelinho à la baguette dans le cœur du jeu. Très actif sur le front de l’attaque, la colonie brésilienne s’est rapidement montrée à son avantage, avec des combinaisons, un jeu court et rapide dans les petits espaces. Ainsi, c’est sans surprise que le club a su se mettre à l’abri très rapidement grâce à un penalty de la légende Moti, puis grâce à un but de son attaquant Lukoki. Deux buts conclus en quelques minutes, et qui permettent au club de parfaitement se placer pour le match retour.

Partizani (ALB) 1 – 1 Ferencváros (HON)

Reversé en Champions League après la suspension du champion Skënderbeu, le club de la capitale Tirana était bien heureux de retrouver l’élite du football européen. Face à un adversaire de taille, le champion hongrois Ferencvaros, les Albanais savaient que la marche serait haute, mais les joueurs ont tout fait pour la surmonter. Dans une première mi-temps âpre et disputée, sans véritables occasions de buts, le Partizani donnait du fil à retordre aux Hongrois. La surprise avait finalement lieu à la 47e minute quand l’avant centre albanais du Partizani, Fili, venait transpercer la défense et adresser un fabuleux patator qui ne laisse aucune chance au gardien de but hongrois. Longtemps, le public du Selman Stermäsi Stadium a cru en la victoire des siens. Mais à la 66e minute, l’entraîneur allemand du Ferencvaros faisait entrer l’avant centre Bode. Une entrée qui s’avérait payante, puisque 5 minutes plus tard, ce même Bode prenait de vitesse la défense albanaise et s’en allait inscrire un but improbable dans un angle plus que fermé. 1-1, le score ne changera pas. Le Partizani a crânement défendu ses chances, mais devra réaliser un petit exploit la semaine prochaine en Hongrie !

Olimpija Ljubljana (SLN) 3 – 4 AS Trenčín (SLQ)

C’était l’un des matchs, si ce n’est le match, à suivre cette semaine en Ligue des Champions, entre le champion de Slovénie et le champion de Slovaquie. Un match qui n’a pas déçu. Auteur d’une préparation assez courte, avec seulement trois petits matchs amicaux, l’Olimpija Ljubljana a connu un premier match officiel pour le moins compliqué. Malgré le départ de Gino Van Kessel pour le Slavia Praha le jour même, Trenčín entrait dans son match de la meilleure des manières en ouvrant le score dès sa seconde frappe du match, après une belle action collective sur le côté gauche de la défense slovène. Une action parfaitement conclue par une frappe lointaine de l’anglais Lawrence. Trois minutes plus tard, bis repetita.

Deux actions construites, deux buts et un jeu totalement dominé, on se dit alors que les Slovaques ne peuvent pas perdre ce match et montrent une nouvelle fois que leur projet sur le long terme commence à porter ses fruits. Un jugement qui se voyait être confirmé à la trentième minute avec un troisième but slovaque, grâce à son ailier Holubek. Et puis … Une minute plus tard, les dragons slovènes enflammaient la partie en inscrivant un premier but après une action pas vraiment académique sur le côté droit. 1-4, puis 2-4 après un très beau coup franc transformé par Zajc juste avant la mi-temps. Six buts en 45 minutes, rien que ça.

Ce scénario continuait à s’accentuer avec un dernier but slovène juste avant le coup de sifflet final, et qui reste une source de déception pour le club slovaque et son entraîneur Ševela. Alors que ces derniers auraient très bien pu confirmer une qualification dès le match aller, il faudra donc rester sérieux lors du retour en Slovaquie pour continuer d’émerveiller les terrains européens.

Qarabag (AZE) 2 – 0 Dudelange (LUX)

Facile vainqueur du championnat azéri lors de l’épisode 2015-2016, Qarabag recevait le champion luxembourgeois, Dudelange, pour ouvrir sa saison. Largement favori sur le papier, Qarabag ne s’est pas fait piéger par son modeste adversaire. Un homme fut remarquable tout au long du match : le Brésilien Richard. Dès la 10e minute, il se faisait faucher dans la surface, et obtenait un pénalty qu’il marquait d’une belle frappe en finesse dans le petit filet. Un quart d’heure plus tard, Quintana sauvait la balle du six mètres, avant d’adresser un centre en retrait vers ce même Richard qui trompait le gardien luxembourgeois. Deux buts sur deux tirs cadrés, Qarabag a été parfait en terme d’efficacité et a un pied dans le troisième tour qualificatif avant son match retour à Dudelange.

The New Saints (HAL) 0 – 0 APOEL Nicosie (CHY)

Difficile de ne pas être inquiet après cette première sortie officielle de l’APOEL version Thomas Christiansen. Certes, ce n’est que le premier match d’éliminatoires de la Ligue des Champions. Mais, en face, ce n’était que le modeste club gallois de The New Saints, bien en dessous du niveau supposé des joueurs chypriotes. Dominateurs, les hommes de l’ancien coach de l’AEK Larnaca n’ont jamais su trouver la faille sur la pelouse synthétique galloise, pêchant dans le dernier geste, la dernière passe, ni vraiment mettre à profit leur possession de balle. À l’image du très bon Argentin Tomas de Vicenti, qui a, inhabituellement, manqué de précision, ou d’un Vander lui aussi très imprécis sur l’aile de l’attaque chypriote. Sans oublier un gardien adverse plutôt inspiré sur le peu de travail qu’il a eu à réaliser.

Vraisemblablement encore en rodage, l’APOEL semble manquer de qualité dans son effectif pour espérer vraiment quelque chose en Europe. La montée en puissance, en tout cas, se fait attendre. Le match retour au GSP Stadium de Nicosie devrait, certes, permettre une qualification, mais sans recrutement, notamment à la pointe de l’attaque, difficile d’espérer atteindre la phase de poules. Et le club ne s’est pas mis à l’abri, avec ce piètre 0-0, d’un éventuel scénario catastrophe qui verrait le club gallois marquer un ou plusieurs buts sur la pelouse de l’APOEL … L’arrivée de Giannotas en provenance de l’Olympiakos devrait faire du bien.

Zrinjski Mostar (BOS) 1 – 1 Legia Varsovie (POL)

Le beau petit stade de Mostar, entouré par les collines avoisinantes, recevait le Legia Warszawa pour son entrée dans la compétition. Quelques 300 supporters polonais avaient fait le déplacement pour voir les premiers pas du Legia dans une compétition dont il eut souvent du mal à prendre toute la mesure. La première mi-temps fut à l’avantage des hommes d’Hasi, mais les Polonais pêchaient dans le dernier geste et également dans l’avant-dernier geste, et ce malgré une bonne construction et animation offensive. Les multiples centres des Polonais, eux, ne trouvaient personne. Les Bosniens se montraient dangereux sur de rares contres ou coups de pied arrêtés. Le nul 0-0 a la mi-temps était un peu dur pour les joueurs de Varsovie, mais plutôt logique.

Puis, tout allait se débrider au retour des vestiaires, lorsqu’à la 49e minute, Nikolic bien servi dans la surface par Thibault Moulin, allait crucifier le gardien de Mostar d’une frappe en force sous la barre. Après ce but, le Legia descendait d’un cran et laissait le ballon au HSK Zrinjski, qui perdait de temps pour revenir dans le match suite à une tête smashée sur corner de Katanec à la 57e minute. Le score n’évoluait plus, et ce sont même les locaux qui se montraient les plus offensifs en fin de match et qui auraient pu bénéficier d’un penalty sur une main de Guilherme. Quoi qu’il en soit, et avec le retour de beaucoup de ses titulaires (Duda, Jodlowiec, Nikolic), le Legia Warszawa a fait l’essentiel en Bosnie en ne perdant pas et en marquant un but. Ce 1-1 n’est pas un si mauvais résultat. Il faudra confirmer le 19 pour le match retour en Pologne, et ainsi passer ce second tour de qualification sans trop d’encombres.

Valletta (MAL) 1 – 2 Crvena Zvezda (SER)

Environ 3200 personnes s’étaient massées à La Valette pour assister au retour du champion d’Europe 1991 après près de huit ans sans participation à la Ligue des Champions. Les visiteurs arrivaient quasiment avec leur équipe type. Seul Petković était absent sur le flanc droit de la défense. Le match commençait de la meilleure des manières pour les locaux après l’ouverture du score de Federico Falcone à la 11e minute. Sur une longue ouverture, il prenait de vitesse un Luković totalement déboussolé. Douche froide sur les joueurs de Zvezda. L’équipe manquait de rythme et avait le plus grand mal à sortir, à se projeter et à être dangereuse. Les locaux auraient pu doubler la mise sans un hors-jeu totalement inexistant sifflé contre eux.

À la ramasse, sans fond de jeu, on se demande ce qu’ont fait les joueurs lors de leur préparation. À la mi-temps, Grof remplaçait Srnić par Pablo Mouche, la nouvelle recrue… Après un discours qu’on imagine musclé à la mi-temps, l’équipe commençait enfin à réaliser un pressing collectif, et la situation s’améliorait légèrement. Katia, très actif et remuant, réussissait à trouver la faille sur un superbe lob après une ouverture de Kanga. Le second but est de Sikimić, du tibia sur un centre de Katai. Encore lui. Les joueurs semblaient très fatigués et à court d’énergie dès la 70e minute, mais l’entraîneur monténégrin n’a effectué que deux changements avec les entrées de Sikimić et de Ruiz, l’ancien Lillois. Les Serbes s’imposent dans la douleur 1-2, en ne dissipant aucun doute, bien au contraire. Pour le match retour, Federico Falcone semble blessé et serait, d’après les premières informations, indisponible.

Zalgiris Vilnius (LIT) 0 – 0 FC Astana (KAZ)

Le club kazakh, qui était en lice l’année dernière en phase de groupe, doit, cette année, passer par les barrages et commence donc par le Zalgiris Vilnius, champion lituanien. C’est l’occasion pour le club kazakh de montrer sa dernière recrue, le défenseur droit Shitov. Astana n’a pas aligné son équipe type, en laissant Despotović au repos. Choix pour le moins discutable, sachant qu’ils sont en plein championnat, mais ont plus de dix points d’avance sur le second… Ce match était aussi l’occasion de revoir Nemanja Maksimović qui continue de progresser match après match. Du côté de Zalgiris, Mbodj, Kaludjerović et Blagojević étaient de la partie. Autant dire que le match sonnait très Footballski. C’est d’ailleurs Blagojević qui avait la plus belle occasion du match à la 57e sur une superbe frappe de l’extérieur de la surface de réparation à la suite d’un corner repoussé, mais Erić sauvait les siens d’un arrêt réflexe du bout des doigts. Globalement, le club local a dominé la rencontre en laissant Astana opérer en contre. Les Lituaniens se sont montrés dangereux, et il ne faudra pas les sous-estimer au match retour. Leur défense a tenu la route et l’entrée en jeu d’Elivelto a été excellente.

Des résultats dans l’ensemble satisfaisants pour nos clubs, mais personne ne s’est vraiment mis à l’abri, et les plus sérieux de nos représentants se sont fait quelques frayeurs. Rendez-vous la semaine prochaine pour la confirmation et la qualification.

La rédaction de Footballski


Image à la une :  astrencin.sk

Ligue des Champions 2016-2017 : Deuxième tour de qualification aller
5 (100%) 6 votes

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

1 commentaire

  • J’ai eu l’occasion de visionner quelques matchs en live , notamment celui du Dinamo Zagreb face au Vardar Skopje. C’est un bon résultat pour le nouvel entraîneur du Dinamo. Les hommes de Zlatko Kranjcar se sont bien battus et ils ont bien fait de prendre l’avantage rapidement durant la première période. Comme quoi, même sans Marko Pjaca, l’équipe se débrouille bien.

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Le PAS Giannina en quête d’histoire

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Ainsi pourrait-on parler de la saison 2015-2016 du PAS Giannina, ce...

Fermer