Ligue des Champions 2015/2016 – 2ème journée

Rémy Garrel
Rémy Garrel - Publié le 1 octobre 2015

Footballski vous fait vivre les aventures européennes des clubs est-européens. La seconde journée de Ligue des Champions est servie !


Groupe A : Le Shakhtar prend une nouvelle valise

Shakhtar Donetsk 0-3 Paris-SG, Malmö 0-2 Real Madrid

Deux semaines après sa lourde défaite à Madrid contre le Real, les Ukrainiens du Shakthar Donetsk recevaient le PSG vainqueur lors de son premier match contre Malmö. Pour espérer une qualification pour le prochain tour la victoire est nécessaire pour les oranges qui affrontent ce soir un adversaire direct. Mais malheureusement pour les Ukrainiens, la rencontre ne va pas tourner en leur faveur. Dominé dans le jeu et surtout très brouillon devant les buts c’est un Shakthar méconnaissable en ce mercredi soir.

La première occasion du match sera d’ailleurs la bonne pour les Parisiens; sur un centre de Maxwell le latéral droit Aurier reprend la balle de la tête et trompe Pyatov qui manque de fermeté sur le coup. Le gardien ukrainien n’est pas dans un bon soir, confirmation dix minutes plus tard. Sur un centre anodin, le portier sort à l’abordage et manque totalement sa sortie. Heureusement pour lui, Ibrahimovic ne cadre pas sa tête. La défense ukrainienne est également en méforme et va le payer directement, à la 22ème minute David Luiz reçoit un corner sur son genou qui finit au fond des filets, étrangement seul dans la surface le Brésilien permet au PSG de mener 2-0. Qui plus est les Ukrainiens vont manquer l’occasion de se relancer juste avant la pause après une vraie partie de flipper dans la surface parisienne qui aboutit sur un loupé à bout portant qui passe au-dessus de la barre de Trapp.

La deuxième mi-temps est plus intéressante pour les Ukrainiens mais Trapp et sa transversale sont infranchissables. En toute fin de rencontre, les Parisiens vont même aggraver le score, la frappe d’Ibrahimovic est contrée par Srna et trompe Pyatov. Score final 3-0 pour le PSG, un match à oublier pour le Shakthar. Dans l’autre rencontre, le Real s’est imposé 2-0 contre Malmö avec un doublé de Cristiano Ronaldo. Le Real et le PSG se partagent pour le moment la première place tandis que Malmö et le Shakthar la dernière. Il ne faudra donc pas se louper contre Malmö pour le club de Donetsk.

 


Groupe B : Le CSKA Moscou se relance dans le groupe

Manchester United 2-1 VfL Wolfsburg, CSKA Moscou 3-2 PSV Eindhoven

Défait 1-0 lors sur le terrain de Wolfsburg lors de la 1ère journée, le CSKA Moscou avait l’occasion de recoller avec le PSV Eindhoven 1er du groupe après sa victoire contre Manchester United.

La première période est grandiose avec 3 buts pour le CSKA grâce à Musa et un doublé de Doumbia. On se disait alors que la victoire était déjà assurée avec, comme seul point noir, le penalty manqué de Doumbia qui aurait permis aux Moscovite de tuer le match. Car, en seconde période, le CSKA Moscou va jouer à se faire peur et les Néerlandais du PSV vont revenir sur la pelouse couteau entre les dents avec un Maxime Lestienne en feu. Le Belga va alors inscrire un doublé permettant à son équipe d’y croire de nouveau dans une Arena Khimki stupéfaite.

Cependant, un coup du sort va aider le CSKA Moscou. Ainsi, l’arbitre français de la rencontre, Ruddy Buquet, va exclure le défenseur colombien Santiago Arias pour un deuxième carton jaune. Les Moscovites en supériorité numérique vont gérer la fin de match et assurer leur première victoire en ligue des champions cette saison.

Dans l’autre match du groupe B, Manchester United s’est imposé sur sa pelouse 2-1 face à Wolfsburg, on se retrouve donc avec 4 équipes à 3 points après les deux premières journées de la phase de groupes.

 


Groupe C : Première réussie au Kazakhstan

Astana 2-2 Galatasaray, Atlético Madrid 1-2 Benfica Lisbonne 

La petite musique de la Ligue des Champions a donc résonné pour la toute première fois dans un stade du Kazakhstan. L’Astana Arena était pleine pour l’occasion et espérait voir le club de la capitale prendre son premier point dans la compétition, objectif crédible après son très bon match malgré la défaite à Lisbonne lors de la première journée.

En face, Galatasaray connaît bien des difficultés en ce début de saison. Le quatrième de Super Lig, battu voila quinze jours à domicile par l’Atlético, avait soif de revanche et comptait bien prendre les trois points contre le petit poucet de la compétition. Et cela a bien failli être le cas. Les Turcs dominent en effet la première période, mais ratent de nombreuses occasions et ne mènent que d’un petit but à la pause. retranchés dans leurs trente derniers mètres, les joueurs d’Astana sont battus sur un tir lointain à la trajectoire surprenante de Bilal Kisa.

A la reprise, les locaux ne se jettent par pour autant à l’attaque et continuent de miser sur des contres rapides. Et c’est sur l’un d’eux que sur un centre de Kabananga, le gardien stambouliote renvoie le ballon dans les pieds de Balta, qui marque contre son camp. La fin du match devient alors folle. A cinq minutes de la fin, les visiteurs reprennent l’avantage sur un centre-tir de Gumus que le malheureux gardien kazakh envoie dans son propre but. Une énorme bourde qui aurait pu coûter la défaite, mais c’était sans compter sur l’envie de ses coéquipiers, qui vont arracher le nul dans la dernière minute, sur une tête plongeante de Canas depuis l’entrée de la surface. Un but finalement accordé au Français Lionel Carole, qui tente de dégager le ballon devant sa ligne mais n’y parvient pas.

Au final, ce nul fait le bonheur des locaux et le malheur des Stambouliotes. Les choses restent néanmoins très ouvertes dans ce groupe, puisque l’Atlético, qui menait pourtant au score, a été battu à la maison par le Benfica. Tout est donc possible pour Astana comme Galatasaray.

 


Groupe E : Le BATE torpille la Roma

BATE Borisov 3-2 AS Rome, FC Barcelone 2-1 Bayer Leverkusen

Pendant que le Bayer Leverkusen rendait la vie très difficile au FC Barcelone en Catalogne, le BATE Borisov et la Roma s’affrontaient dans la petite ville biélorusse. Pour la Roma, ce match est plus important qu’il n’y paraît. Sous peine de voir les adversaires prendre six points face au BATE, Leverkusen, le supposé concurrent direct pour la deuxième place, en ayant déjà pris trois, il est capital pour les Italiens de les prendre aussi afin de pouvoir décider de l’issue du groupe dans les confrontations directes face aux Allemands. Raté. Un début de match catastrophique des joueurs de Rudi Garcia, que le BATE Borisov avait déjà battu 3:1 lorsqu’il entraînait Lille, a permis à ceux d’Aleksandr Ermakovich d’en profiter et d’inscrire trois buts très rapidement. Dès la 8e minute, au terme d’une superbe action et d’un jeu à trois, Igor Stasevich ouvre le score de la tête au deuxième poteau.

Quatre minutes plus tard, Filip Mladenovic, auteur d’une prestation exceptionnelle en plus de ses buts, voit Szczesny mal placé. A 30 mètres du but, le Serbe déclenche une frappe qui fait mouche et fait chavirer la Borisov Arena dans la folie. Ce n’est pas fini. Mladenovic, encore lui, marque le premier doublé d’un joueur du BATE en Ligue des Champions après une frappe dans un angle fermé qui touche la barre puis entre. Un défenseur latéral gauche qui marque un doublé, ce n’est pas commun et cela démontre que tout fonctionnait pour le BATE Borisov mardi soir. Gordeychuk n’est pas loin d’ajouter un quatrième but mais celui-ci ne viendra pas.

Pourtant, la Roma va réagir. La seconde période sera à sens unique. Avec néanmoins beaucoup de maladresse, les offensives romaines vont se multiplier sur le but de Chernik qui, parfois aidé par des déviations de ses joueurs, fait face et signe-là son meilleur match en Ligue des Champions après notamment des terribles performances l’an passé. Il ne pourra rien faire face à Gervinho à la 66e minute, puis face à Torosidis à la 82e minute. Dans une ambiance des grands soirs, le BATE Borisov s’offre, dans la douleur, une victoire de prestige et trois points inespérés qui pourraient lui donner des idées en allant chercher la troisième place qualificative en Europa League. Dans ce cas de figure, les deux buts encaissés sont une mauvaise nouvelle dans la perspective de la différence de buts particulière, mais on ne va pas non plus faire la fine bouche !


Groupe F : Des Grecs héroïques pour un succès historique de l’Olympiakos

Bayern Munich 5-0 Dinamo Zagreb, Arsenal 2-3 Olympiakos

C’était un peu malheur au vaincu avant la rencontre Arsenal-Olympiakos. Pour l’entame du match, Marco Silva opta pour une approche moins timorée que contre le Bayern… et cela paya. Si Arsenal maitrisait les premières minutes, sans pour autant être dangereux, les Grecs rentrèrent petit à petit dans la rencontre. Evidemment, en jouant de manière plus offensive, ils s’exposaient aux contres ultras rapides des flèches anglaises Walcott, Alexis Sanchez et Oxlade-Chamberlain. Cependant, la défense rouge et blanche veillait au grain grâce à une paire centrale Botia-Sovias dont le sens de l’anticipation et du placement annihilait toute velléité offensive côté anglais. De plus, la solidité des pare-chocs Kasami-Cambiasso permit à Fortounis de s’exprimer pleinement offensivement.

En face, seul Alexis Sanchez semblait maitriser son sujet et fit mal aux rouges et blancs. Pourtant, les Grecs ouvrirent la marque grâce à Pardo qui, d’une frappe déviée à l’entrée du grand rectangle fit exploser de joies les nombreux fans  « erythrolefki ». Joie de courte durée puisque Walcott, 2 minutes plus tard, testa Roberto qui se troua pour la seule fois du match (1-1). Cela n’allait néanmoins pas décourager les Grecs qui furent bien aidé par l’énorme boulette du malheureux Ospina qui estima mal la trajectoire d’un corner anodin de Fortounis, 1-2 à la mi-temps.

A la reprise, les Gunners mirent une grosse pression, mais furent incapable de bouger la solide défense grecque jusqu’à la montée de Ramsey à l’heure de jeu. A la 65ème minutes, Sanchez trompait Roberto d’une tête quasi à bout portant. Réaction immédiate de l’Olympiakos qui se porta immédiatement à l’attaque et fut récompensé dès la minute qui suivit par le premier but de l’Islandais Finnbogason sous les couleurs de l’Olympiakos. Arsenal ne reviendra plus.

Grâce à cette victoire historique (la première de leur histoire en Angleterre), les Grecs se replacent dans la course à la 2ème place. Cette dernière, ils la disputeront étonnement au Dinamo Zagreb qui ne put rien face à l’ogre bavarois. Les pauvres Croates furent littéralement atomisés par les Allemands 5-0 ! Une note salée qui aurait pu être pire. Les Bavarois semblent seuls au monde dans ce groupe F.

L’Olympiakos enfonce Arsenal


Groupe G : Le Dynamo fait le boulot

Maccabi Tel Aviv 0-2 Dynamo Kiev, Porto 2-1 Chelsea

Il ne fallait pas arriver en retard au Stade Sammy Ofer ou devant sa télé en ce mardi soir. En effet la première mèche de cette soirée Ligue des Champions sera allumée par l’inévitable Andriy Yarmolenko dès la 4ème minute. Parfaitement servi par le Paraguayen Derlis Gonzalez, sa transversale va totalement prendre à revers une défense israélienne bien mal alignée. Yarmolenko conclut face à Predrag Rajkovic. Le Maccabi tentera sans grande conviction de réagir par l’intermédiaire de l’ancien Brestois, Eden Ben Basat. Les meilleures occasions seront ukrainiennes en cette première période.

Même scénario en début de seconde période. Junior Moares viendra crucifier le Maccabi à la 50ème minute après un super travail de Gonzalez sur son côté. Les Israéliens vont tenter de répondre par intermittence mais sans grand danger pour Oleksandr Shovkovskiy. Le Dynamo va terminer la rencontre tout en contrôle pour empocher les trois points et prendre la tête du groupe.

Dans l’autre rencontre, c’est bien le FC Porto qui s’est imposé face à Chelsea. André André ouvrira le score sur une frappe de Brahimi repoussée par Asmir Begovic. Le Brésilien Willian viendra égaliser juste avant la mi-temps, d’un superbe coup franc. Maicon donnera finalement la victoire aux Portugais d’une belle tête au premier poteau sur un corner rentrant. Porto rejoint le Dynamo Kiev en tête du groupe avec quatre points.

 


Groupe H : Le Zenit en patron

Zenit Saint-Pétersbourg 2-1 La Gantoise, Olympique Lyonnais 0-1 Valence

Après sa victoire à Valence, le Zenit Saint-Pétersbourg devait confirmer face à La Gantoise, championne de Belgique en titre. Sur le papier, la rencontre paraissait abordable mais le club belge avait prouvé face à Lyon qu’il fallait se méfier de lui. Il avait en effet obtenu le nul (1-1) en infériorité numérique.

L’équipe alignée par André Villas-Boas était la même que celle qui avait obtenu le nul (2-2) sur le terrain du Spartak samedi dernier à une exception près : Yuri Lodygin, à la peine depuis plusieurs semaines, était remplacé par Mikhail Kerzhakov, le frère d’Aleksandr.

Dominateur, le Zenit a dû attendre avant de concrétiser. La récompense est arrivée à la 35ème minute par la grâce de la tête de Dzyuba, parfaitement servi par Hulk. Le champion de Russie mène à la pause mais il se fait cueillir à froid en début de seconde période. Thomas Matton, d’une belle reprise de volée, égalisait pour les Belges (56′). Dix minutes plus tard, Hulk trouvait Oleg Shatov dans la profondeur. L’ailier russe se retrouvait en face à face avec Sels qu’il battait tout en finesse. Ce sera le but de la victoire (2-1) pour le Zenit.

Ce succès étriqué permet au club de Saint-Pétersbourg d’être plus que jamais leader du groupe H avec deux victoires en deux matchs. La double confrontation à venir face à une équipe de Lyon en manque de points sera déterminante en vue de la qualification voire de la première place du groupe.

Dans l’autre rencontre, Valence l’a emporté à Lyon (1-0), se relançant ainsi dans la course à la qualification. Les Espagnols sont deuxièmes à trois points du Zenit et avec deux points d’avance sur le duo La Gantoise – Lyon.

 

La rédaction Footballski

Ligue des Champions 2015/2016 – 2ème journée
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Rémy Garrel

Rémy Garrel

Consommateur de vodka, amoureux du Dynamo Kiev, défends l'intégrité territoriale de l'Ukraine sur Footballski.

Gloire à nous, gloire aux héros !

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Le Shakhtar et la France

Comme le Dnipro Dnipropetrovsk, le Shakhtar Donetsk a croisé à de nombreuses reprises la route de clubs français. Le Paris...

Fermer