Ligue des Champions 2015/2016 – 1ère Journée

Rémy Garrel
Rémy Garrel - Publié le 17 septembre 2015

On y est ! Huit clubs d’Europe de l’Est entraient dans la danse mardi et mercredi soir. Fortunes diverses pour la zone Footballski avec déjà des surprises, et pas forcément celles que l’on attendait. Retour sur la première journée des phases de poule.


Groupe A : Soirée difficile pour le Shakhtar

Real Madrid 4-0 Shakhtar Donetsk, Paris-SG 2-0 Malmö

Opposé au grand Real Madrid, le Shakhtar s’attendait à une rencontre compliquée à Santiago Bernabeu. Les deux équipes restent sur deux succès probants en championnat, le Real a battu l’Espanyol 6-0 avec un quintuplé de Cristiano Ronaldo tandis que le Shakhtar a disposé du Metalist Karkhiv cinq buts à zéro. Rencontre indécise sur le papier même si les Espagnols sont logiquement favoris.

Les Ukrainiens sont rapidement étouffés par les offensives madrilènes et Bale n’est pas loin de marquer d’une Madjer dès le quart d’heure de jeu. Solide derrière, le Shakhtar va finalement craquer sur une boulette de Pyatov, le gardien va relâcher un centre dans les pieds de Benzema qui va ouvrir le score. Le score est de 1-0 à la pause, les Ukrainiens n’ont pas existé en première période. La seconde mi-temps sera du même acabit, et, de plus, le Shakhtar ne sera pas aidé par l’arbitrage. Ronaldo va transformer deux pénaltys assez controversés.

Le Portugais va d’ailleurs marquer un triplé en fin de rencontre pour une victoire assez confortable du Real Madrid. Une lourde défaite pour le Shakthar mais, cependant, encourageante, les Ukrainiens ayant été costauds derrière. Dans l’autre rencontre, le PSG s’est imposé 2-0 contre Malmö avec le premier but de Di Maria sous ses nouvelles couleurs et un autre de Cavani. Au classement le Real est en tête ex æquo avec Paris tandis que Malmö partage la dernière place avec le Shakthar !

 


Groupe B : Wolfsburg trop fort pour le CSKA

VfL Wolfsburg 1-0 CSKA Moscou, PSV Eindhoven 2-1 Manchester United

Pour leur grand retour dans la compétition, les Allemands du VFL Wolfsburg comptent sur une qualification en 1/8ème de finale, et cet objectif passe par une victoire contre le CSKA Moscou. Si les Russes semblent faire illusion en première période avec un bloc défensif très bas, et de rares occasions souvent mal négociées, Wolfsburg gère le tempo de la rencontre avec la possession de balle et domine le CSKA Moscou sur les ailes. Les centres se multiplient devant la cage d’Akinfeev, le portier russe très sollicité en première période va finalement craquer à la 40ème minute. Sur un centre de Schürrle, Julian Draxler reprend le ballon de la tête, sa première tentative est repoussée par Akinfeev mais le ballon revient dans les pieds du milieu de terrain qui n’a plus qu’à pousser le ballon dans les filets et inscrire son premier but avec les loups. Score à la pause, Wolfsburg 1-0 CSKA Moscou.

La deuxième période, à l’image des 45 premières minutes, est le reflet de la domination de Wolfsburg sur un CSKA trop timide et pas assez tranchant dans les 30 derniers mètres. Les Allemands sont ainsi maitres des débats du début, à la fin. Les joueurs du CSKA Moscou tenteront d’arracher l’égalisation en fin de match mais les combinaisons entre les joueurs offensifs étaient trop imprécises pour espérer inquiéter Benaglio. Wolfsburg s’impose finalement 1-0 pendant que dans l’autre match du groupe B, Manchester United se déplaçait sur la pelouse du PSV Eindhoven, et malgré l’ouverture du score de Memphis Depay, les Anglais se sont fait surprendre par les Néerlandais en s’inclinant 2-1 sur des réalisations de Moreno et Narsingh. Double mauvaise nouvelle pour les moscovites qui s’inclinent pendant que le rival pour la troisième place s’impose contre Manchester United.

 


Groupe C : Les grands débuts d’Astana

Benfica Lisbonne 2-0 Astana, Galatasaray 0-2 Atlético Madrid 

Pour la première participation d’un club kazakh en Ligue des Champions, le FC Astana n’avait pas une entrée facile face au Benfica Lisbonne ! Dans un groupe promis aux Espagnols de l’Atlético, Benfica se présente comme un adversaire d’une trop grande envergure. Et pourtant, les Kazakhs n’ont pas été ridicules, loin de là ! Solides en défense, ces derniers s’appuient sur leur vitesse d’exécution en contre, ce qui gêne considérablement des Portugais obligés de faire beaucoup de fautes pour ne pas être dépassés. Au terme d’une première période relativement fermée, les deux équipes rejoignent les vestiaires sur un 0-0 sifflé par l’Estadio de la Luz.

A la reprise, les Lisboètes parviennent enfin à faire la différence grâce à leur technique. Sur deux actions rapides, l’inévitable Gaitan puis Mitroglou marquent coup sur coup. Sans briller, Benfica fait la différence et gère dans une fin de match où chaque équipe a de bonnes occasions de marquer. Au final, la logique est respectée dans ce groupe: mal en point en Super Lig, Galatasaray s’incline face à un Atlético porté par un Griezmann des grands jours, tandis que Benfica fait l’essentiel en prenant les trois points face à Astana. Une équipe kazakhe loin d’être ridicule qui, si elle garde ce niveau durant tous les matchs, a les moyens de faire un coup, et, pourquoi pas, lutter avec Galatasaray pour la troisième place.

 


Groupe E : Leverkusen écarte le BATE et prend la tête

Bayer Leverkusen 4-1 BATE Borisov, AS Rome 1-1 FC Barcelone

Le BATE est tout simplement tombé sur plus fort que lui, hier soir. Le problème, c’est qu’il tombera sur plus fort que lui encore cinq fois dans ce groupe, il n’a pas montré suffisamment pour espérer y faire quelque chose. Pourtant, le BATE Borisov a tenu une mi-temps. Enfin, il n’a d’abord tenu que quatre minutes, le temps à Aleksievich d’offrir à Admir Mehmedi le soin d’ouvrir le score sur un superbe extérieur du pied après une relance désastreuse. Le BATE a bien réagi, une dizaine de minutes plus tard, grâce à une tête de Milunovic déviée dans son but par Hilbert, et a ensuite réalisé une très bonne fin de mi-temps, étant relativement peu mis en danger. Mais le Bayer Leverkusen, devant son public, a montré qu’il était bien supérieur en seconde période. Les joueurs de Roger Schmidt ont exercé une pression intense dès les premières minutes du deuxième acte et c’est logiquement que Hakan Çalhanoglu, avec de la réussite, a redonné l’avantage aux siens. Javier Hernandez et ce même Çalhanoglu, sur penalty cette fois, donnant un peu plus d’ampleur à une victoire logique pour les Allemands.

Ce sera dur pour les Biélorusses dans cette poule extrêmement relevée, puisque les deux autres équipes du groupe sont le FC Barcelone et l’AS Roma et elles se sont naturellement affrontées hier également. Un partout, finalement, alors que Suarez avait ouvert le score pour les Espagnols, Florenzi a égalisé pour les Romains. Mais ça, vous le savez déjà, le but extraordinaire de l’Italien a déjà fait le tour de la planète !


Groupe F : Un Dinamo historique pour créer la surprise

Olympiakos 0-3 Bayern Munich, Dinamo Zagreb 2-1 Arsenal

Pour sa 50e défaite en Ligue des Champions, Arsène Wenger a fait fort en s’inclinant contre l’une des équipes les plus faibles du plateau – et accessoirement l’un des plus faibles dans le monde Footballski. Un Dinamo Zagreb qui n’avait plus connu la victoire à ce stade de la compétition depuis près de seize ans et quinze matchs disputés! Une immense surprise qui se dessine dès la première période, avec un but contre son camp d’Oxlade-Chamberlain sur un ballon repoussé par Ospina, mais surtout avec la bête expulsion d’Olivier Giroud pour un second carton jaune dès la 40e minute!

Au final, le score de 2-1 pour les Croates aurait même pu être plus lourd, avec des actions de Soudani ou Coric qui finissent sur le poteau ou dans les bras d’Ospina. Bien regroupé, le Dinamo a fait plier les Londoniens grâce à sa vitesse d’exécution en contre-attaque. Une tactique que Zoran Mamic avoue avoir mise au point avec l’aide de… Slaven Bilic! L’entraîneur de West Ham, qui a battu Arsenal à l’Emirates le mois dernier, a ainsi distillé de précieux conseils pour aider ses compatriotes dans ce match.

Dans l’autre rencontre de la soirée, l’Oympiakos n’aura lui pas fait de miracle face au Bayern Munich. Sévèrement battu 0-3 sur son terrain, le club grec est déjà en position délicate dans la lutte pour la qualification. Tout faux-pas est désormais interdit, ne serait-ce que pour arracher la troisième place du groupe au Dinamo Zagreb, « le meilleur Dinamo des dix dernières années » selon Zoran Mamic. Invaincu en Super League grecque, l’Olympiakos va devoir rectifier le tir lors de la prochaine journée sur le terrain d’Arsenal.

La joie des croates qui font chuter Arsenal au terme d'une soirée historique

La joie des croates qui font chuter Arsenal au terme d’une soirée historique

 


Groupe G : Kiev manque une belle occasion

Dynamo Kiev 2-2 Porto, Chelsea 4-0 Maccabi Tel Aviv

Le Dynamo entamait mercredi soir la compétition par le match le plus important pour une éventuelle qualification. Sans Andriy Yarmolenko indisponible, la formation ukrainienne a dû composer avec la paire d’ailiers Gonzalez – Gusiev. Après une première alerte sur le but de Casillas, Kiev va ouvrir le score sur une attaque éclair. Lancé sur le côté droit, Denys Garmash va servir Veloso au point de penalty qui manque le ballon de très peu. C’est le capitaine Oleg Gusiev qui arrive derrière pour tromper le portier espagnol. L’avantage ne tiendra que quelques minutes avant que Miguel Layun ne vienne déposer un centre sur la tête de Vincent Aboubakar pour l’égalisation.

Un Denys Garmash en grande forme aura par deux fois l’occasion de marquer mais la chance ne lui sourira pas ce soir. Les deux équipes vont alterner les phases de domination avant de voir les Portugais reprendre l’avantage. Sur un centre de Martins Indi, le portier ukrainien Oleksandr Rybka ira à la pêche dans les airs. Le ballon à peine effleuré va atterrir dans les pieds de Vincent Aboubakar qui en profite pour inscrire le second but dans les cages vides. Les Ukrainiens vont puiser dans leurs ressources pour revenir en fin de match. Sur coup-franc renvoyé par le mur, Sergiy Rybalka va remettre la balle dans le paquet et voir surgir le jeune Vitaly Buyalskiy qui trompe Casillas de la tête. Le score en restera là pour le Dynamo qui concède le nul à domicile.

Dans l’autre rencontre du groupe G, le favori Chelsea n’a pas fait de détails face au Maccabi Tel Aviv. Willian, Oscar, Diego Costa et Fabregas en planterons quatre aux Israéliens à Stamford Bridge pour s’emparer logiquement de la première place de la poule. Le Dynamo ira la semaine prochaine à Tel Aviv avec l’objectif obligatoire de prendre trois points.

 


Groupe H : Le Zenit fait la bonne opération

Valencia 2-3 Zenit Saint-Pétersbourg, La Gantoise 1-1 Olympique Lyonnais

Souvent avec les clubs espagnols, on croit pouvoir s’en sortir mais on finit indéniablement par se faire rattraper, voire par s’incliner. Dominé dans le jeu par Valence, le Zenit Saint-Pétersbourg, champion de Russie en titre, menait pourtant 2-0 à la pause. Hulk s’était en effet illustré avec un doublé, tout d’abord sur une frappe croisée à la suite d’un contre (9′) puis d’une frappe dont lui seul à le secret, qui traumatisait le pauvre Jaume Domenech, troisième gardien du club (titularisé suite aux forfaits de Maty Ryan et Diego Alves). En deuxième mi-temps, le scénario classique semblait en mesure de se produire. Cancelo (54′) puis Gomes (73′) ont permis aux Espagnols d’égaliser en profitant à chaque fois de la fébrilité de Lodygin.

La suite semblait couler de source et d’ailleurs un but a été inscrit trois minutes après l’égalisation. Mais celui-ci était en faveur du Zenit, grâce à une frappe croisée de Witsel. Les Russes tenteront ensuite tant bien que mal de contenir les assauts espagnols en fin de rencontre sans céder dans une ambiance très tendue. Ils remportent une victoire précieuse et inattendue (3-2), la première de leur histoire en terre espagnole. La campagne européenne du club de Saint-Pétersbourg ne pouvait démarrer de meilleure manière. Méfiance tout de même car la saison dernière la victoire initiale face à Benfica avait suscité beaucoup d’espoirs finalement déçus.

La bonne opération est double pour le Zenit puisque dans le même temps l’Olympique Lyonnais a été tenu en échec à Gand, par La Gantoise (1-1) malgré une fin de match en supériorité numérique (à 11 contre 10 puis contre 9). Alexandre Lacazette a manqué à cinq minutes du terme le penalty qui aurait pu offrir la victoire au vice-champion de France.

 

La rédaction Footballski

Ligue des Champions 2015/2016 – 1ère Journée
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Rémy Garrel

Rémy Garrel

Agent double dans la fonction publique, défends l'intégrité territoriale de l'Ukraine sur Footballski. Vodka, Dynamo & KGB.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Retour sur la journée 8 de RPL 2015-2016 – Championnat de Russie de football

Comme tous les mercredis, la Russian Premier League est présente sur notre site à travers cette chronique. Vous  pouvez donc commencer...

Fermer