#13 Les trophées Footballski

© metalist.ua
Pierre Vuillemot
Pierre Vuillemot - Publié le 21 mars 2016

Voici le treizième numéro des trophées Footballski. Chaque semaine, nous revenons à travers ces quelques catégories sur ce qui se fait de mieux dans nos championnats.

LE FRANÇAIS DU WEEK-END : Dayot Upamecano (RB Salzburg)

Avec sa victoire face au promu du SV Mattersburg, le Red Bull Salzburg a réalisé la très belle opération du week-end en Autriche, profitant du revers du Rapid Wien à Ried pour prendre quatre points d’avance sur son rival de la capitale. Dans les rangs du club de la Mozartstadt, un petit nouveau faisait sa première apparition : Dayot Upamecano. Champion d’Europe U17 avec la France l’été dernier, Upamecano a quitté Valenciennes pour l’Autriche après la compétition. Et dans un club dont la politique est largement axée sur les jeunes, il n’a pas eu longtemps à attendre avant d’avoir sa chance.

« Pour un joueur de 17 ans, il a joué avec beaucoup de calme, c’était très fort. Je suis très satisfait de sa performance » a déclaré Oscar Garcia, le nouvel entraîneur du Red Bull après la rencontre. Upamecano a réalisé une excellente prestation, remportant notamemnt 71% de ses duels. Après avoir joué avec les U19 – notamment en Youth League – et avec le FC Liefering, le club école du RB Salzburg, Upamecano a enfin pu fouler ses premières minutes en Tipico Bundesliga. Et sûrement pas les dernières cette saison….

LE JOUEUR DU WEEK-END : Artem Milevskiy (Concordia Chiajna)

Artem Milevskiy est un mythe dans la sphère Footballski. Après des litres de vodka, des changements de club incessant, l’ukrainien est depuis le dernier mercato hivernal en Roumanie, et plus précisément au Concordia Chiajna. Un nouveau club et un nouveau pays qui semblent bien lui réussir pour le moment, ce dernier enchaînant les prestations honorables et les buts. Nouvelle preuve ce week-end avec un doublé face au Botosani. Malgré tout, Artem a déjà déclaré qu’il aimerait jouer à un niveau plus élevé en Roumanie, et notamment au Steaua, afin de retrouver une place dans la sélection ukrainienne. Les bars de Bucarest n’attendent que ça.

LE BUT DU WEEK-END : Mateusz Wdowiak (Cracovia)

LE TIFO DU WEEK-END : Lech Poznan vs. Legia Varsovie

© kkslech.com

© kkslech.com

© fotokolejorz

© fotokolejorz

Lech Poznan – Legia Varsovie. Un match qui sentait bon la poudre pour fêter les 94 ans du Lech. Loin d’être les plus grands amis du monde, ce match avait une tournure un peu spéciale ce week-end avec le retour d’un certain Kasper H. en Grande-Pologne. Comme d’habitude, ou presque en Pologne, les tribunes ont été à la hauteur de l’événement.

Dès le début du match, un énorme tifo à feuilles formant le mot « Kolejorz » soit cheminot, surnom du club lié à son appartenant avec la Polskie Koleje Państwowe, l’entreprise nationale des chemins de fer polonais. Puis un second tifo est apparu représentant trois visages, pour symboliser trois formes de supporterisme, et notamment le Herb Hooligans à l’honneur, ainsi que les armoiries des différentes villes amis ainsi que de la banderole « Wielkopolska to nasz dom, Kolejorz dumą – La grande Pologne est notre maison, Kolejorz notre fierté. »

L’IMMIGRÉ DU WEEK-END : Ivan Santini (Standard de Liège)

Malgré une saison difficile, à l’image de son équipe, Ivan Santini était l’homme de cette finale de Coupe de Belgique entre le Club de Bruges et le Standard de Liège. Le géant croate a fait ce qu’on attend d’un big man au milieu d’une ligne d’attaque, il a pesé. Santini a pu servir de point d’appui aux feux follets Dossevi, Dompé et Edmilson qui l’entouraient. Et on en eu la parfaite illustration sur le premier but du Standard de Liège où Santini décala d’une subtile roulette/talonnade qui mis le tournis à la défense de Bruges, le jeune français Dompé en profitait alors pour inscrire le 0-1.

Cependant, à la suite d’une stupide faute de l’ancien Nantais et capitaine des « Rouches », Adrien Trebel, Refaelov se permit d’aller chercher la « lulu » de Victor Valdez qui n’esquissa pas le moindre geste pour tenter d’empêcher le meneur de jeu israélien d’égaliser. En seconde mi-temps et après l’exclusion du Malien et ancien Lillois, Diaby, le Standard s’installa dans le camp brugeois. Pourtant on se dirigeait vers les prolongations quand Dossevi déborda sur le flanc droit pour déposer le cuire sur la tête de Santini qui devançait la sortie de l’ex-meilleur gardien de Ligue 1, Ludovic Butelle. Ironie de l’histoire, le jeune entraîneur liégeois, Yannick Ferrera, avait prévu de remplacer son attaquant croate dans l’optique des prolongations. Il le fit tout de même quelques minutes plus tard pour permettre à Santini de sortir sous les hourras des sympathisants « Rouches ».

 

LA POLÉMIQUE DU WEEK-END : L’altercation Aleksandar Jovanović – Nemanja Lakic-Pesic

27ème journée de championnat serbe, match entre Radnicki Nis et Novi Pazar, deux joueurs de la même équipe commencent à se disputer. Aleksandar Jovanović, le gardien et Nemanja Lakic-Pesic, défenseur central. Ce dernier, trop laxiste a failli marquer contre son camp, et son gardien essaye de le secouer, lui demander d’être plus concentré et a même failli lui décrocher une droite que Lakic-Pesic a esquivé de peu. Pour calmer les esprits, l’arbitre a distribué un jaune à chacun des deux joueurs de la même équipe. Cohésion d’équipe.

LE MATCH DU WEEK-END : Sparta Praha vs. Slavia Praha


Ce week-end, Prague a vibré. Après un match catastrophique à l’aller et une défaite face au Slavia, le Sparta acculait son grand rival pour le derby des S pragois. Un derby mouvementé dans un Letna en feu.

Rapidement, le Slavia prend l’avantage grâce à son buteur maison, Milan Skoda qui ajuste parfaite Bicik. On se dit alors que le scénario du match aller va se répéter et que ce Slavia là a tout pour faire chuter un Sparta en pleine euphorie après une qualification remarquable et remarquée en Europa League.

Et pourtant. Après une première mi-temps relativement homogène avec deux équipes proche l’une de l’autre. Le Sparta va accélérer et très rapidement hausser le niveau. À la 56, David Lafata marque un but Lafatesque en reprenant un ballon qui venait d’heurter le poteau. Symbole de son instinct de buteur inébranlable. Puis, le Sparta enchaine, pousse, maitrise le ballon et se voit récompenser de deux buts coup sur coup. Le premier par un Costa très remuant sur son côté et le second par l’homme en forme Zahustel. Qui confirme que son recrutement était une très bonne idée.

La rédaction de Footballski


Image à la une : © metalist.ua

#13 Les trophées Footballski
3 (60%) 2 votes

A propos de l'auteur

Pierre Vuillemot

Pierre Vuillemot

Papa de Footballski. À l'Est de nulle part avec mon crâne rasé, un stylo et du football slovaque. Kolik jazyků umíš, tolikrát jsi člověkem.

Contact : [email protected]

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
mistrz_polski_76
Stal Mielec, l’histoire d’un acier inoxydable

Quand on épluche les archives de la première division polonaise, on y retrouve deux catégories de clubs ayant soulevé des...

Fermer