2015 – Six mois de football en Bulgarie

© bglive.net
Teodor Borisov - Publié le 9 janvier 2016

2015 restera une des années les plus troubles de l’histoire du championnat bulgare. Pendant l’été, deux des clubs les plus respectés du pays, le Lokomotiv et le CSKA Sofia, ont été exclus du football professionnel pour cause de dettes non remboursées et ont dû commencer la saison en Groupe V sud-ouest (l’équivalent de la troisième division). Pour la première fois depuis 1950, le championnat à donc démarré avec seulement dix équipes qui doivent s’affronter quatre fois chacune. Les équipes bulgares avaient déjà fini leur campagne européenne à la fin-juillet, ce qui a permis aux fans de se concentrer directement sur la scène footballistique locale.

Premier – Ludogorets Razgrad – 38 points

Seuls les idiots font deux fois la même erreur. Les quadruples champions en titre ont pourtant répété les erreurs du Levski après leur participation à la Ligue des Champions 2006/2007 et ont donc échoué a surfer sur la vague de leurs superbes campagnes précédentes. Durant l’été, les Aigles ont été abandonnés par plusieurs joueurs-clés tels Junior Caçaira (Schalke 04), Fabio Espinho (Malaga) ou encore Dani Abbalo (Sivasspor). Les revenus de ces ventes ont été utilisés pour faire venir l’international roumain Andrei Prepelita puis son compatriote Claudiu Keseru (ancien de Nantes, Tours, Angers et Bastia notamment), mais aussi l’ancien milieu de l’Ajax, Jody Lukoki et encore quelques Brésiliens : Cicinho, Natanael et Jonathan Cafu.

L’ancien coach Georgi Dermendzhiev a été remplacé par le non moins célèbre entraîneur portugais Bruno Ribeiro dont la principale ligne du CV indique « Ami de José Mourinho ». Le résultat va être rapidement choquant : élimination de la scène européenne après seulement deux matchs face au champion de Moldavie, Milasmi Orhei. Après une série de mauvais résultats, Ribeiro a été renvoyé. Mais pour être remplacé par une autre personne controversée, Eduard Eranosyan, 54 ans, ancien champion de Bulgarie avec le Lokomotiv Plovdiv en 2004 et champion en Angola avec Kabuscorp en 2013. Il avait néanmoins été banni quelques années du football après une affaire de dopage lorsqu’il officiait en 2008 à l’APOP à Chypre. Durant son passage à la tête de l’équipe première, le Ludogorets se fit éliminer de la coupe nationale par le Lokomotiv Gorna Oryahovitsa (deuxième division). Il semblait que dans ce match, les Aigles n’auraient pu effrayer leurs adversaires que grâce à leur masques d’Halloween.

© topsport.ibox.bg

© topsport.ibox.bg

Finalement ils sont retournés à la case départ en rappelant Georgi Dermendzhiev avec lequel ils ont obtenu 13 points en cinq matchs seulement, permettant à l’équipe de Razgrad de terminer tout juste l’année en première position. Le coach expérimenté a sans doute su trouver la bonne approche pour remettre les joueurs ainsi que le collectif en route.

Affluence : 2 789 spectateurs de moyenne.

Deuxième – Levski Sofia – 38 points

Le Levski est entré dans une nouvelle époque lorsque son président Todor Batkov a quitté le club après onze ans (la plus longue période en A Grupa). A cause de divers problèmes financiers, les Bleus ont cherché le salut dans leurs valeurs historiques : leurs fans et leur académie. Les supporters de « Blue Bulgaria » ont obtenu une place au Board alors que pas moins de huit joueurs de l’académie ont joué en équipe première durant cette première partie de saison. L’équipe a obtenu plusieurs sponsors qui sont directement liés à l’investissement du Premier Ministre Boyko Borisov.

Sans leur meilleur joueur de la saison passée, Añete, l’équipe de Stoycho Stoev a surpris beaucoup de monde avec une série de bons résultats qui les a alors amenés en tête de la ligue avec quatre points d’avance sur le Ludogorets et le Litex. Mais le mois de décembre fût mensis horibilis pour les Bleus. Après avoir été éliminés de la coupe par le Litex (0-3) après prolongations alors que leurs adversaires étaient réduits à dix depuis l’heure de jeu,  ils ne sont pas parvenus à gagner un seul match sur le terrain en championnat

Affluence : 4 210 spectateurs de moyenne.

Troisième – Beroe Stara Zagora – 34 points

Après leur deuxième place historique de la saison dernière où ils totalisaient plus de points (55) que lors de leur campagne victorieuse de 1986; beaucoup de gens ont pensé et espéré que l’équipe de Stara Zagora serait le challenger principal du Ludogorets pour le titre. L’arrivée de joueurs de classe comme Ismail Isa et Spas Delev a pourtant confirmé ces espoirs, mais malheureusement pour ses supporters, le Beroe alterne les matchs brillants (comme le 3-3 à domicile face au Litex) avec des performances désastreuses (telle la défaite 5-0 sur la pelouse du Ludogorets Razgrad). Les tactiques pragmatiques de l’entraîneur, et ancien capitaine de la sélection, Petar Hubchev, sont de plus en plus critiquées mais pour le moment sa place sur le banc de Stara Zagora semble être toujours solide.

Affluence : 2 650 spectateurs de moyenne.

Quatrième – Litex Lovech – 33 points

L’équipe la plus intéressante de A Grupa cette année en Bulgarie. 6 premiers mois particuliers pour le club qui les a commencé et terminé avec des rumeurs de fusion avec le CSKA Sofia – quelque chose d’impossible en vertu des règles de l’UEFA. Pourtant, si le Litex est à cette quatrième place, son début de championnat, lui, ne laissait pas forcément prévoir une telle place avec, pour commencer la saison, une humiliation en Europa League face aux lettons de Jelgava. Une défaite qui a conduit au départ de Krasimir Balakov de son poste d’entraîneur, remplacé par Ljupko Petrovic. Le champion d’Europe avec Crvena Zvezda en 1991 a débuté la nouvelle saison avec un total de 7 points en 3 matchs avec le club de Lovech, mais, étonnamment, il quitta son poste après la troisième rencontre.

Vous suivez toujours ? Car la valse des entraîneurs n’est toujours pas terminée. Après ce départ impromptu de Ljupko Petrovic, c’est le roumain Laurentiu Reghecampf – ancien joueur du club qui a été champion avec le Steaua en 2013 et 2014 – qui prit les rênes du club. Cependant, cette aventure à Lovech se termina aussi précipitamment avec des résultats mitigés. Ainsi, en s’appuyant sur le meilleur joueur étranger du championnat, Danilo Asprilla (11 buts en 19 matchs), ce Litex de Reghecampf arborait un total de 7 victoires, 7 nuls et 2 défaites, un bilan insuffisant.

Du coup ? Laurentiu Reghecampf préféra quitter les terres bulgares pour revenir dans son ancien club, le Steaua, tandis qu’à Lovech on retrouvait sur le banc du stade Gradski… Ljupko Petrovic. Oui, ce même Ljupko qui avait quitté le club après trois matchs!

Avec lui, le Litex marqua les esprits avec deux rencontres face au, désormais, seul ogre de Sofia de A Grupa, le Levski. Le premier acte se solda avec une victoire du club de Lovech qui élimina le Levski de la coupe nationale. Le second fut marquant pour d’autres raisons. Tandis que le Litex était mené 1-0 à la fin de la première mi-temps, les joueurs décidèrent de quitter le terrain après les instructions du directeur sportif Stoycho Stoilov. La raison principale de cet acte étant un second carton rouge et un pénalty contre son club. Un choix lourd de conséquence.

Ainsi, la commission de discipline donna une victoire 3-0 par forfait au Levski mais, surtout, décida d’expulser le Litex de A Grupa ! Après une forte pression médiatique, le Comité exécutif de l’Union du football bulgare a décidé de créer un comité spécial pour « l’affaire Litex » afin de décider de l’avenir du club. Un avenir qui deviendra clair en ce début d’année.

Affluence : 1334 spectateurs de moyenne

Cinquième – Slavia Sofia, 31 points

Rien de nouveau du côté de la Vielle Dame du football bulgare. On commence bien la saison, on pense pouvoir accrocher une place pour l’Europe – la dernière campagne remonte à 1996 -, puis, on s’effondre.

Éliminé par le Spartak Pleven en coupe, le club a également connu une série de résultats négatifs qui l’a conduit à se séparer d’Ivan Kolev. Si son successeur a enchaîné 3 victoires, ce dernier n’est pas resté et a laissé sa place à Aleksandr Tarkhanov sur le banc des « Blancs ».

Possédant une grande expérience, que ça soit en tant que joueur ou entraîneur, Tarkhanov vit aujourd’hui sa première expérience en dehors de l’ex-URSS. Il aura l’occasion de s’appuyer sur le plus jeune joueur utilisé dans ces 6 premiers mois de A Grupa, Kaloyan Krastev, un attaquant de 16 ans seulement.

Affluence : 560 spectateurs de moyenne

Sixième – Cherno More Varna, 25 points

Le vainqueur de la coupe de Bulgarie a connu une première partie de saison compliquée, que l’on peut résumer dans les résultats des quatre derniers matchs à domicile (aucune victoire). De même, le club ne pourra pas garder son titre obtenu la saison dernière, puisqu’il a également connu une défaite en 1/4 de finale de coupe contre Beroe après une séance de tirs aux buts.

Cependant, la situation du club risque de changer avec le retour de l’ancien international bulgare Georgi Iliev, qui a connu un certain succès en Chine avec le Shijiazhuang Yongchang.

Affluence : 1940 spectateurs en moyenne

Septième – Lokomotiv Plovdiv, 22 points

Le club sur la route vers la démocratie. Au début de la saison, « Les Schtroumpfs » ont enfin trouvé un nouveau propriétaire. Répondant au nom d’Hristo Krusharski et possédant une intéressante entreprise produisant des « fusées de pluie », ce nouveau président s’est montré être un ambitieux homme d’affaire et a commencé à restaurer les finances du club, tout en signant l’expérimenté Emil Gargorov.

Si ces six premiers mois ne sont pas faramineux, le point culminant reste la victoire 2-1 dans le derby de Plovdiv face au Botev, la première depuis 2009. Malheureusement, le vétéran de l’attaque, Martin Kamburov, reste le seul joueur constant de cette équipe.

Affluence : 1685 spectateurs de moyenne

© sportal.bg

© sportal.bg

Huitième – Botev Plovdiv, 20 points

Une première partie de saison honteuse pour « Les Canaris ». Malgré trois changements d’entraîneurs, avec Petar Penchev, le slovène Ermin Siljak et Nikolay Kosto, les résultats, eux, restent les mêmes. L’humiliation ultime reste la défaite 6-0 contre… Montana. Le seul bon point à retenir nous vient du milieu de terrain avec le néerlandais Gregory Nelson. L’ancien joueur du CSKA Sofia reste le seul éclair de lumière pour les supporters du club. On retiendra également la confirmation de la construction du stade « Hristo Botev ».

Affluence : 2510 spectateurs de moyenne

Neuvième – OFC Pirin, 16 points

«Les petits aigles» ont commencé la saison sans aucune victoire jusqu’à début Novembre. Résultat ? Exit Nedelcho Matushev, bienvenue à l’étincelant turc Naci Sensoy. Déjà présent au club en 2009 lorsque Pirin jouait une finale de coupe de Bulgarie, Naci Sensoy a métamorphosé l’équipe. Dès ses trois premiers matchs, il réussit à obtenir le nul face à Litex et Ludogorets et à remporter son match face au Levski. Rien que ça. Le club devra donc conter sur son nouvel homme fort mais aussi sur les anciens du CSKA Sofia, Marquinhos et Martin Toshev, pour faire survivre l’Ajax bulgare.

Affluence : 2877 spectateurs de moyenne

Dixième – Montana, 14 points

Dans les quatre premières journées, Montana pouvait être comparé à West Ham. Une équipe qui était bien au delà des attentes des suiveurs et deux équipes possédant un entraîneur qui aime beaucoup le rock, à savoir Slaven Bilić et Ferrario Spasov. Bon, après cette quatrième journée, on peut arrêter toute similitude entre les deux clubs. N’accrochant que très peu de points, le club a perdu son duo magique Spasov – Mihail Madanski (Directeur sportif et ancien entraîneur de l’équipe nationale). En guise de nouveau sauveteur, le club a choisi Emil Velev, qui est surtout spécialisé dans le travail avec des clubs en difficulté. Un homme parfait pour la situation qui aura cependant besoin de temps pour changer la mentalité de l’équipe, qui va jouer une demie-finale en coupe de Bulgarie.

Affluence : 1775 spectateurs de moyenne

 

Teodor Borisov


Image à la une : © bglive.net

2015 – Six mois de football en Bulgarie
4.67 (93.33%) 3 votes

A propos de l'auteur

Teodor Borisov

pays de l'auteur footballski

1 commentaire

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
BATE Borisov
2015 – Un an de football en Biélorussie

BATE Borisov champion, podium inchangé, le Dinamo Minsk vire un entraîneur, problèmes économiques, supporters en colère, changement de formule. Une...

Fermer